Navigation – Plan du site
Lectures

Neha Vora, Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora

Durham and London, Duke University Press, 2013, 245 pages
Amin Moghadam
Référence(s) :

Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora / Neha Vora .- Durham and London: Duke University Press, 2013 .- 245 p.

Entrées d’index

Géographique :

ARE
Haut de page

Texte intégral

1L’approche anthropologique a été longtemps absente des travaux de recherche dédiés à l’étude des pays et villes du Golfe, et en particulier de ceux qui mettaient l’accent sur les questions migratoires. Celles-ci étaient avant tout étudiées à travers l’apport économique des migrants aux projets de développement des villes du Golfe, la marginalisation des travailleurs non-qualifiés ou les retours économiques des migrants vers leurs pays d’origine par le biais de pratiques transnationales.

2L’ouvrage intitulé Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora de Neha Vora se compose de cinq chapitres précédés d’une introduction qui place le travail empirique de la thèse de doctorat de l’auteur dans un cadre théorique bien défini. Celui-ci s’inscrit dans la lignée de travaux récents qui donnent la parole aux habitants des villes du golfe, fait la part belle à leurs affects et ressentis, et privilégie la ville comme espace de rencontre de groupes sociaux et comme lieu de subjectivation des individus membres de ces groupes. Adoptant une terminologie foucaldienne et utilisant le lien entre la gouvernementalité et la production de subjectivité, l’auteur organise les différents chapitres de son livre autour des classes sociales indiennes présentes à Dubaï et les pratiques et discours des individus qui en sont issus. C’est par cette même approche que Neha Vora dépasse la seule distinction entre citoyen légal et non-citoyen, et qu’elle illustre les différentes formes de citoyenneté et d’appartenance qui pourraient naître au sein d’une classe sociale donnée et dans un système politico-économique que l’auteur qualifie de néolibéral.

3Dans les premiers chapitres, l’auteur démontre à quel point la profondeur historique des liens entre le continent indien et la ville de Dubaï, dont l’empreinte est aujourd’hui visible à travers de nombreux quartiers indiens de l’ancienne partie de la ville, est constitutive de la subjectivité diasporique de ces premiers migrants, et qu’elle participe à la « communauté imaginée » indienne dans son ensemble. L’auteur démontre également, à travers les récits et pratiques des migrants, que l’ancienneté de leur présence à Dubaï, les réseaux qu’ils ont développés dans la ville et leur vécu au quotidien sont à l’origine de leur forme d’appartenance, et combien ils contrastent avec la simple définition légale de « travailleur temporaire ».

4Retraçant l’expansion de la ville, l’auteur avance l’idée d’une ségrégation urbaine qui la caractériserait aujourd’hui en la divisant entre, d’une part, les parties anciennes, notamment autour de la baie (the creek), qui hébergent les communautés historiques des migrants, et d’autre part, celles du « nouveau Dubaï », de ses mégaprojets urbains et de ses habitants de classes moyennement qualifiées et qualifiées et majoritairement d’origine occidentale ou arabe. Il y aurait donc, selon l’auteur, une nouvelle ville globalisée, espace de consommation qui produit une citoyenneté néolibérale consumériste, tout à fait distincte du centre-ville (downtown) ségrégé et héritier du cosmopolitisme et du mercantilisme d’antan, né des liens tissés dans l’océan Indien et où les habitants expérimentent une authentique « citoyenneté urbaine ». Ainsi, les individus des différentes classes sociales indiennes s’identifieraient à la ville selon des processus distincts : les classes moyennes du vieux quartier de Dubaï le feraient par leur ancienneté, leur vécu et leurs pratiques de consommation ainsi qu’à travers un discours nostalgique et amer sur la perte de leur rôle dans l’évolution du nouveau Dubaï ; et une classe d’affaires pour laquelle l’identification passe par la valorisation de son activité économique et du contrôle qu’elle exerce sur d’autres Indiens. C’est aussi par le biais de ces mêmes catégories de migrants que l’auteur examine leurs liens vis-à-vis de leur pays d’origine et d’accueil. D’après les interviews effectuées par l’auteur, les hommes d’affaires indiens dédaigneraient toute revendication d’appartenance à la communauté nationale émirienne — même si cela est possible légalement — et se sentent très attachés à leur pays d’origine, alors que les enfants nés des premières générations de migrants indiens, et surtout ceux qui suivent les formations occidentales dans les institutions d’éducation supérieure, se sentent « à la maison » à Dubaï et souhaiteraient accéder à la citoyenneté émirienne.

