Navigation – Plan du site
Histoires

Le Mégalithisme au Yémen

Tara Steimer-Herbet

Entrées d’index

Mots-clés :

archéologie, mégalithe

Géographique :

YEM
Haut de page

Texte intégral

Nécropole de Jabal Ruwaik (Yémen)

Nécropole de Jabal Ruwaik (Yémen)

1Les comptes rendus d’explorations, de missions archéologiques, de fouilles1, font état de nombreux monuments funéraires mégalithiques dont l’étude reste encore très sommaire. Cette année deux missions françaises au Yémen, l’une dans le cadre d’une prospection systématique des sites de la période islamique sur les côtes du Hadramawt et du Mahra, et l’autre suivant un programme de prospection recherchant principalement des sites de l’âge du Bronze dans les régions de Sa’ada, du Ramlat as-Sab’atayn, et de Shabwa, ont permis de répertorier des nécropoles très importantes pour la compréhension du phénomène mégalithique. Les monuments sont variés : tumuli et tombes carrées ou circulaires avec ou sans chaîne funéraire, pierres dressées, alignements, trilithes ; ils sont isolés ou regroupés dans de grandes nécropoles et sont tous construits en pierre non taillée.

2On suivra une logique géographique en divisant le territoire yéménite en quatre ensembles : le Ramlat as-Sab’atayn, le plateau de Dhamar, la plaine de la Tihama pour enfin étudier le Mahra et le Dhofar qui seront traités ensemble.

3Nous avons été confrontés à des problèmes de classements, plusieurs termes étant utilisés pour décrire des monuments identiques. C’est pour cette raison que nous avons procédé à un éclaircissement terminologique en décrivant les monuments, de manière sommaire avant d’en donner la répartition géographique et, lorsqu’elle est possible, la datation ainsi que les coutumes funéraires.

La ceinture géographique du Ramlat Dahm et du Ramlat as-Sab’atayn

4Le Ramlat Dahm et le Ramlat as-Sab’atayn constituent, du point de vue géographique mais aussi archéologique, un ensemble cohérent caractérisé par une série de nécropoles mégalithiques disposées le long d’un croissant désertique. Ce que nous avons appelé croissant représente concrètement la région nord est de Saada, la région du Jawf , Sîrwah, wâdî ‘Irma, Shabwa, Jabal Ruwaik et al Abr.

5Dans ces régions2, existe principalement ce que l’on appelle communément cairn mais qu’il conviendrait mieux de classer sous l’appellation tombes circulaires hautes. Le vocable de cairn a été employé par R. Toplyn3, par B. Doe4, puis par de nombreux auteurs dont S. Cleuziou5, bien que ce dernier ait préféré utiliser le nom arabe de dirm. A. de Maigret6 les appelle des tombes tours7. L’expression tombe circulaire haute réunit toutes les tombes rondes dépassant 1.5 m de haut et dont les murs extérieurs, d’un diamètre moyen de 4 m, sont appareillés sur plusieurs assises. Des chaînes ou des traînes funéraires8 sont souvent associées à ces tombes, elles sont soit formées de piles tronconiques incluant une pierre dressée9, soit de piles circulaires de 30 à 40 cm de haut10, soit de longs murs à double parement11. Toutefois les formes des monuments sont très variées. En effet l’on trouve également des tumuli formés d’une épaisse couche de pierre et de terre recouvrant une chambre à ciste12 Ces tombes sont plus discrètes et plus difficilement repérables dans le paysage car elles sont d’une hauteur maximale de 1 m et d’un diamètre de 3 à 6 m. Ces tumuli sont également associés, mais plus exceptionnellement, à des chaînes funéraires. Ces chaînes sont de simples lignes de pierres et peuvent être au nombre de trois pour un seul tumulus13.

