Navigation – Plan du site
Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique
2. Hiérarchies, sociabilités et mobilisations

La Corniche d’Abu Dhabi : espace public et intimités à ciel ouvert

The Corniche of Abu Dhabi: Public Space and Intimacies in the Open Air
Laure Assaf

Résumés

La corniche d’Abu Dhabi est l’un des principaux lieux de sortie et de promenade de la capitale des Émirats arabes unis. À travers ses usages multiples, la corniche met en scène des modalités de partage de l’espace urbain qui reflètent les caractéristiques sociales, ethniques et économiques des citadins. Dans cet espace public conçu et investi comme tel, dans une ville où les hiérarchies de classe et d’ethnicité se reflètent dans les interactions quotidiennes, le côtoiement des diverses populations est rendu possible par une occupation différentielle de l’espace. Au sein de lieux qualifiés par des temporalités et des pratiques diverses, est produite et mise en œuvre une intimité individuelle (à travers le sport et le travail du corps) ou communautaire (l’entre‑soi de la famille ou du groupe d’amis) qui règle les interactions avec les autres. Cette intimité à ciel ouvert est l’un des moyens par lesquels les citadins manifestent leur appropriation de l’espace urbain.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Abu Dhabi
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 La corniche d’Abu Dhabi est une promenade aménagée de près de neuf kilomètres, longeant le front de mer de la capitale des Émirats arabes unis. Une large allée pavée, qui débouche par endroits sur des places commerçantes, borde les plages ouvertes à la baignade et celles encore en chantier. Pistes cyclables et chemins piétons s’y côtoient. Une route à quatre voies sépare la corniche des premiers immeubles : c’est l’un des axes de circulation les plus importants d’Abu Dhabi. De l’autre côté de cette route, une série de parcs aux installations variées fait encore partie de la corniche, et l’on y trouve des restaurants et des cafés très populaires. Au pied des immeubles, de grands parkings créent une séparation supplémentaire entre la corniche et la ville [ill. 1]. Pour se rendre d’un côté à l’autre de la corniche, le piéton est invité à emprunter de vastes passages souterrains, aux murs ornés de mosaïques évoquant des éléments du folklore émirien [ill. 2].

Ill. 1 : Les différentes « strates » de la corniche vers le nord‑est, vues depuis le seizième étage d’un immeuble.

Ill. 1 : Les différentes « strates » de la corniche vers le nord‑est, vues depuis le seizième étage d’un immeuble.

Ill. 2 : Passage souterrain permettant d’accéder à la corniche.

Ill. 2 : Passage souterrain permettant d’accéder à la corniche.
  • 1 Les travaux de Delpal, 2000, sur la corniche de Beyrouth et Barthel, 2006, sur le lac de Tunis ont (...)
  • 2 Barthel, 2006.

2 La corniche telle qu’elle existe aujourd’hui (2012) est très récente : elle a fait l’objet de rénovations importantes dans les années 2000, dont certaines ne sont pas encore achevées. Elle est l’un des principaux lieux de sortie et de promenade à Abu Dhabi, et l’hétérogénéité des populations qui la fréquentent semble en faire un archétype de l’espace public. À partir d’une ethnographie du lieu et d’une analyse de ses appropriations multiples par les résidents d’Abu Dhabi, je propose de m’interroger sur les modalités du partage de l’espace entre les différents groupes qui investissent la corniche. Qu’est‑ce qui rend possible le côtoiement des populations dans une ville où les hiérarchies sociales et ethniques se reflètent dans les interactions quotidiennes ? Quel type d’espace urbain est produit, à l’articulation entre des logiques de planification et de transformation de la ville pensée pour une population nationale minoritaire, et des pratiques qui mettent en scène des communautés très variées ? La forme urbaine de la corniche, bien connue du monde arabe et méditerranéen1, apparaît comme un « condensé d’urbanité »2 qui, par reflet et par contraste, permet de mieux comprendre les dynamiques urbaines contemporaines et la manière dont les citadins pensent et s’approprient la ville.

  • 3 Dix mois de terrain à Abu Dhabi, entre mars 2010 et février 2012, dont six mois financés grâce à l’ (...)

3 Cet article se fonde sur une enquête ethnographique réalisée entre 2010 et 20123 dans le cadre d’un travail de doctorat qui porte sur les espaces publics et la sociabilité des jeunes Émiriens et expatriés arabes à Abu Dhabi. La corniche revenait souvent dans les discours des jeunes adultes rencontrés, et c’est par leur intermédiaire que j’ai d’abord fait l’expérience du lieu, en y partageant leurs activités, avant de m’intéresser aux autres groupes qui l’investissent. Par ailleurs, dans une ville où le paysage urbain est modifié en permanence par des travaux toujours renouvelés, il m’a paru important d’étudier les évolutions de la corniche d’Abu Dhabi à travers les plans successifs de développement de la capitale, des débuts du développement urbain dans les années 1960 et 1970 jusqu’au futur projeté à travers le « Plan Abu Dhabi 2030 ».

4 On verra d’abord comment la corniche constitue, à bien des égards, une vitrine de la ville — parce qu’elle a été conçue comme telle, du point de vue du développement urbain et de la symbolique nationale, mais aussi parce que s’y donnent à voir les diverses communautés qui composent la population de la ville. Sera ensuite analysée la manière dont l’espace de la corniche est partagé, négocié et parfois controversé par les populations qui le fréquentent : espace public au sens de l’anthropologie urbaine, c’est aussi un lieu ambivalent, à la fois central et périphérique. Enfin, les exemples des pique‑niques et du sport sur la corniche permettront de mieux comprendre les modalités d’appropriation de l’espace urbain et les rapports entre les communautés : ces pratiques posent la question de leur permanence et, en filigrane, celle de la mémoire du lieu.

La corniche, vitrine de la ville cosmopolite

5Première image d’Abu Dhabi apparaissant aux voyageurs qui arrivaient par bateau, la corniche fonctionne comme vitrine de la ville, dans tous les sens du terme. Constamment transformée et rénovée, elle offre, depuis la mer, une vue sur les rangées de gratte‑ciels qui la bordent, image qui est devenue un symbole de la capitale, répété à l’envi dans les films et brochures touristiques [ill. 3]. Mais la corniche est aussi vitrine, dans le sens où elle expose la diversité ethnique et sociale de la ville, dont une grande partie des habitants fréquente le bord de mer — de manière plus ou moins régulière, et selon des modalités spécifiques.

Ill. 3 : Vue d’Abu Dhabi, depuis la promenade de la corniche.

Ill. 3 : Vue d’Abu Dhabi, depuis la promenade de la corniche.

Un lieu au cœur de l’histoire urbaine et nationale d’Abu Dhabi

  • 4 Selon un certain nombre de sources (Abu Dhabi Municipality & Town Planning Department, 2003 : Elshe (...)
  • 5 Elsheshtawy, 2008.
  • 6 Dajani, 2011.
  • 7 Ibid.

6 Jusqu’au milieu des années 1960, le front de mer d’Abu Dhabi est une bande de sable qui borde une ville faiblement peuplée depuis le milieu du xviiie siècle4, autour d’un fort, le Qaṣr al‑Ḥuṣn, siège du pouvoir tribal, et de maisons en terre et en branches de palmier. L’économie d’Abu Dhabi est alors essentiellement maritime : à l’instar de celle de nombreuses autres cités de la côte orientale de la péninsule Arabique, elle suit les aléas de la pêche et du commerce de perles jusqu’au milieu du xxe siècle. Son orientation change à partir de 1962, année qui marque le début de l’exploitation commerciale des ressources pétrolières de l’émirat5. Dans les années 1970, avec les débuts du développement urbain d’Abu Dhabi et les travaux de dragage qui l’accompagnent, la corniche devient un site en travaux, truffé d’excavations, où « personne ne peut marcher »6. Elle est néanmoins la seule plage accessible où les habitants se rendent pour nager, mais aussi laver leurs vêtements, voire leur vaisselle7.

  • 8 La zone comprend, d’une part, un port de plaisance et des villas situées derrière Marina Mall, l’un (...)
  • 9 Les premiers plans de développement de l’île visaient à en faire un parc d’attractions, mais ils n’ (...)

7Sous l’impulsion du Cheikh Zayed, au pouvoir à Abu Dhabi en 1966 et Président de la fédération des Émirats arabes unis à partir de 1971, la corniche a été prolongée, à l’ouest, par une digue destinée à protéger Abu Dhabi des vagues, et à l’extrémité de laquelle se trouve aujourd’hui la Marina8. Le front de mer a fait ensuite l’objet de remblais successifs qui ont permis de créer la route et la promenade, et qui ont repoussé la mer à quelques centaines de mètres. En face a été construite l’île artificielle de Lū’lū’9, qui s’étend parallèlement à la corniche sur presque toute sa longueur. La corniche donne dès lors sur un bras de mer très protégé, longé par une promenade qui s’élargit de temps à autre pour faire place à des parcs plantés d’arbres et d’imposantes fontaines. Cette corniche‑là, que la plupart de mes interlocuteurs à Abu Dhabi ont évoquée avec nostalgie, a été de nouveau mise en travaux dans les années 2000, pour lui donner sa forme actuelle. La promenade a été élargie, des arbres plantés sur toute sa longueur, et les plages ainsi dissimulées ont été ouvertes à la baignade : la mer n’est plus visible depuis la route.

  • 10 Cette confusion entre privé et public, qui concerne par exemple le financement des projets d’urbani (...)
  • 11 Les premiers plans de développement de la ville ont dû être revus plusieurs fois afin d’être adapté (...)
  • 12 Ces plans de développement visent à faire d’Abu Dhabi une capitale moderne, sur le modèle occidenta (...)

8La corniche a donc été l’un des marqueurs de l’évolution de la ville et des politiques de développement urbain à Abu Dhabi, menées par des dirigeants qui jouent le rôle à la fois d’investisseurs privés et de décideurs publics10. Cependant, si chaque phase de ce développement a contribué à modifier la ville, détruisant les bâtiments existants pour reconstruire plus haut et plus neuf, et accueillir une population toujours croissante dans les limites imposées par le contour de l’île11, les plans successifs ont rarement été mis en œuvre entièrement12. La corniche, quant à elle, a fait l’objet de projets distincts des grands plans de développement urbain, projets portés directement par un ou plusieurs dirigeants, ce qui témoigne de l’importance à la fois stratégique et symbolique du lieu.

  • 13 Tous deux sont situés le long d’Airport Road. Le Qaṣr al‑Ḥuṣn a longtemps été l’emplacement de la F (...)
  • 14 Abu Dhabi Urban Planning Council, 2010.
  • 15 « […] an authentic and safe but also progressive and open Arab city; a personality garnered by the (...)
  • 16 J’emprunte le terme à Kanna, 2011, qui l’utilise pour désigner la congruence entre l’espace bâti, l (...)

