Navigation – Plan du site
Histoires

Nouvelles recherches sur la mine d'al-Jabalî

Paul Benoit, Jean Féraud, Françoise Micheau et Florian Téreygeol

Texte intégral

Paul Benoit, UMR 8589, LAMOP, université Paris I - CNRS, Équipe d'histoire des techniques

Jean Féraud, BRGM, Service ressources minérales, Orléans

Françoise Micheau, Professeur à Paris I et directeur de l'UMR 8084, Islam médiéval : espaces, réseaux et pratiques culturelles, université Paris IV - université Paris I - CNRS

Florian Téreygeol, UMR 5060, IRAMAT, laboratoire Paléométallurgie et cultures, UTBM, Belfort et LRC DSM 01-27, CEA, Saclay

1Le géographe yéménite al-Hamdânî écrivit au ive siècle de l'Hégire (xe siècle de l'ère chrétienne) un traité sur l'or et l'argent décrivant les gisements de ces métaux précieux dans le monde musulman1. Selon lui, le Yémen tenait une place de choix, en particulier grâce à la mine d'argent d'al-Radrâd. Une prospection menée en commun par le BRGM et les services géologiques yéménites dans le courant des années 1980 a conduit à la découverte, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Sanaa, d'un important site minier à al-Jabalî, nom actuel d'al-Radrâd2. En janvier 2004 eut lieu une première mission de prospection archéologique3. Cette étude en présente les résultats provisoires.

2Une mine de montagne aride

3Le site d'al-Jabalî se trouve à environ 60 kilo-mètres à vol d'oiseau à l'est de Sanaa et à plus d'une centaine par la route (fig. 1). La zone d'extraction s'est développée à une altitude d'environ 2 000 mètres, alors que les traitements métallurgiques s'effectuaient dans la vallée vers 1 400 mètres (fig. 2). Elle se situe sur les contreforts du massif montagneux qui domine au sud la dépression du Jawf, dans un complexe de plateaux secondaires percés par un volcanisme tertiaire qui a profondément marqué le paysage. La région connaît un climat aride de montagne, avec des températures élevées en été et une saison humide estivale ; à moins de 200 kilo-mètres du Rub` al-Khâlî, le rythme des pluies est encore celui de la mousson. Les précipitations s'avèrent parti-culièrement violentes et irrégulières. La moyenne annuelle se situe autour de 120 milli-mètres. Les cours d'eau, actuellement temporaires mais capables de crues très importantes, ont creusé de profondes vallées aux versants abrupts. Très rare sur les plateaux, une végétation composée surtout d'arbustes clairsemés, essentiellement de l'espèce Acacia commiphora, localement qarad, occupe les fonds de vallée, produisant du bois pour une population elle-même très dispersée4.

4C'est à la naissance de deux cours d'eau, affluents du wâdî Khâniq5, issus de torrents qui dévalent de la montagne, que se situe le gisement ayant fait l'objet de l'exploitation ancienne. S'il est vrai que l'étude archéologique reste à faire, le site d'al-Jabalî a tout de même donné lieu à plusieurs travaux et publications géologiques6, notamment une thèse soutenue en 19917. Le gisement est de type Mississippi Valley, encaissé dans des calcaires dolomitisés du jurassique supérieur. Le minerai est localisé au sein d'un karst. Sous l'effet de l'acidité de l'eau, les carbonates se dissolvent, formant des vides qui peuvent être à leur tour comblés par des éléments provenant des niveaux supérieurs ou amenés par les eaux. Dans le cas d'al-Jabalî, la genèse de la mise en place du gisement reste hypothétique. Il s'agirait d'une migration des métaux Pb-Zn depuis une croûte très ancienne dans des niveaux argileux, suivie d'une compaction de ces couches. Puis, à la faveur de failles, les solutions chargées en métaux ont migré et précipité en sulfures dans les parties karstifiées des niveaux calcaires du jurassique supérieur. La minéralisation se composait principalement à l'origine de sphalérite (ZnS) et de galène (PbS). L'évolution du site a conduit à une transformation presque complète de ces sulfures en carbonates et oxydes. Les études menées par Ismail Al-Ganad ont clairement établi que l'argent présent ici était associé à la sphalérite. Ce n'est que lors de la dégradation du gisement que l'argent a migré en périphérie des cristaux de galène qui, à l'origine, ne contiennent pas ce métal précieux en quantité exploitable. Les anciens mineurs auraient donc pu prendre soin d'exploiter préférentiellement le minerai de zinc et les carbonates de plomb plutôt que la galène. L'étude des procédés de préparation du minerai devrait permettre de répondre à ce questionnement. Les teneurs en argent du gisement sont difficilement appréciables car elles reposent sur des considérations techniques qui n'ont que peu de chose à voir avec la réalité des premiers siècles de l'Islam. Elles sont établies à 70 grammes d'argent par tonne de tout-venant8.

5Le jeu des failles et de l'érosion a rendu le gîte facilement accessible aux premiers ex-ploitants. Le minerai devait affleurer en de nombreux points ou se trouver à faible profondeur. L'origine karstique du gisement a multiplié les dépôts minéralisés, très nombreux mais, le plus souvent, à en croire les prospections actuellement réalisées, de médiocre importance. Le calcaire dolomitisé dur ne nécessitait pas de boisage ; la présence de failles favorisait la circulation des eaux en temps de pluie en même temps qu'elle facilitait la circulation des hommes. Par sa structure et sa morphologie, le site d'al-Jabalî convenait parfaitement à une exploitation médiévale.

6Le texte d'al-Hamdânî décrit le site et rapporte son histoire en quelques pages9 :

7« Les mineurs d'argent ont rapporté qu'il n'y a pas au Khurâsân ni ailleurs de mine semblable à celle du Yémen, à savoir celle d'al-Radrâd. Elle est située à la limite du Nihm et de la région de Yâm, en territoire de Hamdân. Elle est détruite depuis 270/883-4. […] Lorsque Muhammad b. Yu`fir10 fut tué et que ces tribus [tribus de la région énumérées par l'auteur] se révoltèrent contre lui, un certain nombre d'entre elles se portèrent contre les habitants d'al-Radrâd, en tuèrent un grand nombre et les pillèrent. Ceux qui survécurent s'enfuirent et se dispersèrent dans la contrée. Ceux d'entre eux qui avaient à Sanaa depuis longtemps une position, des demeures et des domaines s'y rendirent. Les habitants d'al-Radrâd étaient tous des Persans, venus là au temps de la Jâhiliyya, des Omeyyades et des Abbassides11. […] Le village de la mine était un grand village, dans une vallée arrosée (ghayl) avec des palmiers. Provisions et équipements y étaient apportés de Basra. Les caravanes s'y rendaient et en retournaient par la route d'al-`Aqîq, al-Falaj, al-Yamâma et Bahrein jusqu'à Basra. […] Quant à ceux qui étaient dans la mine, ils obtenaient à partir de leurs fours une grande quantité d'argent. […] Ils obtenaient en une semaine la charge d'un chameau, ce qui équivalait à 20 000 dirhams, soit environ 1 000 000 de dirhams par an. On sait cela par l'un des intendants de Muhammad b. Yu`fir, qui s'était emparé des droits régaliens. L'orfèvre Ahmad b. Abî Ramâda a rapporté que les Banû [lacune] et les Banû al-Ashraf travaillaient dans la mine et qu'il y avait quatre cents fours. Si un oiseau passait près du village minier, il tombait mort à cause du feu des fours. »

