Navigation – Plan du site
Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales

Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales

Hélène Thiollet et Leïla Vignal
Traduction(s) :
Transnationalising the Arabian Peninsula: Local, Regional and Global Dynamics

Texte intégral

  • 1 Quatre articles de ce numéro spécial sont issus de travaux menés dans le cadre du programme de rech (...)

1Cette septième livraison d’Arabian Humanities a pour objectif d’explorer les processus de régionalisation et de mondialisation dans la péninsule Arabique en centrant l’analyse sur les pays exportateurs de pétrole membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Nous avons choisi d’analyser les dynamiques d’extraversion et d’intégration des économies, des sociétés, des cultures et des systèmes politiques à travers le prisme du « transnational »1.

Le « transnational », une approche pluridisciplinaire

  • 2 Nye & Keohane, 1971.
  • 3 Rosenau, 1997.

2La notion de « transnational » a émergé dans les années 1970 dans le champ des relations internationales pour décrire les modalités et les espaces d’actions non étatiques dans le cadre d’une « politique mondiale » (world politics)2. Il s’agissait de rompre avec la vision stato-centrée des trajectoires politiques pour inclure des acteurs non étatiques dans un jeu politique complexe qui ne se déploie plus exclusivement entre les frontières légales et physiques des États-nations. Au-delà ou en deçà de l’État, les nouvelles approches de relations transnationales se sont donc intéressées aux processus, réseaux et pratiques de multiples acteurs sociaux tels que les entreprises, les diasporas, les communautés religieuses, les réseaux scientifiques ou culturels, les syndicats professionnels, les mouvements sociaux — y compris des mouvements contestataires globaux —, les organisations non gouvernementales, etc., qui opèrent selon des modalités et à des échelles spécifiques. De manière diffuse, les pratiques et les stratégies individuelles et collectives des personnes, des consommateurs, des migrants, des professionnels d’un champ, mais aussi la culture des institutions formelles ou informelles qui opèrent de façon transnationale ont été progressivement agrégées à ce concept3.

  • 4 Levitt & Jaworsky, 2007.
  • 5 Portes, 1997 ; Faist, 2000.
  • 6 Les transmigrants sont définis comme des « immigrants qui développent et maintiennent de multiples (...)

3Le concept de transnationalisme est apparu parallèlement dans les études migratoires. Comme le rappellent Levitt et Jaworsky4, il a permis de décrire la façon dont les migrants (ou les réfugiés) entretiennent un lien actif entre leur pays d’origine et leur(s) pays de résidence. À partir de travaux d’anthropologie sociale, de géographie et de sociologie, le concept décrit ainsi l’émergence d’« espaces sociaux transnationaux »5 aux dimensions multiples (sociale, certes, mais aussi économique, culturelle, religieuse, politique, familiale, affective etc.). Ces espaces sociaux connectent le pays d’origine et le pays de résidence des migrants — ou ‘transmigrants’6 — qui sont générateurs de ressources collectives et d’appartenances individuelles multiples.

  • 7 The multiple ties and interactions linking people or institutions across the borders of nation-sta (...)
  • 8 Guarnizo & Smith 1998.

4Depuis les années 2000, au-delà des seules pratiques et espaces de la migration, la notion de transnationalisme s’est diffusée dans le champ des sciences sociales pour décrire et analyser les activités d’individus, de groupes ou de diverses institutions sociales qui se déploient et s’enracinent dans des espaces transnationaux. Les ressources sociales et matérielles de ces acteurs de la mobilité contribuent ainsi à construire des espaces transnationaux à la fois fluides et présentant des formes de pérennité. Cette approche se retrouve dans la définition du transnationalisme proposée par Steven Vertovec, pour qui le terme désigne « les liens multiples et les interactions qui lient les personnes ou les institutions au travers des frontières des États-nations… La pérennité des relations transfrontalières, des formes d’échanges, d’affiliations et des constructions sociales chevauchant les États-Nations »7. Le transnationalisme est compris comme étant à la fois un processus (l’intensification des relations transfrontalières) et un espace (un échelon géographique d’interaction sociale). Il se décline « par le haut » et « par le bas »8, soit au travers des liens économiques et politiques institutionnalisés — par exemple au sein des entreprises multinationales ou des grandes ONG — soit au travers de réseaux d’agents ordinaires du transnationalisme — les migrants, dans la plupart des études — et de leurs pratiques quotidiennes d’un mode de vie transnational (transnational lifestyle).