9La corniche joue en effet un rôle central dans le discours de construction nationale : elle figure par exemple au verso des billets de mille dirhams (environ deux cents euros), sur le recto desquels apparaît le Qaṣr al‑Ḥuṣn, lieu historique du pouvoir à Abu Dhabi et centre des premières institutions fédérales à partir de 1971. En septembre 2011, alors qu’une partie de la plage est toujours en travaux, paraît dans les médias l’annonce d’un projet de construction d’une esplanade, à l’angle de la corniche et d’Airport Road — l’axe central d’Abu Dhabi, à partir duquel s’est construite la ville. Dédiée à Cheikha Fāṭima, la veuve du Cheikh Zayed, l’esplanade « Mère des Émirats » (maydān umm al‑imarāt) a pour objectif de constituer un lieu de célébration nationale, géographiquement aligné avec le Qaṣr al‑Ḥuṣn et le palais al‑Manhal13. Ce projet est intégré au « Plan Abu Dhabi 2030 »14, dont l’introduction souligne la volonté de faire d’Abu Dhabi « une ville arabe authentique et sûre, mais aussi moderne et ouverte »15. Ce discours, très représentatif de la manière dont l’imaginaire national officiel est projeté sur la ville, indique bien comment la corniche peut servir de vitrine — et de fer de lance — à l’image recherchée d’Abu Dhabi comme ville moderne et paradisiaque. Dans la logique de la ville‑corporation16, en effet, la corniche fait éminemment partie du « branding » de la capitale : les images de parcs fleuris, de jeux pour enfants et de rangées de gratte‑ciels rutilants au bord d’une eau turquoise circulent sur les brochures touristiques aussi bien que les projets officiels.

  • 17 La compétition entre les deux émirats est évoquée, par exemple, par Dazi‑Héni, 2006.
  • 18 Le domaine du sport, objet d’intérêt et de fort investissement par les États du Golfe, est à la foi (...)
  • 19 En 2011 on pouvait y entendre des rappeurs émiriens, de la pop coréenne, et bien sûr des chanteurs (...)

10En ce sens, la corniche participe aussi des efforts du gouvernement d’Abu Dhabi pour ériger la ville en capitale politique, culturelle et administrative de la nation émirienne ‑ dont Dubaï serait le centre économique17. La plupart des événements qui se déroulent dans la ville trouvent une traduction sur la corniche : depuis les célébrations de la fête nationale jusqu’aux compétitions sportives, en passant par les concerts, les expositions, les festivals et les stands promotionnels (certains espaces, sur les esplanades, peuvent être loués par la municipalité à des organismes privés). Ainsi, lors de la compétition de Formule 1 sur le circuit de Yas Island, événement national autant que sportif18, des concerts gratuits sont organisés sur la corniche avec des artistes reflétant la diversité des communautés qui habitent la ville19.

  • 20 On m’a ainsi fait le récit d’un défilé de voitures et de klaxons sur la corniche suite à une victoi (...)

11La corniche constitue donc, pour le gouvernement d’Abu Dhabi, une scène nationale qui participe de la visibilité de la ville aussi bien vis‑à‑vis des citadins que de l’extérieur : un lieu idéal pour rendre publics les événements — dans le sens de l’annonce, mais aussi de l’accès permis à tous par la gratuité. Ce caractère de la corniche, les habitants se l’approprient, notamment au moment de la fête nationale, durant laquelle les citoyens défilent sur la route de la corniche, dans les deux sens, à bord de voitures décorées aux couleurs du drapeau émirien et arborant les portraits des dirigeants. En‑dehors de cette occasion officielle, la parade sur la corniche, en voiture, est parfois utilisée par d’autres groupes, pour célébrer une victoire au football par exemple20.

Une fréquentation hétérogène

  • 21 Chabbi, Mahdy, 2011a.

12La corniche a ainsi été pensée comme un symbole de la capitale à bien des niveaux. Sa fréquentation reflète la composition démographique de la ville : si les plans de développement urbain mettent les citoyens au centre, la corniche, comme le reste de la ville21, est dans les faits investie quotidiennement par une population très diverse, et majoritairement étrangère.

  • 22 Voir Kapiszewski, 2001 et Davidson, 2009 pour une analyse des dynamiques et des caractéristiques de (...)
  • 23 Le système de la kafāla et ses conséquences démographiques, économiques et politiques ont été large (...)
  • 24 Être citoyen des Émirats arabes unis se traduit par un accès gratuit à l’éducation et la santé, et (...)
  • 25 En effet, les résidents peuvent devenir les sponsors (kafīl) de membres de leur famille à partir d’ (...)
  • 26 Le langage courant reflète ces corrélations et les schématise, en désignant par exemple comme « tra (...)

13À l’instar des autres pays du Golfe, les Émirats arabes unis ont connu à partir des années 1960 une affluence massive de travailleurs étrangers, originaires en majorité du Moyen‑Orient et du continent sud‑asiatique22, attirés par l’offre d’emploi suscitée par les débuts de l’exploitation du pétrole et du développement urbain. Une partie de ces migrants s’est installée dans le pays en famille, malgré des visas toujours temporaires et conditionnés à un contrat de travail et à l’existence d’un garant (kafīl)23 : d’autres continuent à y entrer chaque année, au gré des politiques d’immigration et du travail disponible. Ces migrants composent la majorité des résidents de la capitale : si la part des nationaux parmi la population d’Abu Dhabi est supérieure à la moyenne nationale, elle reste minoritaire, aux alentours de 19 %24. La catégorie des étrangers est elle‑même très hiérarchisée en fonction du pays d’origine, puisque la nature du passeport détermine les politiques d’attribution de visas ou encore le niveau de salaire, qui à leur tour influent sur la possibilité du regroupement familial25 ‑ hiérarchie ethnique et hiérarchie sociale sont donc en partie superposées26. Néanmoins, les situations sont extrêmement diverses au sein même de chaque communauté nationale, en fonction de la durée de présence dans le pays, de la catégorie socioprofessionnelle, de l’âge, du statut matrimonial, etc.

  • 27 Khalaf, 2006. Voir aussi Chabbi, Mahdy, 2011a.
  • 28 Amélie Le Renard a montré pour l’Arabie saoudite comment l’accessibilité même des espaces publics e (...)
  • 29 Le Renard, 2010 : Abaza, 2010.

14Sulayman Khalaf a montré comment ces hiérarchies socio‑ethniques se reflètent dans des « schèmes d’habitat » (housing patterns) qui reproduisent et inscrivent dans l’espace les disparités économiques27. La ville émirienne est ainsi un espace ségrégé, où le statut économique et la nationalité, mais aussi le genre, définissent des lieux de vie et de sociabilité très distincts28, y compris dans l’espace public. L’exemple le plus frappant en est probablement la rue, que se sont appropriée les travailleurs non‑qualifiés, hommes originaires du sous‑continent indien qui y mangent ensemble, y dorment ou encore y développent des réseaux de commerces informels. Pour les autres groupes, la rue est essentiellement un espace de passage et de circulation. À l’inverse, le shopping mall, lieu juridiquement privé mais dont les usages s’apparentent à ceux d’un espace public, est inaccessible aux travailleurs les plus pauvres et est particulièrement investi par les femmes29.

  • 30 Il faut en effet préciser que la corniche n’est praticable qu’entre octobre et mai : au‑delà, la ch (...)

15Les usagers de la corniche reflètent cette diversité de populations qui habitent les villes émiriennes. Il faut peut‑être partir de l’apparence visuelle de la corniche pour en distinguer une première catégorie, qui est omniprésente : elle est composée de tous ceux pour qui la corniche est un lieu de travail. Cette catégorie inclut les travailleurs, souvent philippins ou pakistanais, qui la nettoient le soir et très tôt le matin, et ramassent les ordures durant la journée : mais aussi les employés des cafés et restaurants, et ceux qui, discrètement, surveillent le lieu — ils sont chargés, entre autres, de séparer les couples un peu trop proches, ou encore de contrôler l’accès aux plages. Ces travailleurs contribuent à produire l’atmosphère de la corniche : propre et très surveillée, elle est semblable en cela à un shopping mall à ciel ouvert : des « points de rafraîchissement » vaporisent même de l’eau fraîche lorsque l’on appuie sur un bouton, pour compenser la chaleur du climat — de la même manière que les malls sont climatisés30.

  • 31 Ces distinctions renvoient ici à des catégories professionnelles (cadres, employés de services) et (...)

16Les diverses pratiques de la corniche se déploient selon des temporalités et des rythmes qui renseignent sur les emplois du temps de chacun et, à travers eux, sur leur statut social. En semaine, les joggeurs, hommes et femmes, viennent très tôt le matin ou en début de soirée, à la fois en raison du climat et de leurs horaires de travail. Ils représentent le groupe le plus divers en termes de nationalité : expatriés occidentaux ou arabes, plus rarement Émiriens ou Indiens, ce sont pour la plupart des employés de classe moyenne ou supérieure31. La matinée et le début d’après‑midi sont des moments de creux durant lesquels la corniche est presque vide, fréquentée seulement par quelques ouvriers sud‑asiatiques travaillant sur des chantiers de construction proches, qui dorment sur l’herbe ou allongés sur des bancs, entre deux temps de travail. Les touristes occidentaux fréquentent la plage à n’importe quelle heure, et les après‑midi sont l’occasion d’une sociabilité proprement féminine pour les expatriées arabes. Tandis que les enfants jouent dans les parcs, des groupes de cousines, d’amies, ou une mère accompagnée de ses filles ainées qui aident à s’occuper de leurs frères et sœurs s’assoient ensemble sur des nappes dépliées sur l’herbe, ou sous de petits kiosques en pierre prévus à cet effet. Elles partagent thermos de café, gâteaux et friandises qui ont été soigneusement préparés et empaquetés à la maison, et qui ont été transportés dans les paniers des poussettes [ill. 4 et 5].

Ill.4 : Femmes qui pique‑niquent près des jeux pour enfants sur la corniche, dans l’après‑midi.

Ill.4 : Femmes qui pique‑niquent près des jeux pour enfants sur la corniche, dans l’après‑midi.

Ill. 5 : Dans l’un des parcs de la corniche, côté ville : un homme installe le pique‑nique sur l’herbe en sortant gobelets, assiettes et thermos de café, tandis que d’autres parents surveillent leurs enfants près des balançoires.

Ill. 5 : Dans l’un des parcs de la corniche, côté ville : un homme installe le pique‑nique sur l’herbe en sortant gobelets, assiettes et thermos de café, tandis que d’autres parents surveillent leurs enfants près des balançoires.
  • 32 Le sāj désigne une plaque de cuisson bombée et, par métonymie, les sortes de pizzas garnies (manāqī (...)