8Lors de la rédaction de ce texte, toute activité a cessé depuis quelques dizaines d'années. L'auteur fournit une date pour l'arrêt de l'exploitation : 883 de l'ère chrétienne, date de l'assas-sinat de Muhammad b. Yu`fir et de la rébellion des tribus locales. Sur le site, les travaux regroupaient l'ensemble de la chaîne opératoire, depuis l'extraction jusqu'à la production de l'argent métal. Al-Hamdânî rapporte que quatre cents fours étaient en activité. Même si la nature de ces fours n'est pas précisée et qu'il faille considérer que sont regroupés sous une seule désignation les fours de grillage, de réduction, de coupellation et d'affinage, le nombre de quatre cents est impressionnant et semble relever d'une certaine emphase arithmétique. La production donnée est, elle aussi, conséquente, puisqu'elle représente en poids 59 kilo-grammes d'argent fin par semaine (poids théorique du dirham : 2,95 grammes). Si l'on considère que le minerai avait une teneur proche de 1 % en métal blanc, ce qui est déjà un taux appréciable, la masse de minerai extraite est de l'ordre de 6 tonnes par semaine. Ce calcul ne tient pas compte des roches stériles qu'il faut abattre pour accéder au minerai12. Enfin, l'auteur mentionne la présence d'un village de mineurs et de métallurgistes, comme c'est souvent le cas. Selon le témoignage du géographe, la fin de l'exploitation a été brutale, en raison de troubles et non de difficultés d'exploitation. Cette affirmation est classique pour expliquer la cessation d'activité, mais elle résiste parfois mal aux faits archéologiques.

9La chronologie

10Des datations du site par le radiocarbone ont été réalisées par les géologues du BRGM. Des charbons pris en mine et, en extérieur, à la base des déchets d'extraction ont donné pour résultat 613 (+/- 70) ap. J.-C. (charbons des haldes) et 1052 (+/- 70) ap. J.-C. (charbons en mine)13. Ces datations fournissent les termini dont seul le terminus post quem peut être discuté ici. Certains ont pensé à un léger allongement de la phase d'extraction jusqu'au xie siècle. Une reprise de l'exploitation à plus petite échelle après abandon n'est pas rare. Cependant, la visite sur le terrain a mis clairement en évidence une utilisation des mines comme abris de bergers. Il se pourrait que la date donnée pour les charbons pris en mine ne soit que le reflet de cette forme d'occupation, qui s'est prolongée jusqu'à nos jours. Dans l'état actuel de la recherche, et dans l'attente de nouvelles datations, la fourchette chronologique d'exploitation de ce site reste comprise entre le viie, date obtenue grâce à la datation par le radiocarbone, et la fin du ixe siècle de l'ère chrétienne, terminus donné par le texte d'al-Hamdânî. Si cette chronologie se confirme, trois siècles d'activité font de ce site une exploitation majeure par sa longévité.

11L'exploitation minière

12À celui qui arrive pour la première fois sur le site d'al-Jabalî, il est d'emblée évident que le lieu a fait l'objet d'une intense activité minière (fig. 3). Les vestiges de l'exploitation sont nombreux. Sur quelques centaines de mètres de long, entre les cotes altimétriques 1900 et 2100, il est aisé de distinguer un grand nombre d'ouvertures, qui sont autant d'excavations minières. Parallèlement, le replat existant entre le wâdî al-Jabalî et le wâdî Khâniq (entre les cotes altimétriques 1990 et 2010) montre des accumulations de sables et de graviers de tailles diverses qui ne sont pas le fruit de l'érosion mais les témoins des phases de préparation du minerai par les mineurs avant son transport vers les fonderies.

13À l'occasion des travaux de terrain du BRGM, une cartographie du site a été dressée (fig. 4). Elle comporte, outre les données propres à l'étude gîtologique, des informations précieuses sur les anciennes mines. En effet, les géologues responsables de cette mission se sont appliqués à localiser et topographier les réseaux miniers accessibles et les entrées en puits actuellement obstruées. Malheureusement, les travaux de recherche minière pratiqués ultérieurement à la mission franco-yéménite ont considérablement modifié l'aspect général du site14. Certains réseaux miniers encore accessibles dans les années 1980 sont aujourd'hui recouverts. À l'inverse, d'autres ont été rouverts lors du percement de deux pistes pour l'installation de stations de carottage, mais cette mise au jour a malheureusement entraîné la destruction des véritables entrées des mines. Les accès visibles sont actuellement plus nombreux que ceux portés sur la carte du BRGM, notamment sur le flan de la montagne entre les cotes 2030 et 2100.

14Localisés dans un karst, ces réseaux présentent un aspect anarchique pouvant être assez déroutant (fig. 5). Les vides existants sont de dimensions très variables : de quelques dizaines de centimètres de hauteur pour autant de large à des salles de 10 mètres de large pour 20 de long et 5 à 6 mètres de haut. La brève durée de cette mission n'a pas permis de définir le mode de gestion de l'espace, mais l'aspect des mines ainsi que le matériel archéologique observé à Sanaa fournissent une première image de l'exploitation. Le percement de l'ensemble des mines examinées s'est fait au pic. En plusieurs endroits - galeries, salles ou puits - des traces d'outils sont bien visibles. L'hypothèse d'un abattage au feu doit être abandonnée. Il n'y a pas de système de soutènement et on repère plusieurs effondrements. L'exploitation peut se faire sur plusieurs niveaux sans qu'il s'agisse d'une règle clairement établie. Seul l'espoir d'obtenir du minerai a guidé le mineur dans l'organisation de son travail. Hormis les puits, il n'existe pas de travaux d'appui à l'exploitation. Les réseaux sont de dimensions réduites dans leur développement total. Le plus grand n'excède pas 150 mètres de long par 15 mètres de large. Le taux de remblaiement des vides est également conséquent et conduirait à sous-estimer l'importance des travaux miniers. Il semble que les entrées horizontales prédominent, mais l'on rencontre également des creusements en puits, dont certains sont la seule voie aujourd'hui accessible. Les puits - plus d'une dizaine ont été repérés - présentent tous une section circulaire. Ils sont foncés sur une fracture de la roche afin de faciliter le percement. Leur profondeur conservée est très variable : de 5 à 20 mètres15. Dans un cas, on a relevé des encoches régulières pouvant faciliter la descente des mineurs. Il n'y a pas d'aménagement pour l'implantation de système de levage en tête de puits. En revanche, dans la zone d'accumulation des déchets de traitement minéralurgique, un muraillement protège la tête des puits sur une profondeur minimum d'un mètre afin, semble-t-il, de limiter la venue des sables et graviers issus de la préparation.

