Navigation – Plan du site
Histoires

Un relief en bronze sabéen d’inspiration proche-orientale

Iris Gerlach

Texte intégral

1Dans1 l’étude des relations interculturelles entre l’Arabie du Sud et la région syro-palestinienne d’une part, la Mésopotamie d’autre part, l’examen du tracé des voies commerciales2 et l’exploitation des sources assyriennes mentionnant les royaumes sudarabiques ou leurs monarques3 apparaissaient jusqu’ici comme essentiels. Par ailleurs, une étude approfondie des écrits des auteurs classiques a également été entreprise. Hérodote (Histoire, III, 107), Strabon (Géographie, XVI, 765 sq.) et Pline l’Ancien (Histoire naturelle, VI, 142 sq. ; 161 sq.) nous renseignent, parmi d’autres, sur la fabuleuse « Arabia Eudaimôn », l’« Arabia Felix »4 ou encore l’« Arabie Heureuse ». Dans les passages concernant l’Arabie du Sud, seul ce qui concerne l’encens et son commerce a généralement été exploité. Ces deux éléments - encens et commerce - sont directement liés l’un à l’autre et retiennent, dans ces sources, l’attention toute particulière des auteurs.

2En revanche, rares sont les études des témoins matériels mentionnant des contacts directs ou indirects entre le « pays des aromates »5, situé à l’extrémité sud-ouest de la péninsule Arabique, et les régions plus au nord (fig. 1)6. Ceci résulte principalement de l’extrême rareté des témoignages archéologiques d’une influence artistique étrangère dans la culture sudarabique, en dépit de l’importance des échanges sur la route de l’encens et des interactions culturelles supposées qui leurs seraient liées. Ce n’est qu’à partir du Ier siècle av. J.-C. que l’influence du monde méditerranéen sur la production artistique sudarabique s’est considérablement accrue. Les motifs et les éléments stylistiques hellénistiques et romains, de même que les importations, semblent en effet se multiplier au tournant de notre ère dans tous les royaumes sudarabiques7.

3Si l’on recherche, au-delà de l’influence hellénistique et romaine, des motifs orientaux plus anciens adoptés par les artistes sudarabiques, on s’aperçoit que seuls quelques exemples sont attestés jusqu’ici. De même, rares sont les mentions de l’Arabie du Sud dans les sources écrites proche- et moyen-orientales décelées jusqu’à présent. La référence la plus ancienne connue à ce jour mentionne l’attaque d’une caravane de Sabéens et de gens de Taymâ’8. Il s’agit d’une attaque dirigée par le gouverneur de Sukhu et de Mari, Ninurta-kudurru-usur, qui gouverna durant la première moitié du VIIIe siècle av. J.-C. On y mentionne une caravane composée de deux cents dromadaires qui se rendait du moyen Euphrate à Sukhu et qui y fut pillée. Tiglath-Phalazar III recevait un tribut du royaume de Saba’9 et les rois de Saba’ sont mentionnés nommément à partir des règnes de Sargon II (722-705 av. J.-C.)10 et de Sennachérib (705-681 av. J.-C.)11 en tant que tributaires, notamment comme porteurs de présents12. Les sources écrites offrent des points de repères importants pour la chronologie de l’Arabie du Sud - des noms transcrits à la mode assyrienne dans les textes sont identifiés et concordent avec des noms de souverains sabéens connus.

4Aucune tablette ni objet portant des inscriptions cunéiformes ne sont jusqu’à présent attestés en Arabie du Sud, pas plus que des inscriptions en langue araméenne. De même, la diffusion de sceaux-cylindres typiques de la culture mésopotamienne se limite à quelques exceptions qui doivent, la plupart du temps, être considérées comme des importations.