  • 9 On peut mentionner l’étude classique par Matthew Frye Jacobson du lien des migrants juifs, irlandai (...)

5Le caractère relativement récent des notions utilisées ne doit pas occulter l’historicité des pratiques : les liens infra-, supra- ou trans- étatiques ne sont pas apparus lors de la phase la plus récente de mondialisation ; ils sont plus anciens.9 Mais ils ont assurément été accélérés, facilités, intensifiés et transformés depuis la fin du vingtième siècle par l’explosion des mobilités de tous ordres et les innovations technologiques. Les différentes acceptions du transnationalisme sont désormais travaillées par l’ensemble des « usagers » de la notion en sciences sociales, qu’ils soient géographes, politistes, sociologues, anthropologues ou économistes. Pour compléter la distinction proposée par Guarnizo et Smith (transnationalisme « par le haut/par le bas »), ce numéro souhaite de ce point de vue refléter la diversité des objets par lesquels le transnational peut être saisi, et rendre compte, à partir de la péninsule Arabique, de la richesse des perspectives disciplinaires et des échelles qui permettent de l’appréhender.

La péninsule Arabique entre mondialisation, régionalisation et périphérie

6Dans la péninsule Arabique, les séquences historiques de la « mondialisation contemporaine » sont en effet loin d’être clairement définies et univoques. Depuis les années 1950, la multiplication, la densification et l’accélération des réseaux et des circulations transnationales dans la région offrent un contre-récit à des représentations de fragmentation ou d’insularité qui sont souvent associées au Moyen-Orient en général, et aux monarchies de la péninsule Arabique en particulier. L’économie pétrolière qui domine la sous-région est sans nul doute un vecteur puissant d’internationalisation des monarchies du Golfe : qu’il s’agisse du commerce des hydrocarbures ou de l’immigration de main d’œuvre, les pays du CCG sont structurellement « extravertis ». Au cours de l’histoire contemporaine récente, cette extraversion a pourtant revêtu différentes formes, s’est incarnée dans des institutions diverses, et s’est traduite dans des discours variés.

7La période d’intégration régionale panarabe (1950–1970) a été peu institutionnalisée, et elle est allée de pair avec une forte présence américaine et britannique jusqu’au boom pétrolier des années 1970 et la nationalisation des entreprises pétrolières qui s’en suivit. Les constructions discursives, idéologiques et politiques de « l’unité arabe » ont ainsi coexisté avec des dynamiques puissantes de fragmentation politique et économique et des épisodes de confrontation directe ou indirecte entre pays « frères ». En effet, l’émergence d’une politique « golfienne » dans les années 1970, avec la création du Conseil de Coopération du Golfe, et celle d’une « diplomatie des hydrocarbures » au début des années 1990 a accéléré l’émancipation des monarchies pétrolières d’avec le reste du monde arabe, et notamment par rapport à l’hégémonie politique de l’Égypte ou de l’Irak. L’affirmation des monarchies du « Golfe » s’est notamment faite par le truchement de liens renouvelés avec le reste du monde, et en particulier avec l’Asie. Les liens commerciaux historiques avec l’Asie se sont renoués à travers les migrations de main d’œuvre en provenance de cette région depuis les années 1980, et avec la vente de pétrole aux pays asiatiques.

8La période qui commence en 1990 est ainsi celle du début de la montée en puissance politique des monarchies pétrolières sur la scène mondiale. C’est aussi celle de l’engagement dans des politiques de diversification des économies rentières. L’intégration « passive » des pays pétroliers de la péninsule dans l’économie mondiale, fondée sur leur rôle dans la production d’énergie, s’est ainsi progressivement muée en positionnement actif sur les marchés financiers, dans l’économie des services et dans le champ politique régional, voire international.

