Navigation – Plan du site

Éditorial

Juliette Honvault
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Le « Printemps arabe » — puisque l’usage a fini, malgré les critiques, par consacrer la formule — ne s’est pas clos sur l’année de son avènement, et les fractures qu’il a provoquées n’en ont pas fini de s’étendre, dans l’espace comme dans le temps. La parution de ce quatrième numéro d’Arabian Humanities, qui intervient quatre ans après les premiers appels à la liberté politique, coïncide avec l’action menée au Yémen par une coalition militaire conduite par l’Arabie saoudite et décidée à rétablir à leur place les acteurs d’une transition politique postrévolutionnaire qui avaient été récemment écartés. Un ensemble de monarchies (l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Qatar) qui ont, grâce à un appareil répressif et des moyens financiers hors normes, échappé à l’embrasement en 2011, viennent donc au secours d’une transition politique mise en place au lendemain du « Printemps » yéménite. Cette situation apparemment paradoxale ne doit pas faire oublier que la Péninsule a été fortement bousculée par les révolutions qui, en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Yémen et en Syrie, ont permis l’expression d’une contestation islamiste radicale. Les monarchies de la Péninsule l’ont ou bien soutenue pour faire face à l’ennemi chiite, comme au Yémen, ou bien combattue pour faire taire ses ambitions démocratiques. Les « Printemps arabes » ont donc bien gagné l’ensemble de la Péninsule, sous différentes formes, et avec des effets variés.

2Les neuf articles du dossier coordonné par Laurent Bonnefoy et Laurence Louër sur « Le Printemps arabe dans la péninsule Arabique » témoignent du caractère multidimensionnel de l’évènement. Le regard porté par leurs auteurs dépasse l’unique épisode véritablement révolutionnaire de la région, au Yémen, pour revenir sur ce qui, dans le reste de la Péninsule, a peut-être un peu trop rapidement été perçu comme des péripéties sans conséquences. S’il n’y a pas eu de révolution à proprement parler en Arabie saoudite, au Bahreïn, aux Émirats arabes unis, au Koweït, au Qatar ou encore en Oman, ce dossier montre bien qu’un « Printemps » contestataire s’y est déployé, engageant des changements sociaux, politiques et économiques profonds.

3L’équipe d’Arabian Humanities a également le plaisir d’annoncer la publication du premier texte en arabe de la revue, publié dans la catégorie « Notes et documents ». Son auteur, Yāsir Ismā‛īl, nous révèle l’existence d’objets en cuivre dans les musées d’al-Ṭā’if , peut-être produits dans la région, et ouvre la revue à l’étude des arts dans la Péninsule. Que cette publication en encourage d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Honvault, « Éditorial », Arabian Humanities [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://cy.revues.org/2804

Haut de page

Auteur

Juliette Honvault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org