Navigation – Plan du site

Appel à contributions au dossier Arabian Humanities n° 8 : « Le cheval dans la péninsule Arabique »

Date limite de remise des résumés : 1er février 2016

Éditeurs : Abbès Zouache (CNRS - UMR 5648 CIHAM) et Jérémie Schiettecatte (CNRS - UMR 8167 Orient et Méditerranée)

En 2011, une statue d’équidé découverte deux ans plus tôt par un éleveur de dromadaire sur le site d’al-Maqar (Arabie saoudite), à mi-chemin entre Tathlith et le wādī al-Dawāsir, était présentée à la Commission Saoudienne du Tourisme et des Antiquités à Riyadh. S’accompagnant d’artefacts néolithiques, la statue considérée comme vieille de 9000 ans fut présentée au roi Abdallah b. Abdelaziz et rapidement considérée comme la preuve que le berceau de la domestication du cheval devait être cherché en Arabie saoudite. Cette découverte demeure très discutée, en raison du caractère fortuit de son contexte, d’une part ; par l’interprétation que l’on peut faire de la statue d’autre part : s’agit-il d’un cheval, d’un âne, d’un onagre ? Ce qui apparait comme un bandeau en relief est-il la représentation d’un harnachement ou une caractéristique naturelle de l’animal ?

Indépendamment du crédit que l’on peut apporter à l’interprétation initiale qui fut faite de la découverte d’al-Maqar, celle-ci met en exergue deux points fondamentaux : premièrement, nous ne savons que peu de chose de l’époque de l’introduction et de la domestication du cheval en péninsule Arabique ; deuxièmement, cette découverte souligne la portée symbolique qu’y occupe le cheval dans l’imaginaire collectif.

Partant de ce double constat, il nous est apparu opportun de consacrer un numéro d’Arabian Humanities à la question du cheval et de la pratique de l’équitation en Arabie sous des angles multiples, allant de son introduction, de sa domestication et de sa commercialisation, à ses usages, aux symboles qui y ont été attachés et aux représentations qui en sont faites.

Sur l’origine du cheval et ses usages, des données factuelles peuvent être mobilisées. Les fouilles archéologiques ont livré des assemblages fauniques qui permettent d’identifier la présence d’équidés, et parfois d’en déterminer la nature. Dans l’art rupestre, si le dromadaire monté n’est que rarement représenté, les cavaliers sur chevaux, armés de sabres ou de lances sont un thème récurrent de l’iconographie. Du point de vue des sources historiques, si l’animal est importé en Arabie méridionale au ier siècle de l’ère chrétienne, comme l’atteste le Périple de la mer Érythrée, nous voyons progressivement le nombre des cavaliers croître au sein des armées himyarites par la suite. Au ive siècle, alors que le cheval semble devenir une monture commune en Arabie méridionale, des élevages de chevaux sont attestés sur les hauts-plateaux du Yémen. Ces élevages perdurent après la conquête islamique. Les élevages de Sanaa, Dhamār et Ḥaṣī qui alimentent le marché d’Aden sous les Rasūlides (xiiie-xive siècles) deviennent un pilier de l’économie du Yémen médiéval. Des chevaux sont exportés jusqu’en Inde. Les plus beaux, soigneusement choisis, sont des cadeaux de choix. Ainsi, en 1267, le maître du Yémen fait envoyer au sultan mamelouk Baybars vingt chevaux d’exception.

Source de profits, le cheval est aussi, tout au long du Moyen Âge, un marqueur social qui consacre la domination d’une classe de guerriers sur les sociétés de la péninsule Arabique comme de l’ensemble de l’Orient islamique. Il peuple l’imaginaire arabe et musulman. Des légendes attribuent sa domestication à l’ancêtre des Arabes, Ismaël, ou exaltent ses liens avec le Prophète Muḥammad et l’islam. Un véritable genre littéraire lui est consacré, celui des « Livres sur le cheval » (kutub al-ḫayl) qui s’attardent longuement sur leurs qualités et sur leurs défauts, et/ou font la part belle aux nombreux poèmes qui chantent ses vertus. Ces kutub se rattachent à la culture de la furūsiyya, qui englobe tout ce qui a trait de près ou de loin au cheval, dont notamment les arts équestres, mais aussi à la guerre, et que l’ensemble des détenteurs du pouvoir paraissent avoir partagé. Le souverain rasūlide al-Malik al-Muǧāhid ‘Alī b. Dāwūd (m. 1362) rédige un traité d’hippologie. En 1541, le pieux ‘Abd al-Qādir al-Fākihī s’étend longuement sur le cheval, dans le Kitāb manāhiǧ al-surūr… (« Les voies de la gaieté… ») qu’il rédige en l’honneur du chérif de La Mecque, Abū Numayy.

Par la suite, alors que des voyageurs occidentaux s’extasient pour l’équitation et la race arabes, l’engouement pour le cheval ne s’éteint pas dans la péninsule Arabique. Encore aujourd’hui, il continue d’y fasciner nombre de ses habitants, dont certains entretiennent volontiers son mythe.

Ce numéro s’adresse donc aussi bien aux archéologues, historiens, archéozoologues et spécialistes de l’art rupestre, qu’aux disciplines qui interrogent la place du cheval et de la pratique de la furūsiyya dans la société moderne (anthropologues, linguistes, sociologues…).

Les propositions d’article doivent être envoyées avant le 1er février 2016 aux coordinateurs : Abbès Zouache (ab1zouache@yahoo.fr) et Jérémie Schiettecatte (jeremie.schiettecatte@cnrs.fr), ainsi qu’à Sylvaine Giraud (edition@cefas.com.ye).

Ils devront inclure :

  • le titre de l’article

  • un résumé de 15 à 20 lignes

  • toutes les données nécessaires à l’identification de l’auteur : nom, affiliation institutionnelle et fonction, adresse professionnelle, téléphone et e-mail.

Après acceptation, la date limite de soumission des articles sera le 1er mai 2016. Il est demandé aux auteurs de respecter les normes de publication de Arabian Humanities. Elles sont exposées dans la note aux contributeurs, disponibles ici ou bien en contactant la secrétaire de rédaction Sylvaine Giraud (edition@cefas.com.ye).

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org