Navigation – Plan du site
Lectures

Yémen. Territoires et identités. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 121‑122

Arianna D’Ottone
p. 167-169
Référence(s) :

Yémen. Territoires et identités, sous la direction de P. Chevalier, V. Martignon et J. Schiettecatte. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 121‑122, Aix‑en‑Provence : MMSH IREMAM ; éditions édisud, 2008.- 319 p.

Texte intégral

1La première partie du n° 121-122 de la REMMM (p. 7-213) est composée des actes d’une Table Ronde qui s’est tenue à Paris sur le thème de l’identité et des territoires au Yémen. Cette section monographique du volume contient, entre autres, des contributions originales tirées de recherches de thèses de doctorat encore inédites ou en cours.

2La présentation de Franck Mermier (p. 9-16), qui touche brièvement différents thèmes traités dans l’ensemble des contributions, ouvre le volume en mettant en valeur la fracture économique, sociale et constitutionnelle qui distingue la région yéménite du reste de la péninsule Arabique.

3Les interventions qui suivent couvrent, par ordre chronologique, un vaste champ temporel : l’age préhistorique tardif (fin du iiie– début du iie millénaire avant J.C.), la période préislamique (viiie siècle avant J.C. – vie siècle après J.C.), la période rasûlide (xiiiexvsiècles), la période qasimide (xviie siècle), la période ottomane, et enfin la période contemporaine. Bien que présentées en diachronie, les différentes disciplines ici rassemblées (archéologie, anthropologie, histoire, linguistique) offrent, par leur variété de méthodes et de perspectives de recherches, des clés de lectures particulièrement intéressantes sur le rapport entre identité et territoire au Yémen. Mais je ne rendrai compte ici, pour des raisons d’espace, que de quatre des douze contributions sur le Yémen contenues dans le volume.

4é. Vallet (« La vigne et le palmier. Identités provinciales et construction de l’État sous le sultanat rasûlide (viie-ixe/xiiie-xve siècles », p. 53-67), prend appui sur une controverse qui a eu lieu à la Cour rasûlide de Taez à propos du palmier à dattes et de la vigne. Ces deux cultures symbolisent respectivement les chaudes plaines côtières de la Tihama et les zones montagneuses du sud du pays, et permettent de suivre les liens identitaires qui se sont construits entre la population et le territoire. L’étude menée par le chercheur se base sur de précieux fonds documentaires qui lui permettent de réaliser une analyse historique originale de la structure de l’état rasûlide du point de vue territorial et politique. La contribution unit savamment le détail – à travers l’indication de spécialités régionales (huile de sésame, dattes, miel…) trouvées dans l’inventaire d’approvisionnement annuel de la Cour de Taez et dans les comptes des provisions des principales forteresses rasûlides – à une vaste perspective historique. Ainsi, il analyse par exemple le lien entre la transformation de l’espace et la création, sur un modèle ancien, de la cité-palais de Tha‘bât près de Taez. Parmi les nombreuses sources sur lesquelles éric Vallet fonde son étude, un document manuscrit administratif et fiscal de la fin du xiiie siècle intitulé Irtifâ‘ al-dawla al-mu‛ayyadiyya, suscite un vif intérêt.

5Récemment acheté par la bibliothèque du roi Fahd (Riyad, Arabie Saoudite), l’ouvrage est accompagné d’une précieuse série de cartes, l’une d’entre elles étant présentée en couverture de ce volume de la REMMM. Il s’agit d’une illustration inédite de la province de Dhamar. Sur la carte, on trouve, en rouge, les quatre points cardinaux (dans le sens des aiguilles d’une montre : mashriq, yaman, maghrib, shâm).  Cette disposition peut paraître insolite : dans la cartographie arabo-médiévale, le sud est généralement placé en haut. De plus, la carte est organisée autour de deux cercles concentriques, celui placé à l’intérieur localisant Dhamar. Synthétique dans sa formulation géométrique, la carte contient tout de même de nombreux détails. Dans le cercle extérieur, il est ainsi possible de trouver – en plus des toponymies de villages et de fermes (qûrâ’ wa mazâri‘) qui entourent Dhamar – quelques éléments d’une légende cartographique idéale : un épais trait rouge souligne les noms des montagnes (jibâl) et une longue ligne noire marque les cours des wadis.

