Navigation – Plan du site
Sociétés

Les lûkanda de Sanaa. Structures urbaines d'intégration sociale pour les travailleurs migrants ?

Vincent Martignon

Texte intégral

EMAM (URBAMA), CEFAS. Vincent Martignon prépare à l'EMAM un doctorat de géographie sous la direction de Pierre Signoles.

1 « - Ce que je préfère, c'est la vieille ville, elle est ancienne.

2 - Pourquoi est-ce important que ce soit ancien ?

3 - Parce que c'est l'architecture du Yémen.

4 - Cela ressemble un peu au village ?

5 - Sanaa est la mère du Yémen, alors elle a des petits villages qui lui ressemblent. »

6(Extrait d'entretien dans une lûkanda de Sanaa,

7à l'extrémité sud de la rue de Hadda1.)

8Pendant la révolution industrielle que connut l'Europe au xixe siècle, les garnis parisiens accueillaient les migrants venus de tout le pays pour chercher un emploi. Ces migrants, mais aussi leurs successeurs et leur descendance, allaient former la plus grande partie des Parisiens d'aujourd'hui. Comme les garnis parisiens, les lûkanda sont ouvertes à ceux qui viennent tenter leur chance sur le marché de l'emploi à Sanaa.

9Au cours des dernières décennies, le Yémen a connu un afflux massif de populations rurales vers les centres urbains. Cette accélération des mouvements internes campagne-ville s'explique d'abord par la situation économique du pays, mais aussi par son contexte historique. En effet, avant la guerre du Golfe de 1991, de nombreux Yéménites travaillaient en Arabie Saoudite. La prise de position du Yémen durant ce conflit provoqua le renvoi de plus de 700 000 personnes du pays voisin vers leur pays d'origine. Ce retour entraîna un accroissement instantané de la main-d'œuvre. À cette époque, le pays avait le taux d'urbanisation le plus faible de la péninsule Arabique, en même temps qu'il comptait la population la plus nombreuse. L'augmentation du nombre de lûkanda dans la capitale est contemporaine de cette phase de retour des migrants établis en Arabie Saoudite, qui choisirent, pour la plupart, de s'établir à Sanaa.

10Ces lieux paraissent donc particulièrement propices à une enquête géographique sur l'accès à la ville et l'insertion en milieu urbain. Nous avons pu, après avoir établi et localisé une liste non exhaustive de quatre-vingts établissements, y interroger cent cinquante personnes, gérants ou locataires, entre janvier et mars 2002. C'est de ces entretiens2 et du recoupement entre les données ainsi récoltées et une littérature scientifique diversifiée que nous avons tiré les informations et interrogations exposées dans ce texte.

11S'interroger sur les particularités du mode local d'intégration des migrants d'origine rurale à Sanaa oblige dans un premier temps à une réflexion sur la nature des lûkanda et de leur population locatrice. Cette dernière nous permet de poser les bases nécessaires à la compréhension du comportement socio-spatial des migrants, avant d'aborder les questions de citadinisation, pour saisir l'évolution de cette notion après les travaux de Franck Mermier3, et les questions d'intégration à proprement parler.

12Les lûkanda de Sanaa, présentation, logique d'implantation et peuplement

13De la samsara à la lûkanda

14Au Yémen, deux formes traditionnelles d'hébergement sont comparables aux lûkanda actuelles. Il s'agit des samsara et des qahwa4. Les premières avaient une clientèle de marchands et se situaient au cœur des villes. Elles accueillaient les commerçants itinérants, leurs marchandises et leurs bêtes. Elles leurs permettaient de stocker leurs biens en ville et d'y résider le temps nécessaire à leur négoce. Les qahwa, quant à elles, accueillaient les voyageurs et se situaient en dehors des villes, à leurs portes et dans les campagnes. Il semble d'ailleurs que cette forme subsiste encore aujourd'hui dans les campagnes yéménites. La nuit, la coexistence de ces deux structures hôtelières permettait aux villes de fermer leurs portes aux voyageurs. Les commerçants demeurant temporairement dans le centre étaient placés sous la responsabilité des chefs de souk.

15À partir des années 1960, plus particulièrement après la révolution de 1962, la ville s'étend doucement en dehors de ses murs. La population commence à affluer de l'ensemble du pays vers Sanaa. C'est également à cette période que se répand le terme lûkanda, d'origine italienne, parvenu au Yémen par l'Égypte et la Turquie.

