Navigation – Plan du site
Lectures

Les relations yéméno-américaines à l’époque de l’imam Ya/hyâ /Hamîd al-Dîn, 1904-1948 (en arabe), par Ma/hmûd Mu/hammad Hamlân al-Jabârât

Juliette Honvault
p. 171-174
Référence(s) :

Al‑‘ilâqât al-yamaniyya al-amîrîkiyya fî ‘ahd al‑imâm Ya/hyâ /Hamîd al-Dîn, 1904-1948/Ma/hmûd Mu/hammad Hamlân al-Jabârât.-  Amman : édition à compte d’auteur1, 2008.- 392 p.

Texte intégral

1Ce travail de thèse, mené par un étudiant jordanien de l’Université de Yarmûk, vient combler un vrai vide historiographique sur le Yémen contemporain. D’une manière générale, les relations extérieures de l’Imamat avec l’Occident entre 1904 et 1948 – période qui correspond au règne de l’imam Ya/hyâ /Hamîd al-Dîn – furent peu développées, se limitant à des reconnaissances politiques et des accords d’amitié. Il reste cependant à en détailler le contenu et à dépasser l’argument d’un état replié sur lui‑même, rétif à toute modernisation, pour mettre en exergue les contraintes et les blocages qui ont empêché l’extension de ces relations. C’est ce que propose cet ouvrage, qui se concentre sur les relations yéméno-américaines durant cette période, à partir d’archives américaines, britanniques et yéménites, et de documents publiés mais pour la plupart très peu étudiés.

2Nous ne nous attarderons pas ici sur les digressions inutilement détaillées auxquelles l’auteur se livre pour présenter le contexte international au début du xxe siècle, ni sur le choix d’une chronologie non argumentée où se suivent scolairement, pour chaque période retenue, les questions politiques, économiques, culturelles ou sociales.

3Signalons que l’auteur s’inscrit dans un courant historiographique particulier, initié par le Pr. Mu/hammad ‘Aysâ /Sâli/hiyya à l’Université de Yarmûk, qui bat en brèche le discours national du Yémen républicain sur les pratiques d’un régime imamite présenté comme tyrannique, conservateur et hostile à tout contact avec l’étranger. Cette approche (pro‑hachémite ?) met en exergue l’étendue de la culture politique de l’imam Ya/hyâ et l’intelligence particulière qu’il a manifestée à vouloir préserver à tout prix l’indépendance yéménite face aux ambitions coloniales des grandes puissances. Reposant sur des sources ‘imamites’, elle apporte utilement une vision contrastée de l’histoire du Yémen contemporain. Néanmoins, on pourra regretter qu’elle confine ici parfois au parti pris : l’auteur utilise trop souvent et sans distance aucune les observations et les récits des chroniqueurs et des historiens au service de l’Imam ou ceux du voyageur italien Salvatore Abonti, qui ne cachait pas sa profonde admiration pour l’imam Ya/hyâ.

4Pour autant, ce travail organisé en cinq parties permet de faire un point assez complet sur le contenu des relations yéméno-américaines entre 1904 et 1948.

5Dans la première partie, l’auteur propose un bref historique de la présence américaine au Yémen jusqu’au règne de l’imam Ya/hyâ (1904). Il rappelle que les premiers contacts entre les états-Unis et le Yémen remontent à la fin du xviiie siècle, après que l’engouement pour le café ait traversé l’océan Atlantique. Des commerçants américains réussirent à s’implanter à Mokha en 1804. Le commerce américain du café yéménite se développa rapidement, même après l’occupation britannique d’Aden en 1839 : en 1905, le nombre des bateaux américains accostant à Aden était tel qu’il incita les états-Unis à nommer leur premier consul à Aden, Charles Mauser, qui resta le seul représentant américain dans toute la péninsule jusqu’en 1939. Durant cette période, peu de voyageurs américains se sont rendus au Yémen. On retiendra les séjours à Sanaa de l’orientaliste Samuel Zwemer en 1892 et 1894, dans le sillage d’une mission de l’église réformiste hollandaise.

