Navigation – Plan du site
Histoires

La route caravanière de l’encens dans l’Arabie préislamique

Éléments d’information sur son itinéraire et sa chronologie
Alessandro de Maigret

Texte intégral

1Istituto universitario orientale di Napoli

2Le stade de développement avancé des civilisations méditerranéennes antiques, indéniablement, était dû en partie aux relations étroites qu’entretenaient ces civilisations avec l’autre grand bassin maritime de cette période, celui de la mer Érythrée - l’actuelle mer Arabique ou mer d’Oman1. Dans cette dernière, d’importants échanges commerciaux sont particulièrement bien documentés durant les périodes reculées (IIIe millénaire av. J.-C.) au sein des populations côtières établies entre l’ouest de l’Inde et l’Afrique de l’Est. Les relations commerciales entre la Mésopotamie sumérienne et Dilmun (Bahreïn), Magan (Oman) et Meluhha (vallée de l’Indus) n’en sont que les exemples les plus connus ; l’apparition de l’écriture et l’émergence de civilisations étatiques sont les conséquences les plus remarquables d’échanges aussi durables et importants.

3Cet apogée de la civilisation gagna le monde méditerranéen au début du premier millénaire avant l’ère chrétienne grâce aux Phéniciens qui, introduisant des produits et idées venues d’Orient, contribuèrent largement au développement de la culture grecque dans un premier temps, puis des cultures hellénistique et romaine. Les contacts avec les régions côtières de la mer Érythrée furent maintenus au-delà des guerres médiques (ve siècle av. J.-C.), alors que les civilisations méditerranéennes étaient déjà bien avancées dans un processus de développement autonome et complet : les contacts furent cette fois maintenus non seulement pour des raisons culturelles ou politiques mais aussi à des fins économiques et commerciales.

4Les relations entre les deux bassins maritimes, autrefois entravés par les blocs hégémoniques des empires assyrien puis perse (avec les Achéménides d’abord, puis avec les dynasties parthe et sassanide), perdurèrent grâce à la fameuse route commerciale caravanière s’étirant en bordure occidentale de la péninsule Arabique. Cette route - mieux connue sous le nom de « route caravanière de l’encens » - a été empruntée jusqu’à l’avènement de l’Islam, son usage s’atténuant toutefois à partir du premier siècle de l’ère chrétienne, lorsque la découverte du régime des moussons (par le navigateur grec Hyppalus, semble-t-il) entraîna l’ouverture d’une voie commerciale par la mer Rouge.

5De cette époque, un autre marin (l’auteur anonyme du récit intitulé Périple de la mer Érythrée) nous apporte de précieuses informations sur les ports et les différents produits échangés le long de cette voie2. Les biens achetés le long de la côte arabe (des épices et des aromates pour l’essentiel) étaient probablement identiques à ceux transportés vers le nord de la Péninsule par la voie terrestre et le monopole de leur commerce déterminait la richesse des populations autochtones. Les Sabéens, les Minéens, les Qatabanites, les Awsanites et les Hadramites, en tant qu’intermédiaires dans ce trafic commercial, fondèrent des États riches et puissants dans cette région reculée, connue des auteurs classiques sous le nom d’Arabia Felix. Ces royaumes prospérèrent durant près de quinze siècles, depuis l’époque de la rencontre biblique du roi Salomon avec la reine de Saba (xe siècle av. J.-C.) jusqu’à celle de la rupture finale du barrage sabéen de Ma’rib, mentionnée dans le Coran (viie siècle). Leur renommée était grande et leurs noms se trouvent fréquemment cités dans la littérature ancienne.

6En revanche, les références à la route caravanière de l’encens elle-même sont étonnamment rares et maigres. Paradoxalement, la route caravanière est à peine mentionnée, y compris dans les textes sudarabiques, où les événements politiques et militaires ainsi que les célébrations religieuses et les travaux architecturaux semblent être les seuls sujets dignes d’intérêt. À la lecture de ces textes, toutefois, on s’aperçoit que tout dans les anciens royaumes d’Arabie du Sud - de l’économie à la vie sociale et aux événements politiques - dépend et est issu de la réalité fondamentale que représente la route caravanière et son apport particulier et constant de richesses. Ce fait apparaît presque comme une évidence pour les populations sudarabiques.

7En dehors de l’Arabie du Sud, la mention la plus intéressante de cette route d’Arabie est un texte assyrien du roi de Sukhu, dans le moyen Euphrate, qui saisit une caravane de deux cents chameaux chargés de laine teinte de pourpre, de fer et d’albâtre3. Le texte remonte au viiie siècle av. J.-C. et prouve l’ancienneté de la route commerciale venant d’Arabie du Sud (dans ce cas précis, la caravane saisie à Sukhu était passée par Taymâ’ et probablement par Dûmat al-Jandal).

