Navigation – Plan du site
Histoires

Les « desert kites » yéménites

une relecture critique des données1
Matthias Skorupka
p. 5-14

Résumés

Après la publication dans cette même revue d’un article traitant de « desert kites » retrouvés au Yémen, l’auteur s’interroge sur la validité de l’interprétation de ces structures en tant que pièges de chasse. Les principales hypothèses proposées dans la littérature quant à la fonction de ces « desert kites » au Proche‑Orient invitent à affiner l’observation. La comparaison entre les édifices yéménites et les édifices syriens, qui laisse apparaître d’importantes différences structurelles, met en doute la pertinence d’un tel schéma pour les structures yéménites. Ces différences semblent assez significatives pour remettre en question l’interprétation des structures yéménites en tant que pièges de chasse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’auteur tient à remercier chaleureusement Marjan Mashkour ainsi que les relecteurs anonymes pour (...)
  • 2   Brunner, 2008, p. 29-34.
  • 3 échallier & Braemer, 1995, p. 36.

1Un article intitulé « Les pièges de chasse antiques au Yémen » a été récemment publié dans cette même revue2. Connues depuis le Sinaï jusqu’aux plaines de l’Ouzbékistan en passant par la Mésopotamie3, ces structures appelées en anglais « desert kites » ont fait l’objet de plusieurs études. Au Yémen, des structures en pierre de vastes dimensions sont identifiées comme telles.

  • 4 En raison des problèmes de sécurité actuellement au Yémen (2009), notamment dans la région de Marib (...)

2 Le présent article vise à comparer, à travers la littérature et l’observation de photos satellites4, les édifices yéménites avec les structures types des contrées voisines. Les fonctions hypothétiques de ces dernières ne sont pas remises en question, mais des différences fondamentales peuvent être mise en évidence. Il s’agira de souligner également les failles méthodologiques d’une analogie entre la fonction des structures retrouvées au Yémen et celle des « desert kites » relevée dans d’autres régions proche‑orientales.

Description des « desert kites » proche-orientaux (Fig.1)5

  • 5  Pour une description détaillée de plusieurs « desert kites » voir en particulier échallier & Braem (...)

3 Les « desert kites » proche-orientaux sont divisés en deux parties selon un schéma type :

4– Le système d’accès est constitué de deux murs rectilignes convergents qui aboutissent à l’enclos. Ce système peut être complété par deux autres murs divergents formant avec les deux murs convergents deux autres petits enclos (des logettes peuvent également être disposées autour de ces enclos secondaires) ainsi qu’un goulet d’étranglement. Un muret, semblable aux murs divergents et matérialisant la bissectrice de l’angle des murs divergents, vient diviser en deux le système d’entrée.

5– L’enclos est délimité par un mur continu d’une hauteur comprise entre 0,60 et 1 mètre ; il se situe au point de convergence du système d’accès. Cinq types d’enclos ont été déterminés selon leur forme (étoile, flèche, cercle, trapèze et hache). Des structures rondes, appelées logettes, se situent autour de l’enclos.

Fig. 1 : Plan de  « desert kite » syrien K5 selon échallier et Braemer, 1995

Fig. 1 : Plan de  « desert kite » syrien K5 selon échallier et Braemer, 1995

Les différentes interprétations

  • 6 échallier & Braemer, 1995, p. 35, citant Rees, 1929, p. 395.

6Ces structures ont été découvertes pour la première fois par des aviateurs anglais et français survolant le désert syrien6. Ce sont eux qui, les premiers, leur ont donné le nom de « desert kites », en raison de leur ressemblance avec des cerfs-volants pour enfants.

  • 7 échallier & Braemer, 1995, p. 35.

7Plusieurs hypothèses ont été avancées quant à la fonction de telles structures : « elles furent tout d’abord considérées comme des fortifications indigènes de la période romaine afin de protéger le bétail contre des incursions de pillards »7.

  • 8 Burckhardt, 1831, p. 220-221; Dussaud, 1929, p. 151; Crawford, 1929.