6Dans la seconde partie, consacrée aux relations yéméno-américaines entre 1905 et 1920, l’auteur évoque d’abord l’aspect fortuit de leur mise en place. L’assassinat d’un missionnaire américain à Manâkha fut ce qui provoqua, en 1910-1911, la visite du consul américain à l’imam Ya/hyâ, sollicité pour enquêter sur le meurtre du missionnaire. L’auteur montre à cette occasion que ce sont les Ottomans, et non les « Yéménites », qui s’opposèrent au développement des missions américaines au Yémen, en raison de la position adoptée par ces dernières en faveur de la cause arménienne.

7L’auteur souligne aussi que l’imam Ya/hyâ, resté neutre durant la première guerre mondiale, ne s’est pas pour autant détourné de l’observation des grands enjeux internationaux. Avec la chute de l’empire ottoman, il a été – comme tant d’autres nationalistes de l’Orient arabe – sensible au discours des « 14 points » du président Wilson. Dès 1919, il a cherché à obtenir des états-Unis la reconnaissance de l’état qu’il avait pour ambition de construire. Mais son courrier au Président Wilson, puis celui adressé au consul d’Aden pour obtenir une représentation du Yémen à la Conférence de la paix, restèrent sans réponse : les Américains étaient déjà revenus à leur politique d’isolationnisme, ce qui les conduisit à respecter la politique britannique d’endiguement du pouvoir de l’Imam au nord du protectorat d’Aden.

8Durant la période 1920-1934, traitée en troisième partie de l’étude, l’auteur insiste sur l’excellence des relations entre l’imam Ya/hya et le vice-consul américain à Aden, James Park, jusqu’au départ de celui-ci en 1929. L’imam Ya/hya tira de ces relations une meilleure connaissance de la culture politique de ses interlocuteurs américains et des problèmes relatifs au commerce d’une manière générale. Mais cette entente entre les deux hommes ne facilita pas pour autant le développement du commerce et l’établissement de relations officielles. L’accord « Long-Bérenger », signé entre la Grande-Bretagne et la France en 1919 empêchait les Américains de prospecter les ressources pétrolières yéménites. Par ailleurs, les sources américaines mises ici au jour montrent que les privilèges acquis par les Italiens au Yémen ont renforcé l’entente américano-britannique, tandis que le Secrétaire d’état, renseigné par les Britanniques, ne fut jamais convaincu que l’entourage politique de Ya/hya ait été suffisamment ouvert aux étrangers, ni que l’état puisse développer assez rapidement ses structures pour se mettre au service du commerce international. Enfin, une reconnaissance de l’état yéménite aurait pu menacer les nouveaux liens engagés avec Ibn Sa’ud en 1933, aviver l’intérêt des organisations juives à propos des juifs du Yémen, et provoquer un conflit avec Londres.

9On retiendra cependant la visite au Yémen du diplomate américain Charles Crane en 1926, à la suite de laquelle il rédigea un projet de traité visant à la reconnaissance par les états-Unis de l’indépendance du Yémen et à l’établissement de relations commerciales entre les deux pays. Ce projet ne fut jamais retenu par Washington. Isolé, Crane ne put faire davantage que d’offrir personnellement au Yémen les services d’un ingénieur américain, Karl S. Twitchell, qui vint à plusieurs reprises au Yémen entre 1927 et 1932, et dont la plus importante réalisation fut la construction d’un pont métallique sur le Wadi La’a, entre Sanaa et Hodeïda.

10Entre 1935 et 1945 (quatrième partie), les relations commerciales entre les états‑Unis et le Yémen ne connurent pas de grand progrès. Les discussions sur l’achat d’équipement militaire, entretenues jusqu’alors par l’Imam, furent complètement abandonnées avec la normalisation des relations du Yémen avec la Grande-Bretagne et l’Arabie Saoudite en 1934. L’exportation de café yéménite vers les états-Unis augmenta de manière assez significative dès 1936 à partir du port de Djedda, mais elle s’effondra dès 1940 avec les débuts de la guerre mondiale. Engagés en Méditerranée, les Américains s’éloignèrent du Yémen. Cependant ils attirèrent à eux des Yéménites, qui furent employés à bord des bateaux américains, civils, mais aussi militaires – certains s’étant même enrôlés dans les troupes américaines en Afrique du Nord, ce qui leur valut des décorations militaires.