5Avant le Ier siècle av. J.-C., il y a une contradiction entre l’intensité des relations commerciales, qui se développent de manière continue à compter du VIIIe siècle av. J.-C.13, et la rareté des motifs ou des caractères stylistiques étrangers à l’art sudarabique. Pour les uns, ce prétendu isolement artistique de l’Arabie du Sud s’expliquerait par l’existence d’une conception artistique traditionnelle, voire conservatrice, fortement liée aux structures sociales et à la sphère religieuse sudarabiques, qui laisse peu de place à des modes d’expression alternatifs dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C.14. Pour les autres, la question se pose de savoir si un contact direct et de grande ampleur de l’Arabie du Sud avec des horizons culturels étrangers a eu lieu au cours des périodes anciennes. Il est frappant de voir que l’Arabie du Sud ne s’ouvre aux influences étrangères qu’au moment où la route commerciale terrestre est progressivement abandonnée, vers la fin du Ier millénaire av. J.-C., au profit du commerce maritime. Au temps du commerce caravanier, les marchands sudarabiques, les ambassades et les caravaniers entrent en ligne de compte comme vecteurs d’éléments culturels étrangers. Toutefois, dans quelle mesure les convoyeurs d’articles de commerce dans les contrées du croissant fertile et de l’empire achéménide étaient-ils encore originaires d’Arabie du Sud ? Ne peut-on plutôt concevoir que les nombreux caravaniers15 étaient changés à plusieurs reprises durant le transport depuis le lieu de production dans le Dhofar (Oman méridional) jusqu’au port de commerce de Gaza et plus loin vers l’est ? Le parcours jusqu’à Gaza (fig. 2) s’élevait, d’après de prudents calculs, à environ 3400 kilo­mètres, pour lesquels 85 à 118 jours étaient nécessaires16, sans tenir compte d’éventuels ralentissements. Rien que sur la portion entre la ville qatabanite de Tamna‘ et Gaza, Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XII, 32, 63-65) mentionne 65 étapes. Dans la première moitié du Ier millénaire avant J.-C., il est probable que seul un très petit nombre de caravaniers originaires d’Arabie du Sud accompagnaient les caravanes sur la totalité du parcours et que très peu d’entre eux s’installaient aux côtés de leurs partenaires commerciaux. Seul un petit cercle aurait ainsi été en contact direct et prolongé avec des cultures étrangères.

6Les marchands étrangers, les ambassades et les artisans qui voyageaient vers l’Arabie du Sud sont un second moyen pour expliquer un transfert de culture. Mais aucune indication précise relative à des ambassades et des marchands étrangers en Arabie du Sud à l’époque du commerce caravanier n’est connue jusqu’ici17. Quant aux migrations d’artisans, les premières attestations ne datent que du début du Ier siècle de l’ère chrétienne18.

7À l’époque du commerce caravanier, les rapports de l’Arabie du Sud avec le Nord ont dû se limiter presque exclusivement au strict commerce, aux échanges de marchandises. Quelles étaient alors ces marchandises échangées ? Pouvait-il y avoir, à côté de matériaux périssables tels que les textiles, des objets d’art ? Au Ier siècle, les sources écrites attestent la livraison de chevaux et de statues dans les cours princières sudarabiques par des marchands méditerranéens (Périple de la mer Érythrée, 24)19. Une statuette archaïque de Grèce20, datant de 530 av. J.-C. environ, ainsi qu’un autel de Délos21 portant une inscription minéenne et quelques tétradrachmes22 attiques trouvés en Arabie du Sud, témoignent de contacts commerciaux avec la Grèce et l’Égée au Ier millénaire av. J.-C. Les maigres indices d’un transfert de culture peuvent certainement être justifiés par les lacunes de la recherche actuelle. Cependant, on se doit de noter qu’à l’époque du commerce caravanier, l’Arabie du Sud possédait une large autonomie, non seulement dans le domaine de l’art mais aussi, par exemple, dans l’architecture, au point qu’on peut parler à juste titre d’une « culture sudarabique ». Des rapports très fréquents entre l’Arabie du Sud et le Nord ont sûrement existé, comme le prouve aujourd’hui l’ensemble des sources disponibles. Mais l’intensification des relations n’advint qu’avec l’essor du commerce maritime dans le monde connu de l’époque, lorsque les biens matériels mais aussi les artisans et les idées novatrices s’échangèrent plus rapidement et plus directement.

Un relief en bronze sabéen d’influence proche-orientale

8L’une des rares manifestations connue jusqu’ici d’une influence extérieure dans l’art sudarabique avant le troisième tiers du Ier millénaire av. J.-C. est représentée par un bas-relief en bronze aux motifs figurés portant une inscription sabéenne23. Les dimensions de la plaque, conservée de manière fragmentaire, sont 38 centi­mètres de haut, 46 centi­mètres de large et environ 1 centimètre d’épaisseur. La scène historiée, comportant des taureaux ailés disposés face à face et une procession d’êtres humains, associe d’anciens motifs mésopotamiens à une frise de bouquetins typique de l’art sudarabique et à une inscription sabéenne. Par ces différents aspects, cette œuvre se distingue des œuvres d’art sudarabiques traditionnelles (fig. 3).

