Navigation – Plan du site
Lectures

Sabina Antonini : La statuaria sudarabica in pietra

Nadia Ali

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité
Haut de page

Texte intégral

Université d'Aix-Marseille I

1Sabina Antonini

2La statuaria sudarabica in pietra

3122 pl. hors texte, appendice de Mounir Arbach sur les inscriptions inédites.

4Académie des inscriptions et belles-lettres - Istituto italiano per l'Africa e l'Oriente ;

5Rome, Distribuzione Herder, 2001, 212 p.

6Sans doute est-il superflu de vanter la qualité du volume, premier en date, récemment consacré par Sabina Antonini à la statuaire anthropomorphique sudarabique dans le cadre d'une série intitulée Répertoire iconographique sudarabique. Ce répertoire a pour objectif de publier le matériel archéologique sudarabique de manière systématique et ordonnée. L'apparition d'un premier volume sur les représentations anthropomorphiques sculptées de l'Arabie du Sud préislamique constitue un événement et ce pour au moins deux raisons. D'abord parce que, jusqu'à présent, ce domaine n'avait fait l'objet que d'études partielles ou de brèves descriptions issues des catalogues de musées ou d'expositions. C'est donc le premier ouvrage de synthèse sur le sujet. Ensuite, malgré les difficultés inhérentes au sujet, notamment en ce qui concerne la datation et la fonction du matériel, l'auteur adopte une approche d'historienne de l'art, c'est-à_dire qu'elle tente, grâce à des descriptions objectives, de mettre en évidence les caractéristiques plastiques et visuelles des représentations.

7Le livre est composé d'un avant-propos de Christian Robin, d'une préface d'Alessandro de Maigret, d'une introduction générale, d'une typologie en cinq parties, d'une bibliographie et de 122 planches ; en annexe se trouvent les inscriptions inédites gravées sur certaines représentations, traduites et commentées par Mounir Arbach. Dans cet ouvrage sont réunis sous forme de planches en noir et blanc les éléments d'une documentation jusque-là dispersée. L'abondance de l'illustration est particulièrement appréciable dans le cas de réalisations aussi mal connues que celles de l'Arabie du Sud. Pour constituer ce corpus, Sabina Antonini a dépouillé les publications et enquêté dans les collections publiques et privées. Le matériel ainsi collecté est situé dans une fourchette chronologique qui va du IIIe millénaire au ier siècle après J._C. Le choix d'une période où les influences extérieures, notamment gréco-romaines, sont encore peu perceptibles permet à l'auteur de dégager les spécificités et les caractéristiques intrinsèques d'une statuaire sudarabique autonome. Les figures présentées proviennent des sites suivants : Timna`, la nécropole de Hayd b. `Aqîl, le temple d'Awwâm à Ma'rib, Hajar b. Humayd, le temple de la Lune à Hurayda et le temple de Nakrah à Barâqish.

8La documentation visuelle s'accompagne d'un commentaire à la fois clair et précis. Les sites d'où proviennent les figures sont présentés dans l'introduction générale avec des informations sur leur occupation, leur situation géographique, l'historique des missions archéologiques et le matériel figuratif découvert. Cette introduction permet au lecteur peu familier avec le matériel sudarabique de le replacer dans son contexte. Ensuite, contrairement à ce qui se fait dans la plupart des publications sur l'archéologie sudarabique, l'auteur n'organise pas son répertoire en fonction des sites. En se fondant sur les caractéristiques formelles et objectives des représentations, en particulier la posture et la gestuelle, elle propose une typologie et un répertoire divisés en cinq catégories : les idoles, les figures assises, les figures debout, les bustes et les têtes. Toutes les pièces sont décrites brièvement et présentées avec toutes les informations les concernant, c'est-à_dire la provenance, le lieu de conservation, le matériau, les dimensions, la datation et la bibliographie.

9Cette abondante production figurative est décrite avec une insistance particulière sur les caractéristiques visuelles, telles que le traitement plastique, le type physique, la posture, la gestuelle et le vêtement. En se fondant sur un nombre significatif de figures, l'auteur parvient à mettre en évidence les évolutions stylistiques et les spécificités régionales. La typologie choisie lui permet d'apporter des éléments nouveaux concernant la fonction des figures, votive ou funéraire, et, dans certains cas, de suggérer de nouvelles datations. Cette typologie révèle également les constantes esthétiques de la statuaire sudarabique. Ces constantes, présentées en conclusion, sont : la dimension réduite des figures, la frontalité, la symétrie, l'expression figée, le corps conçu comme un support de la tête et non comme un reflet de la nature, l'unité géométrique et l'immobilité. Sabina Antonini suggère des rapprochements entres ces caractéristiques intrinsèques et d'autres formes d'art, telles que l'architecture. À la suite d'Erwin Panofsky qui, dans son essai sur l'histoire des proportions humaines, concevait les représentations anthropomorphiques comme des miroirs de style d'une époque ou d'une civilisation, Sabina Antonini parle d'un « sentimento artistico sudarabico ». Ce pourrait être le point de départ de prochaines études sur la perception du beau chez les anciens Arabes du nord, études rendues possibles par des travaux tels que ceux de Sabina Antonini. Elle nous offre en effet un instrument de travail et un ouvrage de référence pour qui s'intéresse à la civilisation de l'Arabie méridionale préislamique et, peut-être, pour les historiens de l'art des débuts de l'Islam, longtemps découragés par l'opacité des travaux sur le matériel archéologique découvert en Arabie du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Ali, « Sabina Antonini : La statuaria sudarabica in pietra », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 17 janvier 2005, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/166 ; DOI : 10.4000/cy.166

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org