8Néanmoins, les sources rédigées par les auteurs classiques sont, sans conteste, les mieux connues. Le premier écrivain faisant mention du transport de l’encens est Érathostène de Cyrène (225-195 av. J.-C.). Cité par Strabon4, il dit que « les marchands voyagent d’Ælana [al-‘Aqaba] à Minæa [Jawf yéménite] en 70 jours »5. Agatharchides de Cnide (vers 132 av. J.-C.) fait une remarque intéressante : « Ceux [les populations arabes] qui vivent à proximité reçoivent un apport constant de cargaisons d’aromates et les délivrent de proche en proche jusqu’en Syrie et en Mésopotamie »6. Pline l’Ancien (23-79 de l’ère chrétienne) nous rapporte que l’encens est transporté depuis Sabota (Shabwa, capitale du Hadramaout) en direction du territoire des Gebbanites7 puis, de Tomna (Tamna‘), leur capitale, jusqu’à Gaza en 65 étapes8. Il ajoute que « les Minéens, dont le pays est traversé par l’étroite route de l’encens, constituent le peuple qui initia le commerce et qui le pratique majoritairement. Tout comme eux, le parfum était nommé “minéen” »9. Pline fait aussi l’inventaire des vingt-huit ethnies et villes rencontrées entre la frontière nabatéenne et le Yémen10. On suppose généralement que l’ordre des noms dans la liste pourrait renvoyer à l’itinéraire de la route de l’encens du nord au sud. Pour terminer, nous disposons du catalogue des toponymes de Claude Ptolémée (vers 150), seule véritable source topographique concernant l’intérieur de l’Arabie durant la période classique. Localiser les sites reste toutefois difficile en raison de l’imprécision des données de longitude11.

9Les études et les recherches de terrain, menées principalement au Yémen, ont enrichi notre connaissance de l’ancienne route, notamment celle des étapes comprises entre Bi’r ‘Alî (ancienne Qana’) et Shabwa. De là, passant par Tamna‘, Ma’rib (capitale du royaume de Saba’) et Ma‘în (capitale du royaume minéen), elle gagnait Najrân, au-delà de la frontière septentrionale du Yémen actuel12. De Najrân à Pétra (ou Ma‘ân après la chute du royaume nabatéen), la route, bien que relativement longue, n’a été ni décrite par les auteurs classiques ni reconstituée par les spécialistes locaux (notamment la portion allant de Najrân à Médine).

10Dès lors, quel fut l’itinéraire suivi par les caravanes préislamiques gagnant la mer Méditerranée depuis Najrân ? Nous pouvons nous essayer à une première hypothèse sur la base des données géographiques actuelles (voir les références sur les cartes jointes) et de maigres informations disponibles dans les sources historiques13.

11De Najrân (ancienne al-Ukhdûd), la route caravanière prenait la direction du nord, délaissant le wâdî Najrân en suivant le tracé approximatif de la route actuelle. Elle croisait le wâdî Habawna et, de là, contournant le jabal al-Qâra par l’est, elle rejoignait la région de Bi’r Himâ. Les nombreux graffiti et la célèbre inscription du roi himyarite Dhû-Nuwâs14, visibles sur les pentes du jabal al-Qâra et du jabal Kawkab, témoignent de la présence de cette ancienne voie15. Passé Bi’r Himâ, la route continuait en direction du jabal al-Wajîd, où elle se divisait en deux, partant d’un côté vers le nord-est en direction des oasis du wâdî al-Dawâsir, d’Aflâj, de Yamâma et de Gerrha, et de l’autre côté, au nord-ouest, en direction de Bîsha. Cette dernière route n’avait d’autre alternative que de longer le vaste jabal al-Qahr jusqu’à son extrémité, passant probablement par Bi’r Murayghân, où le roi abyssin Abrahâ, poursuivant les tribus arabes du nord en 54716, fit graver une inscription, puis par l’oasis de Tathlîth (la Laththa de Ptolémée). On ralliait Bîsha après deux étapes supplémentaires. Le jabal al-Thamala tout proche facilite l’identification de Bîsha avec la Thumala de Ptolémée. Jusque-là, la route caravanière couvrait près de 435 kilo­mètres depuis Najrân, parcourus en neuf étapes.