16Dès 1980, la vieille ville est entourée par une ville moderne. Les marchandises circulant en camion ne parviennent plus aux aires de stockage de la vieille ville, desservies par des réseaux de ruelles impraticables pour ces véhicules. Les samsara perdent leur utilité au profit d'entrepôts situés en dehors de la ville, sur les grands axes de pénétration. Ces samsara sont alors souvent laissées à l'abandon, utilisées comme points de vente (comme la samsarat al-qât ou celle du sûq al-zabîb5), réhabilitées à des fins touristiques et culturelles ou, plus rarement, utilisées comme lûkanda.

17En 1991, le retour forcé de la population yéménite installée en Arabie Saoudite est à l'origine de la multiplication des lûkanda à Sanaa. En effet, avant de revenir au Yémen, de nombreux émigrés avaient pris l'habitude de se faire héberger chez leur compatriotes restaurateurs afin d'économiser le montant d'un loyer. Le principe est donc celui de la qahwa, mais le terme employé pour les désigner est lûkanda.

18Les pièces destinées à devenir lûkanda sont remaniées, parfois divisées par des murets d'environ quarante centimètres de haut, servant de dossier aux clients ou cloisonnant de petits mafraj (voir fig. 1). Elles servent à présent de dortoir. Les chambres, quand elles existent, servent à accueillir les groupes ou, dans de rares cas, à accueillir les familles. Elles sont louées au prix unique de la chambrée6. Lorsque les pièces ne sont pas divisées en travées, elles sont meublées de lits métalliques surélevés d'environ un mètre par rapport au niveau du sol, permettant ainsi de regarder la télévision depuis n'importe quel point de la pièce, tout en évitant les éventuels rongeurs (voir fig. 2). Aujourd'hui, les lûkanda forment donc des dortoirs urbains, intermédiaires entre la rue et l'hôtel bon marché. Elles accueillent également les consommateurs de qat, qui viennent profiter de la télévision pour 20 riyals yéménites l'après-midi. Il leur suffit d'apporter leur qat et de s'installer avec les autres pour ne pas qater seul. Les services qu'on y rend se réduisent à la vente de thé ou de boissons fraîches, à la garde des objets de valeur par le gérant des lieux7 et à l'accueil de ceux qui peuvent s'acquitter du montant nécessaire pour y passer la nuit (50 riyals yéménites par lit, soit moins de 0,25 euros).

19Les familles représentent une clientèle potentielle mais encore peu habituée à ce type de logements. Leur séjour y est de courte durée et la présence de femmes n'est encore que très rarement admise. Ces femmes se doivent de rester dans leur chambre ou de n'en sortir qu'accompagnées de leur mari ou de leurs enfants pour éviter tout malentendu. La population locatrice est donc essentiellement masculine et ouvrière.

20Une logique d'implantation récente

21Avec le retour forcé des travailleurs d'Arabie Saoudite en 1991, la multiplication de ces établissements a forcé les gérants à s'adapter à l'afflux de la clientèle et à mettre au point de réelles stratégies d'implantation. Il est indéniable que certaines préférences spatiales entrent en jeu au moment du choix du lieu d'établissement.

22La concurrence qu'il peut y avoir entre deux lûkanda dont la proximité serait trop grande par rapport à l'abondance de la clientèle est, depuis peu, prise en compte, et les pancartes fleurissent pour indiquer l'emplacement des établissements. Le patron de l'une d'entre elles, située à Bâb al-Sabâh8, dans un ancien abattoir, déclare que s'il devait ouvrir un établissement similaire aujourd'hui, il ne l'ouvrirait pas sur la route de Taez (un des principaux axes de développement de Sanaa), à cause du nombre déjà élevé de concurrents, ni sur la route de l'aéroport (axe nord de la ville), à cause du manque de clientèle. Une logique marchande s'instaure donc dans cette activité. Celui qui désire ouvrir une lûkanda doit, depuis que la concurrence a fait son apparition, prendre en compte ces nouveaux facteurs pour pérenniser son activité. L'enquête nous a permis de dégager trois types de lûkanda. Cette catégorisation a été faite en fonction de leur lieu d'installation, des logiques qui gouvernent la stratégie d'implantation et de la nature de leur clientèle :

23- près d'un grand souk, comme les souks al-Hasaba ou Shumayla, les souks au qat, occupées essentiellement par la population travaillant dans ces souks ;

24- aux marges de la ville, zones de développement dans lesquelles les chantiers foisonnent, ou sur les principaux axes de la ville : route de Sa`da vers le nord-ouest, route de Taez vers le sud et route de Khawlân vers le sud-est, route de Hodeida vers l'ouest, dont la clientèle est ouvrière - la route de Ma'rib, vers le nord-est, ne se développant que discrètement et l'est de la ville étant bloqué par le jabal Nuqum - ;

25- au cœur de certains quartiers populaires, tels que le quartier Hâyil, à l'ouest du quartier al-Qâ` ou autour de la place al-Tahrîr, avec une clientèle mixte (commerçants, ouvriers, universitaires…).

