Navigation – Plan du site
Nouveaux accents de la poésie dialectale en péninsule Arabique

Introduction

Mohamed Bakhouch, Julien Dufour et Philip Kennedy
Traduction(s) :
Introduction

Texte intégral

1Dans la péninsule Arabique, la poésie est depuis avant l’Islam non seulement la forme principale d’expression artistique mais également le lieu par excellence de représentation et de construction des rapports sociaux. Elle ne se contente pas d’exprimer les aspirations, l’amour, les conflits et les alliances — elle les crée, et la composition ou la récitation d’un poème est en soi un acte social et politique, en temps de guerre comme en temps de paix. Les collecteurs des débuts de l’Islam ont mis par écrit certaines des productions poétiques de l’Arabie ancienne, et ont ainsi constitué un corpus qui sert de référence à la poésie arabe dite classique. Ce corpus est clos depuis longtemps, mais les pratiques qui lui ont donné naissance n’ont pas cessé d’exister pour autant, et les sociétés de la péninsule Arabique continuent jusqu’à aujourd’hui à produire une poésie que l’on appelle désormais dialectale pour la distinguer de la tradition lettrée qui compose en suivant le modèle linguistique de la poésie ancienne. Sowayan (1985, 2000) a ainsi montré comment, par exemple, la poésie de milieu tribal dite nabaṭī peut être considérée comme continuatrice de la poésie préislamique, avec les changements qu’il est normal de constater au terme de quelque 1500 ans d’histoire, mais sans qu’il soit nécessaire de supposer une rupture majeure au cours de cette évolution.

  • 1 Cette diversité de registres est étudiée par Palva, 1992.

2Le terme même de poésie dialectale, consacré par l’usage, est largement impropre. La langue dans laquelle composent les poètes est le plus souvent nettement distincte de la langue courante, et ne peut être comprise sans une familiarité avec un répertoire poétique et une éducation spécifique. Cette poésie n’est dialectale que dans la mesure où elle ne s’exprime pas dans ce qu’on a coutume d’appeler l’arabe classique1.

3Si elle a pu être enregistrée par écrit bien avant l’époque moderne (voir Sowayan 1985 : 101 sq.), ce n’est qu’à partir du xxe siècle que des études lui sont spécifiquement consacrées par des auteurs originaires d’Arabie comme Ibn Bulayhid (1951–1953), al-Farj (1952) et Ibn Khamīs (1958). Ceux-ci avaient été précédés par des chercheurs européens : Wallin (1851–1852), Socin (1900–1901) et, pour l’Arabie du Sud, Landberg (1901–1909) puis Serjeant (1951). C’est surtout à partir des années 1980 que les études se font plus nombreuses, avec une génération d’auteurs arabes ayant tiré profit d’une formation universitaire : ainsi, pour le Yémen, al-Maqāliḥ (1986) et al-Baraddūnī (1988), pour les pays du golfe al-Ḥasan (1990), et pour l’Arabie Saoudite Ibn ‘Aqīl (1982) et Sowayan (1985, 2000). On doit souligner l’importance de ce dernier, familier aussi bien de la tradition orale du Nedjd et de la culture arabe classique que de la recherche arabisante occidentale, et dont l’ample travail marque une étape dans l’histoire de la discipline (http://www.saadsowayan.com/​). Caton (1990) dégage une poétique articulée sur une analyse des usages qu’une société tribale yéménite fait de la poésie, en une étude exemplaire dont on peut estimer que la lecture s’impose à quiconque étudie la poésie arabe. Enfin le travail monumental de Kurpershoek (1994–2005) allie collecte de la poésie du Nedjd et analyse du matériau aux plans littéraire, linguistique et social.