17En fin d’après‑midi commence la vraie affluence : ce sont d’abord les étudiants qui viennent après leurs cours sur l’esplanade pour prendre un café latte ou partager un sāj32, puis de larges groupes de jeunes hommes (shabāb), Émiriens ou expatriés arabes, font des allers‑retours le long des chemins en exhibant parfois des animaux de compagnie exotiques. Ils s’interpellent entre eux ou s’installent sur les bancs et les murets pour observer les passants et les voitures de luxe en chemin vers Emirates Palace. À la tombée de la nuit, l’esplanade des cafés est peuplée de gens qui font du vélo, s’installent pour manger, ou simplement font le tour de la place à pieds, s’assoient quelques minutes sur la plage publique et repartent [ill. 6]. Sur l’herbe, la sociabilité féminine de l’après‑midi a laissé la place au dîner familial : tant que le climat le permet, les pelouses sont peuplées de familles arabes qui y pique‑niquent. D’autres s’installent jusque tard dans la nuit dans les cafés et restaurants des parcs, pour fumer le narguilé ou jouer aux cartes.

Ill.6 : Joggeurs, cyclistes et promeneurs se croisent sur la corniche en fin d’après‑midi.

Ill.6 : Joggeurs, cyclistes et promeneurs se croisent sur la corniche en fin d’après‑midi.

Un espace public ambivalent

18Ainsi se côtoient, sur la corniche, tout au long de la journée, des populations très hétérogènes. Dans ce contexte, il convient de comprendre en quoi la corniche manifeste une forme d’urbanité spécifique, et dans quelle mesure elle subvertit — ou non — les formes de ségrégation propres aux sociétés urbaines du Golfe. La corniche d’Abu Dhabi apparaît en effet comme un espace ambivalent, marginal, à la fois dans la manière dont cet espace public est partagé entre les diverses populations qui l’investissent, et dans ses relations avec le reste de la ville.

Publicité de l’espace et production de l’altérité

  • 33 Bourgey, 1989.
  • 34 Nelida Fuccaro a consacré un article à la synthèse et la critique des analyses « modernistes » des (...)
  • 35 Selon Franck Mermier, il faut cependant « rester prudent sur l’utilisation du concept d’espace publ (...)
  • 36 Mohammed Naciri distingue trois types de citadinités, liées à trois ensembles régionaux : la citadi (...)

19Les transformations rapides et spectaculaires des villes côtières du Golfe, après la découverte du pétrole, ont provoqué la fascination. La littérature existante ne manque pas d’hyperboles pour décrire ces « villes‑champignons »33 perçues comme des créations artificielles et sans profondeur historique — souvent au mépris de l’histoire urbaine de la région et du rôle des structures sociales dans l’organisation de l’espace34. Les villes côtières du Golfe ne semblent en effet correspondre ni au modèle de la ville arabo‑islamique élaboré par les orientalistes, ni aux critiques de ce modèle, dans lesquelles le souk, espace de rencontre entre communautés, a souvent été considéré comme l’espace public par excellence, de manière parfois très idéalisée35. Pour Mohammed Naciri, la citadinité « khalijite » (de khalīj, Golfe) est « dissipatrice »36 : elle prend place au cœur d’espaces discontinus, éclatés, qui ne peuvent être reliés qu’en voiture. Lenvironnement urbain des villes du Golfe, auquel manque la centralité du souk et ses lieux partagés qui caractérisent la ville ottomane, juxtaposerait des espaces domestiques très fermés avec la « ville‑monde », globale, aux modèles architecturaux importés d’Occident.

  • 37 On peut la contraster, par exemple, avec la « JBR Walk » (Jumeirah Beach Residence Walk) à Dubaï. S (...)
  • 38 Cf. Hannerz, 1983 ou encore Sennett, 1979. De manière intéressante, Sennett note que « l’homme publ (...)

20L’exemple de la corniche d’Abu Dhabi permet de nuancer un discours parfois caricatural sur les villes du Golfe, qui les représente comme totalement dépourvues d’espaces publics. Il résiste en même temps à toute idéalisation : ce partage ne va pas sans conflit, et le côtoiement n’implique pas nécessairement la rencontre. En tant qu’espace commun, relativement accessible à tous, la corniche semble bien fonctionner comme espace public à Abu Dhabi37. Par les populations qu’elle met en scène et qui contribuent à la produire et à lui donner sens, elle apparaît comme une sorte de ville en miniature, mettant en présence les diverses communautés qui font la ville. Mais elle produit en même temps un contexte spécifique, distinct du reste de l’espace urbain, et par conséquent créateur de nouvelles formes d’interactions et de mises en relation de ces groupes. Il nous faut donc comprendre comment le côtoiement est rendu possible, et comment les citadins pratiquent et conçoivent cette proximité des différences dans un espace partagé. Les théories de l’espace public urbain ont souvent caractérisé l’expérience du citadin comme celle de la mise en présence avec l’autre, l’étranger ou l’inconnu. La ville se manifeste par la diversité des populations qu’elle met en contact, et l’espace public est le lieu où s’établissent des répertoires de rôles qui règlent la présentation de soi et les interactions avec les autres38.

  • 39 Les véhicules sont très souvent modifiés et décorés pour refléter les goûts de leur conducteur, et (...)
  • 40 Ils se sont rencontrés dans une école coranique syrienne, fréquentée durant l’été à Abu Dhabi lorsq (...)

21Les principales raisons du succès de la corniche sont sans doute son accessibilité et la rareté d’autres espaces publics à Abu Dhabi, en particulier en plein air. L’accès à la corniche est libre dans le sens où tout le monde peut s’y rendre gratuitement, mais aussi sans voiture — un enjeu crucial dans les villes du Golfe. C’est le cas notamment des travailleurs sud‑asiatiques — des hommes qui, le week‑end, peuvent prendre un bus public depuis Muṣaffaḥ, la zone industrielle au sud‑ouest d’Abu Dhabi, jusqu’à la corniche. C’est aussi le cas des jeunes expatriés arabes, hommes et femmes, de classe moyenne, qui ne conduisent pas encore ou ne possèdent pas de voiture. Leurs espaces de sociabilité sont de ce fait considérablement restreints : la voiture joue en effet un rôle important non seulement dans l’accès à certains espaces de sociabilité des jeunes (la jetée par exemple, mais aussi certains terrains vagues au sud de la ville), mais dans les pratiques elles‑mêmes, comme objet de compétitions et marqueur de singularité ou de prestige39. Le fait que la plupart des événements sur la corniche soient gratuits ajoute à l’attractivité du lieu : Aḥmad, un jeune Syrien, me raconte ainsi comment il passe la plupart de ses soirées à faire des allers‑retours sur la corniche avec ses amis d’enfance, syriens eux aussi40. À l’inverse, il rencontre ses amis occidentaux au shopping mall, mais ces derniers ne se contentent pas de se promener : ils vont au cinéma ou au café — des activités payantes que lui‑même ne peut se permettre que très occasionnellement.

22Malgré la diversité apparente des groupes qui fréquentent la corniche, ceux‑ci n’y ont pas tous un statut et un droit d’accès égalitaires, et il faut s’interroger sur les modalités et les limites de cette hétérogénéité sociale. Ainsi, si les Émiriens sont particulièrement visibles sur la route de la corniche au moment de la fête nationale, peu d’entre eux la fréquentent quotidiennement : leurs espaces de sociabilité se situent ailleurs dans la ville. Il en va de même pour les expatriés occidentaux qui, s’ils se rendent sur la corniche par goût pour le plein air, ont accès à de nombreux autres lieux — les hôtels ou les gymnases par exemple — pour le même type de pratiques.

  • 41 Voir Constantine, 2008, ou encore Nereim, 2012.

23Surtout, la négociation de l’espace public entre les groupes qui le partagent ne va pas toujours de soi, et il arrive que les limites symboliquement marquées par les usages ne soient pas jugées suffisantes, en particulier lorsque l’autre est perçu comme trop étranger. Ainsi le regard des ouvriers — hommes venus sans leur famille, originaires du sous‑continent indien — est très régulièrement désigné comme une menace pour les femmes par les habitants plus aisés de la ville, et souvent par les femmes elles‑mêmes, toutes nationalités confondues. Des barrières plus concrètes sont alors requises : une semaine après l’ouverture des plages publiques, celles‑ci ont été divisées en deux à la demande des usagers qui se plaignaient du regard des ouvriers présents sur la corniche41. Une partie de ces plages a donc été rendue payante, et la plage « familiale » est interdite aux hommes seuls — ce qui est un moyen comme un autre de désigner cette population sans recourir à un terme ethnique. Ce processus d’exclusion contribue à construire la communauté urbaine, en définissant ceux qui n’y sont pas les bienvenus : les travailleurs migrants pauvres représentent, pour tous les autres groupes qui se partagent l’espace public, une altérité radicale dont le côtoiement est insupportable. Il faut signaler ici que cette stigmatisation des populations les plus pauvres varie en fonction du genre. Ainsi les interactions avec les travailleuses étrangères de classes inférieures, venues souvent des Philippines et pour la plupart employées de maison ou nourrices, sont marquées par le mode de l’invisibilité (à l’inverse des hommes qui sont rejetés, pourrait‑on dire, du fait de leur trop grande visibilité) : elles sont le plus souvent absentes des espaces publics et ne s’y rendent que lorsqu’elles accompagnent les familles qui les emploient, y portant des vêtements discrets et uniformes, et ne se déplaçant que pour suivre les enfants dont elles ont la charge.

  • 42 Ces remarques sont issues d’une discussion très éclairante avec une auditrice de la conférence « Bo (...)
  • 43 Par exemple « l’appel émirien au respect » (al‑nida’ al‑imārātī lil‑iḥtirām), écrit en 2010, invite (...)

24Il y a donc ceux dont on ne veut pas être vu, mais aussi ceux que l’on ne saurait voir. La mixité des groupes et le mélange des activités possibles sur la corniche posent parfois problème : la proximité de la plage et des parcs est jugée offensante par certaines familles d’expatriés arabes, qui regrettent le temps où elles pouvaient pique‑niquer sans risquer de croiser de baigneurs en maillot de bain, tout en voyant la mer qui est aujourd’hui dissimulée par les rangées d’arbres42. Les nombreuses campagnes lancées par des Émiriens et des Émiriennes, à travers le réseau social Twitter notamment, sur la question de l’habillement dans l’espace public vont dans le même sens43. Elles s’adressent d’abord aux expatriés occidentaux et surtout aux femmes, en dénonçant le port de vêtements trop courts et en promouvant un code vestimentaire plus « conservateur » [ill. 7].

Ill. 7 : Un panneau sur la corniche rappelle les règles de conduite à respecter : il est interdit de boire de l’alcool, de pêcher, ou encore de jouer au cricket.