26Le choix définitif d'un lieu d'installation suit différentes logiques. Ainsi, dans la majorité des cas, les gérants préfèrent aujourd'hui s'établir à proximité de plusieurs de ces lieux dont nous pouvons pressentir la centralité, pour s'assurer une clientèle abondante. La diversification de la clientèle entre alors en jeu, logique commerciale permettant de s'assurer un revenu quoi qu'il arrive (baisse du marché de l'emploi dans le bâtiment, mauvaise saison agricole ou autre événement risquant de faire baisser la clientèle).

27Cependant, les lûkanda sont peu nombreuses dans la vieille ville, et ce malgré la puissante attractivité du souk qu'elle renferme. Plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Le premier, historique, renvoie à la présence ancienne des samsara, dont les fonctions sont différentes. Le second semble être le changement de fonction du souk. En effet, le vieux centre a tendance à être délaissé par les populations aisées de la capitale et tout un pan de la population sanaanie préfère désormais les grands supermarchés installés plus en périphérie de la ville. D'autre part, les grands entrepôts ont fui les ruelles. Loin de connaître une période de récession marquée, le vieux souk voit sa clientèle changer de nature. Il n'est plus le lieu principal où viendront les livreurs ou commerçants de gros, qui s'arrêteront de préférence dans les entrepôts excentrés que compte aujourd'hui Sanaa. Le dernier facteur est l'habitude et la possibilité qu'ont les vendeurs de dormir dans leur boutique pour ne pas avoir de loyer supplémentaire à payer. Ainsi, la clientèle des lûkanda n'est pas aussi présente dans la vieille ville qu'on aurait pu le pressentir.

28Nature de la clientèle

29Les locataires des lûkanda viennent pour travailler. Avant de commencer cette étude, nous avions envisagé que les migrations pouvaient être le fruit d'une volonté de changement, d'amélioration des conditions de vie, d'accès à la modernité. Il était donc supposé que ces migrations relevaient d'une stratégie résidentielle, répondant ainsi à un plan préétabli pour atteindre un objectif précis. Or les enquêtes ont rapidement infirmé cette hypothèse. Il y a bien un objectif mais ce dernier, plus prosaïque, se compte en riyals. Les migrants concernés par cette étude ne sont donc pas ces « papillons étourdis » par les lumières de la ville que l'on rencontre trop souvent dans la littérature scientifique traitant des migrations.

30« - Pourquoi êtes-vous parti d'al-Mahwît ?

31- Il n'y a pas de travail là-bas.

32- Pourquoi avez-vous choisi Sanaa ?

33- Il y a du travail, beaucoup, parce que c'est la capitale. »

34C'est vrai qu'on trouve du travail à Sanaa. Notre interlocuteur aurait pu préciser, comme certains n'ont pas manqué de le faire, qu'on en trouve plus qu'ailleurs et que c'est cette relativité qui fait la différence. Quelques-uns ont commencé par chercher du travail dans les villes proches de leur village. Cependant, ceux que nous avons pu rencontrer sont ceux qui n'y ont rien trouvé. Leurs discours sur les possibilités d'emploi sont donc souvent très similaires. En effet, les villes secondaires qui se développent ne sont pas encore capables d'intégrer cette main-d'œuvre. C'est pour cela que les migrants viennent ici. Ils n'entrevoient aucune chance d'arriver à leurs fins ailleurs. L'abondance de travail est donc une abondance relative, à mettre en parallèle avec celle de l'ensemble du pays.

35Souvent, les migrants interrogés ont un lopin de terre, qu'ils cultivent pendant la saison des pluies s'étalant de juin à août. Le reste du temps, il n'y a pas de travail pour eux dans les villages yéménites :

36« - Je viens de Wusâb, j'ai ma famille là-bas, mon épouse, mes enfants.

37- Vous y retournez souvent ?