9Même si les circonstances de sa découverte ne sont pas connues, on admet que l’objet provient de l’oasis de Ma’rib. Il a été remis au musée national de Sanaa (YM 13981) en 1994 après les troubles de la guerre civile ; il comportait comme indication de provenance : Ma’rib - temple Bar’an24. Une telle pièce reste inconnue sur le marché de l’art, l’idée d’une contrefaçon ne peut donc être envisagée. De même, les résultats de l’analyse épigraphique réalisée par le professeur Norbert Nebes25, ainsi que les observations portant sur la technique de fabrication, corroborent l’authenticité de l’objet.

Description iconographique

10Le fragment de bas-relief en bronze présente trois registres rectangulaires superposés ; seul le registre intermédiaire est totalement préservé (fig. 4). La division des registres superposés est soulignée par un cadre en relief ; encore une fois, seule la scène intermédiaire est entièrement bordée. Les deux bandeaux horizontaux servent de support aux inscriptions. Les registres sont délimités sur le côté gauche par un bandeau vertical décoré où figurent deux bouquetins superposés, allongés sur un podium. Le panneau intermédiaire se divise en deux scènes horizontales (fig. 5). La scène supérieure est composée de deux taureaux ailés se faisant face, de part et d’autre d’un arbre de vie ; la scène inférieure présente une procession de six hommes tournés vers la gauche et vus de profil ; de leur main gauche relevée, ils tiennent un arc composite et, dans leur main droite, une main coupée. Alors que la partie inférieure du cadre sert de support à la procession, aucune ligne n’est tracée pour matérialiser un support aux taureaux situés de part et d’autre de l’arbre de vie : seul l’échelonnement vertical, par conséquent, sépare les deux scènes l’une de l’autre.

11La partie supérieure d’un palmier stylisé remplit dans sa quasi-totalité la largeur du panneau inférieur. Des feuilles de ce palmier émergent deux serpents ondulants, disposés symétriquement. Sur le côté droit, on en distingue encore la tête étroite et pointue, aux yeux saillants.

12Le panneau décoré au-dessus des taureaux ailés est presque totalement détruit. Seule l’extrémité inférieure présente encore, sur le côté gauche, les quatre sabots d’un autre taureau et, sur la droite, deux pattes griffues, sans doute celles d’un être hybride ou d’un griffon. On ne peut que supposer que ceux-ci furent également ailés. La restitution de ces deux animaux révèle qu’aucun espace n’était ménagé entre eux pour un motif de séparation tel qu’un arbre de vie.

13L’organisation symétrique des motifs autour d’un axe médian est frappante. Les scènes ne sont pas seulement soumises à un agencement horizontal rigoureux mais aussi à un agencement vertical strict : l’axe central sépare les deux animaux du haut, animaux qui ne peuvent être restitués qu’à travers les sabots ou les pattes griffues encore visibles. Il passe par l’arbre de vie, de part et d’autre duquel les êtres hybrides se font face, et divise la procession en deux groupes de trois personnages. Ici, les personnages ne se déplacent pas dans deux directions opposées mais marchent tous vers la gauche. Dans le registre inférieur, l’axe médian partage le palmier en deux parties égales. De même, les deux inscriptions sont centrées sur le bandeau et entrent ainsi en harmonie avec l’ensemble de l’organisation axiale de la composition iconographique. La possibilité de restituer un bandeau vertical avec des bouquetins sur le côté droit du relief ne fait aucun doute, en raison de cette structure symétrique ; cette caractéristique apparaît dans de multiples exemples de l’art sudarabique26. La présence d’autres registres, s’insérant entre le relief conservé et la bande de bouquetins verticale restituée sur le côté droit, peut être exclue. En effet, la portion conservée de l’encadrement sur la droite s’achève de manière régulière et aucun départ de division horizontale n’est visible.

De la fonction du bas-relief

14Le fragment du relief en bronze provient vraisemblablement du temple Nu‘mân, temple dont les vestiges archéologiques n’ont jusqu’à présent pas encore pu être reconnus dans l’oasis de Ma’rib. La mention même du nom du temple se trouve dans l’inscription de la plaque27. La pose de bronzes sur des éléments architecturaux tels que des piliers ou des murs était courante dans les sanctuaires sudarabiques, comme l’illustrent plusieurs exemples - entre autres à Ma’rib28. En règle générale, les fixations ne sont reconstituées qu’à travers les pointes en bronze se fixant dans la pierre ou par les trous qu’elles ont laissé29. Les plaques en bronze portent la plupart du temps et presque exclusivement des inscriptions de dédicaces ; les représentations iconographiques sont beaucoup plus rares30. Dans l’exemple présenté ici, l’inscription est accolée aux figures, en arrière-plan, et l’iconographie se réfère, au moins partiellement, à la teneur de l’inscription : ainsi, la procession se manifeste non seulement à travers l’iconographie mais aussi à travers l’inscription de la plaque en bronze31.