4Il est remarquable que ce développement des études sur la poésie dialectale que connaissent les années 1980–1990 correspond à un moment de l’histoire où le boom pétrolier du milieu du xxe siècle a définitivement bouleversé les sociétés dans la plupart des pays de la Péninsule, et où la raison d’être même de la poésie se trouve du même coup mise en cause. Un genre aussi intimement mêlé que la poésie aux réalités sociales ne pouvait manquer d’être touché au premier chef par l’apparition de sources de subsistance nouvelles, la sédentarisation de populations nomades, l’urbanisation, l’alphabétisation et le développement de nouveaux moyens de communication. Au Yémen, les changements sont plus progressifs, et Miller (2007) étudie la façon dont la poésie tribale de genre qaṣīda, s’engouffrant dans l’industrie de la cassette audio, demeure, selon des modalités nouvelles, un canal privilégié d’expression du discours politique. Mais même dans les pays du Conseil de coopération du Golfe, s’il est indéniable qu’une époque est révolue et que la poésie dialectale s’est profondément transformée, celle-ci n’en continue pas moins à susciter un immense intérêt, comme en témoigne la place qu’elle tient dans les conversations, mais aussi par exemple l’audience des émissions télévisuelles qui lui sont consacrées. L’analyse de ces pratiques renouvelées en est encore à ses débuts ; elle fait l’objet par exemple de Holes & Abu Athera (2009).

5Le présent numéro des Arabian Humanities cherche à comprendre comment cette profondeur historique et ces évolutions récentes se reflètent au niveau des conventions et des structures thématiques ou énonciatives qui fondent les différents genres poétiques et qui sont en rapport étroit avec les besoins des sociétés qui les pratiquent.

6C’est à l’un des grands représentants de la tradition du nabaṭī juste avant les bouleversements du xxe siècle qu’est consacrée l’étude de Marcel Kurpershoek : ‘Abd Allāh b. Subayyil, poète de Nifi dans le Nedjd, mort en 1938, et dont l’auteur a pu recueillir en 1989 quatre poèmes auprès d’un des derniers transmetteurs oraux de sa poésie, laquelle a par ailleurs fait l’objet de publications imprimées. On y voit comment Ibn Subayyil, dans des échanges avec d’autres poètes, met à profit les conventions de la poésie amoureuse nabaṭī pour élaborer un style qui lui est propre, en développant un tableau littéraire de la société, où les nomades, dont il n’est pas, sont idéalisés et parés des vertus les plus dignes de louanges.

7Sam Liebhaber explore l’histoire du langage poétique de l’Arabie en mettant en regard les structures et les conventions de la poésie yéménite en langue mehrie et celle du nabaṭī en arabe. Les langues dites sudarabiques modernes, dont fait partie le mehri, sont les dernières représentantes des langues non arabes d’Arabie. Elles connaissent des traditions poétiques comparables à celles du reste de la Péninsule mais avec des particularités thématiques et formelles qui pourraient remonter à une époque ancienne.

8La joute poétique connue sous le nom de maydān est considérée comme typique de la culture populaire de l’Oman, et fait à ce titre l’objet d’une attention officielle dans ce pays, dans un effort de patrimonialisation de l’héritage culturel. Claude Audebert et Mohamed Bakhouch étudient les descriptions qui en sont faites par plusieurs auteurs omanais contemporains, révélatrices des différences pouvant exister dans l’approche d’une poésie qui est autant une pratique qu’un répertoire.

9Le Yémen connaît sous le nom de qaṣīda une poésie politique en milieu tribal très semblable dans ses fonctions et ses formes à ce que d’autres pays de la Péninsule nomment nabaṭī. S’adaptant à des conditions nouvelles de circulation de l’information et du discours public, elle intègre aujourd’hui dans ses structures des références à cette situation contemporaine. Julien Dufour et Hanan Maloom explorent les mécanismes de cette adaptation, facilitée par le fait que le procédé essentiel de la qaṣīda est la mise en scène du discours en tant que message transmis.

Haut de page

Bibliographie

al-Baraddūnī ‘Abd Allāh, Funūn al-adab al-sha‘bī fī al-Yaman, Beyrouth, Dār al-Ḥadātha, 1988.

al-Farj Khālid b. Muḥammad, Dīwān al-Nabaṭī. Majmū‘a min al-shi‘r al-‘āmmī fī Najd, Damas, Maṭba‘at al-Taraqqī, 1952.

al-Ḥasan Ghassān Ḥasan Aḥmad, Al-shi‘r al-nabaṭī fī minṭaqat al-Khalīj wa-l-jazīra al-‘Arabiyya. Dirāsa ‘ilmiyya, s.l. (Émirats arabes unis), Mu’assasat al-thaqāfa wa-l-funūn / al-Majma‘ al-thaqāfī, 1990.

al-Maqāliḥ ‘Abd al-‘Azīz, Shi‘r al-‘āmmiyya fī al-Yaman, nouvelle éd., Beyrouth, Dār al-‘Awda, 1986.

