Skip to navigation – Site map

Appel à contributions au dossier thématique de Arabian Humanities n° 9 : « Réappropriations plurielles des modes d’identification à la nation dans la péninsule Arabique contemporaine »

Date limite de remise des résumés : 15 septembre 2016

Coordinatrices : Anahi Alviso-Marino (CESSP/CRAPUL) et Marine Poirier (IREMAM/Sciences Po Aix)

Ce dossier thématique porte sur les transformations et les recompositions des formes d’identification à la nation dans une région caractérisée par les mobilités et les circulations transnationales, et au cours d’une période, de la guerre du Golfe à aujourd’hui, où ces dynamiques s’intensifient et brouillent, ou au contraire exacerbent, les sentiments d’appartenance.

Plutôt que d’interroger la notion d’identité, on cherchera à problématiser et conceptualiser celle, souvent « insaisissable » (Martin, 1994), d’identification. Dans la lignée des travaux de Rogers Brubaker et Frederick Cooper, on propose ainsi d’examiner l’artefact culturel que constitue le nationalisme (Anderson, 1983), en réfléchissant aux relations sociales, affinités et sentiments d’appartenance qui sous-tendent l’inscription dans un groupe ou une communauté (Brubaker, Cooper, 2000 : 19-21). On s’intéressera donc aux articulations entre réseaux de sociabilité et identités catégorielles, en observant comment les relations sociales affectent le sens et les formes d’identification à un groupe (Tilly, 1978).

À travers l’observation fine des processus de construction des nationalismes officiels et non-officiels, on se penchera sur des acteurs sociaux qui se situent entre la réalisation plus ou moins consciente de « produits culturels du nationalisme » inspirés par des idées patriotiques et la production de produits nationalistes officiels commandés directement par l’État ou « official artefacts » (Anderson, 1983). Ces formes de politisation d’objets et d’acteurs n’étant pas toujours volontaires ou conscientes, on s’attachera à interroger, à la suite de Lisa Wedeen, les dynamiques en jeu dans la production de « sujets nationaux ». Comment les discours nationalistes participent-ils à forger des individus « qui endossent (consciemment ou non, avec ferveur ou modération) leurs rôles de citoyens, de patriotes ou de simples membres d’un État nation » (Wedeen, 2008 : 64) ? Ces discours, ainsi que les acteurs qui les produisent ou les divers supports à travers lesquels ils peuvent se communiquer et se partager, nous intéresseront en tant qu’expression « d’idiomes de connexion affective nationale » (Wedeen, 2008 : 23). En ce sens, on retiendra les propositions d’article qui traitent de la problématique du nationalisme à travers l’étude d’objets, d’acteurs, de pratiques et de discours qui produisent des formes plurielles (orthodoxes ou hétérodoxes, dominantes ou marginales) d’identification à la nation.

Sans pour autant faire du nationalisme leur objet d’étude, nombre de travaux portant sur la péninsule Arabique ont déjà abordé ces questions en donnant à voir le politique « ailleurs » ou « autrement ». On pense ici aux enquêtes menées auprès de comédiens (Hennessey, 2014), de musiciens (Sebiane, 2007), d’artistes plasticiens (Alviso-Marino, 2015), de joyriders (Menoret, 2014) ou de citoyens « au quotidien » (Wedeen, 2008), qui questionnent de manière plus ou moins assumée l’ambivalence des rapports au politique. Dans cette perspective, on pourra par exemple explorer les formes variées de l’appartenance au groupe et à l’imaginaire national en se penchant sur les processus de construction étatique (Valéri, 2013) et plus généralement la formation de communautés politiques (Beaugrand, 2007 ; Louër, 2014), leur matérialisation dans l’espace urbain (Beaugrand, Le Renard, Stadnicki, 2013 ; Al-Nakib, 2016 ; Fuccaro, 2009 ; Kanna, 2011), dans les sociabilités et les modes de consommation (Assaf, 2013 ; Le Renard, 2014) ou encore dans les rapports au travail (Planel, 2008). On s’attachera alors à interroger les circulations transnationales et les hybridités identitaires, ainsi que les contraintes et les frontières qui encadrent les mobilités humaines, économiques et sociales dans la péninsule Arabique (Bonnefoy, 2011 ; Gruntz, 2012 ; Moghadam, 2013). Les articles pourront également traiter des enjeux liés à la production des identités et de l’histoire (Mermier, 1999 ; Lambert, 2008 ; Honvault, 2008) et des reformulations concurrentes de l’imaginaire national lors d’épisodes de crise, de conflit ou de guerre (Grabundzija, 2015 ; Shehabi, Jones, 2015). Sans être exhaustifs dans ces exemples et approches, on invite donc les auteurs à examiner les conditions dans lesquelles s’opère la formation de subjectivités nationales distinctes et variables (Vitalis, 2006 ; Chevalier, Martignon, Schiettecatte, 2008).