Chaîne funéraire de Jabal Ruwaik

Chaîne funéraire de Jabal Ruwaik

Tombe circulaire haute de Jabal Ruwaik

Tombe circulaire haute de Jabal Ruwaik

6En outre, il existe des tombes murs14, sortes de grands murs à deux parements, au milieu desquels se trouve une chambre funéraire en forme de caisson ; des tombes rectangulaires15 avec une ou deux pierres dressées à l’est de la tombe et des tombes carrées. Enfin des chaînes funéraires formées par des caissons rectangulaires de 1 x 0.8 m de plus d’une centaine de mètres seront classées dans la catégorie des alignements16. Quelques sites de pierres dressées ont été répertoriés17. Tous ces monuments décrits n’ont aucune fonction sépulcrale liées au culte de la mort ; ils ont une fonction commémorative. On retrouve de nombreuses similitudes quant à la forme des monuments connus dans les régions désertiques du Sinaï – Néguev et de l’Arabie Saoudite.

7Les tombes sont quasiment toutes associées à des chaînes funéraires. Quelques fouilles sporadiques ont confirmé que les chaînes funéraires, tout comme les pierres dressées, sont des monuments commémoratifs ; mais pour le moment, aucune information sérieuse ne permet d’envisager leur rôle dans le rituel funéraire. Ce qui semble évident c’est que ces structures couvrent une dimension territoriale très importante. Les tombes circulaires hautes, et les tumuli avec ou sans traînes, se distribuent géographiquement du nord au sud-est, de la région de Sa’ada à la région de al-Abr avec une forte concentration dans le Jawf, Sirwâh, Ramlat as-Sab’atayn, et Shabwa. La zone occupée forme une sorte de croissant autour du Ramlat Dahm et Ramlat as-Sab’atayn, formant une zone frontière. Leurs situations topographiques privilégiées sont les crêtes, les pentes surplombant les wâdîs, les hauts plateaux et le long des routes18 ou des pistes. On peut cependant en trouver quelques-unes dans les wâdîs ou dans les plaines lorsqu’il y a des éminences rocheuses.

8Les cartes détaillées de la distribution des tombes circulaires hautes ont mis en évidence la position stratégique de ces nécropoles : le long des pistes à travers le désert. Elles suivent ce que l’on appelle l’axe principal qui relie Shabwa au Jawf19 Datées du IIIème et IIème millénaire par B. Vogt et A. de Maigret20, les tombes circulaires hautes sont présentes tout le long des voies de communication de la Péninsule. Cela nous permet d’envisager que dès cette période des liaisons commerciales étaient établies entre le Levant, l’Oman et le Yémen.

Les Hauts plateaux et la double hypothèse de Dhamar

9A plus de 2000 m d’altitude, on trouve des cuvettes, telle la plaine de Dhamar, tapissées de dépôts fertiles correspondant à des épanchements volcaniques. Sur le plateau surplombant le village de Meriya, R. de Bayle de Hermens21 en 1974 redécouvrait, après le géologue français A. Beneyton, en 1909-1910, des pierres dressées sur la bordure rocheuse du plateau. Il décrivait également des dolmens placés à l’extrémité sud-est du plateau basaltique. Ce sont deux sortes de monuments formés d’une grande dalle de pierre horizontale soutenue par des montants. Il notait aussi, à proximité des dolmens et des pierres dressées du plateau, une allée couverte de 8 m de long recouverte par 7 dalles horizontales dont l’une, au milieu de l’édifice, manque.

10Une visite du site nous a permis de constater qu’en fait de dolmens, nous pouvions avoir à faire à des tables d’autels. Les soi-disant tables de couverture sont monumentales, mais les montants sont extrêmement petits et l’espace réservé pour l’inhumation est tellement réduit qu’il devient difficile d’imaginer un quelconque espace sépulcral. De plus, une dalle de la même taille à quelques centaines de mètres, surélevée de la même manière, présente sur sa surface exposée une large rigole creusée, élément lié aux rituels sacrificiels.

11L’environnement archéologique de ces structures est très riche, une ville entière et tout un système de récupération d’eau avec d’immenses citernes datées de la période sud-arabique comme en atteste l’inscription sur la falaise sud. La richesse de la région de Dhamar favorisa dès le IIIème millénaire le développement de l’agriculture, comme le prouvent les prospections de l’équipe américaine de T.-J. Wilkinson22 et les vestiges d’habitats monumentaux ou de rituels funéraires découverts par A. Beneyton peuvent être attribués à cette période.