8Buckhardt quant à lui effectua un parallèle avec un mode de chasse à la gazelle décrit au xixe siècle en Syrie8, et en conclut que les structures antiques étaient des structures de chasse. Dans le cadre de cette hypothèse, les logettes décrites précédemment furent interprétées soit comme des postes de tirs pour les chasseurs, soit comme des fosses dans lesquelles tombent les animaux chassés.

  • 9 échallier & Braemer, 1995, p. 56.
  • 10 Simpson, 1994, p. 79.
  • 11 Betts, 1982 ; Betts & Helms, 1987 ; Avner, 1990 ; Simpson, 1994 ; Brunner 2008.

9La structure des  pièges de chasse à la gazelle décrite par Buckhardt diffère pourtant des structures antiques9. Malgré une similitude de forme, les murs divergents des structures récentes ont une hauteur supérieure à ceux des structures antiques et sont rythmés par des ouvertures donnant sur des fosses afin que les gazelles tombent dans celles-ci en se cassant les pattes. Selon les descriptions de Barker, les murs de ces pièges de chasse peuvent même former un demi-cercle10. De tels dispositifs associant des murs et des fosses n’ont jamais été retrouvés parmi les structures antiques. Pour autant, ces différences n’ont que rarement ébranlé l’hypothèse d’une fonction cynégétique des « desert-kites » proche-orientaux11.

  • 12 échallier & Braemer, 1995 ; Rosen & Perevolotsky, 1998.

10échallier et Braemer remettent en cause cette interprétation cynégétique en émettant l’hypothèse que les « desert-kites » ont pu servir au rassemblement de troupeaux12 :

  • 13 échallier & Braemer, 1995, p. 57-58.

11–      Une gravure retrouvée au cairn de Hani en Jordanie, comprenant des inscriptions safaïtiques et représentant de façon claire un « desert kite », permet d’avancer un premier argument : elle décrit, selon échallier et Braemer13, une scène avant tout pastorale. Seules deux figures humaines à l’extérieur du « desert kite » sont armées d’un arc et d’un « outil » indéterminé (peut-être un fouet), et ce n’est pas le cas pour les figures humaines de l’intérieur. Notons que les caprinés représentés ne nous semblent pas déterminables au niveau spécifique (fig. 2).

    • 14 échallier & Braemer, 1995, p. 61.

    En parallèle, échallier et Braemer notent qu’actuellement les bédouins regroupent leurs bétails uniquement à l’aide de petits murets14.

  • Les murs périphériques divergents et parfois les murs de l’enclos des sites antiques proche-orientaux ne sont pas assez élevés pour avoir guidé et parqué des animaux sauvages tels que les gazelles et/ou les bouquetins.

  • Ils jugent enfin que les logettes de ces mêmes structures ne sont pas assez surélevées pour servir de poste de tir pour les chasseurs et pas assez basses pour être des fosses dans lesquelles les animaux se blessent en tombant.

Fig. 2 : Gravure safaïtique représentant un « desert kite » selon Braemer et échallier, 1995

Fig. 2 : Gravure safaïtique représentant un « desert kite » selon Braemer et échallier, 1995

Les représentations proche-orientales de « desert kites »

  • 15 Betts & Helms, 1986.

12Mise à part la gravure du cairn de Hani, d’autres représentations, interprétées comme des « desert-kites » et dont la datation pose encore problème, ont été retrouvées à l’est de la Jordanie15. Malheureusement aucune de ces figures n’a livré de représentation animalière.

  • 16  Cauwe et al., 2004.

13D’autres représentations de « desert kites » ont été découvertes, plus récemment, sur le plateau basaltique de Hemma en Syrie16. Associées à des « desert kites », ces gravures rupestres représentent, selon les auteurs, des scènes de chasses avec figures anthropomorphes et zoomorphes (et plus particulièrement de canidés, de bovins et de gazelles). La détermination des petits ruminants reste, à nos yeux, problématique : en effet la qualité graphique des représentations ne permet pas une détermination des petits ruminants au-delà de la sous famille, à savoir Gazella ou Caprinae (fig.3).

14Il nous semble donc qu’en l’état actuel des connaissances, les représentations connues de « desert kites » ne confirment pas l’hypothèse de pièges de chasse. Enfin, de par sa datation relativement récente, il apparaît prématuré d’estimer que la gravure du cairn de Hani puisse nous aider à comprendre la fonction d’une structure aussi largement répandue dans des aires chrono-culturelles aussi diverses (cette gravure est datée entre le iie siècle av. J.‑C. et le iie siècle ap. J.-C. par l’inscription). 