  • 1  Sur le caractère synthétique des cartes arabo-médiévales, cf. Savage-Smith, « Memory and Maps », d (...)

6La récente édition du manuscrit par Muhammad Jâzem (CEFAS, 2008) permettra sans doute de mieux contextualiser les cartes qu’il contient. Pour l’heure, quelques caractéristiques relevées par éric Vallet – comme la structure simplifiée des cartes et une proximité anormale de certaines localités (p. 58) – fournissent moins une présentation visuelle correspondant à la réalité du pays qu’elles ne traduisent la nécessité de ranger les données d’une actualité politico-administrative spécifique complexe1.

  • 2  Toutefois, sur les concepts de frontières dans la tradition cartographique et géographique islamiq (...)

7Dans son article, T. Klarić (« LeYémen au xviie siècle : territoire et identités », p. 69‑78) étudie pour sa part le rapport entre le territoire et les identités du Yémen qasimide au xiisiècle, dont les frontières orientales sont situées dans la région du Yâfi‛. à l’époque, une nette division séparait le Yémen du Hadramaout, région qui a su maintenir sa propre indépendance politique, malgré une occupation zaydite (1660-1682). Enquêtant sur les frontières politiques et identitaires yéménites, le chercheur interroge les fonds historiographiques, qu’il préfère aux géographiques, considérant les œuvres historiographiques plus libres vis-à-vis des traditions scientifiques et des schématisations élaborées par des autorités précédentes2. Outre qu’il fournit, à partir de fonds manuscrits, des données historiques inédites – comme la conversion au zaydisme de la tribu d’al-/Hadâ’ en 1636 et la successive définition des limites géographiques séparant les communautés zaydites et chaféites près de la ville de Dhamar – T. Klarić parvient, à travers un travail d’analyse et de comparaison des données, à des résultats dignes d’attention. Je me limite ici à rapporter, d’une part, l’acception des termes al-Yaman / al-Shâm, qui auraient essentiellement une signification régionale, et en deuxième instance – et contrairement à ce que l’on retient traditionnellement – une signification directionnelle Nord / Sud. D’autre part, je soulignerai ici la constatation de l’existence d’une géographie religieuse dans laquelle les frontières, plus que territoriales, seraient marquées par l’appartenance doctrinale : « l’autre » n’étant pas tant l’étranger que celui qui ne fait pas partie du même groupe religieux.

  • 3  Le premier périodique publié au Yémen remonte à 1872. Intitulé al-Yaman, il était rédigé en turc. (...)

8Dans l’article « Al-Hudayda sous occupation ottomane (1849-1918). Fonctionnalités et identités urbaines » (p. 79-99), P. Chevalier concentre la recherche sur la petite ville portuaire de Hodeïda et sur les transformations infrastructurelles et sociales qui l’ont concernée entre la deuxième moitié du xixe siècle et le premier quart du xxe siècle. L’étude se fonde sur des archives diplomatiques françaises et britanniques, sur des récits de voyages et des fonds ottomans – la recherche de fonds yéménites contemporains n’ayant fourni aucun résultat. Certains des principaux changements qui ont affecté Hodeïda depuis la seconde moitié du xixe siècle, comme la construction d’une citadelle qui hébergeait le représentant ottoman, ainsi que la grande expansion du tissu urbain par rapport à l’ancien noyau habité – sont illustrés par un important matériel photographique et topographique de l’époque. Devenue centre administratif, juridique et commercial, Hodeïda s’est peuplée d’une société cosmopolite dans laquelle Européens (Français, Italiens) et Asiatiques (Indiens) ont introduit, entre autre, de nouveaux modes vestimentaires et de nouveaux goûts architecturaux. évoquant la politique d’intégration ottomane, destinée à faire naître une identité supra régionale, P. Chevalier rappelle la construction d’un tribunal civil et d’une école, ainsi que l’introduction du café-comptoir et de la presse au Yémen3. Cependant le refus de la réforme judiciaire parmi les habitants de Hodeïda, une réforme militaire mal appliquée et l’hostilité générale des Yéménites vis-à-vis du pouvoir ottoman – pour ne citer que quelques éléments mis en lumière par le chercheur – ont signé la faillite de la politique de la Sublime Porte dans la ville. L’espace urbain, partagé par de nombreux groupes ethniques, sociaux et religieux, n’a donné lieu à la formation d’aucune identité commune.