5Ces distinctions entre l’ancien et les nouveaux quartiers de Dubaï, ou encore celle qui divise les classes sociales indiennes, elles-mêmes produites, comme le dit si bien l’auteur dans sa phrase de conclusion, par des épistémologies quelquefois « exceptionalisantes » de l’observateur, gagneraient certainement à être nuancées. Si les deux parties de la ville se distinguent par leur caractère architectural et le type de population qu’elles hébergent, il serait réducteur de faire l’impasse sur les mobilités physiques et sociales qui s’y déploient. Parmi les enfants issus des communautés historiques de migrants, notamment les Indiens et Iraniens, nombreux sont ceux qui, avec l’évolution de la ville et de ses secteurs d’activités, sont également entrés dans une dynamique dite « globale » — en partie grâce aux institutions d’enseignement supérieurs dont l’auteur souligne le rôle capital dans le dernier chapitre de l’ouvrage — et qui ont choisi d’habiter dans les nouveaux quartiers de la ville. Il serait biaisé de penser que les activités du vieux port et les individus qui y travaillent sont complètement déconnectés de la vie économique des grandes tours des nouveaux quartiers de la ville. De même, une ouverture de focale permettrait de prendre en considération le marchand du vieux quartier de Deira qui conserve sa sociabilité marchande dans le vieux quartier tout en résidant à Jumeira Beach Residence (complexe résidentiel de grand standing). La création de nouvelles centralités dans la nouvelle partie de la ville, à caractère global, exaltant une identité indéfinissable et dotée d’un esprit occidental, a bien modifié les habitudes de certains anciens habitants. Si les premiers migrants, arrivés initialement à Dubaï pour des raisons économiques, continuent à vivre dans les anciens quartiers qui leur permettent de maintenir leurs habitudes souvent en lien étroit avec leur communauté d’origine, leurs enfants, au contraire ont tendance à partager leurs pratiques urbaines entre l’ancienne partie de la ville et la nouvelle, ou bien s’installent définitivement dans le « nouveau Dubaï ». Ces nouveaux quartiers confortent parfois un désir de vivre dans l’anonymat et à l'abri des regards de la famille et de la communauté et garantit une certaine liberté.

6Dans la conclusion de son travail, l’auteur, qui à ce moment de la rédaction de l’ouvrage, revient d’un nouveau séjour à Dubaï en 2009, se montre extrêmement surprise de constater l’évolution des mobilités physiques et sociales des personnes qu’elle avait rencontrées auparavant. Et cette conclusion pose un doute sur la réalité de la dichotomie entre le vieux et le nouveau Dubaï défendue dans les premiers chapitres. On pourra souligner le risque heuristique que représente l’analyse des migrants d’une communauté nationale donnée en termes de classes sociales, alors que celles-ci sont avant tout des constructions sociales mouvantes, dont les frontières peuvent se déplacer notamment grâce à l’expérience migratoire. La stratification sociale dans le temps et dans l’espace (la périodisation) et la compréhension du projet migratoire d’un individu donné, la prise en compte de l’autonomie (contrainte et liberté) dont il dispose, sont probablement de meilleurs outils pour comprendre les pratiques et discours aussi bien par rapport au pays d’accueil que vis-à-vis du ressenti envers le pays d’origine. De même, lorsqu’on s’intéresse à une communauté nationale en situation de migration et aux rapports que les individus entretiennent les uns avec les autres, une sociologie des représentations sociales du pays d’origine semble indispensable à la compréhension d’une approche qui met l’accent sur les subjectivités produites dans l’espace-temps migratoire.

7L’apport important de l’ouvrage de Neha Vora est de rappeler que, contrairement à la volonté de l’État émirien d’opérer une distinction entre nationaux et migrants — parfois reprise par les migrants eux-mêmes (d’où l’expression de « Participatory exclusion » utilisée par l’auteur) et même par certains travaux académiques —, les migrants, et notamment ceux des classes moyennes, remettent en cause, par leur vécu et par l’influence qu’ils exercent sur la ville (« la citoyenneté vécue »), les catégories basées uniquement sur le statut juridico-légal (État-nation et ses citoyens versus l’économie et les migrants). Remise en cause qui suppose des droits à la ville dont l’absence de reconnaissance pourrait aboutir à des processus de politisation de la présence des migrants, à la révolte civile età la remise en cause du système politique en place… pour davantage de démocratie.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amin Moghadam, « Neha Vora, Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora », Arabian Humanities [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 10 mars 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/2821

Haut de page

Auteur

Amin Moghadam

Sciences Po Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org