9Les pays du Golfe ont aujourd’hui acquis une importance inattendue dans des secteurs qui ne sont pas directement connectés à l’économie pétrolière : logistique, finance, tourisme, culture, commerce. Certes, les petites monarchies riveraines du Golfe ne sont pas toutes entrées « à parts égales » dans la mondialisation : les Émirats arabes unis, et en particulier Dubaï, représentent un type d’intégration globale peu égalé par les émirats voisins, que ce soit Qatar ou moins encore les plus discrets Koweït et Oman. L’Arabie saoudite revendique une place à part, une place privilégiée, malgré sa rivalité diplomatique avec le Qatar dans le domaine des médias panarabes et de la sécurité régionale. Cette position de leadership régional est convoitée de façon de plus en plus assumée par le royaume, comme le montrent sa volonté de parrainer une coalition des diverses oppositions syriennes, son engagement militaire direct dans les conflits au Yémen depuis 2009, et sa rivalité ouverte avec l’Iran.

Les monarchies du Golfe : périphérie et exceptionnalisme 

10Les monarchies du golfe Persique, et, dans une moindre mesure, le Yémen, ont longtemps été traités comme des exceptions au Moyen-Orient, dans le monde arabe, mais aussi dans l’espace de la mondialisation économique, culturelle, et politique, du fait de la singularité de leur modèle économique et sociétal. D’une part, l’importance de la rente pétrolière, qui se reflète dans la composition du PIB, détermine en grande partie le fonctionnement des structures étatiques et confèrent à ces pays un important levier géostratégique international. D’autre part, la présence des plus importants lieux de pèlerinage musulmans en Arabie saoudite permet à ce pays de favoriser la diffusion d’un islam d’inspiration wahhabite qui renforce de manière déterminante l’influence de ce pays en matière culturelle et religieuse dans la région arabe et au-delà de celle-ci. Enfin, l’exceptionnalité du Golfe a été construite sur la forte dépendance des monarchies à la main d’œuvre étrangère et sur leurs structures démographiques singulières, caractérisées par la surreprésentation de populations non nationales.

  • 10 On peut mentionner à ce titre l’usage du mot valise « pétro-islam » initialement créé par le philos (...)
  • 11 Chiffoleau 2015.
  • 12 Schriwer 2014.

11Cependant, cet exceptionnalisme trouve également une partie de son origine dans le fait que la recherche sur le Moyen-Orient en général, et sur la péninsule Arabique en particulier, a été longtemps dominée par des constructions qu’on pourrait qualifier de culturalistes ou « orientalistes », ou focalisées sur une lecture géopolitique de la trajectoire histoire de la sous-région. Ces dernières mettaient en avant le poids de la religion, de la rente pétrolière et d’une relation quasi « naturelle » aux régimes autoritaires dans l’analyse des dynamiques sociologiques, spatiales, économiques, culturelles, etc.10. Les pays du golfe Arabo-persique sont ainsi longtemps restés à la marge géographique et scientifique des recherches sur la mondialisation ou les phénomènes transnationaux. Le changement de focale paradigmatique qu’offre l’analyse transnationale est précisément ce qui permet de dépasser ces analyses localisées et singulières. Il permet d’analyser ces facteurs de singularisation comme autant de vecteurs de régionalisation et d’internationalisation politique, économique et culturelle. Le pèlerinage dans les lieux saints de l’islam en Arabie saoudite et la diffusion de la culture religieuse des monarchies du Golfe participent pleinement de ces processus11, tout comme la diversification de leurs marchés économiques, qui les a conduites à multiplier leurs liens commerciaux avec les marchés émergents, et à sortir des liens exclusifs avec leurs clients traditionnels, les pays industriels grands consommateurs d’hydrocarbures. Ainsi, c’est en Asie que se trouvent désormais leurs plus importants marchés d’exportation et de raffinage12. Enfin, l’agenda des recherches sur les États du Golfe a également été longtemps dominé par des questions géostratégiques liées au pétrole ou aux rivalités et conflits de leadership géopolitique au Moyen-Orient — une tendance ravivée dans les années 2010 par la rivalité entre l’Arabie saoudite et l’Iran.

  • 13 The Middle East is not unique, except possibly in the content of the myths that are propagated abo (...)