Ill. 7 : Un panneau sur la corniche rappelle les règles de conduite à respecter : il est interdit de boire de l’alcool, de pêcher, ou encore de jouer au cricket.

Entre centralité et périphérie

  • 44 Cf. Hannerz, 1983. De manière générale, l’anthropologie urbaine s’est intéressée à ces dimensions d (...)

25La corniche est bien un espace public dans le sens où elle est investie par des communautés variées, qui y inscrivent pour un temps leurs pratiques (une soirée de pique‑nique, quelques heures de jeu, la durée d’une course ou d’un café…), au sein de territoires qualifiés et délimités soigneusement — il n’est pas surprenant d’ailleurs que les points de friction et de conflit se concentrent, comme on l’a vu, autour des questions de regard et de visibilité. Sur la corniche se décide ainsi avec qui l’on est prêt, ou non, à partager la ville : ces logiques d’inclusion et d’exclusion font partie intégrante des analyses de l’espace public, et des processus d’urbanisation en général44.

  • 45 Delpal, 2000.
  • 46 P.A. Barthel cite également Delpal, 2000, ainsi que Fleury, 2004 à propos des rivages d’Istanbul.
  • 47 Barthel, 2006.

26La spécificité du lieu est sans doute due, en partie, à son caractère ambivalent : à la fois ouverte sur la mer, et offrant un horizon clos par des terres construites (l’île de Lū’lū’, la Marina) qui referment la ville sur elle‑même, la corniche constitue à la fois le centre‑ville d’Abu Dhabi et un espace marginal, à part, dans la capitale. Cette tension entre centralité et périphérie a été très bien analysée par Christine Delpal à propos de la corniche de Beyrouth pendant la guerre : un espace devenu central parce que périphérique, dont la clôture et l’ouverture paradoxales font le succès45. Dans un tout autre contexte, la corniche d’Abu Dhabi retrouve certaines des caractéristiques de ce succès, et notamment l’absence d’alternatives, d’autres lieux qui puissent offrir la même disponibilité en termes d’usages et d’accès. Ainsi que Pierre‑Arnaud Barthel le note46, la « situation liminaire » de la corniche semble être une caractéristique de cette forme urbaine littorale : « il s’agit d’un lieu‑limite qui permet de s’extraire des territorialités du quotidien et qui peut fonctionner comme un ailleurs compensatoire par rapport à un environnement de proximité souvent jugé difficile et pesant »47.

  • 48 Debié, 1993.
  • 49 C’est le cas par exemple de la corniche d’Alexandrie, réalisée par l’architecte italien Pietro Avos (...)
  • 50 « The next echelon in the open space hierarchy is the ‛City Park’, of a scale and magnitude that it (...)

27L’ailleurs auquel renvoie la corniche d’Abu Dhabi est multiple, et prend place au cœur d’un jeu d’échelles qui rappelle, encore une fois, la diversité des résidents de la ville. La forme et le nom du lieu font référence aux promenades littorales nées dans la deuxième moitié du xixe siècle sur la Côte d’Azur en France48, et importées dans le monde arabe par les architectes européens49 : pour les usagers venant d’autres pays arabes, il est difficile de ne pas penser à Beyrouth, à Alexandrie, ou à d’autres encore… Les cafés qui se trouvent sur les esplanades ont, on l’a vu, une dimension internationale, dans leurs noms comme dans le type de plats et de boissons proposés. Dans les catégorisations élaborées par l’UPC (Urban Planning Council) dans le cadre du « Plan Abu Dhabi 2030 », la corniche est désignée comme city park, c’est‑à‑dire à une échelle qui « sert la ville entière »50 — par opposition aux community parks, des parcs plus petits et souvent clôturés, destinés aux quartiers. Les autres city parks cités en exemple, l’île de Lū’lū’ et la mangrove, étant relativement inaccessibles aux visiteurs, seule la corniche permet actuellement un usage public à l’échelle de la ville.

28Le caractère d’entre‑deux de la corniche est également marqué, à une échelle plus locale, par sa situation géographique dans la capitale. La concentration de bâtiments importants (sièges administratifs, bureaux de compagnies gouvernementales, etc.) et de lieux de sociabilité autour de la corniche — Marina Mall d’un côté, Abu Dhabi Mall et le quartier de Tourist Club de l’autre, qui comprend de nombreux hôtels, bars et restaurants — semble en faire un espace central à Abu Dhabi. La présence des plus vieux hôtels de la ville (le Sheraton, le Hilton, ou encore, à l’est, le Méridien) le long de la corniche renforce cette impression.

  • 51 Par exemple, le supermarché qui occupe l’ensemble de l’étage inférieur est la marque française Carr (...)
  • 52 Voir les analyses de Khalaf, 2002, sur cette forme particulière de musée.

29Par ailleurs, la corniche, orientée nord‑est / sud‑ouest, lie entre eux deux pôles de la ville, dans tous les sens du terme. D’un côté, le quartier de Mīna (port) : le port de boutres et le marché aux poissons forment des espaces populaires et masculins, où se rassemblent de nombreux travailleurs indiens et pakistanais, et où les familles d’expatriés arabes viennent acheter du poisson frais, lorsqu’elles ne s’installent pas le long du port pour le pêcher. Tout près se trouvent les marchés de fruits et légumes tenus par des marchands iraniens et indiens, où des femmes de nationalités variées viennent faire leurs courses, les préférant aux supermarchés plus chers du centre‑ville. À l’autre bout de la corniche, l’hôtel de luxe Emirates Palace apparaît dans le prolongement de la promenade tandis que la route se poursuit, à gauche, sur la digue, jusqu’à Marina Mall. Lieu de sortie pour la jeunesse d’Abu Dhabi, Marina Mall est aussi connoté pour les habitants comme un lieu plus cher et plus « occidental » que les autres shopping malls51. De l’autre côté de l’immense parking du centre commercial, au bout de la jetée, se trouvent le Heritage Village52 et le théâtre national : la route qui y mène et la plage qui les borde sont des lieux de rencontres, amicales ou amoureuses, pour les jeunes locaux. Mīna contre Marina : les deux extrémités de la corniche illustrent de manière presque caricaturale les différences de classe, d’ethnicité et de langue qui structurent les trajectoires et les modes de vie des habitants d’Abu Dhabi.

Usages et appropriations de la corniche

  • 53 J’emploie ici le terme d’usages dans le sens — célèbre — que lui a donné de Certeau, 1990 : « Comme (...)

30La corniche est un lieu où coexistent différentes manières d’habiter, de pratiquer et de percevoir la ville — mais aussi où elles se superposent, se mélangent, voire se confrontent. Ces pratiques de la corniche ne sont pas nécessairement celles prévues par ses concepteurs. Les usagers se saisissent de l’espace qui leur est offert et y inscrivent leurs propres pratiques et significations. En outre, il existe une multiplicité de corniches, y compris pour un même individu : le moment de la journée ou les personnes avec qui l’on s’y rend sont autant de circonstances qui se combinent pour former des usages spécifiques53. On se penchera ici plus spécifiquement sur deux types d’usages, qui sont parmi les plus répandus et les plus visibles : les pique‑niques par les familles d’expatriés arabes, et la pratique du sport, qui concerne hommes et femmes de la plupart des nationalités.

La sociabilité familiale, un entre‑soi communautaire dans l’espace public

  • 54 Ces pratiques du pique‑nique ont été analysées par Sylvaine Camelin, dans sa communication intitulé (...)

31En soirée, les pique‑niqueurs occupent presque entièrement les pelouses de la corniche : en groupes de quatre à plus d’une dizaine de personnes, ils sont souvent assis en cercle, sur les bancs ou autour d’une nappe posée sur le sol, à distance respectable des autres groupes. Là aussi, nourriture et boissons sont soigneusement préparées à la maison, par les femmes, et amenées sur la corniche en voiture : l’emplacement du pique‑nique est souvent choisi en fonction de la place de parking que l’on a pu trouver. Le repas se décline selon différents degrés de sophistication — on peut se contenter d’un repas léger et froid en semaine, mais l’instrument central du pique‑nique en famille est le petit barbecue qu’on installe dans l’herbe près de soi, et dont les braises servent plus tard à allumer le narguilé. Le week‑end, le pique‑nique commence souvent dès le milieu d’après‑midi et se poursuit jusqu’à l’heure du coucher. Les ustensiles (conteneurs de nourriture, barbecue et narguilé) ainsi que les poussettes entourent les convives et achèvent de séparer les groupes54. La nourriture est placée au centre, souvent sur un plateau commun où chacun se sert. Le pique‑nique ici est moins un repas mobile ou transportable qu’un transfert du foyer à l’extérieur de l’espace domestique, et on profite de la voiture pour multiplier les ustensiles et ajouter au confort du repas — certains groupes apportent suffisamment de chaises pliantes pour que personne n’ait besoin de s’asseoir par terre.

  • 55 Ibid.

32Les familles émiriennes pique‑niquent aussi, mais préfèrent les parcs et, surtout, le désert à la corniche. Ceux qui s’installent sur la corniche sont les ahl al‑Shām, c’est‑à‑dire les expatriés arabes de Palestine, de Syrie, du Liban, ou de Jordanie — ce sont eux également que l’on voit en majorité dans les autres parcs de la ville le week‑end55. Lorsque le repas a lieu avec la famille proche, tous mangent ensemble. Mais il arrive souvent que le pique‑nique réunisse plusieurs familles différentes, la plupart du temps originaires du même pays ou appartenant à la même famille élargie. Hommes et femmes forment alors des groupes séparés, installés en cercle à quelques mètres d’écart, ce qui assure la confidentialité des conversations. Dans ces moments, les enfants sont laissés relativement libres de jouer autour, dans un espace perçu comme très sûr. Il n’est pas rare alors que les adolescents et jeunes adultes prennent leur autonomie par rapport au groupe familial et se lèvent ensemble pour marcher le long de la corniche, échappant au regard et au contrôle parental — à la condition de ne pas aller trop loin, ce qui favorise également les mouvements d’aller‑retour.

  • 56 Cf. Barthe‑Demoizy, 2008.

33Plus qu’une publicisation de pratiques familiales, il me semble qu’on peut y lire une création ou re‑création d’un espace intime au sein de l’espace public. La possibilité de réserver les interactions à un groupe social restreint est paradoxalement ce qui permet le partage de l’espace avec d’autres types de populations, en même temps que cette intimité à ciel ouvert est rendue possible par l’étendue et la configuration de la corniche. Le repas familial à l’extérieur évoque de nombreux pays méditerranéens, où la table, installée dans la rue, devant la maison, prolonge l’espace domestique : le pique‑nique est d’ailleurs une pratique familière aux sociétés urbaines dans une bonne partie du monde arabo‑musulman56. Comprise en ce sens, l’intimité désignerait une modalité d’appropriation de l’espace public, qui rassemble ici un groupe social homogène en termes d’origine régionale. Mettre en scène une intimité familiale sur la corniche d’Abu Dhabi, c’est aussi manifester son appartenance aux ahl al‑Shām, et cette communauté est explicitement recherchée dans les discours et les pratiques des participants aux pique‑niques.