15Les objets provenant de la mine d'al-Jabalî et actuellement conservés à Sanaa16 renseignent sur l'évacuation des produits et l'équipement des mineurs. Un sac en cuir servant au transport du minerai se compose de deux peaux maintenues par des liens, eux aussi en cuir. La couture du fond est rentrée, alors que celle de la peau formant le montant est sortie. Ce sac comporte deux poignées ajoutées et formées de lanières de cuir nouées sur elles-mêmes. Il mesure 30 centi-mètres de haut pour une circonférence de 60 centi-mètres, ce qui donne une contenance de plus ou moins 8 litres. La faiblesse des poignées et de leurs attaches exclut une remontée par treuil. Ce sac, en revanche, a pu servir au portage du minerai, portage indispensable en raison de l'organisation de la mine, de la médiocrité des conditions de circulation et de l'absence de moyens de levage.

16L'observation de lampes en terre cuite très rustiques a permis de se faire une idée du mode d'éclairage dans ces mines. Ces lampes sont faites dans une argile mal cuite, leur fond est épais et la forme générale est celle d'un triangle isocèle. Les bords remontent sur 2 centi-mètres sans qu'aucune zone de préhension se distingue. Les traces d'utilisation sont indéniables. La mèche était posée dans l'angle le plus aigu. Le déplacement dans la mine avec ce type d'éclairage est difficile (échauffement de l'objet, mouvements intempestifs de la mèche et de la flamme). Sans doute étaient-elles utilisées posées. D'al-Jabalî provient aussi une petite gourde en cuir avec son bouchon relié par un lien tressé. Sa contenance n'excède pas 10 centi-litres. La faible quantité de liquide pouvant être transportée donne à croire qu'il s'agit d'une gourde pour l'huile permettant au mineur de réapprovisionner ponctuellement sa lampe. Sa bonne conservation et sa localisation en font un objet exceptionnel.

17Après examen des données issues des prospections du BRGM et de celles de 2004, le système d'exploitation minière utilisé à al-Jabalî au Moyen Âge semble assez simple : abattage au pic ; poursuite des travaux en suivant des failles pour atteindre les zones de remplissage dans le karst ; transport vertical et horizontal limité au maximum par l'abandon des déblais à l'intérieur de la mine et effectué sans aucune machine, grâce à des sacs ou des paniers ; éclairage avec des lampes brûlant de l'huile ; absence de système spécifique d'aérage ou d'exhaure. Ces techniques correspondaient très bien à la nature du gîte, morcelé dans la roche dure, et à la fracturation de la roche, qui rendait inutile tout équipement d'exhaure dans un pays sec.

18Les zones de préparation du minerai

19Après un premier tri au sortir de la mine, attesté par des haldes encore très visibles devant certains puits, le minerai était descendu sur un replat en contrebas des secteurs d'extraction. Le site a livré de nombreux mortiers ou tables d'enclumes et des percuteurs qui servaient à écraser les produits sélectionnés ; le résultat du broyage était ensuite lavé pour séparer la gangue des miné-ralisations. Ces travaux ont laissé une accumulation impressionnante de résidus - ou haldes de rejet de traitement -, sous laquelle il est difficile, voire impossible, de distinguer la roche en place. Il n'y a eu quasiment aucune sédimentation postérieure au dépôt (fig. 6). Il s'agit d'un cas exceptionnel, où l'archéologue a parfois l'impression d'évoluer au sein d'une laverie au lendemain de son abandon.

20Malheureusement, si la mine a eu à souffrir des recherches en vue d'une nouvelle exploitation du site, ce sont les haldes de rejets de traitement qui ont payé le plus lourd tribut. De larges et profondes tranchées parcourent l'ensemble de la zone de préparation. Les coupes de ces tranchées n'étant pas stables, elles se sont rapidement érodées pour retrouver le profil d'équilibre, augmentant la surface détruite, qui s'élève à plusieurs centaines de mètres carrés. Les différentes pistes d'accès et plates-formes de carottage brouillent également l'image de cette zone. Il est donc difficile de proposer un schéma de l'organisation spatiale. Malgré ces destructions, les vestiges conservés sont encore considérables et offrent matière à une étude de cette phase importante dans le processus de production de l'argent.

21Les déchets minéralurgiques visibles

22Un classement visuel sur le site permet de définir trois types de résidus minéralurgiques : des graviers, des sables grossiers et des sables fins. Les trois ensembles caractérisent des couches bien distinctes, qui sont disposées en lits plus ou moins horizontaux et dont les épaisseurs varient de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres. Seule une fouille suivie d'une étude granulométrique précise sur un échantillonnage statistiquement représentatif permettra d'appré-cier les types de sédiments. Il faudra aussi considérer, lors de l'étude archéométrique, le rôle des pluies dans la formation de certaines couches. En particulier, des niveaux de sable fin présents directement à la surface pourraient n'être que la conséquence d'un classement sédimentaire naturel.

23À l'heure actuelle, il n'y a pas de quantification des différents minéraux contenus dans ces déchets. Puisqu'il s'agit de résidus de traitement, les teneurs en minerai doivent être relativement basses. S'il n'a pas été possible de voir de la galène, les oxydes et carbonates de zinc sont bien présents.

24L'analyse des échantillons, au-delà de leur composition minéralogique, fournira des indications sur la nature du traitement minéralurgique, depuis le concassage jusqu'aux dernières phases de lavage. Mais, pour bien comprendre le processus, les analyses ne sont pas suffisantes ; il convient aussi d'intégrer les données de terrain.

25Le système hydraulique

26Les mineurs ont pris soin de préparer leur minerai directement au sortir de la mine afin de limiter le transport des matières vers la zone de fusion. Ce travail a nécessité l'usage de l'eau pour des opérations de classement par granulométrie et par densité, mais également pour des opérations de lavage plus simple, comme le débourbage. Il leur a fallu, dans un environnement pauvre en eau, mettre en place des systèmes de récupération et de stockage de l'eau. Les prospecteurs du BRGM avaient déjà remarqué des canaux destinés à conduire l'eau sur les dépôts de déchets minéralurgiques. Si une part importante des canalisations cartographiées par le BRGM a disparu sous l'action des pelles mécaniques des prospecteurs, il en reste cependant des sections suffisantes pour montrer la valeur de la carte réalisée. L'étude du BRGM ne portait que sur les parties basses du réseau hydraulique. Les prospections menées en 2004 permettent de mieux comprendre le système. Les précipitations tombant sur le versant nord du massif dominant les mines se rassemblent dans deux bassins de réception et s'engouffrent dans des chenaux d'écoule-ment naturels. Une prise d'eau sur le torrent oriental, pour l'instant non repérée, alimentait une première canalisation, dont il reste des sections très visibles. Dans la partie basse, au lieu d'alimenter le cours supérieur du wâdî, les eaux sont détournées dans deux canaux principaux, qui les conduisent vers les sites de traitement du minerai. Ces canaux circulent sur les versants ; parfois construits dans une étroite terrasse, parfois creusés dans la roche, ils alimentent les canalisations, maintenant très détériorées, présentes sur le site de traitement. Signe du soin avec lequel les mineurs ont organisé la récolte de l'eau, un système secondaire de canaux se développe sur le mamelon qui, au nord, fait face au site principal d'extraction, de manière à ne rien laisser échapper de l'eau tombant sur la colline. Les masses de rejets de traitement amassées en ce lieu montrent l'importance d'installations à première vue sommaires.