38- Je reste trois ou quatre mois ici et puis un ou deux là-bas pour les voir, c'est tout.

39- Pourquoi en êtes-vous parti ?

40- Pour le travail. »

41Cette attitude correspond au schéma récurrent dans les lûkanda. Même lorsqu'ils pourraient faire l'aller-retour dans le week-end, les locataires ne le font que rarement. En effet, leur situation professionnelle est telle que, dans le meilleur des cas, ils ont une journée de repos par semaine s'ils travaillent dans le bâtiment mais n'en ont pas s'ils sont négociants ou cueilleurs de qat. Il est donc peu question de migrations pendulaires.

42Au village, une fois l'argent épuisé, le retour à Sanaa s'impose comme seule solution. La durée de leur séjour au village résultera donc de l'argent qu'ils ont pu gagner en travaillant à la capitale. Leurs séjours en ville dépendent également de la conjoncture économique du moment. L'importance du marché du travail lors de leur venue est un facteur primordial. L'habitude est alors de ne rester qu'une semaine à Sanaa sans travailler. Le séjour coûte cher et il faut le rentabiliser. S'il n'y a pas de travail, ils reviendront un ou deux mois plus tard, appauvris et extrêmement dépendants de l'offre. Ils formeront alors une main-d'œuvre facilement exploitable. Au rythme des mois qu'ils passent à Sanaa ou au village se surimpose celui des travaux agricoles pour ceux qui ont la chance d'avoir des terres et profitent de la saison des pluies pour les cultiver.

43Les migrants et la ville

44Centralité et perception de la ville

45« - Que faites-vous pendant les heures où vous ne travaillez pas ?

46- Je reste ici, je me repose.

47- Vous ne vous promenez pas à Sanaa ?

48- Juste pour aller au travail : lûkanda - travail - lûkanda.

49- Pour vous, Sanaa pourrait être réduite à ce quartier de la ville ?

50- Oui, il n'y a rien pour moi dans cette ville. Je n'aime rien dans Sanaa, le travail et c'est tout. »

51Lors des entretiens menés auprès des locataires, il s'est rapidement avéré que les déplacements étaient presque exclusivement stimulés par le travail : Sanaa représente l'espace-ressource, parfois celui de la dernière chance de trouver un travail rémunérateur. De ce fait, leur mobilité - volontairement réduite - dans la ville est, elle aussi, très fortement polarisée par certains types de lieux, que l'on qualifiera de « centraux » parce qu'incontournables. Il s'agit essentiellement des regroupements d'ouvriers, souvent localisés aux points nodaux de la ville, tels que les entrées de la vieille ville, les grandes places ou les carrefours formés par les principaux axes de circulation, incluant donc les nœuds commerciaux mis au jour par Jean-François Troin9.

52D'autres lieux ne peuvent être considérés comme centraux que pour la population locatrice des lûkanda ou pour les membres des catégories socioprofessionnelles équivalentes. C'est, à titre d'exemple, le cas du point de ralliement qui se trouve au sud-ouest du quartier al-Qâ`. Le nombre d'hommes qui s'y réunissent dans l'espoir de trouver un travail semble sans cesse croissant. Son attractivité en fait donc un lieu dont la centralité paraît inaltérable. De plus, comme le montre la figure 4, de tels lieux sont également des lieux d'implantation idéale pour de petits restaurants, des coiffeurs pour hommes, des magasins d'outillage… Chacun de ces lieux n'est pas individuellement incontournable, mais il s'agit bien d'une centralité particulière, attachée à une partie seulement de la population résidant, temporairement ou non, à Sanaa. Cette même centralité régit les lieux d'implantation des lûkanda, qui s'adaptent à l'évolution de la répartition spatiale de leur clientèle.

53De cette utilisation particulière de l'espace sanaani découle une accessibilité sociale restreinte qui pousse au développement d'une sous-culture urbaine chez les migrants. Cette sous-culture est donc indirectement le fruit de leur interprétation du milieu urbain, qui réduit Sanaa à un espace-ressource.