  • 57 Contrairement aux rivages d’Istanbul par exemple (Fleury, 2005). Mes seuls interlocuteurs à avoir m (...)

34Le pique‑nique sur la corniche est en effet éminemment urbain : c’est ce désir de communauté bien plus que le désir de nature qui anime les familles venant pique‑niquer57. Ce type de sociabilité familiale est à replacer dans le contexte des modalités de logement à Abu Dhabi : les loyers y sont très chers et de nombreuses familles d’expatriés partagent un appartement étroit, ou louent certaines pièces à des étrangers. Le degré d’intimité possible dans l’espace domestique est donc très relatif. L’intimité prend ici le sens de l’entre‑soi, défini par un ensemble de relations et de modes de sociabilité. Elle est différente du privé : les familles qui pique‑niquent sur la corniche s’approprient l’espace public dans le sens où elles s’y font une place, elles y dessinent les contours d’un lieu qualifié. La pelouse, canevas relativement neutre ou en tout cas dénué de significations préalables, devient lieu de commensalité. Pour autant, cette qualification ne dure que le temps du repas et le prochain pique‑nique n’aura pas nécessairement lieu au même endroit ni avec les mêmes personnes.

35Ce sont les multiples appartenances des individus qui se jouent ici, puisque le mode d’appropriation de l’espace dépend de l’organisation du temps et des sociabilités. On peut faire partie d’un groupe ou d’un autre selon quand et avec qui l’on vient, voire s’émanciper temporairement d’un type d’usage pour en adopter un autre : c’est ce que font les jeunes qui quittent le pique‑nique pour aller se promener. Bien sûr, toutes les nuances sont possibles et la posture en dit long : ainsi sans se mettre nécessairement à marcher on peut choisir de manger debout pour montrer son appartenance à une génération différente des parents qui sont assis et des enfants qui courent aux environs.

Le sport, entre travail intime du corps et discours normatif

36La pratique sportive est probablement l’une des activités majeures sur la corniche, qu’il s’agisse de jogging, de marche rapide ou de vélo dans les allées, voire de danse hip‑hop ou de capoeira, accompagnées de musique diffusée à partir de lecteurs portables posés sur la pelouse. Certains sports collectifs (football, volleyball, etc.) sont pratiqués sur la plage [ill. 8]. Ils réunissent en général des groupes de sociabilité déjà constitués, qui viennent sur la corniche dans le but de jouer ensemble. En ce qui concerne les autres sports, ils sont en majorité une pratique individuelle, ou en très petit groupe : on vient marcher avec une amie, une collègue ou une cousine : on loue des vélos avec un groupe d’amis.

Ill. 8 : Partie de volleyball sur la plage. À gauche en arrière‑plan, on aperçoit la tour et les chapiteaux de Marina Mall.

Ill. 8 : Partie de volleyball sur la plage. À gauche en arrière‑plan, on aperçoit la tour et les chapiteaux de Marina Mall.

Ill. 9 : Deux jeunes hommes émiriens en dishdasha (tunique blanche portée par les hommes) et baskets s’entraînent à la marche rapide, en début de soirée.

Ill. 9 : Deux jeunes hommes émiriens en dishdasha (tunique blanche portée par les hommes) et baskets s’entraînent à la marche rapide, en début de soirée.
  • 58 Comme cela a été très bien analysé à propos de la corniche de Beyrouth par Delpal, 2002.
  • 59 Ibid.
  • 60 La ‛abāya est une longue robe noire portée par‑dessus les vêtements par les femmes du Golfe. Il en (...)
  • 61 « A fun and healthy way to tour the Corniche is to hire a bicycle. FunRideSports hires out a select (...)

37La nature individuelle du sport autorise le côtoiement en même temps qu’elle interdit les autres types d’interactions, puisque chacun est concentré sur son effort58. Ainsi il n’est pas rare de trouver parmi les joggeurs des hommes occidentaux aussi bien que de jeunes Émiriens, hommes et femmes, en costume national et baskets [ill. 9] : le sport donne une légitimité à la présence dans l’espace public, en particulier si l’on arbore les signes extérieurs du sportif — les chaussures notamment — et d’autant plus qu’il est possible de s’isoler en écoutant de la musique sur un baladeur59. Cette caractéristique du sport est particulièrement cruciale pour les femmes, pour lesquelles exercer son corps en public ne va pas de soi. Pour certaines femmes émiriennes et expatriées arabes, la possibilité de conserver la ‛abāya ou le ḥijāb60 est un critère important de respectabilité du sport pratiqué. C’est le cas du jogging ou de la marche rapide, mais aussi de la bicyclette, activité sportive qui peut être pratiquée en public tout en respectant les codes vestimentaires et les règles de pudeur : certains vélos à louer sur la corniche sont présentés comme « spécialement conçus pour les femmes portant la ‛abāya »61. Cette activité est aussi légitimée par la présence des enfants et la nécessité de pouvoir les surveiller continuellement, en les prenant avec soi sur un vélo à quatre roues ou en suivant leurs déplacements. Elle fait donc partie des sports qui ne présentent pas de risque social pour les femmes — les bicyclettes de la corniche sont d’ailleurs très prisées par les jeunes femmes musulmanes [ill. 10]. Conçues pour être un loisir familial, leurs prix sont abordables pour les familles de classe moyenne, mais pas pour les plus pauvres : la location la moins chère coûte environ 20 dirhams (4 euros) par heure.

Ill. 10 : Vélos et tricycles sur l’esplanade des cafés.

Ill. 10 : Vélos et tricycles sur l’esplanade des cafés.
  • 62 Ce club réservé aux femmes et qui comprenait plage, cafés, restaurants, salle de sport, piscine et (...)

38Mais l’intimité offerte par le jogging ou la bicyclette sur la corniche a ses limites : un certain nombre de jeunes filles, notamment émiriennes, ne sont pas autorisées par leurs familles à les pratiquer, ou ne se sentent pas à l’aise. D’autres organisent stratégiquement leurs activités, en pratiquant les sports aquatiques le matin par exemple, parce qu’ « il y a moins de monde qui regarde », ce qui permet d’enlever la ‛abāya pour l’occasion. Hormis pour les touristes et les expatriées occidentales, la baignade n’a pas lieu sur la corniche mais dans des clubs qui offrent des horaires spécifiques pour les femmes. Ces infrastructures sont toutefois rares : après la fermeture du Ladies Club62, où de nombreuses Émiriennes avaient l’habitude de se rendre, ces dernières ont dû se tourner vers des clubs privés, souvent plus chers, et situés pour la plupart au sud de l’île — proches des nouveaux quartiers construits pour y loger la population locale. La ségrégation spatiale se trouve donc accentuée en fonction du genre, et la corniche devient moins accessible aux femmes émiriennes, qui n’ont plus de raison de s’y rendre puisque tout est à proximité de leur lieu d’habitation. Ce processus va dans le sens des nouveaux développements urbains à Abu Dhabi, et notamment du « Plan Abu Dhabi 2030 », qui tend à accentuer la ségrégation résidentielle dans la ville en créant des espaces d’habitat et de vie pour les Émiriens à l’extérieur de l’île d’Abu Dhabi — des projets justifiés par la possibilité d’obtenir des logements, campus ou bureaux plus grands. La plupart des jeunes Émiriens que j’ai rencontrés, les femmes en particulier, percevaient mal cette ségrégation grandissante qui les éloigne du centre‑ville.

39Enfin, la pratique sportive est d’autant plus valorisée qu’elle fait l’objet d’un discours très normatif, influencé à la fois par des préoccupations globales pour les questions de diététique qui sont largement reprises dans les médias locaux et régionaux, et par les discours officiels de santé publique qui s’inquiètent de l’obésité des Émiriens. Ces discours ne sont pas sans conséquence sur la ville elle‑même : ils façonnent en partie les projets de développement urbain, pour pallier le manque perçu d’infrastructures sportives en ville ou de lieux destinés à la marche à pieds. La pratique du sport est donc très largement encouragée à l’échelle nationale, et des marathons visant à soutenir, entre autres, la prévention du diabète, sont organisés sur la corniche et ailleurs dans la ville.

  • 63 Mais un très grand nombre de sites internet et de magazines propose des bons d’essai à moitié prix.

40La valorisation du sport à travers des discours hygiénistes autorise le côtoiement de populations variées, même si cela ne dure que le temps d’un entraînement. Les groupes de « boot camp » (entraînement sportif intense) réunis autour d’un coach professionnel, qui s’entraînent par sessions d’une heure sur la plage de la corniche le soir, en sont un bon exemple. Moins chers que les abonnements des gymnases et des clubs privés, ils coûtent néanmoins aux alentours de 200 ou 250 dirhams (40‑50 euros) pour des séries de dix sessions63, et sont pratiqués plutôt par la classe moyenne.

  • 64 Son père est Irakien et sa mère Syrienne. Nūr est née à Abu Dhabi et y a étudié dans une université (...)

41Nūr, une Irakienne de vingt‑deux ans64, m’a introduite dans l’un de ces groupes qu’elle fréquentait depuis peu : en dehors du coach égyptien, le groupe comptait une quinzaine de personnes dont plus du tiers était composé de femmes, toutes expatriées arabes ayant grandi à Abu Dhabi — à l’exception d’une Européenne plus âgée, venue en couple. Les hommes venaient majoritairement de Syrie et d’Égypte, et d’eux d’entre eux étaient Indiens. La très grande majorité des membres avait entre vingt et trente‑cinq ans. La plupart d’entre eux ne pratiquait pas d’autre sport, à l’exception du jogging, occasionnellement, sur la corniche, même si certains avaient fréquenté des gymnases. Les exercices physiques pratiqués durant ces sessions, qui demandent souvent d’être assis ou allongé sur la plage, sont très nettement légitimés par la présence du groupe, et d’un professionnel qui organise et commande les mouvements. Des interactions sont alors possibles entre les membres, tant qu’elles concernent la situation partagée : la difficulté des exercices, la bonne manière de réaliser un mouvement, etc. La formule même du « boot camp », dont le nom est emprunté au vocabulaire militaire, favorise le sentiment de camaraderie autour d’un objectif commun : réaliser des exercices physiques éprouvants, pour le bien de son corps.

  • 65 Augustin, 2001. L’autre catégorie d’activités citée par Jean‑Pierre Augustin, les sports de rue, à (...)
  • 66 Ibid.