Fig. 3 : Gravures représentant des « desert kites » selon Cawe & al., 2004

Fig. 3 : Gravures représentant des « desert kites » selon Cawe & al., 2004

Les « desert kites » yéménites et leurs éléments de divergences avec les prototypes proche-orientaux

  • 17  Brunner, 2008, p. 30.

15Les « desert kites » étudiés par Brunner  se situent dans une zone de plateau  volcanique comprise entre les villes de Marib et de /Sirwâ/h. Aucun élément de datation ne permet actuellement de leur attribuer une appartenance chrono-culturelle certaine17. L’auteur, dans sa courte note, inscrit ces structures dans le groupe des « desert kites » tout en créant une sixième catégorie d’enclos qui n’est connue qu’au Yémen.

16On peut tout d’abord s’interroger sur le fait qu’un type de structure que l’on retrouve a priori sur une aire géographique aussi vaste, du néolithique aux périodes préislamiques, ait eu une fonction unique.

  • 18 Brunner, 2008, p. 29-30.
  • 19 IdemFig. 2, p. 32.
  • 20 Idem, p. 29.

17D’après la description de Brunner18, les « desert kites » au Yémen sont composés de deux longues « murailles » qui convergent vers un espace de dimensions restreintes19. Cet espace est composé d’une muraille-guide qui fait face à des cloisons perpendiculaires délimitant des espaces appelés « chambres ». L’espace intermédiaire délimité par la muraille‑guide et les cloisons perpendiculaires est appelé « ruelle »20.

  • 21 échallier & Braemer, 1995, p. 36.
  • 22  Les photos présentées dans la figure 4 on été obtenues grâce au logiciel Google Earth© et ne sont (...)

18Un des problèmes que nous relevons tient à la terminologie employée par Brunner. Celui-ci emploi le terme de « tête » pour la partie qui est définie partout ailleurs dans la littérature comme enclos / enclosure, soit un concept de structure close, fermée.Bien que se référant aux exemples de « kites » proche-orientaux, curieusement, l’auteur ne relève pas la différence fondamentale avec plus des 800 exemples connus21. Celle-ci repose sur le fait que dans les « kites » / enclos du Yémen, la tête est ouverte, ce qui est confirmé par les photos satellites que nous avons pu observer de ces structures (Fig.4)22. Cette ouverture de la « tête » nous semble être en contradiction totale avec le scénario de chasse proposé par Brunner : il paraît contradictoire de s’efforcer à regrouper des animaux sauvages afin de les tuer dans un espace ouvert duquel ils peuvent s’échapper. Il paraît donc pertinent de questionner l’hypothèse émise par Brunner de « kite » / enclos / piège de chasse, mais également son emploi du terme « kite » pour définir la fonctionnalité des vastes structures en pierre que l’on retrouve entre /Sirwâ/h et Marib.

  • 23  Nous faisons entièrement référence ici à Brunner, 2008, p. 29-31.

19Les enclos des « desert kites » proche-orientaux sont généralement pourvus de logettes qui, dans le cadre de l’hypothèse de pièges de chasse, sont interprétées comme des caches destinées aux chasseurs ou des fosses dans lesquelles tombent les animaux. Ces logettes sont complètement absentes des structures yéménites. Les chambres dont nous avons parlé précédemment peuvent-elles avoir servi de « caches » pour des chasseurs comme le propose Brunner23?

20Les murs convergents définissant l’espace de rassemblement sont décrits par Brunner comme des « petites accumulations de pierres de 0,20 m à 0,40 m […] et parfois en une série de petits tas de pierres qui sont à une distance d’environ cinq mètres les uns des autres ». Il peut paraître surprenant que de tels « murs » aient pu servir à regrouper des animaux tels que les bouquetins, adaptés aux milieux montagnards. D’autres structures comportent des « murs très réguliers et verticaux, plus hauts que les autres » : Ces deux types de murs ont-ils pu avoir la même fonction que celle des « petits tas de pierres » ?