La Tihama

12La plaine basse de la Tihama est l’un des milieux les plus défavorisés du Yémen. C’est un désert côtier, pratiquement sans eau, parsemé de palmiers et d’acacias.

13R. de Bayle de Hermens, en 1974, explorait les pierres dressées de Hamili, décrites pour la première fois par A. E. Parinello et G. Benardilli en 1970 et par le Docteur Peter en 1974 sous le nom de al-Hedjar al-Gaimah. Plusieurs alignements de pierres, de 1 à 3 m de haut, se prolongent sur plus d’un kilomètre. Ils sont au pied du jabal al-Mahandar formé d’une roche qui se délite en prisme et qui fournit de cette façon le matériau. Bien qu’elles semblent parfaitement biseautées, les pierres dressées ne sont pas taillées. Une industrie sur quartz et sur obsidienne daterait le site de la fin du néolithique.

14L’équipe d’archéologie islamique de E. J. Keall23, quant à elle, s’est intéressée depuis 1997 à un site de pierres dressées localisé un peu au nord de la ville de Zabid. La surface érodée par les vents de sable n’a pas livré beaucoup de matériel, quelques tessons, outils en obsidienne, épingles de cuivre et perles en cornaline. En revanche, la fouille24 de la partie avant d’un monolithe a mis au jour tout un dépôt d’offrandes composé de deux lames de cuivre, deux têtes de haches, deux pointes de javelots. Ce matériel est daté de 2500 av. J. C. Et le lithique serait attribué à la période néolithique.

Mahra et Dhofar

15Le Mahra appartient actuellement au Yémen et le Dhofar à l’Oman. Ce sont deux régions limitrophes qui n’en font qu’une géographiquement. C’est une étroite bande côtière de 40 km dominée par des massifs montagneux érodés qu’arrose la mousson. Les vestiges archéologiques sont très similaires et il nous a semblé cohérent de les réunir.

16C'est B. Thomas le premier qui a exploré en 1929 le Dhofar. Suivirent plusieurs missions dont celle de J. Zarins en 1997 qui explora le Mahra. Mais en novembre 1997 une mission française, dans le cadre d’une prospection systématique des sites de la période islamique sur les côtes du Hadramawt et du Mahra25, a permis de répertorier des ensembles mégalithiques.

17La prospection de A. Rougeulle26 s’est avérée particulièrement fructueuse puisque l’on a trouvé plusieurs types de monuments mégalithiques, tels que des tumuli27, des cistes28, des trilithes29 et une pierre dressée. Les trilithes qui sont une forme plus modeste des alignements de pierres dressées, semblent se concentrer dans le Mahra et le Dhofar. Ils sont principalement situés le long des wâdîs, dans des zones qui peuvent être encaissées. Ces monuments sont souvent isolés ou en très petits groupes.

18On trouve des tumuli tout le long de la route qui relie Sayhut à Qishn. Ce sont des tumuli ronds de 3 à 6 m de diamètre, généralement peu élevé, maximum 1 m. Dans le Mahra, on les trouve tout aussi bien sur le sommet de petites collines qu’au pied de jabal plus escarpés, en petits rassemblements ou bien isolés. Mais les monuments les plus significatifs du Mahra et du Dhofar sont les trilithes, lesquels, nombreux, suivent le cours des wâdîs ou sont sur les sommets des plateaux.

19Un matériel lithique et une céramique assez grossière permettent de dater les cistes de Daraja du IIème millénaire. Les trilithes font toujours l’objet d’une polémique en ce qui concerne leur datation. En attendant d’éclaircir ce problème de datation nous les conservons parmi les monuments mégalithiques de la Péninsule du IIIème et IIème millénaire.

Conclusion et hypothèses sur la société ayant construit ces monuments

20A. de Maigret et S. Cleuziou, après d’autres, ont su démontrer la présence des ensembles funéraires mégalithiques au Yémen dès le début des années 80 ; notre étude, aujourd’hui a pour but de rendre compte de l’importance de ce phénomène extrêmement bien conservé dans cette partie du monde. Bien entendu il ne doit pas être totalement isolé des autres ensembles que l’on connaît dans la péninsule sinaïtique ou le Levant.