27L'impact des recherches minières récentes a été particulièrement sensible sur le réseau des canalisations qui parcourent le site. Il reste de beaux éléments, qu'il sera possible de fouiller, mais leur mise en correspondance demeurera délicate et exigera le recours à la cartographie établie dans les années 1980 (fig. 8). La plupart des canalisations reconnues conduisent l'eau dans la zone de préparation des minerais. Les venues d'eau étant saisonnières, l'hypothèse d'un travail miné-ralurgique intermittent semble prévaloir. Encore faut-il se montrer prudent. Dans un cas au moins, il a été possible de repérer ce qui semble bien être un réservoir, mais ses dimensions sont trop réduites pour qu'il ait pu servir à un stockage de longue durée.

28Les canalisations apportent l'eau dans les zones de traitement, où elles se terminent en général sur un à-pic de la falaise après avoir servi au lavage du minerai. À côté des mortiers et des percuteurs, le seul vestige en place des ateliers minéralurgiques consiste en une fosse de lavage coupée par les travaux des prospecteurs. La fouille du site devrait permettre de retrouver des traces d'installations anciennes recouvertes des déchets les plus récents. Il faudra peut-être prendre en considération les vases en céramique grossière de grandes dimensions, dont les tessons abondent.

29Les données manquent pour estimer les quantités nécessaires au lavage du minerai. Des exemples archéologiques et des expérimentations menées en d'autres lieux ont montré nettement qu'il n'y avait pas d'impossibilité à travailler avec de l'eau déjà utilisée et salie, donc à recycler l'eau du lavage. Dans des conditions climatiques plus clémentes, les réponses trouvées au problème de l'approvisionnement en eau ont été similaires, comme dans le cas bien connu du Laurion en Attique17. À Melle, en Poitou, région atlantique, les exploitants carolingiens se sont contentés de l'apport d'une médiocre source pour alimenter leurs structures de lavage, alors qu'il existe une rivière proche18. La perte d'eau pour une phase de lavage dépend donc principalement de l'évaporation et de l'infiltration. Le recyclage évite en plus la perte en minerai. En effet, si la charge de l'eau se compose surtout de fragments de gangue, il arrive qu'un peu de minerai soit encore présent.

30La mise en place d'un système hydraulique ne repose sans doute pas uniquement sur le nécessaire besoin en eau pour les opérations de préparation du minerai. La courbe que fait la canalisation issue du torrent oriental devait réduire le flux dans la vallée creusée au pied de la zone minière, là où les exploitants avaient ouvert des galeries menacées par les crues.

31Enfin, le système hydraulique actuel a été mis en place dans un contexte climatique inconnu. Pour une bonne compréhension du site, une recherche paléoclimatique s'impose.

32Les vestiges des fonderies

33L'implantation des installations métallurgiques, à une distance d'environ 5 kilo-mètres du lieu d'extraction et à une différence d'altitude de l'ordre de 600 mètres, s'explique avant tout par des raisons tenant au milieu. L'extraction du plomb argentifère à partir du minerai exige de la chaleur, qui ne pouvait provenir que d'un seul combustible : le bois. C'est donc au pied de la zone montagneuse qu'a eu lieu cette implantation, là où le wâdî Khâniq a reçu plusieurs affluents et a creusé une large vallée, et où une végétation arbustive a pu se développer. Telle est la raison majeure de cette localisation, même si la métallurgie, en particulier pour le retraitement des scories et l'implantation d'un village, comme l'indiquait al-Hamdânî, a pu profiter aussi de la présence de l'eau.

34Tout aussi impressionnante que la mine, la zone recouverte de scories s'impose dans le paysage. Au total, ce sont plus de 70 hectares recouverts d'une épaisseur variable de scories, de 50 centi-mètres visibles à quelques centimètres. La première, qui s'étend le long du wâdî Khâniq, mesure plus de 2,5 kilo-mètres par plus de 200 mètres de large. La seconde est longue d'un kilo-mètre pour 200 mètres de large. La couverture varie également dans sa répartition spatiale mais, d'une manière générale, toutes les parties basses en contact avec le lit du wâdî sont occupées par des résidus métallurgiques qui forment autant d'auréoles (fig. 9). Il ne semble pas qu'il reste des vestiges de structures métallurgiques affleurantes mais, par endroits, la concentration de scories et de fragments de parois de four laisse présager la présence d'un four. Certaines zones se caractérisent par une petite accumulation de scories en leur centre, formant un monticule d'un mètre de long pour 50 centi-mètres de haut et de large. Les scories sont largement fractionnées, reflet d'une activité de concassage mais également d'une détérioration du matériau au cours du temps. Le concassage est attesté par la présence d'un nombre impressionnant de mortiers ou tables d'enclume en pierre, ainsi que de percuteurs, matériel similaire à celui qui servait dans les ateliers minéralurgiques. L'usage de ce matériel est le signe d'une mauvaise séparation du plomb d'avec la scorie, comme le montre d'ailleurs la présence des petites billes de métal dans certains déchets de réduction, nécessitant un traitement mécanique à froid de la masse scoriacée. Un simple lavage du produit du broyage permet de récupérer sans peine le plomb piégé dans le verre de scorie, type d'opération présent sur des sites européens19.

35Les déchets métallurgiques : parois de fours et scories

36La prospection a donné lieu à un ramassage des scories, dont un échantillonnage limité a pu être apporté en France pour étude. Le terme de scorie est employé au sens large et recouvre la totalité des résidus (scories, parois, roches fondues) liés à l'activité métallurgique. Leur étude analytique est essentielle pour comprendre le déroulement du processus. Mais l'observation macroscopique apporte déjà son lot d'informations. Un classement sommaire de ces déchets distingue sept types.

37Roches fondues recouvertes d'une glaçure jaunâtre

38Il pourrait s'agir de fragments de parois externes du four qui, non recouvertes de réfrac-taire, ont subi une chauffe intense et un début de fusion. La présence de la glaçure est le résultat du jeu des silicates présents dans la roche et du plomb issu du minerai à fondre.