21Enfin, les systèmes d’entrée des formes proche-orientales sont pourvus de murs divergents formant avec les deux murs convergents deux petites « antennes » pourvues généralement de logettes. Ce système forme également un goulet d’étranglement qui est renforcé par un muret divisant l’entrée du « kite » en deux parties (Fig.4). Ce système, sensé empêcher les animaux de refluer, semble être complètement absent des structures dont parle Brunner et des photos satellites à partir desquelles nous avons basé nos observations. Un tel système ouvert peut-il être efficace pour capturer des animaux ? Tout le scénario de chasse tel qu’il le décrit est de l’ordre de la spéculation pure et non vérifiable - il le reconnaît d’ailleurs lui-même.

Fig. 4 : Photos satellites de structures yéménites situées entre /Sirwâ/h et Marib

Fig. 4 : Photos satellites de structures yéménites situées entre /Sirwâ/h et Marib

Discussion

  • 24  Leroi-Gourhan, 1945, p. 433.

22L’objectif de cet article n’était pas de contribuer à la compréhension des « desert kites » en général mais plutôt d’interroger les données existantes pour poser la question de leur existence au Yémen. En effet l’apparente ressemblance des structures yéménites avec celles retrouvées à travers tout le Proche et Moyen-Orient est-elle suffisante pour effectuer un parallèle fonctionnel avec ces dernières ? Ne peut-elle pas être le résultat d’un phénomène de convergence? Comme l’indique Leroi-Gourhan, « hormis les cas bien peu nombreux où le fait d’invention ou d’emprunt est daté, il est difficile d’affirmer que deux témoins identiques sont de même origine ou de création indépendante »24. Cette ressemblance ne nous semble pas suffisante pour appliquer aux structures yéménites le qualificatif de « desert kite » et, avec lui, un schéma d’interprétation reconnu par ailleurs comme sujet à controverses. La question nous semble d’autant plus fondée qu’il existe, comme nous l’avons vu précédemment, des différences notables entre les structures yéménites et les « desert kites » du Proche-Orient et que l’absence de datation des structures yéménites ne permet pas d’effectuer sans réserve des parallèles fonctionnels.

23Brunner souligne lui-même, et à juste titre, que les données archéologiques manquent cruellement pour établir des hypothèses solides sur la fonction de ces structures au Yémen. Des fouilles archéologiques seraient donc nécessaires afin de cerner leur attribution chrono-culturelle et de mieux appréhender la nature intime de ces structures : sont-elles complétées par des structures légères, ont-elles connu différents états de construction… ? Ces informations devront être complétées pas des techniques d’informations géographiques (SIG) afin de proposer une lecture large de ces faits culturels spécifiques au paysage yéménite entre /Sirwâ/h et Marib.

24Seul ce type d’étude pourra nous éclairer sur les choix qui ont déterminé l’implantation d’une importante concentration de ces structures dans un tel environnement alors qu’elles sont, par exemple, totalement absentes dans la vallée du Hadramaout, connue pour ses populations de bouquetins et ses nombreuses vallées propices à l’implantation de possible « pièges de chasses ». Cette observation pose la question d’un fait hautement culturel propre à la région sabéenne, dépassant probablement la seule problématique des activités cynégétiques ou pastorales. L’enquête pionnière de Brunner, dans l’archéologie du Yémen, a ouvert la voie à une recherche passionnante.

Haut de page

Bibliographie

Avner U.

1990 : “Current Archaeology Research in Israel: Ancient Agricultural Settlement and Religion in the Uvda Valley in Southern Israel”, The Biblical Archaeologist, 53/3, p. 125-141.

 Betts A.

1982 : “A Natufian site in the Black Desert, Eastern Jordan», Paléorient, 8/2, p. 72‑82.

 Betts A. & Helms S.

1987 : “The Desert ‘Kite’ of the Badiyat Esh-Sham and North Arabia”, Paléorient, 13/1, p. 41-67.

1986 : “Rock Art in Eastern Jordan : ‘Kite’ Carvings ?”, Paléorient,12/1, p. 67-72.

Brunner U.

2008 : « Les pièges de chasse antiques au Yémen », Chroniques Yéménites,15, p. 29‑34. 

Burkhardt J.L.