11La cinquième partie, qui couvre les années de 1945-1948, traite de la mise en place des relations diplomatiques entre les deux pays. Elle fut officialisée le 4 mai 1946, après plus de 17 jours d’atermoiements de l’Imam et la démission du Cadi Râghib, son ministre des Affaires étrangères, après plus de vingt-cinq ans de service. La même année, les sources américaines témoignent des tentatives du prince ‘Alî – jusqu’à maintenant méconnues –d’obtenir, en vain, le soutien des états-Unis pour succéder à son père, alors malade. Les Américains lui opposèrent le principe de non intervention dans les affaires intérieures des états. Après son rétablissement, l’Imam reprit ses discussions avec les Américains, pour des projets d’infrastructures – notamment celui de la modernisation du port de Hodeïda –, de prospection de pétrole, de vente de café yéménite, ou d’achat de matériel militaire. En 1947, il envoya aux états-Unis son fils Abdallah, qui obtint le soutien américain pour l’entrée du Yémen à l’ONU, effective en septembre. Abdallah plaida auprès du Secrétaire d’état les causes de la Palestine et de l’égypte sous occupation britannique, et s’engagea dans des négociations commerciales. Il ne parvint cependant pas à dépasser le problème de la monnaie d’échange avec les banques américaines.

12Le coup d’état et l’assassinat de Ya/hyâ, en janvier 1948, réalisé avec le soutien des Britanniques, mirent un terme aux différents projets. L’auteur avance que les Américains auraient cherché à se libérer du contrôle britannique sur le Yémen en se gardant de reconnaître l’imam al-Wazîr, qui prit brièvement le pouvoir avant de se faire détrôner par le prince Ahmad, fils de Ya/hyâ. Ils reprirent normalement leurs relations avec l’imam Ahmad : une histoire qui reste là encore à écrire.

  • 2   Voir “The Yemeni Immigrant Community in Detroit: Background, Emigration, and Community Life”, in (...)

13Compte tenu de la politique isolationniste respectée par les états-Unis jusqu’à la guerre froide, il n’est guère surprenant que la relation yéméno-américaine entre 1904 et 1948 n’ait été constituée que d’un ensemble de faits disparates et de tentatives de rapprochement vite avortées. Du côté yéménite, cet ouvrage permet d’évaluer l’image que l’Imam a pu se forger de cet interlocuteur lointain. Le lecteur reste cependant sur sa faim en ce qui concerne la façon dont cette image a pu être véhiculée auprès des conseillers de l’Imam ou au Yémen en général. Les sources, manifestement, manquent encore. Mais l’auteur aurait peut-être pu tirer partie des travaux réalisés sur l’émigration yéménite aux états-Unis : celle-ci commence à la fin du xixe siècle et prend précisément une plus grande ampleur dans les années 1920, puis en 19452. Elle aurait pu aussi apporter un éclairage intéressant sur les réseaux sollicités par les Yéménites pour voyager et s’installer aux états‑Unis, et montrer que « les relations yéméno-américaines à l’époque de l’imam Ya/hyâ » ne se limitaient pas à celles que ce dernier a pu entretenir avec les Américains…

Haut de page

Notes

1  Bien que publié à compte d’auteur, l’ouvrage, Al‑‘ilâqât al-yamaniyya al-amîrîkiyya fî ‘ahd al‑imâm Ya/hyâ /Hamîd al-Dîn, 1904-1948, a été diffusé en librairie à Sanaa par l’auteur lui-même.

2   Voir “The Yemeni Immigrant Community in Detroit: Background, Emigration, and Community Life”, in Abraham, S., and Abraham, N. (eds.), Arabs in the New World, Detroit, Wayne State University Press, 1983; Friedlander, J. (ed.), Sojourners and Settlers: The Yemeni Immigrant Experience, Salt Lake City, University of Utah Press, 1988; et Staub, Sh., Yemenis in New York City: The Folklore of Ethnicity, Philadelphia, Balch Institute Press, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Honvault, « Les relations yéméno-américaines à l’époque de l’imam Ya/hyâ /Hamîd al-Dîn, 1904-1948 (en arabe), par Ma/hmûd Mu/hammad Hamlân al-Jabârât », Chroniques yéménites, 16 | 2010, 171-174.

Référence électronique

Juliette Honvault, « Les relations yéméno-américaines à l’époque de l’imam Ya/hyâ /Hamîd al-Dîn, 1904-1948 (en arabe), par Ma/hmûd Mu/hammad Hamlân al-Jabârât », Chroniques yéménites [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/1784

Haut de page

Auteur

Juliette Honvault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org