9L’intervention de J. Dufour (« Attitudeslinguistiques et identités locales à San‘â’ », p. 133-144) esquisse, dans un style qui se laisse apprécier, le rapport complexe qui se joue, dans la capitale yéménite, entre les usages linguistiques et l’identité nationale. La diversité des dialectes arabes du Yémen (« au Yémen nul ne peut ouvrir la bouche sans afficher une appartenance géographique », p. 136), de la Corne de l’Afrique et en général de l’Arabie méridionale, se reflète dans les différentes sortes de parlers usités par les populations d’origine différente à Sanaa (« C’est le lieu où l’on peut entendre tous les parlers de l’Arabie du Sud et de la Corne d’Afrique », p. 134). Le chercheur s’arrête en particulier sur les techniques d’adaptation linguistique mises en place par les locuteurs de Sanaa en vue d’une compréhension réciproque. En conclusion, J. Dufour examine deux questions. La première se rapporte à l’apparition d’un dialecte yéménite neutre. Elle le conduit à considérer l’existence possible d’un dialecte standard influencé par le parler des régions méridionales. La seconde question concerne l’existence effective d’un sanaani commun. Sur ce point, on relève l’utilisation, dans la capitale, d’un dialecte qui, bien qu’ayant des caractéristiques fluctuantes, s’affirme rapidement, au rythme de la croissance démographique de la ville. L’étude, menée grâce à une profonde connaissance des données linguistiques et des notes d’analyse sociale, politique et culturelle attentives, fournit des points de réflexion intéressants.

  • 4  Je saisis l’occasion pour signaler un récent colloque international qui a eu lieu à Rome à la Faco (...)

10Le volume, dans l’ensemble, constitue un précieux instrument pour la compréhension du lien qui a uni et qui unit encore les Yéménites à leur territoire, depuis la période préhistorique jusqu’à nos jours. Il n’est pénalisé ni par les approximations typographiques que l’on peut rencontrer dans la plupart des textes, ni par l’hétérogénéité que l’on peut relever dans les références bibliographiques fournies par les auteurs. En considérant la variété des sujets traités et la valeur des contributions présentées, on ne peut que souhaiter que la publication de ces actes soit appréciée comme elle le mérite, y compris en Italie4.

Haut de page

Notes

1  Sur le caractère synthétique des cartes arabo-médiévales, cf. Savage-Smith, « Memory and Maps », dans F. Daftary & J.W. Meri (eds), Culture and Memory in Medieval Islam. Essays in Honour of Wilferd Madelung, London-New York, I.B. Tauris-The Institute of Ismaili Studies, 2003, p. 109-127 et fig. 1 à 4.

2  Toutefois, sur les concepts de frontières dans la tradition cartographique et géographique islamique entre le ixe et le xive siècle, voir R.W. Brauer, « Boundaries and Frontiers in Medieval Muslim Geography », Transactions of the American Philosophical Society, 1995, n.s. 85/6, p. 1-73.

3  Le premier périodique publié au Yémen remonte à 1872. Intitulé al-Yaman, il était rédigé en turc. Le journal San’â’ est paru en turc en 1878 pour devenir bilingue turc - arabe dix ans plus tard. Cf. Nashwân Muhammad Al-Sumayri, « al-sahâfa fî-l-Yaman », Al-mawsû‘a al-yamaniyya, Mu’assasat al-‘Afîf al-thaqâfiyya, Sanaa, 2003, vol. III., p. 1802.

4  Je saisis l’occasion pour signaler un récent colloque international qui a eu lieu à Rome à la Facoltà di Studi Orientali de l’Université de Rome « Sapienza », sur « Le féminisme dans le monde arabe entre littérature et activisme. Le Yémen raconté par les femmes » (« Il femminismo nel mondo arabo tra letteratura e attivismo. Lo Yemen raccontato dalle donne »), les 6-8 mai 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arianna D’Ottone, « Yémen. Territoires et identités. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 121‑122 », Chroniques yéménites, 16 | 2010, 167-169.

Référence électronique

Arianna D’Ottone, « Yémen. Territoires et identités. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 121‑122 », Chroniques yéménites [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/1780

Haut de page

Auteur

Arianna D’Ottone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org