1831 : Notes on the Beduins and Wahabys, collected during his travels in the East. 2 vol. Londres : Sir W. Ouseley.

 Cauwe N., Lemaitre S., Picalause V., Van Berg P.-L. et Vander Linden M.

2004 : “Desert-kites of the Hemma Plateau (Hassak, Syria)”, Paléorient,30/1, p. 39‑99.

 Crawford O.G.S.

1929 : “Note by Editor”, Antiquity, 3, p. 400-401.

 Dussaud R.

1929 : « Les relevés du capitaine Rees dans le désert de Syrie », Syria, 10/2, p. 144‑163.

 échallier J.C. & Braemer F.

1995 : « Nature et fonction des ‘desert kites’ : données et hypothèses nouvelles », Paléorient,21/1, p. 35-63.

 Leroi-Gourhan A.

1945 : évolution et techniques II : Milieu et techniques, collection sciences d’aujourd’hui, Paris, A. Michel.

 Rosen B. & Perevolotsky A.

1998 : “The function of ‘desert-kites’ - hunting or livestock husbandry ?” Paléorient, 24/1, p. 107-111.

Simpson J.

1994 : “Gazelle-Hunters and Salt-Collectors: A further Note on the Solubba”, Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 293, p. 79-81.

Haut de page

Notes

1  L’auteur tient à remercier chaleureusement Marjan Mashkour ainsi que les relecteurs anonymes pour leurs précieux conseils lors de la rédaction et la correction de cet article.

2   Brunner, 2008, p. 29-34.

3 échallier & Braemer, 1995, p. 36.

4 En raison des problèmes de sécurité actuellement au Yémen (2009), notamment dans la région de Marib,  il nous est malheureusement impossible de nous rendre sur place.

5  Pour une description détaillée de plusieurs « desert kites » voir en particulier échallier & Braemer, 1995.

6 échallier & Braemer, 1995, p. 35, citant Rees, 1929, p. 395.

7 échallier & Braemer, 1995, p. 35.

8 Burckhardt, 1831, p. 220-221; Dussaud, 1929, p. 151; Crawford, 1929.

9 échallier & Braemer, 1995, p. 56.

10 Simpson, 1994, p. 79.

11 Betts, 1982 ; Betts & Helms, 1987 ; Avner, 1990 ; Simpson, 1994 ; Brunner 2008.

12 échallier & Braemer, 1995 ; Rosen & Perevolotsky, 1998.

13 échallier & Braemer, 1995, p. 57-58.

14 échallier & Braemer, 1995, p. 61.

15 Betts & Helms, 1986.

16  Cauwe et al., 2004.

17  Brunner, 2008, p. 30.

18 Brunner, 2008, p. 29-30.

19 IdemFig. 2, p. 32.

20 Idem, p. 29.

21 échallier & Braemer, 1995, p. 36.

22  Les photos présentées dans la figure 4 on été obtenues grâce au logiciel Google Earth© et ne sont pas entièrement fiables. Il est en effet difficile à la seule vue de ces images satellites d’être sûr qu’un alignement corresponde effectivement à celui d’un mur appartenant à l’une de ces structures. Seule une étude de terrain pourrait montrer l’existence de structures légères clôturant la « tête ». Le Nord se situe dans la partie supérieure des photos, et chaque échelle équivaut à une longueur de 100 mètres.

23  Nous faisons entièrement référence ici à Brunner, 2008, p. 29-31.

24  Leroi-Gourhan, 1945, p. 433.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de  « desert kite » syrien K5 selon échallier et Braemer, 1995
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2 : Gravure safaïtique représentant un « desert kite » selon Braemer et échallier, 1995
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3 : Gravures représentant des « desert kites » selon Cawe & al., 2004
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 4 : Photos satellites de structures yéménites situées entre /Sirwâ/h et Marib
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthias Skorupka, « Les « desert kites » yéménites », Chroniques yéménites, 16 | 2010, 5-14.

Référence électronique

Matthias Skorupka, « Les « desert kites » yéménites », Chroniques yéménites [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 09 août 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/1777 ; DOI : 10.4000/cy.1777

Haut de page

Auteur

Matthias Skorupka

MNHN UMR 7209 - CEFAS, Sanaa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org