21Le problème majeur, au Yémen comme ailleurs, est d’attribuer une datation exacte aux tombes mégalithiques ou aux alignements de pierres dressées, la plupart n’ayant fournit aucun matériel céramique. Quant au matériel lithique découvert en surface il a permis de donner un cadre approximatif de la période de construction : début du Bronze ancien (3000 av. J. C.). Un autre moyen de dater les tombes circulaires hautes pour le moment est de les comparer avec des tombes du même type connues dans d’autres régions de la péninsule arabique, et ayant fourni un matériel reconnaissable et donc bien datable. Par exemple, K. Frifelt30 attribue les tombes circulaires hautes de Ra’s al-Hamra (Oman), d’après des petites jarres peintes importées de Mésopotamie et déposées dans les tombes, à l’époque de Jemdet Nasr (c’est à dire au début du IIIème millénaire).

22On a vu que la construction des tombes circulaires hautes ou des tumuli obéit à une sorte de code convenu ; sur une nécropole on retrouve souvent un type architectural qui se répète, avec seulement quelques variantes pour le système de fermeture, le dallage ou les éléments associés telles les chaînes funéraires. Le code de base est l’utilisation de la pierre brute et l’existence de règles architecturales pour la forme de la tombe, ronde le plus fréquemment, pour le système d’appareillage des murs, le remplissage du tumulus ou pour la forme de la chambre. Il y a donc un modèle établi que les constructeurs répètent sur l’ensemble de la nécropole et d’une région à l’autre.

23De toute évidence, les tombes circulaires hautes, les tumuli, les pierres dressées, n’occupent pas la même place dans le paysage yéménite. Le choix de l’emplacement des nécropoles ou des monuments est très bien établi : les tombes circulaires hautes sont sur les plateaux intermédiaires, en bordure de falaise, dominant plaines et wâdîs alors que les tumuli sont plus souvent sur des collines, le long des routes de régions vallonnées. Les pierres dressées sont dans des espaces plans au pied de jabal, et les trilithes le long des wâdîs. Le mode d’occupation du territoire n’est pas sensiblement non plus le même entre ces trois types d’ensembles. Les nécropoles de tumuli sont plus ramassées sur elles-mêmes, de fait plus petites que les nécropoles de tombes circulaires hautes. Ces dernières sont très étendues, souvent sur plusieurs kilomètres carrés, les monuments sont dispersés et très espacés entre eux. Quant aux chaînes funéraires associées, elles structurent l’espace et étendent plus encore l’occupation territoriale. Les pierres dressées et les trilithes sont isolés et forment de petits complexes funéraires.

24Si l’absence du matériel laisse un flou dans la datation des nécropoles de la ceinture du Ramlat Dahm et du Ramlat as-Sab’atayn, en revanche le système d’inhumation réponds à deux types d’interrogations : un code de construction et une occupation maximale du territoire. L’hypothèse est que les nécropoles mégalithiques, outre une fonction funéraire, sont la trace d’une occupation d’un territoire spécifique. Ce territoire correspond à des zones non cultivées ou plutôt non cultivables. Ce qui mène naturellement à penser que ce sont des populations nomades ou du moins semi-nomades basées sur une économie pastorale qui l’habite.

25Ces populations peuplaient le désert du Ramlat as-Sab’atayn, vaste dépression reliant l’Hadramawt et le Jawf et qui s’ouvre largement sur le Golfe arabo-persique et la Méditerranée orientale. Les nombreuses tombes circulaires hautes que l’on a répertoriées en Arabie Saoudite et dans la péninsule sinaïtique attestent d’une circulation des gens et des biens. La route de l’encens à la période sud-arabique, dès le VIIIème siècle, a montré que ces régions désertiques étaient franchies sans difficultés majeures. Les contacts entre les deux mondes Levantin et Arabie du sud, à l’âge du Bronze, sont presque assurés. 