12Thumala franchie, les arrêts suivants étaient la Tabala de Ptolémée (actuelle Tabâla), Jarab et, la route suivant un long passage sédimentaire sur Harrat al-Buqûm jusqu’au wâdî Karâ17, al-‘Ulaba dans le wâdî Turba. Puis, contournant par l’est les montagnes de cette partie du Hédjaz et suivant plus ou moins le tracé de la route actuelle qui contourne Harrat Hadan, la caravane gagnait les puits de Bi’r ‘Ân (ou Hâthin) puis ‘Ukâz - bien connue pour avoir été un centre majeur de réunion annuelle pour les tribus préislamiques venues débattre de questions commerciales, politiques ou sociales, mais aussi pour ses joutes de prose et de poésie18. La Mecque, la Macoraba de Ptolémée, se trouve à trois jours de marche plus à l’ouest ; il est impensable que les caravanes ralliant la Méditerranée se soient détournées d’autant pour y faire étape. Ainsi, seuls les commerçants en route pour la Mecque laissaient la route principale derrière eux pour suivre celle qu’empruntèrent les pèlerins du Moyen Âge, route passant par Qurn al-Manâzil (aujourd’hui al-Sayl al-Kabîr) et al-Zayma. De Bîsha à ‘Ukâz, près de 260 kilo­mètres étaient ainsi parcourus en six jours de marche.

13À partir de ‘Ukâz, la caravane pénétrait dans la vallée de Sahl Rukba, un large corridor délimité, à l’ouest, par les vastes et hauts plateaux volcaniques de Harrat Rahât et, à l’est, par les coulées basaltiques de Harrat Hadan et de Harrat Kishb. Au cours de la période islamique, cette vallée fut également empruntée par les caravanes en provenance de Kûfa en Iraq (Darb Zubayda). Les deux routes comprenaient vraisemblablement les mêmes haltes entre Birkat al-Kharâba et Mahd al-Dhahab. De là, la route caravanière gagnait Yathrib (actuelle Médine) en contournant les franges septentrionales de Harrat Rahât. La distance de ‘Ukâz à Yathrib (425 kilo­mètres) était couverte en dix jours.

14La première halte après Yathrib devait se trouver dans l’oasis de Buwât. À cet endroit, les vestiges de la voie de chemin de fer ottomane reliant Médine à Damas sont implantés à côté de la route, comme une preuve du fait qu’aucun itinéraire alternatif n’était possible. Après deux ou trois étapes supplémentaires - l’une à al-Buwayr (peut-être la Aluara de Ptolémée) - nous gagnons le bassin de al-Dulay‘a, avec le fort et les ruines d’Umm Darb, qui peuvent être associées à la Dhû Marwa médiévale, peut-être ce que Ptolémée nomme Mochura19. Ce centre était important en tant que point de départ de la route menant à la mer en suivant la vallée du wâdî al-Hamd20 jusque Ra’s Karkumâ (ancienne Leukê Kômê ?) au sud d’al-Wajih. Depuis Umm Darb, la route suivait le wâdî al-Jizl jusqu’au jabal Nahr puis, rejoignant la voie de chemin de fer Médine-Damas à l’est, elle se poursuivait jusque Dedân (actuelle al-Khurayba, à environ 10 kilo­mètres au nord d’al-‘Ulâ21). Yathrib était ainsi à environ 330 kilo­mètres de distance de Dedân. Cette distance était probablement couverte en sept jours de marche.

15Avec l’émergence de la puissance nabatéenne, la Dedân lihyanite perdit ses prérogatives politiques et commerciales et Hijra (Egra chez Strabon, Pline et Ptolémée ; actuelle Madâ’in Sâlih) devint le centre principal de la région d’al-‘Ulâ, véritable plaque tournante sur l’ancienne route du commerce caravanier. Là, à l’endroit aujourd’hui appelé Mabrak al-Nâqa (littéralement « le lieu où s’agenouille la chamelle »), partaient (ou convergeaient) la route menant au golfe Persique (Gerrha) en passant par Taymâ’ (Thaima), Dûmat al-Jandal (Dumaitha) et Hâ’il (Arre), et celle menant à Ra’s Dahakân (Zugana) sur la mer Rouge, à proximité de Dubâ, et rejoignant de là Elath (Elana) via Mughayr Shu‘ayb (Madian) et Haql (Agkale de Ptolémée).

16Au nord de Mabrak al-Nâqa, la route caravanière suivait le même itinéraire que celui suivi par le Darb al-Tabûkiyya islamique22. Après al-Aqrâ‘ (Achrua chez Ptolémée, près d’al-Mutallâ‘), certaines autres haltes devaient être les mêmes que celles mentionnées par de nombreux auteurs arabes : Dâr al-Hamrâ’, al-Mu‘azzam, Janâyan al-Qâzî, al-Akhdar, Tabûk. Cette dernière, probablement la Thapaua de Ptolémée23, était un autre nœud commercial important. Une route supplémentaire pour Elana partait de là (via Qurayya et le jabal Ramm), ainsi qu’une autre voie menant à Dûmat al-Jandal.