39Scories légères bulleuses avec des inclusions

40Lors de la fusion, plusieurs types de scories se forment. Si la température est insuffisante, certains éléments provenant principalement du minerai ne fondent pas. On les retrouve alors prisonniers du verre de la scorie. L'homogénéité de la scorie est donc un indice de la qualité de la fusion. La légèreté de la matière est due à la présence de bulles qui se sont figées ou ont percé à la surface. Leur aspect fournit un indice du degré de viscosité et donc de la température à laquelle s'est déroulée l'opération.

41Scories denses avec empreinte de charbons de bois

42S'il fallait une preuve de la nature du combustible, ces scories la fournissent, puisqu'elles ont gardé la trace en négatif des charbons utilisés pour la fusion. Ces scories comportent peu de vacuoles et surtout montrent, sur l'ensemble des empreintes de charbon, de petites billes de plomb. Nous sommes bien alors dans le cadre d'une opération métallurgique de type « réduc-tion ». Le plomb métallique ne se trouve qu'au contact de ces charbons. L'oxyde de plomb a fourni l'oxygène nécessaire à la combustion du charbon et donc à la formation des oxydes de carbones (CO et CO2). Malgré la présence du plomb métal, la forte densité de ces scories est surprenante.

43Scories denses amorphes et souvent coulées

44Cette famille de scories peut être associée à la précédente. Quelques exemplaires ont permis de reconnaître la présence de billes de plomb. Ces scories se mettent en place dans le four après leur séparation d'avec le plomb. Une quantité importante d'entre elles ont coulé hors du bas fourneau. Elles possédaient donc une fluidité assez forte. La séparation du métal semble se réaliser dans une bonne condition, rarement observée à cette période.

45Scories vitreuses

46La dernière famille de scories proprement dite est directement un verre, dont les analyses devraient montrer qu'il comporte un fort pourcentage de plomb, qu'on peut estimer entre 20 et 40 % par analogie avec d'autres scories. Si le verre se forme à haute température, le plomb, même en faible quantité, joue le rôle de fondant abaissant le point de fusion, ce qui entraîne une forte perte du plomb existant à l'origine dans le minerai. Cependant, lors de la fusion, l'argent se con-centre principalement dans le plomb métallique et non dans le verre. L'argent étant le produit recherché, ce phénomène aide les métallurgistes, puisqu'il conduit à un enrichissement en métal précieux du plomb d'œuvre issu de la première fusion.

47Terres cuites scoriacées

48Sur certaines zones à scories, on retrouve en quantité des fragments assez volumineux de parois de four. Leur forme générale est assez étonnante. Pour les pièces les plus imposantes, la même forme se répète systématiquement : un angle droit saillant dont les parois sont scoriacées alors que l'intérieur de la pièce montre une section cylindrique ou tronconique sans trace de fusion, avec parfois un lissage au doigt. La pâte a été cuite au moment de l'utilisation de la pièce. Il s'agit d'une argile fortement dégraissée à l'aide de gravier, de sable ainsi que d'éléments végétaux. Ces morceaux d'argile n'ont pas été appliqués sur une paroi externe du four et ne forment pas le revêtement intérieur. La première hypothèse retenue est qu'il pourrait s'agir de fragments de tuyère, mais une étude plus poussée demeure nécessaire. Un autre type de terre cuite scoriacée peut être isolé. Une rapide observation conduit à la conclusion surprenante qu'elle correspondrait à des plaques d'argile appliquées sur les pierres du four pour former la paroi interne. L'existence d'une double paroi n'est pas en soi un élément nouveau : des cas sont bien connus pour des fours de réduction du fer20.

49Seuls apparaissent sur l'ensemble du site des vestiges de réduction et de concassage des scories. Aucun signe de grillage, indispensable si les métallurgistes ont traité des sulfures, mais cette opération ne laisse que des traces ténues, voire imperceptibles21. En revanche, la coupel-lation, c'est-à-dire la séparation du plomb et de l'argent, devrait laisser sa marque. Cette opération nécessite un four bien différent de celui utilisé pour la fusion. Sans entrer dans trop de détails, disons que la coupellation consiste à faire fondre le plomb d'œuvre et à l'oxyder à haute température (plus de 860 °C). Il se forme une pellicule d'oxyde de plomb liquide que l'on évacue progressivement. Par là même, le bain métallique se concentre en argent. Au terme de l'opération, il y a un pain d'argent d'une part et de l'oxyde de plomb d'autre part, dont, même s'il était retraité, il devrait rester des fragments. Cette opération est indispensable pour produire de l'argent22. Or le texte d'al-Hamdânî est très clair sur ce point : d'al-Jabalî il part de l'argent et non du plomb d'œuvre. Le peu de temps passé à la prospection sur le site des scories peut expliquer l'absence de trace de coupellation. Si les fours de réduction du minerai peuvent être multiples, les ateliers de coupellation étaient sans doute beaucoup moins nombreux. L'opération, qui conduit à la libération du métal précieux, joue sur des masses beaucoup moins importantes et, surtout, exige un contrôle de la production. Il est d'autant plus difficile de la localiser.

50Vie et mort des mineurs

51Si les aspects techniques peuvent être largement abordés suite au travail de terrain, l'aspect social de l'exploitation est beaucoup plus difficilement perceptible. Al-Hamdânî fait mention d'un grand village de mineurs, auquel sont associés les fours, dans une vallée où poussaient des palmiers. La zone des scories est bien dans une vallée où l'eau n'est pas totalement absente, même en saison sèche, et où poussent des palmiers, mais aucun vestige d'habitat n'a encore pu y être découvert23. Pourtant, il est évident qu'une importante population sédentaire a vécu sur le site.

52La céramique est présente en abondance, aussi bien dans la zone où s'étendent les scories que dans les dépôts de traitement mécanique du minerai au sortir de la mine. Dans ce secteur, là où les engins mécaniques des prospecteurs ont creusé de vastes excavations, un ramassage rapide a permis de sélectionner un échantillonnage destiné à orienter les recherches ultérieures. Trois types principaux se dégagent d'une première analyse24 :

531. Une céramique commune, comme il s'en trouve à peu près partout dans le Yémen médiéval. Parmi les échantillons se trouvait un col de cruche de petites dimensions, qui montre bien l'utilité de cette production destinée aussi à bien à cuisiner qu'à contenir des liquides. Un tesson portait un décor incisé.

542. Une céramique beaucoup plus fine, recouverte d'une glaçure verte ou bleue. Qualifiée d'arabo-sassanide ou, plus simplement, d'abbasside, elle venait d'Iran ou de la région de Basra. On la retrouve largement diffusée sur le littoral yéménite. Sa présence à al-Jabalî est le signe d'une pénétration inconnue jusqu'alors au cœur de la péninsule Arabique. Elle confirme la datation d'al-Hamdânî.

553. Des vases ou des bassins de diamètre plus important. Un fragment de col mesuré montre une ouverture de 40 à 50 centi-mètres de diamètre. La pâte est très grossière. Ce type de production est inconnu sur les autres sites médiévaux yéménites. Il pourrait correspondre à des récipients destinés à conserver ou récupérer l'eau pour le lavage du minerai.