54La ville, espace-ressource

55La ville est, en effet, dans l'optique de cette étude, et dans celle de la population étudiée, vue comme espace-ressource, ici synonyme de survie. Nous gagnerions en clarté en qualifiant Sanaa d'« espace support aux ressources ». Les ressources dont il est question ne sont autres que les possibilités de travailler qu'offre la concentration des activités dans une ville centralisatrice. Ainsi, Sanaa - espace-ressource se comprend comme une somme de lieux permettant de puiser les expédients nécessaires à la vie des migrants. Les lieux sommés sont en fait des portions localisées d'un marché du travail fragmenté et organisé. La capitale est réduite à l'état de support à des pratiques particulières de l'urbain et son attractivité va dépendre de ce que chacun vient y chercher et de ce qu'elle est capable d'offrir. Cette possibilité de confondre espace urbain et espace-ressource ne concerne toutefois que la capitale et n'est pas généralisable. Cela se vérifie de manière notable dans les entretiens, dans la mesure où 47 % des personnes interrogées ont commencé par chercher dans d'autres villes, avant de se résigner à venir à Sanaa pour tenter leur chance.

56Dans ces conditions, comment les migrants s'intègrent-ils dans la ville ? Et pour y parvenir, quelle sorte de sentiment d'appartenance peuvent-ils développer en venant régulièrement en ville, s'adaptant à cette dernière chaque fois qu'ils y entrent, pour l'oublier aussitôt qu'ils en sortent ?

57L'intégration à la ville, un phénomène socio-spatial

58Dans le cas qui nous occupe, les migrants vivent en ville, fonctionnent dans l'espace urbain et connaissent « les codes de l'espace et de la société urbaine »10. Sont-ils pour autant citadins ? Peut-on considérer comme citadin celui qui, malgré une adhésion plus ou moins complète à ces codes, ne désire pas vivre en ville ? L'avenir, ils l'envisagent chez eux, dans leur village, et non en ville. Ils estiment pour la plupart être là dans une situation temporaire. Sanaa n'est pas envisagée comme espace de vie. Leur stratégie de vie dans la ville est très limitée dans le temps. Ils y vivent en attendant autre chose et n'ont, pour la plupart, aucune envie de s'y intégrer.

59Polarisation de l'espace, une lecture spatiale de l'intégration

60Cependant, par le simple fait de leur présence en ville, ils vivent des « expériences sociales et urbaines »11 particulières au milieu environnant, à l'ambiance de la ville. Il y a donc une adaptation, volontaire ou non, plus ou moins complète, au monde de la ville, en fonction des usages que l'on en fait. Sanaa devient un espace de vie, considéré comme l'univers quotidien des migrants. Elle participe à leur orientation, contient des informations participant à leur repérage. Si l'on peut considérer que chaque individu utilise des repères différents, on peut imaginer qu'à l'inverse, les nouveaux arrivants ont une lecture de la ville très comparable. Certains éléments du milieu urbain vont être unanimement assimilés et former un espace de vie commun à l'ensemble des migrants. Dans la mesure où ces derniers font leurs premiers pas dans la ville, leurs références seront d'autant plus comparables que leur venue en ville sera récente.

61À ce sujet, Isaac Joseph12 souligne que l'arrivant en ville est dépolarisé, qu'il n'a plus de repères. Puis, très rapidement, la ville va être extrêmement polarisée par des lieux d'abord peu nombreux pratiqués par l'arrivant. Par la suite, le nouveau venu va peu à peu se détacher de ces points particuliers et utiliser des repères et des parcours qui lui seront propres. La ville polycentrique serait alors celle des individus qui y sont accoutumés. La polycentralité d'une ville correspondrait donc à un moment de la vie urbaine, où un individu ne croise plus des visages inconnus mais des visages accessibles, ceux de personnes appartenant au même groupe que lui, ceux qui ont territorialisé l'espace urbain ou qui s'y sont territorialisés. C'est le moment où l'individu sent qu'il participe à la société urbaine ou en ressent le désir. Les personnes rencontrées lors de cette étude n'en sont pas là. Après de nombreuses années passées en aller-retour entre Sanaa et leur village d'origine, la ville reste extrêmement polarisée. On l'a vu, Sanaa n'a, en elle-même, aucune importance pour eux. Ils y établissent un territoire que l'on pourrait qualifier de bipolaire, fruit de leur vision restrictive de la ville. En effet, ces migrants se détachent très rarement de leur lieu de travail et de leur lieu d'habitation, où que ces derniers soient situés dans la ville. Ainsi, cette lecture commune, qui reste celle des premiers temps dans la ville, va induire chez eux certains comportements spatiaux comparables par les repères que l'on y trouve. Cette vision de l'espace urbain va influer directement sur leur socialisation.