17Les étapes pour rallier Ma‘ân depuis Tabûk devraient pouvoir correspondre une nouvelle fois à celles de la route islamique de pèlerinage : al-Hazm (‘Arâ’id), Dhât Hajj (Hajar / Damna), al-Mudawwara (Surgh), ‘Aqabat al-Hijâziyya (Zahr al-‘Aqaba) et, pour finir, Ma‘ân, qui était le dernier poste et le dernier embranchement pour les caravanes à destination de la mer Méditerranée après la chute de Pétra. Depuis Dedân, on y arrivait en dix jours de marche, après avoir couvert 300 kilo­mètres. Il était ensuite possible de se rendre vers le nord à Udhruh (Adru chez Ptolémée), Amman et Damas, ou de gagner Gaza en trois jours de marche supplémentaires (près d’une centaine de kilomètres).

18Ainsi, la distance à couvrir pour gagner Ma‘ân depuis Najrân était, au total, d’environ 1 750 kilo­mètres, en près de 42 jours de marche. Si l’on y ajoute la distance pour rejoindre Najrân depuis Shabwa - via Tamna‘, Ma’rib, Qarnâw - (environ 710 kilo­mètres à couvrir en 17-21 jours) et celle pour gagner Gaza (100 kilo­mètres en trois jours), nous arrivons à un total de 2 560 kilo­mètres à parcourir en 62-66 jours. Nous voyons que nous ne sommes pas loin du chiffre de 65 étapes nécessaires d’après Pline pour couvrir la distance entre Tamna‘ et Gaza. Dans le tronçon que nous avons examiné, la distance moyenne parcourue en un jour de marche est de 41,6 kilomètres, ce qui correspond à la vitesse moyenne d’un voyage à dos de dromadaire en Arabie d’après les propos des voyageurs et explorateurs.

19Comme nous l’avons vu, la route caravanière de l’encens était vantée chez les auteurs classiques à partir du iiie siècle av. J.-C. Mais à partir de quand cette route fut-elle réellement empruntée ? La réponse est sujette à discussion, même si elle dépend manifestement de l’époque de la domestication du chameau. W. F. Albright posait comme postulat que le début de l’utilisation du chameau dans les caravanes se situait au xiie siècle av. J.-C.24 Cette date semble cependant trop reculée pour être acceptée comme contemporaine d’une utilisation régulière de la route de l’encens. En fait, une analyse des données archéologiques disponibles, provenant des anciennes villes-oasis situées le long de l’itinéraire de la voie caravanière, nous amène à rabaisser cette date : même s’ils demeurent maigres, les témoignages archéologiques de Najrân, Dedân et surtout ceux de Taymâ’ démontrent que l’essor de ces cités s’est produit vers le début du viiie siècle av. J.-C.25

20Ce n’est qu’au viiie siècle av. J.-C. que nous assistons à un essor culturel soudain, tant en Arabie du Sud qu’en Mésopotamie, et ceci pourrait confirmer - bien que de manière indirecte et générale - qu’une utilisation régulière de la route caravanière n’eut lieu qu’à cette période.

21La période qualifiée de « protohistoire sudarabique » (qui commença au cours du xiie siècle av. J.-C.) prit fin dans le Sud avec l’apparition soudaine de grands aménagements, tels que les remparts entourant et protégeant les cités, les temples monumentaux, les grandes inscriptions lapidaires, les statues de pierre et un assemblage céramique caractéristique. Les études stratigraphiques situent le début de cette phase précisément au cours du viiie siècle av. J.-C. À cette période, les royaumes devinrent de véritables États. Autour de 700 av. J.-C., le roi Karib’îl Watar b. Dhamar ‘Alî - pouvant très certainement être identifié avec le Karibilu mentionné dans les annales de Sennachérib - est déjà à la tête d’un véritable « empire sabéen », dont les frontières s’étendent de l’océan Indien et du Hadramaout jusqu’au ‘Asîr et aux hauts plateaux éthiopiens. Il semblerait logique de trouver, au cours de cette période, quelques pôles commerciaux sudarabiques déjà établis dans le Nord, dans la région de Dedân et de Taymâ’. Ceci expliquerait aussi les écrits du roi de Sukhu et de Tiglat-Phalazar III se rapportant au peuple sabéen.