12Cet état d’exception dans lequel sont souvent assignés les pays de la péninsule (et ceux du monde arabe plus largement) est encore à l’œuvre dans une grande partie des analyses courantes des « printemps arabes ». De ce point de vue, l’une des responsabilités des sciences sociales est de contribuer à démontrer ce qu’affirmait le politologue Fred Halliday à propos du Moyen-Orient : celui-ci n’est en rien unique, sauf peut-être en ce qui concerne les mythes qui sont propagés sur son compte13.

La « sortie de l’exceptionnalité » : nouveaux agendas de recherche

  • 14 Par exemple Sakr, 2001.
  • 15 Par exemple Mermier, 2003.

13Le travail scientifique visant à faire sortir de l’exceptionnalité des régions considérées comme périphériques a commencé dans les années 2000. Il est allé de pair avec une réévaluation en profondeur de l’analyse des dynamiques de mondialisation et avec l’affirmation d’analyses désormais moins centrées sur l’Occident, faisant écho aux changements des équilibres politiques et économiques mondiaux et à l’affaiblissement de la domination occidentale sur l’économie internationale en général. Ainsi, dans les années 1990, l’étude de l’explosion des médias panarabes (télévisions satellitaires notamment) a permis non seulement de révéler des aspects nouveaux des stratégies globales de « soft power » du Qatar (Al Jazeera) et de l’Arabie saoudite (MBC)14 mais aussi de s’intéresser de manière plus empirique à la sociologie des acteurs publics et privés de la politique, de l’économie et de la culture dans la région et au-delà15. Ce travail scientifique a aussi accompagné l’ouverture relative des pays de la péninsule Arabique à la circulation de leurs élites scientifiques à l’échelle mondiale. Il a aussi bénéficié, dans une certaine mesure, de l’émergence d’institutions universitaires et du financement de recherches scientifiques dans la région, qu’il s’agisse de branches d’universités nord-américaines ou européennes comme aux Émirats arabes unis ou au Qatar, ou d’institutions locales comme en Arabie saoudite et au Koweït. Les limites de cette « ouverture » sont évidentes lorsqu’elles touchent aux sujets sensibles tels que le pouvoir des dynasties régnantes, ou les mouvements de contestation politiques et religieux.

  • 16 Par exemple Seccombe & Lawless, 1986 ; Shafik, 1999 ; Fargues, 2000.
  • 17 On peut citer par exemple et sans prétention aucune à refléter la diversité et la richesse des étud (...)

14Cette sortie de l’exceptionnalité est manifeste dans le champ des études migratoires. La région du Golfe est la troisième région migratoire du monde mais elle était restée largement sous étudiée jusqu'à il y a peu. À la suite des travaux pionniers engagés sur les migrations vers le Golfe dans les années 1980 et 1990,16 on observe depuis les années 2000 un investissement bienvenu des terrains du Golfe par de nouvelles générations de chercheurs (et, dans bien des cas, plutôt de chercheures) venant de différents domaines des sciences sociales : science politique, relations internationales, sociologie, anthropologie, géographie humaine, économie politique, histoire sociale et urbaine.17 De manière générale, l’investissement des terrains golfiens par la recherche et le déploiement de méthodes très diverses qui vont de l’analyse textuelle à l’enquête de type ethnographique ou à la constitution de bases de données quantitatives permettent de développer les connaissances sur ces sociétés mais aussi de contribuer, à partir de celles-ci, à la réflexion sur les transformations de l’État, du capitalisme contemporain, et des mobilités sociales et humaines. Ces recherches portent sur des pays dont les économies sont certes dominées par la rente pétrolière, dont les sociétés ont à l’évidence une identité démographique très singulière — caractérisée par la présence importante, et parfois majoritaire, de populations étrangères —, et dont l’histoire est à la fois ancienne et récente, locale et réticulaire. Mais en questionnant ces sociétés à la lumière des évolutions que l’on observe partout dans le monde, les recherches en sciences sociales qui se développent sur et dans les pays du Golfe contribuent aussi à donner à voir leur contemporanéité. Elles s'inscrivent de fait dans le cadre des études de la mondialisation et des processus de transformations sociales, politiques, économiques, culturelles, spatiales qui l’accompagnent.