42Ces pratiques sportives sur la corniche participent certainement de tendances plus universelles à l’investissement de l’espace urbain par des activités sportives et récréatives65. Elles offrent de nouvelles légitimités — ludiques, hygiéniques — à l’appropriation de cet espace, en même temps qu’elles permettent la diversification des activités et l’élargissement contrôlé des cercles de sociabilité pour celles et ceux qui les pratiquent66.

Conclusion

43La corniche d’Abu Dhabi, forme urbaine aux références multiples, est donc à la fois un lieu où se côtoient les différentes communautés qui peuplent la ville, et un lieu où s’établissent les frontières entre les interactions possibles et celles qui ne le sont pas. L’espace de la corniche est pratiqué de manière variable suivant les rythmes et les trajectoires de chacun. L’une des modalités de ce côtoiement, qui le rend possible dans une certaine mesure, est la mise en scène sur la corniche de pratiques intimes. Si le sport permet un retranchement dans l’effort et le travail individuel du corps, qui autorise des relations de passage nécessairement temporaires et limitées, la sociabilité familiale et amicale, autour du repas notamment, produit un entre‑soi communautaire au sein de l’espace public qui permet aux citadins de s’approprier la ville et d’y inscrire leurs manières de faire.

  • 67 Dans les termes de Lefebvre, 1974.

44Quel espace est ainsi produit67, par et pour qui ? L’observation de la corniche et de ses usages rend visibles ou saillants des groupes qui n’apparaissent pas ou peu dans les discours officiels, notamment les expatriés arabes, et parmi eux ces familles qui pour beaucoup vivent à Abu Dhabi depuis plus de vingt ou trente ans sans avoir accès à la nationalité émirienne. Venir sur la corniche, c’est donc aussi affirmer son appartenance à la ville. En ce sens, elle est le lieu de production d’une expérience collective. Les frontières qui s’établissent sur la corniche font surgir en filigrane la possibilité d’une communauté urbaine, citadine, fondée par des usages communs et multiples de la ville — communauté qui recouvre et dépasse la communauté nationale.

45À travers les usages récurrents et contemporains de la corniche, le week‑end ou en fin de journée, se pose la question du fondement dans le temps de ces pratiques, et de la possibilité pour un espace comme la corniche de s’inscrire dans une mémoire urbaine (qui est différente du patrimoine institutionnalisé). La mémoire du lieu est en effet rendue difficile et ambiguë par les modifications constantes apportées au paysage urbain : comment s’approprier un espace sans cesse modifié ? Nombre de mes interlocuteurs se rappelaient le temps où la corniche actuelle était la mer : mais ils se rappellent aussi être venus pêcher sur la plage plus tard, puis avoir longé la promenade en voiture. Beaucoup, y compris les jeunes Émiriens et expatriés arabes nés à Abu Dhabi, ont évoqué une nostalgie pour la précédente corniche — en raison de ses fontaines rafraîchissantes, de la vue sur la mer depuis la route, ou encore parce qu’elle figurait sur la couverture des manuels de classe avec lesquels ils ont grandi.

  • 68 Chabbi, Mahdy, 2011a, 2011b.
  • 69 Le « Plan Abu Dhabi 2030 » inclut le projet de « Capital City », dont l’objectif est de déplacer le (...)

46Aujourd’hui, la corniche est au croisement de politiques urbaines qui tendent vers des directions opposées. D’une part, l’émirat d’Abu Dhabi, par l’intermédiaire de l’ADACH (Abu Dhabi Authority for Culture and Heritage), a entrepris une politique de conservation et de patrimonialisation de la ville. Certains bâtiments de la corniche, comme le complexe d’ADNOC (Abu Dhabi National Oil Company) ou l’hôtel Hilton, construits dès les débuts de l’urbanisation dans les années 1970, sont ainsi envisagés sous le statut de « patrimoine moderne » qui permettrait d’empêcher leur destruction68. D’autre part, le dernier plan de développement urbain vise à créer de nouvelles centralités69, à l’opposé de la corniche par rapport à l’île d’Abu Dhabi, selon une distribution de l’habitat qui renforcera la ségrégation spatiale.

  • 70 Je remercie les lecteurs anonymes d’Arabian Humanities et les éditeurs de ce dossier, ainsi que les (...)

47Objet d’attachement et en même temps lieu de mémoire impossible, la corniche d’Abu Dhabi est, on l’a vu, un espace ambivalent à bien des égards. L’étude des appropriations de cet espace nous a permis de mettre en évidence, d’une part, un certain nombre de traits caractéristiques de la corniche entendue comme forme urbaine, dans le monde arabe et méditerranéen. Espace liminaire, à la fois central et périphérique, la corniche est un lieu qui reflète la ville en même temps qu’elle produit des territorialités nouvelles, dont les usages influent à leur tour sur l’expérience des citadins. D’autre part, son ambivalence s’oppose à toute caractérisation simpliste de l’urbanité d’Abu Dhabi. Si la corniche s’offre comme espace public, elle est révélatrice des effets de l’urbanisation et des transformations constantes des villes du Golfe sur les diverses composantes des sociétés urbaines et leurs relations70.

Haut de page

Bibliographie

Abaza M., « Les centres commerciaux du Caire et la reconfiguration urbaine », in Mermier F., Peraldi M. (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, Karthala, 2010, p. 137‑176.

Abu Dhabi Municipality & Town Planning Department, Abu Dhabi… Dana of the Gulf, Abu Dhabi, 2003.

Abu Dhabi Urban Planning Council, Plan Abu Dhabi 2030: Urban Structure Framework Plan, Abu Dhabi, 2010 [2007].

Augustin J.‑P., « Espaces publics et cultures sportives », Géocarrefour, vol. 76, n° 1, 2001, p. 27‑30.

Baabood A., « Sport and Identity in the Gulf », in Alsharekh Al., Springborg R. (dir.), Popular Culture and Political Identity in the Arab Gulf States, Londres, Saqi Books / SOAS, 2008.

Barthe‑Demoizy F., Le pique‑nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire, Paris, Éditions Bréal, collection D’autre part, 2008.

Barthel P.‑A., « Mondialisation, urbanité et néo‑maritimité: la corniche du Lac de Tunis. » L’Espace géographique, n° 2, 2006, p. 177‑187.

Barthel P.‑A., « Urbanités complexes : la fabrique des lieux "publics" aux Berges du Lac de Tunis. », Espaces et sociétés, n° 4, 2007, p. 129‑144.

Barthel P.‑A., « Faire du « grand projet » au Maghreb. L’exemple des fronts d’eau (Casablanca et Tunis). », Géocarrefour, vol. 83, n° 1, 2008, p. 25‑34.

Beaugrand Cl., « Émergence de la « nationalité » et institutionnalisation des clivages sociaux au Koweït et au Bahreïn », Chroniques yéménites, n° 14, 2007.

Bourgey A., « L’espace social des villes des émirats du Golfe », Maghreb‑Machrek, n° 123, 1989, p. 49‑63.

Camelin S., « Des itinéraires dans le temps et dans l’espace », Arabian Humanities [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 27 mars 2013. URL : http://cy.revues.org/1912.

Chabbi A., Mahdy H., « Starting from Scratch: Preserving Abu Dhabi’s Modern Heritage », in Hernández de León J. M., Espinosa de los Monteros F., Proceedings of the International Conference Intervention Approaches for the 20th Century Architectural Heritage, publication numérique, Madrid, 2011 [2011a].

Chabbi A., Mahdy H., « Virtuous Circle or Vicious Cycle? Modern Heritage and Development in Abu Dhabi », Paris, Actes du symposium scientifique de la 17ème Assemblée Générale de l’ICOMOS, 2011 [2011b].

(Collectif), Géocarrefour (2002), « L’espace public au Moyen‑Orient et dans le monde arabe », vol. 77, n° 3

Davidson C. M., Abu Dhabi: Oil and Beyond, New York, Columbia University Press, 2009.

Dazi‑Héni F., Monarchies et sociétés d’Arabie: le temps des confrontations, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Debié Fr., « Une forme urbaine du premier âge touristique : les promenades littorales. » Mappemonde, vol. 1, 1993, p. 32‑37.

de Certeau M., L’ invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1990.

Delpal Chr., La corniche du front de mer de Beyrouth (Liban) : recomposition d’un espace public et formes de sociabilité, Mémoire de DEA, Université Lumière – Lyon II, 2000.

Delpal Chr., « La corniche du front de mer : un nouvel espace public. », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 91 « Villes et guerres », 2001, p. 74‑82.

Delpal Chr., « ‘Vous devriez venir le matin, il y a des gens biens, des sportifs !’ Quand le sport habille les sociabilités publiques à Beyrouth », Géocarrefour, vol. 77, n° 3, 2002, p. 289‑296.

Elsheshtawy Y., The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development. Londres, Routledge, 2008.

Fleury A., « Les rivages d’Istanbul : des espaces publics au cœur de la mégapole. », Géographie et cultures, n° 52, 2005, p. 55‑72.

Fuccaro N., « Visions of the City: Urban Studies on the Gulf », Middle East Studies Association Bulletin, vol. 35, n° 2, 2001, p. 175‑187.

Fuccaro N., Histories of City and State in the Persian Gulf, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Hannerz U., Explorer la ville : éléments d’anthropologie urbaine, traduction et présentation par Isaac Joseph, Paris, Les Éditions de Minuit, 1983 (1980).

Ingham Br., Lindisfarne‑Tapper N., Languages of Dress in the Middle East, Londres, Curzon Press, 1997.

Joseph I., « Les compétences de rassemblement », Enquête « La ville des sciences sociales », 1996, [En ligne], mis en ligne le 6 novembre 2008. URL : http://enquete.revues.org/document773.html. Consulté le 29 janvier 2010.

Kanna A., Dubai, the City as Corporation, Minneapolis, University Of Minnesota Press, 2011.

Kapiszewski A., Nationals and Expatriates: Population and Labour Dilemmas of the Gulf Cooperation Council States, New York, Ithaca Press, 2001.

Khalaf S., « An Anthropological Look at Dubai Heritage Village. », Journal of Social Affairs, n° 75, 2002.

Khalaf S., « The Evolution of the Gulf City Type, Oil, and Globalization. », in Fox J. W., Mourtada‑Sabbah N., al‑Mutawa M. (dir.), Globalization and the Gulf, London / New York, Routledge, 2006.

Lefebvre H., La production de l’espace, Paris, Anthropos, 2000 [1974].

Le Renard A., « Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes : sociabilité et consumérisme à Riyad », in Mermier Fr., Peraldi M. (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, Karthala, 2010, p. 187‑214.

Le Renard A., Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite, Paris, Dalloz, 2011 [2011a].