Bailey Cl., Bedouin poetry from Sinai and the Negev. Mirror of a culture, Oxford, Clarendon Press, 1991.

Caton St. C., Peaks of Yemen I Summon. Poetry as Cultural Practice in a North Yemeni Tribe, Berkeley / Los Angeles / Oxford, University of California Press, 1990.

Holes Cl. & Abu Athera Said Salman, Poetry and politics in contemporary Bedouin society, Reading, Ithaca Press, 2009.

ibn ‘Aqīl Abū ‘Abd al-Raḥmān Muḥammad b. ‘Umar, Tārīkh Najd fī ‘uṣūr al-‘āmmiyya. Dīwān al-shi‘r al-‘āmmī bi-lahjat ahl Najd, Riyad, Dār al-‘ulūm, 1982.

ibn Bulayhid Muḥammad b. ‘Abd Allāh, Ṣaḥīḥ al-akhbār ‘ammā fī bilād al-‘Arab min al-āthār, 1re éd. Le Caire, Maṭba‘at al-Sa‘āda, 1951–1953, 2e éd. Beyrouth, s.n., 1972.

ibn Khamīs ‘Abd Allāh b. Muḥammad, Al-adab al-sha‘bī fī jazīrat al-‘Arab, Riyad, Maṭābi‘ al-Riyāḍ, 1958.

Kurpershoek M., Oral Poetry and Narratives from Central Arabia, Vol. 1 : Poetry of ad-Dindān. A Bedouin Bard in Southern Najd (1994), Vol. 2 : Story of a Desert Knight. The Legend of Šlêwīḥ al-‘Aṭāwi and other ‘Utaybah Heroes (1995), Vol. 3 : Bedouin Poets of the Dawāsir Tribe. Between Nomadism and Settlement in Southern Najd (1999), Vol. 4 : Saudi Tribal History. Honour and Faith in the Traditions of the Dawāsir (2002), Vol. 5 : Voices from the Desert. Glossary, Indices, and List of Recordings (2005); Brill, Leyde, 1994–2005.

Landberg, Le Comte de Landberg, Études sur les dialectes de l’Arabie méridionale. Vol. 1 : Ḥaḍramoût (1901), Vol. 2 : Dathînah (1909), Leyde, Brill 1901–1909 .

Miller Fl. M., The moral resonance of Arab media. Audiocassette poetry and culture in Yemen, Cambridge Mass., Harvard University Press, 2007.

Musil Al., The Manners and Customs of the Rwala Bedouins, New York, American Geographical Society, 1928.

Palva H., Artistic Colloquial Arabic. Traditional narratives and poems from al-Balqā’ (Jordan). Transcription, translation, linguistic and metrical analysis, Studia Orientalia 69, Helsinki, Finnish Oriental Society, 1992.

Serjeant R. B., South Arabian Poetry. Prose and Poetry from Ḥaḍramawt, Londres, Taylor’s Foreign Press, 1951.

Socin Al. S., Diwan aus Centralarabien, édité par Hans Stumme, Leipzig, Teubner, 1900–1901. Tome I : textes, 1900 ; tome II : traductions, 1900 ; tome III : commentaires et glossaires, 1901.

Sowayan Saad Abdullah, Nabati poetry. The oral poetry of Arabia, Berkeley, University of California Press, 1985.

Sowayan (Ṣuwayyān) Sa‘d ‘Abd Allāh, Al-shir al-nabaṭī. Dhāiqat al-shab wa-sulṭat al-naṣṣ, Beyrouth, Dār al-Sāqī, 2000.

Wallin G. A., « Probe aus einer Anthologie neuarabischer Gesänge, in der Wüste gesammelt », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 5 (p. 1-23), 6 (p. 190-218, 369-378), 1851–1852.

http://www.saadsowayan.com/Publications/Ar_Book4/B4C01.html

Haut de page

Notes

1 Cette diversité de registres est étudiée par Palva, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Bakhouch, Julien Dufour et Philip Kennedy, « Introduction », Arabian Humanities [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/2958 ; DOI : 10.4000/cy.2958

Haut de page

Auteurs

Mohamed Bakhouch

Articles du même auteur

Julien Dufour

Articles du même auteur

Philip Kennedy

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org