Régionalisation, internationalisation, transnationalisation

15Ce dossier invite à voir en quoi la dimension transnationale contribue à transformer les dynamiques sociales, culturelles, économiques et politiques qui structurent l'évolution de la péninsule Arabique à travers des pratiques, institutions, réseaux et espaces déployés et articulés à différentes échelles.

  • 18 Vignal, 2016

16Au Moyen-Orient, l’émergence de circulations et d’espaces transnationaux ne se fait pas dans un espace fluide et ouvert, mais au contraire dans un espace rugueux, marqué par les inégalités de développement, les prérogatives politiques et militaires des puissances régionales et globales comme les États-Unis, et les conflits. Les frontières y sont une réalité politique, juridique, économique et stratégique forte, qui a un impact important sur les circulations et les réseaux transnationaux. Cependant, les processus de libéralisation et d’ouverture économique engagés par les différents pays de la région depuis les années 1980–1990 et leur insertion progressive dans le système économique mondialisé sont des facteurs décisifs dans le développement des dynamiques transnationales que l’on y observe. Celles-ci contribuent notamment à renforcer, « par le bas », en deçà et au-delà des arrangements institutionnels, les liens et les formes d’intégration régionale. Les pays du Golfe jouent un rôle important dans la structuration de ces dynamiques à l’échelle du Moyen-Orient.18

17Les articles ici réunis analysent, à partir de recherches originales, les dynamiques de transnationalisation de la péninsule Arabique « par le haut » et « par le bas », que celles-ci soient ancrées localement, articulées à l’espace régional du Moyen-Orient et du monde arabe, ou qu’elles se dirigent vers l’Asie, l’Afrique et le monde. Les six articles qui le composent sont écrits par des chercheur(e)s venant de différentes disciplines des sciences sociales : science politique et relations internationales (Hélène Thiollet), géographie humaine (William Guéraïche, Delphine Pagès-El Karoui, Amin Moghadam), anthropologie (Franck Mermier, Melanie Sindelar). Ils ont en commun de montrer que les sociétés du Golfe ont des pratiques individuelles ou collectives qui s’inscrivent entre l’ici et l’ailleurs, que ce soit de façon fluide ou rugueuse, dans la rivalité ou la complémentarité, dans le conflit, de façon informelle, ou encadrées par divers arrangements.

18L’article d’Hélène Thiollet propose une histoire politique des migrations de main d’œuvre dans les pays exportateurs de pétrole. L’auteure utilise le concept de transnationalisme tel qu’il a été forgé dans le champ des relations internationales pour y inclure acteurs publics et privés dans l’analyse des phénomènes politiques internationaux dans le cadre de la mondialisation. C’est donc une gestion hybride —publique et privée — des flux de main d’œuvre et des communautés immigrées qui est observée dans les pays du Golfe depuis les années 1930, une gestion caractérisée par ailleurs par l’exploitation et l’aliénation à la fois économique, sociale et politique des travailleurs migrants. La politique transnationale des migrations dans les pays du Golfe illustre les différentes phases de l’économie politique de la sous-région : la période coloniale marquée par la domination des intérêts américains et britanniques qui structure durablement les modes de relations entre étrangers et nationaux jusqu’aux formes de ségrégation spatiale que l’on observe aujourd’hui ; la période panarabe qui fait des migrations arabes de main d’œuvre vers les monarchies l’un des vecteurs les plus efficaces de l’intégration régionale ; la dernière phase, qui débute dans les années 1990, et qui témoigne de la volonté des États golfiens de reprendre la main sur leur trajectoire démographique et économique.

  • 19 Thiollet, 2011.

19L’article de William Gueraïche présente une analyse des relations diplomatiques et des dynamiques sociales transnationales entre les Philippines et les Émirats arabes unis sous l’angle de la « diplomatie migratoire »19. Il s’attache tout d’abord à déconstruire une représentation souvent homogène de la catégorie du migrant — ou de la migrante — philippin(ne), souvent identifié(e) à l’employé(e) de maison, le travailleur ou la travailleuse peu qualifié(e), pour montrer la diversité de cette migration. Il décrit les différents acteurs qui structurent la trajectoire de la diaspora aux Émirats ; il montre notamment que les États émiriens et philippins sont particulièrement actifs — de façon parfois conflictuelle, parfois coopérative — pour structurer, organiser et gérer cette diaspora très diversifiée. Par ailleurs, le rôle des stratégies, des pratiques et des discours des Philippins eux-mêmes est également essentiel dans l’analyse de cet espace transnational de migration. La diversité du lien transnational est ainsi saisie à travers des liens étatiques et non étatiques, les pratiques quotidiennes, les relations de travail et les relations sociales, le formel et l’informel.