56La mine a livré par ailleurs des coupelles en céramique, de 8 à 10 centi-mètres de diamètre pour 3 à 4 centi-mètres de hauteur, conservées dans une collection particulière. Elles sont montées à la main et possèdent des fonds épais, alors que leurs bords vont s'amincissant. Les traces de doigts sont bien visibles et la cuisson de l'objet est imparfaite. Elles devaient probablement servir d'écuelles. Plusieurs plats en végétaux tressés ont été mis au jour (maximum 30 centi-mètres de diamètre pour 5 à 6 centi-mètres de hauteur). Les bords de ces plats sont renforcés par du cuir, comme on peut le constater encore sur des ustensiles culinaires yéménites contemporains. Ce type d'objet semble assez commun et laisse à penser que les mineurs emportaient leur repas sous terre, bien que les mines ne soient pas excessivement profondes.

57L'abondance de céramique sur le site de la mine laisserait entendre qu'un habitat, sans doute secondaire, s'y est implanté. Ainsi, à côté du « grand village » décrit par al-Hamdânî, la mine aurait donné naissance à une seconde agglomération, toutes deux disparaissant avec la fin de l'exploitation25.

58À la céramique s'ajoute une autre trace d'occupation humaine : la présence de cimetières dans les deux zones. La nouvelle route créée par les prospecteurs a coupé l'un d'entre eux à proximité de la mine et mis au jour quelques sépultures. Beaucoup de stèles sont renversées ; on relève néanmoins quelques tombes féminines, marquées par la présence de deux stèles. Les habitants considèrent ce cimetière comme celui des mineurs. L'association de ces cimetières à l'exploitation minière reste cependant à démontrer.

59Al-Jabalî dans l'histoire

60Les questions posées par l'exploitation d'al-Jabalî sont de première importance et les réponses reposent d'abord sur une chronologie que la fouille devra établir. La mine a connu une activité importante, essentiellement au ixe siècle, comme les sources écrites et l'interprétation que nous donnons des datations par le radiocarbone le laissent croire, mais il reste à établir l'histoire de ses débuts. Peut-on les faire remonter aux temps préislamiques, comme le veut al-Hamdânî ? De même, doit-on le suivre quand il affirme qu'elle a cessé de produire dans les années 880 ?

61Environ un siècle après la création d'une monnaie musulmane par `Abd al-Malik, un demi-siècle après la prise de pouvoir par les Abbassides, les dirhams d'argent circulent au loin, jusqu'en Scandinavie, où de nombreux trésors ont été exhumés26. Se pose alors la question de savoir si cette expansion doit être attribuée essentiellement à une production iranienne, comme le veut la tradition historiographique, ou si, comme le texte d'al-Hamdânî et les données du terrain le laissent supposer, le site d'al-Jabalî a tenu une place particulièrement importante dans cette très large diffusion des dirhams, qui affirme la puissance économique et politique du califat de Bagdad27.

62La présence d'une céramique caractéristique du monde iranien ou proche de l'Iran donne encore plus de valeur au témoignage d'al-Hamdânî, qui retraçait le cheminement des caravanes vers Basra en passant par le pays de Bahrein. À l'époque abbasside, la mine d'al-Jabalî, tant pour ses approvisionnements que pour l'exportation du métal précieux, était tournée vers le nord et, de là, aussi bien vers Bagdad, capitale de l'empire, que vers l'Iran28. Dans un autre passage, al-Hamdânî mentionne les marchands iraquiens et persans mais aussi égyptiens et syriens qui exportaient de l'argent du Yémen et en tiraient un grand profit29. Ainsi, al-Jabalî se trouvait au point de départ de routes qui conduisaient l'argent hors du Yémen, mais tout ne partait pas vers le nord, que ce soit par le golfe Persique ou par la mer Rouge. Quand les sources permettent de le percevoir, à la fin de la période de production, une partie du métal blanc allait vers l'atelier monétaire de Sanaa.

63Les premiers dirhams de Sanaa connus ont été frappés en 787, mais il n'est possible actuellement de connaître ni l'importance des frappes ni la provenance du métal30. Il faut atten-dre près d'un siècle pour en savoir un peu plus. Le diplôme d'investiture accordé par le calife en 870 au gouverneur du Yémen, le wâlî Muhammad b. Yu`fir, lui confère, entre autres charges, celles d'administrer les ateliers monétaires mais aussi de percevoir les taxes sur la production minière du Hamdân, région où, comme al-Hamdânî le rappelle, se trouve al-Jabalî31. Les Yu`firides, première dynastie autonome au Yémen (847-998), même s'ils reconnaissent la prééminence du calife de Bagdad, contrôlaient alors la production et la frappe de l'argent. Reste à savoir si une part de cette production, de métal brut ou monnayé, revenait au calife et si d'autres ateliers, en particulier celui de Bagdad, bénéficiaient de l'argent d'al-Jabalî.

64Au moment où la région s'émancipe de la tutelle abbasside, la situation politique se dégrade en quelques décennies ; le gouverneur Muhammad b. Yu`fir est assassiné par son fils en 883. Al-Hamdânî montre les conséquences dramatiques pour l'activité minière de cette crise dynastique et de la révolte des tribus qui s'ensuivit. L'activité monétaire de Sanaa cesse, ou se ralentit pour un temps, alors que d'autres ateliers monétaires se développent dans d'autres régions, en particulier à Zabîd, résidence de la dynastie des Ziyâdides, et à Aden, port très impor-tant sur l'océan Indien32. Dans le jeu complexe des pouvoirs qui s'opposent au ixe siècle pour et autour de Sanaa, la domination de la mine d'al-Jabalî a tenu une place sans doute très importante mais qui reste malaisée à évaluer. Sa position dans une zone très difficile à contrôler explique sans doute pourquoi elle fut abandonnée à la suite de troubles très graves. Reste à savoir si, comme en bien des cas, les événements politiques n'ont pas mis un terme définitif à une exploitation déjà déclinante, le minerai s'épuisant. Seule l'archéologie pourra apporter une réponse à cette question.

65Conclusion

66Le moment n'est pas encore venu de conclure sur l'histoire des mines d'argent d'al-Jabalî. Ces questions d'ordre historique trouveront peut-être leurs réponses grâce aux données de l'archéologie. Le terrain s'est montré à la hauteur de la description qui en a été faite voilà dix siècles.

67Les techniques employées par les mineurs venus d'Iran se sont adaptées avec beaucoup d'efficacité à un milieu spécifique. Le gisement, relativement facile d'accès, morcelé dans des terrains qui n'exigeaient pas d'importantes infrastructures pour le transport, l'exhaure et l'aérage, souffrait par contre du manque d'eau et d'un approvisionnement difficile. Le bois, en particulier, était nécessaire en grande quantité à l'alimentation des fours.