On adoptera une démarche qui privilégiera l’observation « par le bas » (Bayart, Mbembe, Toulabor, 2008) de micro évènements (Ginzburg, 1980) et d’ « objets politiques non identifiés » (Martin, 2002). Il s’agira de repenser l’étude du nationalisme au travers d’objets de recherche originaux au sens où ils permettent d’appréhender les rapports que les individus entretiennent avec la nation comme institution “« imaginée » et matérialisée. En proposant de nouveaux récits voire counter-narratives (al-Rasheed, Vitalis, 2004), les travaux réunis dans ce dossier participeront ainsi à lever « l’illusion identitaire » (Bayart, 1996) et interroger la fabrique de la « tradition » (Hobsbawm, Ranger, 1963).

Ce numéro s’adresse ainsi aux historiens, anthropologues, sociologues, linguistes, économistes, géographes et politistes, et s’ouvre particulièrement aux approches privilégiant des objets peu explorés au sein de ces disciplines. Les contributions s’appuyant sur un matériau empirique riche seront particulièrement appréciées (iconographie, archives, ethnographie, etc.).

Les propositions d’article, en anglais ou en français, doivent être envoyées avant le 15 septembre 2016 aux coordinatrices Anahi Alviso-Marino (anahialvisomar@gmail.com) et Marine Poirier (poiriermarine@gmail.com) ainsi qu’à Sylvaine Giraud (edition@cefas.com.ye).

D’une longueur de une à deux pages, les propositions devront inclure :

  • le titre de l’article,
  • une présentation du matériau empirique et des méthodes mobilisées,
  • toutes les données nécessaires à l’identification de l’auteur : nom, affiliation institutionnelle, adresse professionnelle, téléphone et e-mail.

Après acceptation, notifiée aux auteurs courant septembre, la date limite de soumission des articles est fixée au 15 janvier 2017.

Il est demandé aux auteurs de respecter les normes de publication de Arabian Humanities. Elles sont exposées dans la note aux contributeurs, disponibles sur http://cy.revues.org/1416 ou bien en contactant la secrétaire de rédaction Sylvaine Giraud (edition@cefas.com.ye).

Bibliographie

Al-Nakib Farah, Kuwait Transformed. A History of Oil and Urban Life, Standford, Standford University Press, 2016.

Al-Rasheed Madawi, Vitalis Robert (dir.), Counter Narratives. History, contemporary society, and Politics in Saudi Arabia and Yemen, New York, Palgrave, 2004.

Alviso-Marino Anahi, Les artistes visuels au Yémen, du soutien à la contestation de l’ordre politique, thèse de doctorat en science politique, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et Université de Lausanne, 2015.

Anderson Benedict, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, [1983] 1991.

Assaf Laure, « Autour d’un café : sociabilité des jeunes à Abou Dhabi », in Laurent Bonnefoy, Myriam Catusse (dir.), Jeunesses arabes : loisirs, cultures et politique, Paris, La Découverte, 2013.

Bayart Jean-François, Mbembe, Achille, Toulabor Comi, Le politique par le bas en Afrique noire. Contributions à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala, 2008.

Bayart Jean-François, L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996.

Beaugrand Claire, « Émergence de la « nationalité » et institutionnalisation des clivages sociaux au Koweït et au Bahreïn », Chroniques yéménites, 14, 2007.