20L’article de Delphine Pagès-El Karoui observe de près les formes d’identification et les conditions de vie d’une quarantaine d’Égyptiens issus de la classe moyenne installés à Dubaï. Il présente les caractéristiques de cette communauté qui, tout en étant minoritaire au regard des communautés immigrés asiatiques, représente néanmoins la plus grande communauté de migrants en provenance du monde arabe. L’auteure retrace l’ambivalence des perceptions de Dubaï comme de l’Égypte qu’ont ces migrants, et analyse leurs frustrations et leurs aspirations. Elle s’interroge enfin sur les formes de cosmopolitisme qui sont accessibles à ces résidents sans perspective d’intégration politique formelle, qui sont cantonnés à demeurer des « voisins » arabes, proches culturellement, mais vivant dans une perpétuelle insécurité, sous la menace d’une potentielle expulsion.

21L’article d’Amin Moghadam explore les dynamiques intimes du transnationalisme à Dubaï. Les relations amoureuses et le mariage sont envisagés comme des lieux de tensions et d'ambiguïtés nourries par le contrôle et les politiques étatiques de l’identité, la négociation des normes sociales et religieuses et les représentations sociales de soi et des autres. La narration ethnographique d’une histoire d’amour malheureuse révèle les dissonances de l’ “iranité” à Dubaï entre un Émirien d’origine Lārestānī (Sud de l’Iran) et une Iranienne récemment arrivée à Dubaï. Elle éclaire aussi les relations vécues entre religion, tradition, famille et institutions sociales. Elle souligne enfin la dimension spatiale du contrôle social exercé sur les vies individuelles et l’intimité. Paradoxalement, l'analyse met en lumière le conservatisme et le conformisme de la prison dorée golfienne malgré les brillants atours du cosmopolitisme et de l’abondance.

22L’article de Franck Mermier documente l’affirmation de ces nouveaux acteurs de la scène culturelle et politique régionale que sont les fondations culturelles arabes. Il montre que leur augmentation participe de l’affirmation d’une pluri-centralité culturelle et politique dans le monde arabe. Cette affirmation s’inscrit dans une trajectoire historique, celle de la perte de pertinence et d’efficacité du panarabisme comme idéologie de mobilisation comme celle de l’affirmation des scènes culturelles et intellectuelles nationales. Franck Mermier montre que cette affirmation se fait notamment au moyen de ces « fondations », dont les structures de fonctionnement, le public auquel elles s’adressent, et les intellectuels ou responsables qui y évoluent sont de fait, si ce n’est panarabes, du moins « régionalisés ». Le rôle croissant que jouent les pays du Golfe dans le développement de cette scène régionale contribue à la construction locale et transnationale de nouvelles centralités intellectuelles et politiques arabes.

23Dans son article sur la foire annuelle d’art de Dubaï, Art Dubai, Melanie Sindelar analyse les stratégies mises en œuvre par les organisateurs de celle-ci pour la promouvoir comme l’un des grands rendez-vous de la scène internationale de l’art contemporain et moderne. L’une de ces stratégies est de construire le caractère unique d’Art Dubai en la présentant d’une part comme un hub artistique entre Est et Ouest, entre Sud et Nord, et d’autre part en mettant à la disposition des investisseurs institutionnels ou privés une « sélection » de la production artistique de régions moins présentes sur les marchés de l’art mondiaux. L’analyse que propose Melanie Sindelar reflète bien en cela les choix opérés par l’émirat plus globalement, qui visent à promouvoir des stratégies de développement dans de multiples secteurs articulées à différentes échelles afin d’assurer la diversification de ses ressources économiques.

24Par toutes ces contributions, ce dossier contribue à l’exploration du Golfe comme un terrain à partir duquel il est aussi possible de développer une réflexion sur les mutations contemporaines du monde et sur la formation du social, de ses pratiques et de ses représentations.