68Fort des premières données acquises sur le terrain, il nous est possible de définir les grandes lignes d'un programme de recherches. Pour mieux connaître les techniques d'exploitation souterraines et l'extension de l'exploitation, il importe de développer à la fois les prospections en vue de repérer toutes les entrées de mines et d'évaluer leur extension. Il est indispensable de pénétrer dans des secteurs qui n'ont pas été parcourus par les bergers ou les prospecteurs afin de découvrir des traces qui permettront de comprendre le mode opératoire des mineurs, leur gestion de l'espace et leur compréhension du gisement. La phase de préparation des minerais est étroitement associée dans l'espace à celle de l'extraction. Dans un pays aride, aux précipitations très irrégulières, le système hydraulique est déterminant tout autant que les techniques de lavage, qui doivent impéra-tivement économiser l'eau.

69Une étude paléo-environnementale s'impose. Les différentes analyses des déchets de traite-ment minéralurgiques apporteront des données concernant la végétation, tout comme elles ren-seigneront sur les techniques employées. Des résultats comparables, même si les méthodes ne sont pas strictement les mêmes, sont attendus des études en laboratoire menées à partir des prélèvements effectués sur les sites métallurgiques.

70Rarement des fonderies anciennes de métaux non ferreux ont livré une telle masse de scories sur une si vaste étendue. Les quatre cents fours dont parle al-Hamdânî ne sont peut-être pas le fruit d'une exagération. Plusieurs échantillons sont en cours d'étude et permettront une première approche des procédés de fusion réductrice mis en œuvre. En revanche, les prospections n'ont pas permis de trouver l'ensemble de la chaîne opératoire. Le texte mentionne clairement la production d'argent sur al-Jabalî, alors qu'aucune trace de coupellation n'a été découverte. Là encore, prospections et fouilles s'imposent en liaison avec des études analytiques et les descrip-tions données par al-Hamdânî des techniques employées à son époque.

71Les prospections de 2004 n'ont pas livré de traces de l'existence d'un village lié à cette activité. À côté de la recherche d'un habitat, des prospections sur les cimetières - voire des fouilles - pourraient apporter des enseignements sur la population, les âges et les sexes, ainsi que sur la chronologie de l'occupation. Enfin, une étude approfondie de la céramique s'impose pour la connaissance de la vie quotidienne et des techniques d'élaboration du métal.

72À l'issue de cette première mission de prospection sur les mines d'argent d'al-Jabalî, il est évident que ce site dispose d'un très fort potentiel archéologique. Il n'en est pas moins certain que pèse sur cet ensemble archéologique une menace de destruction à courte échéance. En effet, depuis les travaux du BRGM en 1984, le site a connu plusieurs campagnes de prospections qui ont toutes laissé des traces sur le site minier. Aujourd'hui, le site fait l'objet d'une concession à la compagnie minière ZincOx Ressources plc. Une remise en exploitation du gisement entraînera une destruction de vestiges miniers et minéralurgiques malgré tout le soin qui pourra être porté à la préservation du patrimoine. Une intervention archéologique préventive est indispensable, d'autant plus qu'elle ne remet pas en cause la future exploitation.

Haut de page

Bibliographie

al-Hamdânî

Kitâb al-jawharatayn al-`atîqatayn al-mâ'i`atayn min al-safrâ' wa-l-baydâ'.

1) éd. Toll (Chr.), traduction en allemand, Die beiden Edelmetalle Gold und Silber, Upsala, 1968.

2) éd. `Abd Allâh (Yûsuf M.), Sanaa, 1424/2003.

3) Traduction partielle, Dunlop (D. M.), « Sources of gold and silver in Islam according to al-Hamdânî », Studia Islamica, n° 8, 1957 p. 29-49.

Agricola (G.)

1987 : De re metallica, éd. France-Lanord, Thionville.

Allan (J. W.)

1979 : Persian metal technology, 700-1300 A. D., Londres.

Bailly-Maître (M. C.) & Bruno-Dupraz (J.)

1994 : Brandes-en-Oisans, la mine d'argent des Dauphins (xiie-xive s.), Isère, DARA n° 9, Lyon.

Benoit (P.)

1997 : La mine de Pampailly. xve-xviiie siècles, Brussieu-Rhône, Lyon.

Blake (R. P.)

1937 : « The circulation of silver in the Moslem East down to the Mongol epoch », Harvard Journal of Asiatic Studies, n° 2.

Bolin (S.)

1953 : « Mohammed, Charlemagne and Ruric », Scandinavian Economic History Review, n° 1.

Christmann (P.), Lagny (P.), Lescuyer (J.-L.) & Sharaf ad-Din (A.)

1983 : « Résultats de trois années de prospection en République arabe du Yémen. Découverte du gisement de Jabali (Zn-Pb-Ag) dans la couverture jurassique », Chronique de recherche minière, n° 473, p. 25-38.

Christmann (P.), Lescuyer (J.-L.), al-Ganad (I.), al-Muflehi (Y.) & Sharaf ad-Din (A.)

1983 : Al-Bayda - Marib Project, Detailed Prospecting 1981-1982 campain, BRGM - Yemen Arab Republic, YOMINCO.

Conophagos (C.)

1980 : Le Laurium antique et la technique grecque de production d'argent, Athènes.

Daghfous (R.)

1995 : Le Yaman islamique des origines jusqu'à l'avènement des dynasties autonomes (ier-iiie s./viie-xie s.), Tunis.

al-Ganad (I.)

1991 : Étude géologique et métallogénique du gisement Zn-Pb-Ag de Jabalî (bordure sud du bassin de Wâdî al-Jawf, République du Yémen), thèse de doctorat, université d'Orléans, 173 p.

al-Ganad (I.), Lagny (Ph.), Lescuyer (J.-L.) & Ramboz (C.)

1994 : « Jabali, a Zn-Pb-(Ag) carbonate-hosted deposit associated with Late Jurassic rifting in Yemen », Mineral Deposit, n° 29, p. 44-56.

Godet (E.)

1986 : « Bilan des recherches récentes en numismatiques axoumites », Revue numismatique, 6e série, xviii.

Himly (F.-J.)

1955 : « Y a-t-il emprise musulmane sur l'économie des États européens du viiie au xe siècle ? » Schweizerische Zeitschrift für Geschichte, n° 5.

Hodges (R.) & Whitehouse (D.)

1996 : Mahomet, Charlemagne et les origines de l'Europe, trad. Morrisson (C.), Paris.

Kay (H. C.)

1892 : Yaman, its Early Medieval History, Londres.

Leroy (M.)

1997 : La sidérurgie en Lorraine avant le haut-fourneau. L'utilisation du minerai de fer oolithique en réduction directe, Paris.

Lowick (Nicholas)

1983: « The mint of Sana'a: a historical outline », in R. B. Serjeant & R. Lewcock (éds), San`â'. An Arabian Islamic City, Londres, p. 303-309.

Rex Smith (G.)

1983: « The Early and Medieval History of Sana`â', ca. 622-953/1515 », in R. B. Serjeant & R. Lewcock (éds), San`â'. An Arabian Islamic City, Londres, p. 49-67.

Robin (Chr.)