62Nous entendrons ici la socialisation comme l'apprentissage et l'intériorisation des valeurs, attitudes, comportements et normes d'une société ou d'un groupe social. Plus précisément, et dans le cas spécifique de la venue des migrants d'origine rurale à Sanaa, elle consiste en l'acquisition de la culture urbaine sanaanie. Ainsi, citadinisation et socialisation en milieu urbain deviennent comparables.

63Citadinisation et socialisation, composantes du concept d'intégration en milieu urbain

64Citadinisation et socialisation restent, à notre avis, des composantes de l'intégration. Cette dernière nécessite à la fois la collaboration du migrant et celle de la cité, qui doit accepter le nouveau membre. L'implication du migrant dans le processus d'intégration ne garantit pas celle de la société urbaine. On comprend dès lors qu'il puisse y avoir citadinisation sans intégration. La citadinisation est bien une étape essentielle dans l'intégration des migrants aux sociétés urbaines, mais elle n'est pas suffisante.

65La citadinisation peut également être entendue comme l'acquisition d'un rôle social. Ulf Hannerz13 considère que le rôle d'un individu dépend des situations auxquelles il est confronté. Hannerz a dégagé cinq types de rapports sociaux, dans lesquels un même individu peut avoir une multiplicité de rôles. L'intensité des rapports, et donc l'éventail des rôles sociaux tenus par un individu, vont alors dépendre de l'exposition, de l'accessibilité sociale de l'individu. Or, ces dernières sont extrêmement réduites dans le cas des locataires des lûkanda, compromettant l'acquisition d'un rôle social ou son évolution. De ce fait, leur citadinisation est aussi contrariée. En effet, l'espace social des locataires des lûkanda reste lié au lieu d'origine, où les bases sont sûres, solides. Cependant, les lûkanda sont des lieux d'apprentissage. On y intègre les règles de la vie en ville. Ces règles à intégrer concernent le commerce, les fournisseurs et les souks, les emplacements à utiliser, les regroupements d'ouvriers, les employeurs… Mais cet apprentissage ne suffit pas pour que nous puissions parler ici de socialisation. La ville reste essentiellement un espace professionnel pour ces migrants. Cela correspond d'ailleurs à leurs attentes. Ainsi, ils auront beau vivre plus de six mois par an à Sanaa depuis dix ans ou plus, leur région d'origine n'en restera pas moins la référence permanente de leur identité. Ils restent avant tout des membres reconnus de leur communauté villageoise. Là-bas, ils bénéficient des réseaux entretenus par leur communauté.

66Ce trait particulier de la vie des migrants est mis en valeur dans les entretiens quand certains disent de la ville qu'« on y trouve tout mais qu'on doit tout faire seul ». Au village, il y a toujours un voisin, un ami ou un membre de sa famille à qui demander ce dont on a besoin. Malgré tout, certaines amitiés y naissent, et « mes doigts ne sont pas tous de la même taille, dans les lûkanda, il y a de tout. On rencontre des gens qui sont plus proches que des frères ». De ce fait, même si les mouvements migratoires vers Sanaa vont croissant et que les schémas migratoires sont plus complexes et plus variés, le comportement face à la ville reste le même. La ville demeure cet espace-ressource de la dernière chance et Sanaa un espace professionnel, sans autre fonction pour les migrants rencontrés lors de notre enquête.

67La croissance de ces flux et la variété des schémas migratoires peuvent en partie être imputés à l'existence de réseaux.

68Socialisation et réseaux d'intégration

69Les réseaux pourraient être réduits à la combinaison et à l'articulation des relations entrecroisées entretenues par chaque individu. Ulf Hannerz14 compare les réseaux aux chaînes de correspondants. Ceux qui retiendront ici notre attention concernent la mobilité et l'accueil des migrants. Les exemples présentés ont montré que, sans relations préexistantes, la situation dans les villes est particulièrement difficile pour les nouveaux arrivants, quoi qu'ils soient venus chercher.

70Ces réseaux entretenus par les migrants entre leur zone d'origine et leur lieu de destination sont communément attribués à la présence de liens anciens entre les deux zones. Leur origine est souvent commerciale car les premiers liens unissant la ville à la campagne n'étaient autres que commerciaux. Ces liens seraient alors le fruit de l'attitude téméraire d'anciens membres de la communauté, partis plusieurs années auparavant s'installer dans le lieu aujourd'hui visé. C'est de cette installation et d'une habitude récurrente chez les migrants que sont nés les réseaux et les connexions entre un village et une ville, par exemple, et dans tous les cas entre une zone émettrice et une zone réceptrice. Nous devons remarquer que chacune des deux zones peut jouer alternativement les deux rôles en fonction des circonstances. La zone réceptrice deviendra alors émettrice et réciproquement.