Haut de page

Bibliographie

R. de Bayle de Hermens, 1976, L’Anthropologie 80, pp. 5-38.

B. de Cardi, D. B. Doe, S. P. Roskams, 1977, Excavation and Survey in the Sharqiyah, Oman, 1976, Journal of Oman Studies., 3/1, pp. 17-33

S. Cleuziou , M.-L. Inizan, C. Robin, 1988, Premier rapport préliminaire sur la prospection des vallées nord du Wâdî al-Jawf (Wâdî Hirâb, Wâdî Sadbâ, Jaba al-Lawdh) République Arabe du Yémen, Octobre 1988.

S. Cleuziou, M.-L. Inizan et B. Marcolongo, 1992, Le peuplement pré et protohistorique du système fluviatile fossile du Jawf-Hadramawt au Yémen, Paléorient, 18/2, pp. 5-29.

B. Doe, 1971, Southern Arabia, edited by Sir Mortimer Wheeler, New aspects of Antiquity, pp. 23-30.

K. Frifelt. 1975. A possible link between the Jemdet Nasr and the Umm an-Nar graves of Oman. Journal of Oman Studies., pp. 57-80.

E. J. Keall, 1997, Rotunda, vol. 30, Hiver 97, pp.12-20.

A. A. A. Mahash al Shahri, 1991, Graves types and "triliths" in Dhofar, Arabian Archaeology and Epigraphy 2, pp. 182-195.

A. de Maigret, B. Marcolongo et A. M. Palmieri. 1989, Recent pedogenesis and neotectonics affecting archaeological sites in north Yemen, Paléorient 15/1, pp. 239-243.

A. de Maigret et al. 1996, New Evidence from the Yemenite "Turret Grave" for the Problem of the Emergence of the South Arabian States, Edited by Julian Reade, pp. 321-337.

A. de Maigret, 1997. Yémen, au pays de la reine de Saba’, "Les pratiques funéraires", pp. 165-166.

B. Marclolongo et A. M. Palmieri, 1988, Environmental Modification and Settlements Conditions int he Yala Area, In: A. de Maigret (ed.): The new Sabean Archaeological complex in the Wadi Yala, Rome: IsMEO XXI, pp. 45-51.

H. St. J. Philby, 1939, Shebaa’s daughters, Londres, pp. 373-379.

R. Toplyn, 1984, The wadi al-Jubah archeological project, site reconnaissance in north Yemen, 1982, Volume 1, published by The American Foundation for Study of Man, Washington, DC, pp. 14-49.

B. Vogt, 1997, Yémen, au pays de la reine de Saba, La fin de la préhistoire au Hadramawt, pp. 30-33.

T. J. Wilkinson et Mc Guire Gibson, 1995, The Dhamar Plain Yemen : A Preliminary Study of the Archaeological Landscape, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 25, pp. 159-183.