Haut de page

Bibliographie

Al-Nakib F., Kuwait Transformed: A History of Oil and Urban Life, Standford, Standford University Press, 2016.

Ayubi N., Over-stating the Arab State: Politics and Society in the Middle East, I. B. Tauris, 1995.

Basch L., Glick Schiller N. & Szanton Blanc Cr., Nations Unbound: Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Routledge, 1994.

Beaugrand Cl., le renard A. & Stadnicki R. (dir.), « Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique », Arabian Humanities n° 2, 2013, http://cy.revues.org/2460.

Beinin J. & Stork J. (dir.), Political Islam: Essays from Middle East Report, I. B. Tauris, 1997.

Chiffoleau S., Le voyage à La Mecque : un pèlerinage mondial en terre d’Islam, Paris, Belin, 2015.

Faist Th., The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Fargues Ph., Générations arabes : l’alchimie du nombre, Paris, Fayard, 2000.

Gerges F. A., The New Middle East: Protest and Revolution in the Arab World, Cambridge University Press, 2014.

Guarnizo L. Ed. & Smith M. P., “The Locations of Transnationalism”, in M. P. Smith & L. Ed. Guarnizo (dir.), Transnationalism from Below, Comparative Urban and Community Research Series Vol. 6, Transaction Books, New Brunswick, NJ, 1998, p. 3–34.

Halliday Fr., Islam and the Myth of Confrontation: Religion and Politics in the Middle East, London and New York, I. B. Tauris, 1996.

Hanieh A., Capitalism and Class in the Gulf Arab States, New York, Palgrave Macmillan, 2011.

Jacobson M. Fr., Special Sorrows: The Diasporic Imagination of Irish, Polish, and Jewish Immigrants in the United States, Harvard University Press, Cambridge, 1995.

Kanna A., Dubai, the City as Corporation, Minnesota University Press, 2011.

Kepel G., Jihad: The Trail of Political Islam, Harvard University Press, 2003.

Le Renard A., A Society of Young Women: Opportunities of Place, Power, and Reform in Saudi Arabia, Standford, Standford University Press, 2014.

Levitt P. & Jaworsky N. B., “Transnational Migration Studies: Past Developments and Future Trends”, Annual Review of Sociology No. 33, 2007, p. 129‑156.

Mermier Fr. (ed.), Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003.

Nye J. S. & Keohane R. O., Transnational Relations and World Politics: An Introduction”, International Organization No. 25.3, 1971, p. 329349.

Portes A., Immigration Theory for a New Century: Some Problems and Opportunities”, International Migration Review No. 31.4, 1997, p. 799‑825.

Rosenau J., Along the Domestic-Foreign Frontier, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Sakr N., Satellite Realms: Transnational Television, Globalization and the Middle East, London, I. B. Tauris, 2001.

Seccombe I. J. & Lawless R. I., “Foreign Worker Dependence in the Gulf, and the International Oil Companies, 1910–1950”, International Migration Review Vol. 20, No. 3 p. 548574, (Autumn, 1986).

Schriwer Ch., Introduction”, in N. Lenze & Ch. Schriwer (dir.), Converging Regions: Global Perspectives on Asia and the Middle East, Farnham, Ashgate, 2014. p. 15.

Shafik N., Labor Migration and Economic Integration in the Middle East”, in M. Hudson (dir.), Middle East Dilemma: The Politics and Economics of Arab Integration, London, I. B. Tauris, 1999, p. 279298.

Thiollet H., « Nationalisme ordinaire et nationalisme d’État en Arabie saoudite : la Nation saoudienne et ses immigrés », Raisons politiques n° 37, 2010, p. 89‑102.

Thiollet H., Migration as Diplomacy: Labour Migrants, Refugees and Arab Regional Politics in the Oil Rich Countries”, International Labor and Working Class History No. 79, 2011, p. 103‑121.

Thiollet H., « Migration et (contre)révolution dans le Golfe : politiques migratoires et politiques de l’emploi en Arabie saoudite », Revue européenne des migrations internationales n° 31/3-4, 2016, p. 121‑143.

Van Hear N., New Diasporas: The Mass Exodus, Dispersal and Regrouping of Migrant Communities, University College of London Press, London, 1998.