71Les réseaux sont le fruit des premiers départs et des retours réguliers à la communauté d'origine ou, au moins, des contacts entretenus. Les grandes fêtes familiales ou religieuses sont presque toujours l'occasion d'un retour dans la région d'origine. De même, elles sont l'occasion de resserrer les liens qui pourraient se relâcher avec la distance. Ces réseaux forment alors des « groupes de solidarité », sollicités dès que la migration devient nécessaire à la communauté. Lorsque de telles structures sociales existent, les migrations ne se font pas au hasard. Il y a toujours un membre de la communauté installé quelque part qui pourra aider le migrant, le loger, et l'assister dans la région d'accueil. C'est là le principal rôle du réseau, venir en aide aux membres de la communauté, les aider à commencer, leur transmettre les connaissances utiles, les insérer. De plus, les métiers exercés sont souvent en rapport avec les activités courantes de la communauté. Il existe donc un arrière-plan commun entre ceux qui ont migré de manière presque définitive, ceux qui font des allers-retours en fonction de leurs besoins et ceux qui ne bougeront pas de leur région d'origine.

72Cependant, malgré la nature des mouvements migratoire de la population rencontrée lors de notre étude de terrain, la base commune n'est pas suffisante pour évoquer ouvertement de réels réseaux, structures d'entraide et d'intégration. Cette particularité est l'un des traits essentiels des locataires des lûkanda, qui n'ont pas accès à ces réseaux d'intégration. La question reste ouverte quant aux raisons qui les excluent des groupes de solidarité, généralement très présents dans l'analyse des migrations.

73Conclusion

74Forme évolutive des samsara et des qahwa, les lûkanda se répandent dans la ville suivant une logique commerciale de plus en plus accomplie. Pour leur clientèle, la capitale est désincarnée et réduite à l'état de support des pratiques particulières de l'urbain. Elle devient un contenant dont l'attractivité va dépendre à la fois de l'identité individuelle, de ce que chacun vient y chercher et de ce qu'elle est capable d'offrir. C'est cette capacité d'offre et son importance dans la venue des migrants qui nous poussent à qualifier la ville d'espace-ressource.

75Peuplées de migrants venus tenter leur chance dans la capitale, les lûkanda contribuent à la réalité de Sanaa-espace-ressource, car elles minimisent l'investissement financier que représente la migration, rendant l'objectif pécuniaire plus accessible.

76Malgré une telle réduction de l'espace urbain, nous avons pu dégager des formes de territorialisation, des marques d'ancrage. Ces dernières rendent les choses plus complexes. La volonté d'inscription dans l'espace peut, en effet, surprendre de la part d'une population qui n'attend rien de la ville, sinon qu'elle réponde positivement à sa demande d'emploi. Mais c'est justement par cette recherche que les migrants vont se territorialiser à Sanaa. C'est encore elle qui détermine la forme morcelée du territoire urbain des migrants. Cela nous permet, d'ailleurs, de noter une limite du pouvoir inducteur de la ville, tant il est ici conditionné par l'état d'esprit des migrants.

77Parallèlement, ils développent une certaine citadinité, s'adaptent plus ou moins au cadre de vie urbain qui est momentanément le leur. Il semble qu'ils aient à franchir nombre d'étapes, de seuils, pour devenir pleinement citadins. De ce fait, s'ils sont en cours de citadinisation, ils restent encore bien loin de la citoyenneté urbaine, notion habituellement liée à celle de citadinité.

78L'appartenance communautaire est alors une notion clé. En effet, si le migrant veut s'imprégner du milieu et de la culture urbaine pour s'intégrer à la société de sa ville d'accueil, il devra se délester, en partie au moins, de cette appartenance. Cette dernière peut s'avérer être un véritable frein à ses projets. Il doit s'en détacher. Il y a donc une véritable stratégie identitaire en jeu lors des migrations. Le réseau ne doit alors être qu'une aide, un soutien, avant que le migrant puisse à nouveau en devenir « membre actif » et, à son tour, faciliter l'arrivée des nouveaux migrants.