Beaugrand Claire, Le Renard Amélie, Stadnicki Roman (dir.), « Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique », Arabian Humanities, 2, 2013.

Bonnefoy Laurent, Salafism in Yemen : Transnationalism and Religious Identity, Londres, Hurst & Co, 2011.

Brubaker Rogers, Cooper Frederick, “Beyond ‘Identity’”, Theory and society, 1, vol. 29, 2000, p. 1-47.

Chevalier Patrice, Martignon Vincent, Schiettecatte Jérémie (dir.), Yémen. Territoire et identités, Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM), 121-122, 2008.

Fuccaro Nelida, Histories of City and State in the Persian Gulf: Manama since 1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Ginzburg Carlo, The Cheese and the Worms. The Cosmos of a Sixteenth-Century Miller, Baltimore / Londres, The Johns Hopkins University Press, 1980

Grabundzija Maggy, Yémen. Morceaux choisis d’une révolution. Mars 2011 - février 2012, Paris, L'Harmattan, 2015.

Gruntz Lucile, « La révolution du Golfe au Caire ? Migration de travail dans les monarchies pétrolières et changements sociopolitiques en Égypte », Migrations et Sociétés, 143, vol. 24, 2012, p. 73-86.

Hennessey Katherine, “Drama in Yemen. Behind the Scenes at World Theatre Day”, Middle East Information Project (MERIP), 271, vol. 44, 2014.

Hobsbawm Eric, Ranger Terence (eds.) The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1963.

Honvault Juliette, « Une génération après… La mémoire du passé ottoman dans l’autobiographie yéménite contemporaine », Chroniques Yéménites, 15, 2008, p. 35-54.

Kanna Ahmed, The Superlative City. Dubai and the Urban Condition in the Early Twenty-First Century, Minnesota, University of Minnesota Press, 2011.

Lambert Jean, « Les enjeux identitaires de l'écriture de l'histoire dans le Yémen contemporain », Transcontinentales, 6, 2008.

Le Renard Amélie, A Society of Young Women. Opportunities of Place, Power and Reform in Saudi Arabia, Stanford University Press, 2014.

Louër Laurence, “The State and Sectarian Identities in the Persian Gulf Monarchies: Bahrain, Saudi Arabia, and Kuwait in Comparative Perspective”, in Lawrence G. Potter (ed.), Sectarian Politics in the Persian Gulf, Londres, Hurst & Co, 2014, p. 117-142.

Martin Denis-Constant (dir.), Sur la piste des OPNI (Objets politiques non identifiés), Paris, Karthala, 2002.

Martin Denis-Constant (dir.), Cartes d’identité. Comment dit-on « nous » en politique ?, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, 1994.

Menoret Pascal, Joyriding in Riyadh: Oil, Urbanism, and Road Revolt, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Mermier Franck, « Yémen : les héritages d’une histoire morcelée », in Remy Leveau, Franck Mermier, Udo Steinbach (dir.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala, 1999, p. 7-35.

Moghadam Amin, « De l’Iran imaginé aux nouveaux foyers de l’Iran : pratiques et espaces transnationaux des Iraniens à Dubaï », Arabian Humanities, 2, 2013 : http://cy.revues.org/2556.

Planel Vincent, « Les hommes de peine dans le paysage urbain », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM), 121-122, 2008.

Sebiane Maho, « Le statut socioéconomique de la pratique musicale aux Émirats arabes unis. La tradition du leiwah à Dubaï », Chroniques Yéménites, 14, 2007, p. 117-135.

Shehabi Ala’a, Jones Owen Marc, Bahrain's Uprising: Resistance and Repression in The Gulf, London, Zed Books Ltd., 2015.

Tilly Charles, From Mobilization to Revolution, New York, Random House, 1978.

Valeri Marc, Oman. Politics and Society in the Qaboos State, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Vitalis Robert, America’s Kingdom. Mythmaking on the Saudi Oil Frontier, Stanford University Press, 2006.

Wedeen Lisa, Peripheral Visions. Publics, Power, and Performance in Yemen, Chicago/London, University of Chicago Press, 2008.

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org