1987 : « The mine of ar-Radrâd: Al-Hamdânî and the silver of the Yemen », in W. Daum (éd.), Yemen, 3000 year of Art and Civilisation in Arabia Felix, Innsbruck/Francfort-sur-le-Main, , p. 123-124.

Téreygeol (Fl.)

2001 : Les mines d'argent carolingiennes de Melle, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Van Arendonk (C.)

1960 : Les débuts de l'imâmat zaidite au Yémen, Leyde.

Haut de page

Notes

1 Al-Hamdânî, Kitâb al-jawharatayn al-`atîqatayn al-mâ'i`atayn min al-safrâ' wa-l-baydâ'.
2 Robin, 1987.
3 Cette mission a été rendue possible grâce à la collaboration de :

- ministère de la Culture, Direction générale des antiquités et des musées et son directeur Yûsuf `Abd Allâh ;

- Geological Survey & Mineral Resources Board et son directeur Ismail N. Al-Ganad ;

- le Centre français d'archéologie et de sciences sociales de Sanaa et son directeur Jean Lambert ;

- `Abd al-Rabb Sinân Abû Luhûm, entrepreneur ;

- la compagnie ZincOx et son manager Brett Grist ;

- Mounir Arbach, chercheur au CEFAS.

4 Al-Hamdânî désigne le qaraz - ou qarad - comme le meilleur combustible pour fabriquer le charbon employé dans les fours yéménites, al-Hamdânî, éd. Toll, p. 268-269 et 276-277 ; éd. `Abd Allâh, p. 186 et 190.
5 La carte dressée par le BRGM donne à ces cours d'eau les noms de wâdî Khâniq et de wâdî Jabalî, le nom de wâdî Khâniq étant donné par les habitants à tous les cours d'eau du bassin.
6 Al-Ganad & al. 1994. Christmann & al. 1983.
7 Al-Ganad 1991.
8 La concession appartient actuellement à la compagnie ZincOx Resources plc. Basée à Londres, elle possède un bureau à Sanaa. Elle a construit des logements pour les prospecteurs près d'un des trois camps militaires qui protègent le site, logements où la mission archéologique a été hébergée.
9 Al-Hamdânî, éd. Toll, p. 144-147 ; éd. `Abd Allâh, p. 124-125.
10 Gouverneur de Sanaa, fils du fondateur de la dynastie des Yu`firides, assassiné par son propre fils Ibrâhîm dans un minaret de la mosquée de Shibâm en 269/882-3 - cf. Rex Smith 1983, p. 55, d'après `Imâd al-Dîn Idrîs, Kanz - ou en 270/883-4 - cf. van Arendonk 1960, p. 115-116, d'après al-Khazrajî, Kifâya. La date de 279/892-3, donnée par Kay 1892, p. 225 (d'après al-Janadî), est erronée (confusion avec la mort d'Ibrâhîm).
11 Jâhiliyya : époque préislamique.
12 Soit plus de 800 tonnes par semaines. Ce rendement est donné à titre indicatif et ne doit en aucun cas être pris au pied de la lettre, dans la mesure où le calcul repose sur des données modernes sûrement très éloignées des réalités techniques des premiers siècles de l'Islam. L'expérience a montré qu'en se concentrant sur le minerai et en limitant l'abattage des roches stériles, il était possible de diminuer d'un facteur dix la quantité de roche à extraire pour une même quantité d'argent. Nous ne tenons pas compte non plus de la probable exagération de l'auteur.
13 Christmann & al. 1983, p. 31.
14 Il s'agirait cette fois d'extraire le zinc et non plus l'argent ou le plomb.
15 Ces données sont recueillies sur le terrain. La prospection du BRGM a donné un puits de 26 mètres dans la zone de préparation du minerai. Ce puits existe encore mais il n'a pas été possible de s'en approcher pour des raisons de sécurité.
16 Il s'agit d'objets appartenant, d'une part, à la collection conservée au Geological Survey and Mineral Resources Board et, d'autre part, à une collection privée. Si l'attribution à Jabalî est assurée par les détenteurs de ces objets, il est impossible en revanche de connaître l'emplacement exact de leur découverte.
17 Conophagos 1980, p. 224-273. L'auteur montre comment l'eau était recyclée après usage dans des laveries planes ou circulaires. Le système comportait d'importantes citernes, dont l'équivalent n'a pas été retrouvé à Jabalî.
18 Téreygeol 2001, p. 333.
19 Téreygeol 2001, p. 351 ; Benoit 1997, p. 68-72.
20 Par exemple, Leroy 1997, p. 121 et 136. Les fours de réduction de minerais non-ferreux du xvie siècle présentés par Agricola 1987 sont construits en briques ou en pierres et enduits d'argile à l'intérieur, p. 290-291 et 310-313.
21 Téreygeol 2001, p. 444 et 453.
22 Al-Hamdânî consacre à cette opération le chapitre xxii de son ouvrage, « Bâb ikhlâs al-fidda ».
23 Les seuls vestiges d'habitat perceptibles se situent sur un replat au sud du wâdî Khâniq ; ne restent en élévation que les ruines de cinq maisons, impossibles à dater sans fouille.
24 Étant donné l'inexpérience des membres de la mission, l'examen de la douzaine d'échantillons rapportés à Paris a été effectué par Claire Hardy-Guilbert et Axelle Rougeulle, chercheurs CNRS, UMR 8084. Les auteurs les remercient de leur aide.
25 Au Moyen Âge, ce fut le cas, en particulier, de Brandes-en-Oisans dans les Alpes françaises au xive siècle, (Bailly-Maître & Bruno-Dupraz 1994) ; en Sardaigne, des villages furent totalement désertés lors de l'abandon des mines de zinc à la fin du xixe siècle. De tels exemples se retrouvent dans tous les pays où des mines se sont installées dans des zones pionnières.
26 Pour différents points de vue sur la signification et la datation de la circulation de l'argent dans l'Europe septentrionale, voir Blake 1937, p. 291-328 ; Bolin 1953, p. 5-39 ; Himly 1955, p. 31-81 ; Hodges & Whitehouse 1996, chapitre 5.
27 Certains voient dans l'argent du Yémen, et principalement celui provenant de cette mine, une source d'approvisionnement en métal blanc pour l'Éthiopie. L'hypothèse est tentante mais reste entièrement à démontrer : « On pourrait penser que l'argent provenait […] des mines du Yémen en activité jusqu'aux ixe-xe siècles », Godet 1986, p. 205.
28 Allan 1979, p. 13-17.
29 Al-Hamdânî, éd. Toll, p. 148-149 ; éd. `Abd Allâh, p. 126.
30 Lowick 1983, p. 303-309.
31 Daghfous 1995, p. 756-757.
32 Lowick 1983.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Benoit, Jean Féraud, Françoise Micheau et Florian Téreygeol, « Nouvelles recherches sur la mine d'al-Jabalî », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2005, consulté le 23 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/168 ; DOI : 10.4000/cy.168

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org