Le Renard A., « Genre, classe, nationalité et accès des femmes aux espaces publics à Riyad », Sociétés contemporaines, n° 84, 2011, p. 151‑172, [2011b].

Longva A. N., “Keeping Migrant Workers in Check: The Kafala System in the Gulf”, Middle East Report, 211, 1999.

Ménoret P., al‑Otaibi A., « Rebels without a Cause? A Politics of Deviance in Saudi Arabia », in Bayat A., Herrera L., Being Young and Muslim: New Cultural Politics in the Global South and North, New York, Oxford University Press, 2010.

Mermier Fr., « Souk et citadinité dans le monde arabe », in Arnaud J.‑L., L’urbain dans le monde musulman de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2006.

Mermier Fr., Peraldi M. (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, Karthala, 2010.

Naciri M., « Le rôle de la citadinité dans l’évolution des villes arabo‑islamiques » in Naciri M., Raymond A. (dir.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, Fondation du Roi Abdul‑Aziz al‑Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 1997, p. 131‑148.

Sennett R., Les tyrannies de l’intimité, Paris, Le Seuil, 1979.

Zukin Sh., The Cultures of Cities, New York, Wiley‑Blackwell, 1995.

Articles de presse

Constantine Z., « Complaints Lead to Segregation », The National, Abu Dhabi, 7 juillet 2008.

Dajani H., « UAE Currency: Powerful Symbol for Powerful Note », The National, Abu Dhabi, 22 août 2011.

Nereim V., « Abu Dhabi Beach Areas Ban on ‛Single Men’ », The National, Abu Dhabi, 12 juillet 2012.

Haut de page

Notes

1 Les travaux de Delpal, 2000, sur la corniche de Beyrouth et Barthel, 2006, sur le lac de Tunis ont été des lectures particulièrement riches et éclairantes au cours de la rédaction de cet article.

2 Barthel, 2006.

3 Dix mois de terrain à Abu Dhabi, entre mars 2010 et février 2012, dont six mois financés grâce à l’aide à la mobilité du CEFAS (Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa).

4 Selon un certain nombre de sources (Abu Dhabi Municipality & Town Planning Department, 2003 : Elsheshtawy, 2008), les premiers résidents de l’île sont des membres des tribus Banī Yās venues de Ẓafra (Līwa) en 1761. À l’exception du fort construit par le Cheikh Shakhbūṭ b. Dhiyāb en 1792, et où s’installent les dirigeants successifs, on sait peu de choses du développement de la ville jusqu’au milieu du xxe siècle.

5 Elsheshtawy, 2008.

6 Dajani, 2011.

7 Ibid.

8 La zone comprend, d’une part, un port de plaisance et des villas situées derrière Marina Mall, l’un des plus importants centres commerciaux d’Abu Dhabi construit dans les années 2000, et, d’autre part, une jetée qui donne sur le théâtre national et le Heritage Village, près desquels s’élève un très haut drapeau émirien visible depuis la corniche et la mer.

9 Les premiers plans de développement de l’île visaient à en faire un parc d’attractions, mais ils n’ont pas été menés à bien. En 2012, elle était en friche et inaccessible au public. Le « Plan Abu Dhabi 2030 » prévoit d’en faire un lieu de « tourisme culturel » et de « commémoration nationale ».

10 Cette confusion entre privé et public, qui concerne par exemple le financement des projets d’urbanisme, est assez caractéristique de la manière dont s’est construit le pouvoir politique dans le Golfe. En ce sens, la question est différente de celle de la « privatisation de l’espace public » telle qu’elle a pu être analysée à propos des villes américaines (Zukin, 1995) ou moyen‑orientales (voir par exemple les articles du numéro spécial de Géocarrefour, 2002).

11 Les premiers plans de développement de la ville ont dû être revus plusieurs fois afin d’être adaptés à la croissance inattendue de la population (Abu Dhabi Municipality & Town Planning Department, 2003 : Davidson, 2009). Les travaux de remblai et la construction d’îles artificielles ou semi‑artificielles permettent de déborder les contours naturels de l’île d’Abu Dhabi.

12 Ces plans de développement visent à faire d’Abu Dhabi une capitale moderne, sur le modèle occidental : leur élaboration et leur exécution sont souvent confiées à des cabinets d’architectes anglo‑saxons. Mais il semble qu’un nombre important de ces plans soit resté à l’état de projet, comme c’est le cas par exemple du « Abu Dhabi Comprehensive Development Plan » réalisé en 1991 par le cabinet britannique WS Atkins & Partners Overseas, et portant sur la période 1990 à 2010.

13 Tous deux sont situés le long d’Airport Road. Le Qaṣr al‑Ḥuṣn a longtemps été l’emplacement de la Fondation Culturelle d’Abu Dhabi : fermé pour rénovations pendant la durée de mon enquête (2010 à 2012), l’ensemble du bloc est inaccessible au public à l’exception d’un très petit centre d’expositions. Al‑Manhal est l’ancienne résidence du Cheikh Zayed, laissée à l’abandon depuis une vingtaine d’années.

14 Abu Dhabi Urban Planning Council, 2010.

15 « […] an authentic and safe but also progressive and open Arab city; a personality garnered by the desert and the sea; a traditional way of life but with the latest 21st century options; and a place of business but also of government and culture. » (ibid., p. 7).

16 J’emprunte le terme à Kanna, 2011, qui l’utilise pour désigner la congruence entre l’espace bâti, les politiques culturelles et le marketing de la ville à Dubaï.

17 La compétition entre les deux émirats est évoquée, par exemple, par Dazi‑Héni, 2006.

18 Le domaine du sport, objet d’intérêt et de fort investissement par les États du Golfe, est à la fois un enjeu de compétition régionale et de visibilité sur le plan international : ainsi Abu Dhabi et Bahreïn ont tous deux un circuit de Formule 1 et un Grand Prix concurrents. Voir Baabood, 2008.

19 En 2011 on pouvait y entendre des rappeurs émiriens, de la pop coréenne, et bien sûr des chanteurs et chanteuses arabes, souvent libanais ou égyptiens, auxquels était réservée la tête d’affiche et qui ont attiré les foules. Ces concerts gratuits sur la corniche contrastent avec ceux organisés à Yas après la compétition, qui ne sont accessibles qu’avec un billet d’entrée pour la course, très cher, et qui mettent en scène des stars internationales, très souvent américaines.

20 On m’a ainsi fait le récit d’un défilé de voitures et de klaxons sur la corniche suite à une victoire de l’Égypte au football. Néanmoins ces manifestations restent très occasionnelles en raison du contrôle important exercé par le pouvoir sur tous les mouvements de foule, y compris d’ailleurs lors de la fête nationale, durant laquelle la police bloque l’accès à la route de la corniche après 22h — contrôle qui s’est renforcé depuis les « printemps arabes ».

21 Chabbi, Mahdy, 2011a.

22 Voir Kapiszewski, 2001 et Davidson, 2009 pour une analyse des dynamiques et des caractéristiques des migrations vers les pays du Golfe, et leurs évolutions au cours du temps.

23 Le système de la kafāla et ses conséquences démographiques, économiques et politiques ont été largement décrits et analysés, voir par exemple Longva, 1999, et Camelin, 2013.

24 Être citoyen des Émirats arabes unis se traduit par un accès gratuit à l’éducation et la santé, et des subventions importantes pour le logement et le mariage (lorsqu’il a lieu avec un autre national). Pour ces raisons, la nationalité est rendue très difficile d’accès. Jusqu’à décembre 2011, elle se transmettait selon une filiation patrilinéaire : avoir un père émirien était une condition nécessaire et suffisante pour être soi‑même émirien. Désormais, les enfants de mère émirienne et de père étranger peuvent demander la nationalité à leur majorité. Pour une analyse comparative des évolutions et des significations de ces politiques de nationalité dans le Golfe, voir Beaugrand, 2007.

25 En effet, les résidents peuvent devenir les sponsors (kafīl) de membres de leur famille à partir d’un certain niveau de salaire, qui a été constamment augmenté au fil des ans (Camelin, 2013).

26 Le langage courant reflète ces corrélations et les schématise, en désignant par exemple comme « travailleurs » les migrants pauvres et non‑qualifiés, majoritairement originaires du sous‑continent indien, et comme « expatriés » les populations qui occupent des positions plus qualifiées. Il en va de même pour les catégories ethniques, le terme « Occidentaux » renvoyant par exemple à la fois à une origine géographique (Europe, Amérique du Nord, etc.), et à un statut économique privilégié. Ces catégories ne rendent pas compte de la complexité réelle des statuts, mais reflètent une représentation ethnique du monde social commune aux habitants des Émirats. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de les reprendre dans la suite de cet article.

27 Khalaf, 2006. Voir aussi Chabbi, Mahdy, 2011a.

28 Amélie Le Renard a montré pour l’Arabie saoudite comment l’accessibilité même des espaces publics est définie par les rapports entre genre, classe et nationalité — mais aussi comment les pratiques de ces espaces et les interactions qui s’y déroulent agissent réciproquement sur ces hiérarchies. Voir Le Renard, 2011b.

29 Le Renard, 2010 : Abaza, 2010.

30 Il faut en effet préciser que la corniche n’est praticable qu’entre octobre et mai : au‑delà, la chaleur fait préférer des lieux de loisirs en intérieur et climatisés, et seules les catégories les plus pauvres de la population continuent à se rendre sur la corniche.

31 Ces distinctions renvoient ici à des catégories professionnelles (cadres, employés de services) et des niveaux de revenu.

32 Le sāj désigne une plaque de cuisson bombée et, par métonymie, les sortes de pizzas garnies (manāqīsh) que l’on y fait cuire. La plupart des cafés sur la corniche sont des franchises de chaînes internationales, et tous en tout cas adoptent un langage global qui se traduit dans le nom des établissements : ainsi le Cinnabon côtoie le Saj 2 go (que l’on pourrait traduire par « sāj à emporter »). Ces lieux marchands mondialisés sont semblables à ceux de la corniche du lac de Tunis analysés par Barthel, 2006.

33 Bourgey, 1989.

34 Nelida Fuccaro a consacré un article à la synthèse et la critique des analyses « modernistes » des villes du Golfe (Fuccaro, 2001). Elle prend le contrepied de ces travaux en proposant une monographie de Manama (Bahreïn) qui replace les évolutions de la ville dans leur contexte historique, politique, économique et social (Fuccaro, 2009).

35 Selon Franck Mermier, il faut cependant « rester prudent sur l’utilisation du concept d’espace public pour définir le souk et se garder d’un usage trop métaphorique voire idéologique de cette notion. Celle‑ci recouvre certes les notions connexes d’accessibilité et d’espace commun qui renverraient au langage du politique, mais il convient d’éviter la confusion entre urbanité et citoyenneté ou entre civilité et civisme. On peut ainsi passer allégrement de l’espace urbain au discours rationnel en utilisant de manière indifférenciée la notion d’espace public en jouant sur la confusion que la traduction en français du titre du livre d’Habermas a suscitée. », Mermier, 2006.