79L'image souvent dévalorisante attribuée au migrant peut, elle aussi, être un frein à son intégration dans le monde du travail et dans la vie urbaine. Il n'en demeure pas moins une pièce du « puzzle social » de la ville. En effet, la ville et la société urbaine se bâtissent en partie grâce à cette image de l'Autre, celui que l'on ne considère pas comme un des nôtres. Le migrant est alors un repère, presque un point de mesure dans l'échelle sociale de la ville, dont il serait le barreau le plus bas. Cependant, il est dans la ville et reste une figure de cette dernière, au même titre que le notable. Il y tient une place, certes peu enviable, mais certaine.

80Dans cette phase de socialisation et de citadinisation du migrant, les mobilités professionnelles, résidentielles et sociales jouent un rôle prépondérant. Elles lui permettront, par exemple, d'accéder à la ville dans sa globalité. Qu'il s'agisse d'une participation au débat public ou d'un accès aux services publics, elles vont être un facteur déterminant des niveaux d'accès à la ville par le migrant. Il est donc important qu'il diversifie ses réseaux de socialisation s'il veut s'intégrer pleinement et ne pas se contenter de s'enfermer dans un milieu ou une communauté.

81Cependant, être citadin n'implique pas que l'on soit intégré à la société urbaine. En effet, un individu peut acquérir les caractéristiques sociales d'un groupe sans jamais en faire partie, par choix ou par rejet.

82De même, la polarisation de l'espace, la territorialisation de l'individu et la perception de l'espace par ce dernier sont, selon nous, extrêmement liées. La mise en valeur de ces liens nous semble être un outil à développer pour comprendre la manière dont les migrants assimilent la ville. Liée à l'analyse de la citadinisation et de la socialisation en milieu urbain, nous lui accordons le plus grand crédit en tant qu'outil de travail sur les structures socio-géographiques des villes et de compréhension de la société sanaanie.

Haut de page

Bibliographie

Berry-Chikhaoui (Isabelle)

1996 : « Devenir citadin et (ré)inventer la ville : l'exemple des habitants du faubourg sud de la médina de Tunis », in Michel Lussault & Pierre Signoles (dir.), La Citadinité en questions, Fascicule de recherche n° 29 d'URBAMA, Tours.

Gervais-Lambony (Philippe)

1990-1991 : « Pour une analyse comparative de l'urbanité en Afrique noire. Les cas de Lomé (Togo) et de Harare (Zimbabwe) à travers leurs quartiers », L'Année africaine, 1990-1991, p. 393-430.

Grandguillaume (Gilbert), Mermier (Franck) & Troin (Jean-François) dir.

1995 : Sanaa hors les murs : une ville contemporaine, URBAMA-CFEY, coll. « Villes du monde arabe », Tours.

Hannerz (Ulf)

1983 : Explorer la ville, éditions de Minuit, coll. « Le Sens commun », Paris.

Joseph (Isaac)

1984 : Le Passant considérable. Essai sur la dispersion de l'espace public, Librairie des Méridiens, Paris.

Martignon (Vincent)

2002 : Accès et insertion des migrants à la ville, le cas des lokandas de Sanaa, Yémen, mémoire de recherche de DEA, sous la direction de Mme Anna Madœuf, Université de Tours / URBAMA.

Mermier (Franck)

1989 : « De l'usage d'un concept : la citadinité à Sanaa », Peuples Méditerranéens, n° 46 : Yémen Sanaa, p. 31-48.

Haut de page

Notes

1 Les lieux cités figurent sur la carte de repérage (fig. 3).
2 Ces entretiens traitaient de la mobilité et de la perception du milieu urbain et sanaani en particulier. Ils ont été réalisés dans le cadre d'un DEA de géographie dont cet article se veut un résumé (voir Martignon 2002).
3 Mermier 1989.
4 Samsara vient de « simsâr », courtier, et qahwa signifie café.
5 Souk au raisin sec.
6 Généralement, elles sont louées 200 riyals yéménites, soit environ un euro par nuitée.
7 Souvent rendue obligatoire par le règlement intérieur des lûkanda.
8 Voir l'article de Roman Stadnicki dans ce numéro.
9 Grandguillaume, Mermier & Troin 1995, p. 29-33.
10 Gervais-Lambony 1990-1991.
11 Berry-Chikhaoui 1996.
12 Joseph 1984.
13 Hannerz 1983, p. 303.
14 Hannerz 1983, p. 209.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Martignon, « Les lûkanda de Sanaa. Structures urbaines d'intégration sociale pour les travailleurs migrants ? », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 17 janvier 2005, consulté le 21 août 2017. URL : http://cy.revues.org/162 ; DOI : 10.4000/cy.162

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org