22À la même période, les États du Nord tiraient également bénéfice de l’introduction des richesses économiques et culturelles en provenance des lointaines contrées méridionales (il n’est pas nécessaire de mentionner ici l’immense pouvoir politique de l’empire assyrien aux viiie et viie siècles av. J.-C.). La grande voie commerciale arabique n’aurait pu exister si chacun de ses protagonistes (États du Nord et États du Sud) n’avait pris conscience de la nécessité d’un commerce « international ». L’Arabie Heureuse autant que le Croissant fertile n’auraient peut-être pas atteint leur très haut niveau de civilisation sans l’apport à la fois socio-économique et culturel de l’illustre route caravanière de l’encens.

Haut de page

Bibliographie

Albright (W. F.)

1949 : « Books received by the author », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, n° 114, p. 12-19.

Avanzini (A.) éd.

1997 : Profumi d’Arabia. Atti del convegno, Saggi di storia antica 11, « L’Erma » di Bretschneider, Rome.

Cavigneaux (A.) & Ismail (B. K.)

1990 : « Die Statthalter von Suhu und Mari im 8. Jh. v. Chr. », Baghdader Mitteilungen, n° 21, p. 321-456.

Conti Rossini (K.)

1931 : Chrestomathia arabica meridionalis epigraphica, Istituto per l’Oriente, Rome.

Doughty (C. M.)

1888 : Travels in Arabia Deserta, Cambridge.

Forrer (L.)

1942 : Südarabien nach Al-Hamdânî’s „Beschreibung der arabischen Halbinsel“, Abhandlungen für die Kunde des Morgenlandes, n° 27,3, Leipzig.

Grohmann (A.)

1962 : Expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie. Textes épigraphiques. Arabic inscriptions, Bibliothèque du Muséon 50, Londres.

Groom (N.)

1981 : Frankincense and Myrrh. A Study of the Arabian Incense Trade, Londres.

Ingraham (M.), Johnson (T.), Rihani (B.) & Shatla (I.)

1981 : « Preliminary report on a reconnaissance survey of the Northwestern Province », Atlal, n° 5, p. 59-84.

de Maigret (A.)

1997 : « The frankincense road from Najrân to Ma‘ân: a hypothetical itinerary », in Avanzini 1997, p. 315-331.

Musil (A.)

1926 : The Northern Hegaz. A Topographical Itinerary, American Geographical Society Oriental Explorations and Studies 1, New York.

Nasîf (A. A.)

1988 : Al-‘Ulâ. An Historical and Archaeological Survey, with Special Reference to its Irrigation System, Riyad.

Ryckmans (G.)

1952 : « La trace de Saba en Arabie séoudite », Reflets du Monde, n° 5, p. 1-16.

Schoff (W. A.), éd. & trad.

1912 : The Periplus of the Erythræan Sea: Travel and trade in the Indian Ocean by a merchant of the first century, Longmans, Green & C°, New York.

Sprenger (A.)

1875 : Die alte Geographie Arabiens als Grundlage der Entwicklungsgeschichte des Semitismus, Berne.

Haut de page

Notes

1 Cette article est une version abrégée, remaniée et traduite en français par Jérémie Schiettecatte (CEFAS), d’une contribution publiée en anglais dans l'ouvrage collectif édité par A. Avanzini, Profumi d'Arabia, Saggi di Storia Antica, « L'Erma » di Bretschneider, 1997, Rome. Les illustrations sont tirées de cet ouvrage.
2 Schoff 1920.
3 Cavigneaux & Ismail 1990, p. 351.
4 Géographie, XVI, 1, 11.
5 Conti Rossini 1931.
6 Voir la Géographie de Strabon (XVI, 4, 19) dans Conti Rossini 1931.
7 Histoire naturelle, XII, 32, 63-65.
8 Conti Rossini 1931.
9 Histoire naturelle, XII, 30, 54.
10 Histoire naturelle, VI, 157-158.
11 Sprenger 1875.
12 Groom 1981, p. 165 sq.
13 De Maigret 1997.
14 Ryckmans 1952, p. 10.
15 Grohmann 1962, carte de la pl. i.
16 Ryckmans 1952, p. 8-9.
17 Al-Hamdânî, in Forrer 1942, p. 323.
18 Doughty 1888, II, p. 535.
19 Groom 1981, p. 194.
20 Ingraham & al. 1981, p. 63.
21 Nasîf 1988.
22 Musil 1926, p. 221.
23 Musil 1926, p. 318 sq.
24 Albright 1949, p. 206-7.
25 De Maigret 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro de Maigret, « La route caravanière de l’encens dans l’Arabie préislamique », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cy.revues.org/160 ; DOI : 10.4000/cy.160

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org