36 Mohammed Naciri distingue trois types de citadinités, liées à trois ensembles régionaux : la citadinité andalouse, intégrative (c’est‑à‑dire relativement homogène et peu ségrégée), propre à l’ensemble maghrébin : la citadinité ottomane, associative (c’est‑à‑dire constituée de communautés territorialisées qui coexistent dans la centralité du souk) : et la citadinité « khalijite », dissipatrice (Naciri, 1997).

37 On peut la contraster, par exemple, avec la « JBR Walk » (Jumeirah Beach Residence Walk) à Dubaï. Située entre la Palm Island et la Marina, tous deux lieux de résidence privilégiés pour les riches expatriés occidentaux, cette promenade est effectivement fréquentée par des populations diverses. Mais son emplacement dans la ville la réserve aux classes moyennes et supérieures, et la rend de fait inaccessible aux résidents étrangers pauvres, dont les quartiers d’habitation se situent de l’autre côté de Dubaï.

38 Cf. Hannerz, 1983 ou encore Sennett, 1979. De manière intéressante, Sennett note que « l’homme public » qui émerge en Europe au xviiie siècle est par excellence le cosmopolite, c’est‑à‑dire celui qui est à l’aise dans la diversité.

39 Les véhicules sont très souvent modifiés et décorés pour refléter les goûts de leur conducteur, et la musique qui s’échappe de fenêtres teintées à demi ouvertes — jeu subtil entre le dévoilement et l’anonymat — y participe également. Sur l’importance de la voiture dans la sociabilité des jeunes hommes en Arabie saoudite, et sur le potentiel transgressif de ces pratiques, voir Ménoret, al‑Otaibi, 2010.

40 Ils se sont rencontrés dans une école coranique syrienne, fréquentée durant l’été à Abu Dhabi lorsqu’ils étaient enfants.

41 Voir Constantine, 2008, ou encore Nereim, 2012.

42 Ces remarques sont issues d’une discussion très éclairante avec une auditrice de la conférence « Boom Cities » à New York University Abu Dhabi, où ce papier a été présenté le 4 décembre 2012. Expatriée arabe vivant à Abu Dhabi depuis une vingtaine d’années, elle a souligné comment la nouvelle corniche regroupe en un seul lieu des activités qui existaient auparavant dans des endroits séparés : les parcs pour le pique‑nique, que ne fréquentaient que les expatriés arabes, et la plage de Ra’s al‑Akhḑar, située dans un lieu plus reculé, pour les baigneurs. Ce sont les nouveaux projets de développement urbain qui ont poussé à ce regroupement.

43 Par exemple « l’appel émirien au respect » (al‑nida’ al‑imārātī lil‑iḥtirām), écrit en 2010, invite à boycotter les boutiques qui vendent des vêtements très courts et jouent de la musique à fort volume durant le Ramadan. Quant à la campagne « UAE Dress Code », créée par deux jeunes Émiriennes en mai 2012 sur Twitter, elle vise à faire respecter les codes vestimentaires qui prohibent les vêtements trop courts dans les shopping malls.

44 Cf. Hannerz, 1983. De manière générale, l’anthropologie urbaine s’est intéressée à ces dimensions depuis les travaux de l’école de Chicago, qui postule un lien entre organisation sociale et spatiale dans la ville.

45 Delpal, 2000.

46 P.A. Barthel cite également Delpal, 2000, ainsi que Fleury, 2004 à propos des rivages d’Istanbul.

47 Barthel, 2006.

48 Debié, 1993.

49 C’est le cas par exemple de la corniche d’Alexandrie, réalisée par l’architecte italien Pietro Avoscani à la fin du xixe siècle.

50 « The next echelon in the open space hierarchy is the ‛City Park’, of a scale and magnitude that it serves the entire city. There are three important parks that fit this description: the Mangrove Park, the corniche, and Lulu Island. Each of these parks has a stature that recommends it as a City Park, and each is distinguished by the programming it offers. The Mangrove Park is an ‛urban wild’, the corniche a ‛public water front’, and Lulu a space for ‛recreation, tourism and commemoration’ » (« Plan Abu Dhabi 2030 », p. 71).

51 Par exemple, le supermarché qui occupe l’ensemble de l’étage inférieur est la marque française Carrefour, en opposition avec Lulu Supermarket ou Abu Dhabi Cooperative Society, moins chers et à connotation plus locale (tous deux ont été fondés dans les Émirats), qui se partagent les autres malls de la ville.

52 Voir les analyses de Khalaf, 2002, sur cette forme particulière de musée.

53 J’emploie ici le terme d’usages dans le sens — célèbre — que lui a donné de Certeau, 1990 : « Comme en littérature on différencie des « styles » ou manières d’écrire, on peut distinguer des « manières de faire » — de marcher, de lire, de produire, de parler, etc. Ces opérations d’emploi — ou plutôt, de réemploi […] correspondent à un art très ancien de « faire avec ». Je leur donne le nom d’usages […] Dans ces usages, il s’agit précisément de reconnaître des « actions » (au sens militaire du mot) qui ont leur formalité et leur inventivité propres et qui organisent en sourdine le travail fourmilier de la consommation » (p. 76‑77).

54 Ces pratiques du pique‑nique ont été analysées par Sylvaine Camelin, dans sa communication intitulée « La réinvention du pique‑nique : appropriation des parcs publics d’Abu Dhabi par les familles de migrants », lors de la Journée d’étude « Appropriations de l’espace urbain », 25 janvier 2013, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, Nanterre.

55 Ibid.

56 Cf. Barthe‑Demoizy, 2008.

57 Contrairement aux rivages d’Istanbul par exemple (Fleury, 2005). Mes seuls interlocuteurs à avoir mentionné ce désir de nature sont ceux qui choisissent le désert comme cadre de leurs pique‑niques : ce sont souvent des familles émiriennes ou originaires de la péninsule Arabique (du Yémen notamment).

58 Comme cela a été très bien analysé à propos de la corniche de Beyrouth par Delpal, 2002.

59 Ibid.

60 La ‛abāya est une longue robe noire portée par‑dessus les vêtements par les femmes du Golfe. Il en existe différentes sortes : dans les Émirats, elle se porte sur les épaules et est souvent ouverte en bas. Elle est associée à la shayla, voile noir léger posé sur la tête. Le ḥijāb désigne dans le langage courant le voile dit « moderne » qui épouse les contours du visage : les manières de le porter, la matière et la couleur varient largement. Voir Ingham et al., 1997.

61 « A fun and healthy way to tour the Corniche is to hire a bicycle. FunRideSports hires out a selection of cycles — from mountain bikes, to city bikes which can fit two or three passengers on the back, and even specially designed bikes for ladies wearing abayas. », site touristique officiel : http://visitabudhabi.ae/en/what.to.see/attractions/abu.dhabi.corniche.aspx, consulté le 4 février 2013.

62 Ce club réservé aux femmes et qui comprenait plage, cafés, restaurants, salle de sport, piscine et salles de fêtes se situait dans le prolongement de la corniche, derrière Emirates Palace. Il a été fermé en 2010 pour construire sur son emplacement un nouveau palais présidentiel, et doit être rouvert ailleurs.

63 Mais un très grand nombre de sites internet et de magazines propose des bons d’essai à moitié prix.

64 Son père est Irakien et sa mère Syrienne. Nūr est née à Abu Dhabi et y a étudié dans une université étrangère. Au moment où je l’ai rencontrée, elle travaillait dans le secteur des ressources humaines pour une entreprise de construction (son père est mécanicien, et sa mère au foyer).

65 Augustin, 2001. L’autre catégorie d’activités citée par Jean‑Pierre Augustin, les sports de rue, à tendance exhibitionniste et qui laissent leur marque sur la ville, sont également pratiqués par des groupes d’adolescents sur la corniche, même s’il n’en a pas été question ici, comme le skateboard ou le parkour (sport d’invention française consistant en des figures acrobatiques qui prennent pour appui le mobilier urbain). Soutenus par la municipalité, ils sont cependant restreints à des espaces spécifiques (les parcs pour skateboards par exemple) et sont interdits ailleurs dans la ville.

66 Ibid.

67 Dans les termes de Lefebvre, 1974.

68 Chabbi, Mahdy, 2011a, 2011b.

69 Le « Plan Abu Dhabi 2030 » inclut le projet de « Capital City », dont l’objectif est de déplacer le centre‑ville d’Abu Dhabi de l’autre côté du pont Maqṭa’, c’est‑à‑dire sur le continent. La création de nouveaux campus universitaires et de logements pour les nationaux a déjà été entamée.

70 Je remercie les lecteurs anonymes d’Arabian Humanities et les éditeurs de ce dossier, ainsi que les organisateurs et les participants de la conférence « Boom Cities » (New York University Abu Dhabi, 3‑4 décembre 2012) pour leurs précieux commentaires. Je remercie également Franck Mermier et Sylvaine Camelin pour leurs premières lectures et leur soutien constant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Les différentes « strates » de la corniche vers le nord‑est, vues depuis le seizième étage d’un immeuble.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Ill. 2 : Passage souterrain permettant d’accéder à la corniche.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Ill. 3 : Vue d’Abu Dhabi, depuis la promenade de la corniche.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Ill.4 : Femmes qui pique‑niquent près des jeux pour enfants sur la corniche, dans l’après‑midi.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Ill. 5 : Dans l’un des parcs de la corniche, côté ville : un homme installe le pique‑nique sur l’herbe en sortant gobelets, assiettes et thermos de café, tandis que d’autres parents surveillent leurs enfants près des balançoires.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Ill.6 : Joggeurs, cyclistes et promeneurs se croisent sur la corniche en fin d’après‑midi.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Ill. 7 : Un panneau sur la corniche rappelle les règles de conduite à respecter : il est interdit de boire de l’alcool, de pêcher, ou encore de jouer au cricket.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Ill. 8 : Partie de volleyball sur la plage. À gauche en arrière‑plan, on aperçoit la tour et les chapiteaux de Marina Mall.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Ill. 9 : Deux jeunes hommes émiriens en dishdasha (tunique blanche portée par les hommes) et baskets s’entraînent à la marche rapide, en début de soirée.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Ill. 10 : Vélos et tricycles sur l’esplanade des cafés.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2625/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Assaf, « La Corniche d’Abu Dhabi : espace public et intimités à ciel ouvert », Arabian Humanities [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 17 novembre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/2625 ; DOI : 10.4000/cy.2625

Haut de page

Auteur

Laure Assaf

Doctorante contractuelle, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org