Haut de page

Notes

1 Comptes rendus d'explorations de Thesiger, de missions archéologiques italiennes (de Maigret et al. 1989 ; Marcolongo et Palmieri, 1988), allemandes (B. Vogt, 1997), russes (H. Amirkhanof) ou françaises (S . Cleuziou et al., 1988, 1992). Enfin en 1998 une mission française au Yémen, suivant un programme de prospection recherchant principalement des sites de l'âge du Bronze dans les régions de Sa'ada, du Ramlat as-Sabatayn, et de Shabwa, a permis de répertorier des nécropoles mégalithiques (M.-L. Inizan, F. Braemer, A.-M. Lézine, et T. Steimer, 1998).
2 Dans les wâdîs Nushur et Kahlan à l'est de Sa'ada, dans le Jawf autour de Baraquesh, dans la région de Sirwah, dans le Wâdî 'Irma, à Shabwa, à Jabal Ruwaik et à al-Abr.
3 R. Toplyn, 1984, p. 44.
4 B. Doe, 1971, p. 23.
5 S. Cleuziou, rapport préliminaire, 1988.
6 A. de Maigret, 1996, p. 324.
7 "Turret graves" au lieu de "Pill box" donné à l'origine par H. St. J. Philby, 1939, p. 371ff.
8 Ces chaînes funéraires ont été décrites selon le goût et l'originalité des archéologues. Les Anglais les appellent des " Pill box ", les Allemands des " Steinhaufen ", et parmi les Français, J. Pirenne les appelait des " Boîtes à bonbons ". Dans la zone de Sirwâh les tombes circulaires à traînes sont connues sur le site de al-Mahdarah (de Maigret, 1996, pp. 324-331)
9 Nécropole du jabal Ruwaik dans le Ramlat as-Sab'atayn.
10 Nécropole du wâdî Nushur à l'est de Sa'ada.
11 Nécropole de tombes circulaires hautes sur la route Sanaa-Sa'ada.
12 Site de Mawr près de Saada, le long de la route de Sanaa a Sa'ada, de Sanaa à Marib et encore de Mukalla à Sayyun.
13 Tumuli de jabal Ruwaik, ou tumulus sur le plateau de Mukalla à Sayyun.
14 Dans le Jawf, dans le wâdî Zurayb et dans la région de al-Abr.
15 Site de Giraf su la piste qui relie Sayyun à Marib.
16 Jabal Ruwaik.
17 R. Audouin et C. Robin en 1984 découvraient dans le Jawf les pierres dressées de 'Adram, en aval du wâdî Khabb, at-Tawila, 'Amd 'Aliya, et Shi'b Talh. A at-Tawila, deux des pierres sont encore érigées et 5 gisent au sol, les dalles sont plates et façonnées dans le grès local, légèrement plus large au sommet qu'à la base. S. Cleuziou cite un autre ensemble de pierres dressées dans le lit principal du wâdî Zurayb (communication personnelle).
18 de Sanaa à Sa'ada, ou de Sanaa à Marib.
19 Philby, 1939, pp. 373-379.
20 A. de Maigret, 1997, pp. 165-166.
21 R. de Bayle de Hermens, 1976, p. 28.
22 T. J. Wilkinson et Mc Guire Gibson, 1995, pp. 159-183.
23 E. J. Keall, Rotunda, vol. 30, Hiver 97, p.12-20.
24 E. J. Keall, Rotunda, vol. 30, Hiver 97, p. 18.
25 A. Rougeulle et T. Steimer, 1997.
26 Je tiens ici à remercier la mission "Archéologie islamique" dirigée par A. Rougeulle et C. Hardy-Guibert de m'avoir accueillie et permis de prospecter la côte de Shirh à Rayset en novembre 1997. Grâce à leur structure logistique et à leurs compétences, j'ai pu ainsi tout au long de leurs prospections repérer des ensembles mégalithiques qui m'ont apporté des informations précieuses sur le mégalithisme au Yémen.
27 Wâdî Sarraï.
28 Le site de Daraja sur la piste Sayhut-Qishn.
29 Exemple : le site de al-Madhî. Pour le moment, les trilithes sont apparentés au territoire du Mahra, qui à l'origine, s'étendait du wâdî Masila à l'Oman, (B. de Cardi, D. B. Doe, S. P. Roskams, 1977, J.O.S., 3/1, pp. 17-33). Les trilithes sont datés par le C14 du début de notre ère (A. A. A. Mahash al Shahri, 1991, Graves types and "triliths" in Dhofar, A.A.E. 2, p. 191). Cependant la datation a été effectuée sur des charbons provenant d'une structure circulaire, de 2 m de diamètre, placée à une distance de 6 à 8 m de l'enceinte d'un trilithe. Etant donné la marge d'erreur des datations au C14 et du peu de probabilité que ces structures circulaires soient contemporaines des trilithes nous ne tiendrons pas compte de la datation donnée par A.A.A. Mahash al Shahri, et l'on inclura ces monuments dans notre étude des monuments mégalithes à l'âge du Bronze.
30 Frifelt, K. 1975, pp. 57-80.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Nécropole de Jabal Ruwaik (Yémen)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/27/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Chaîne funéraire de Jabal Ruwaik
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/27/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tombe circulaire haute de Jabal Ruwaik
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/27/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tara Steimer-Herbet, « Le Mégalithisme au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 6-7 | 1999, mis en ligne le 31 août 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/27 ; DOI : 10.4000/cy.27

Haut de page

Auteur

Tara Steimer-Herbet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org