Vertovec St., Transnationalism, Abingdon, Routledge, 2009.

Vignal L. (dir.), The Transnational Middle East: Places, People, Borders, Abingdon-New-York, Routledge, 2016.

Zakaria F., Myth and Reality in the Contemporary Islamic Movement, Pluto Press, 2005 (traduit du texte publié en arabe en 1986).

Haut de page

Notes

1 Quatre articles de ce numéro spécial sont issus de travaux menés dans le cadre du programme de recherche SYSREMO (2010-2015) dirigé par Leïla Vignal et financé par l’Agence Nationale de la Recherche, France. Il s’agit des articles de Franck Mermier, Amin Moghadam, Delphine Pagès El-Karoui et d’Hélène Thiollet. Ce numéro spécial s’inscrit plus généralement dans le cadre de ces recherches sur les circulations transnationales et la régionalisation au Moyen-Orient.

2 Nye & Keohane, 1971.

3 Rosenau, 1997.

4 Levitt & Jaworsky, 2007.

5 Portes, 1997 ; Faist, 2000.

6 Les transmigrants sont définis comme des « immigrants qui développent et maintiennent de multiples relations […] de part et d’autre des frontières » : “Immigrants who develop and maintain multiple relationships […] that span borders we call transmigrants”, selon Basch et alii, 1994, p. 6.

7 The multiple ties and interactions linking people or institutions across the borders of nation-states […] the sustained cross-border relationships, patterns of exchange, affiliations and social formations spanning nation-states”. Vertovec, 2009, p. 2 (traduction des auteures).

8 Guarnizo & Smith 1998.

9 On peut mentionner l’étude classique par Matthew Frye Jacobson du lien des migrants juifs, irlandais et polonais aux États-Unis au début du vingtième siècle (Jacobson, 1995) ou les cas de crises migratoires africaines et moyen-orientales étudiés par Nicholas Van Hear durant tout le vingtième siècle (Van Hear, 1998).

10 On peut mentionner à ce titre l’usage du mot valise « pétro-islam » initialement créé par le philosophe égyptien Fouad Zakaria (Zakaria, 1986) qui renvoie à l’idée que les circuits économiques de la rente pétrolière surdéterminent l’histoire et les trajectoires politiques de la région, générant une inféodation politique du Golfe aux États-Unis et une domination directe ou indirecte des monarchies du Golfe (notamment l’Arabie saoudite) sur les pays arabes de la région. Le terme a rencontré un succès croissant et a été mis en avant, entre autres, par l’intellectuel néoconservateur Daniel Pipes, ou de manière un peu plus subtile par Gilles Kepel (Kepel, 2003, p. 61 et sq.) ou Fawaz Gerges (Gerges, 2014). Il permet généralement d’expliquer le Golfe par cette double variable économique et religieuse, en le réduisant à sa dimension pétroléo-stratégique et civilisationnelle. La faiblesse analytique de l’expression a été mise en lumière par Joel Beinin (Beinin & Stork, 1997, p. 8) et Nazih Ayubi (Ayubi, 1995, p. 233).

11 Chiffoleau 2015.

12 Schriwer 2014.

13 The Middle East is not unique, except possibly in the content of the myths that are propagated about it, from within and without” (Halliday, 1996, p. 261).

14 Par exemple Sakr, 2001.

15 Par exemple Mermier, 2003.

16 Par exemple Seccombe & Lawless, 1986 ; Shafik, 1999 ; Fargues, 2000.

17 On peut citer par exemple et sans prétention aucune à refléter la diversité et la richesse des études contemporaines Thiollet, 2010 et 2016 ; Hanieh, 2011 ; Kanna, 2011 ; Beaugrand, Le Renard, & Stadnicki, 2013 ; Le Renard, 2014 ; Al-Nakib, 2016 ; Vignal, 2016, etc.

18 Vignal, 2016

19 Thiollet, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thiollet et Leïla Vignal, « Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales », Arabian Humanities [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/3143

Haut de page

Auteurs

Hélène Thiollet

CERI

Articles du même auteur

Leïla Vignal

Université Rennes-2, Laboratoire ESO-Rennes/University of Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org