15D’un point de vue fonctionnel, il pourrait s’agir d’un revêtement de mur ou de pilier de temple, même si l’interprétation de la plaque comme une garniture de porte ne peut être totalement rejetée. Jusqu’à présent, l’ornementation de battants de porte avec des éléments décoratifs en bronze est attestée dans une inscription sabéenne au moins32. Dans le fragment conservé ici, toutefois, les trous nécessaires à la fixation de la plaque sur une porte en bois ou sur une surface en pierre sont absents.

16Les bas-reliefs en bronze analogues du musée national de Sanaa et du British Museum de Londres33 suggèrent un autre usage, qui semble très vraisemblablement être celui de notre fragment : ces restes de plaques, également originaires de Ma’rib, font partie d’un revêtement d’autel. Ils ne présentent pas d’inscription, même si les plaques en présentaient sans doute une à l’origine. Le fragment d’angle de la plaque du musée national de Sanaa permet de restituer la totalité du décor de ce revêtement. Les sphinx sont disposés frontalement, les uns à côté des autres, et sont agencés en cinq rangs superposés. Ces frises horizontales sont bordées sur le côté par des frises verticales comportant cinq bouquetins couchés sur des estrades. Une simple frise dentelée couronne l’extrémité supérieure des plaques. Cette imitation architecturale évoque un autel calcaire provenant peut-être du temple Bar’an de Ma’rib34. L’œuvre en bronze peut, en raison de sa forme de coffre, être perçue comme un revêtement d’autel - les restes du revêtement du fond se sont même conservés. L’agencement en figures superposées et le cadre entourant la scène avec ses frises de bouquetins apparaissent également dans le relief en bronze du temple Nu‘mân. Les parallèles dans la composition d’ensemble, d’une part, l’absence de points d’ancrage permettant de fixer librement la plaque sur une surface plane, d’autre part, suggèrent de voir également dans le relief en bronze du temple Nu‘mân un revêtement d’autel.

Technique de fabrication

17Le relief est fabriqué suivant la méthode de la fonte à la cire perdue35 ; il témoigne, avec d’autres bronzes sudarabiques, d’un savoir-faire technique éprouvé et de très haut niveau. Toutes les figures, zoomorphes comme anthropomorphes, les caractères inscrits en relief et les végétaux, ont été ménagés au préalable dans la cire : soit la masse de cire était directement sculptée, soit les pièces de cire étaient confectionnées individuellement puis rattachées sur le bloc de cire pour composer l’objet. De même, les caractères apparaissant en creux à la fonte ont été modelés en relief mis en forme sur le modèle de cire. Toutes les figures possédaient déjà leur préforme en relief incluant les détails de la morphologie, comme les muscles juxtaposés au niveau du cou et des membres. Un soigneux façonnage à froid suivait la coulée ; les finitions des figures et des plantes étaient réalisées par le ciselage et la gravure. Ceci est particulièrement sensible, par exemple, au niveau des cordes des arcs et des contours des personnages. Entre les guerriers, des traces de légers frottements laissent entrevoir des retouches superficielles, un lissage de la surface.

Étude des différents thèmes iconographiques du relief

Les taureaux ailés flanquant l’arbre de vie

18Les deux taureaux ailés flanquent symétriquement un arbre de vie stylisé disposé dans l’axe médian de la composition (fig. 3 et 4). Les animaux sont entièrement représentés de profil, en mouvement, la queue relevée. La scène se détache sur un arrière-plan vierge de toute ornementation, lisse et uniforme, sans la moindre trace d’une ligne matérialisant le sol. Par conséquent, les taureaux ailés et l’arbre de vie ne sont pas exactement disposés sur un même plan : l’arbre de vie apparaît à un niveau inférieur aux sabots des taureaux qui, pris isolément, ne sont pas non plus agencés sur un même niveau. De plus, l’arbre de vie dépasse de peu les taureaux en hauteur.

19De fines lignes ornent la surface des animaux ainsi que celle de l’arbre ; les détails isolés sont ainsi mis en valeur. Par ailleurs, l’artiste ne renonce pas au rendu des particularités anatomiques des taureaux (fig. 6) : il esquisse les côtes, les tendons, ainsi que les lignes de la musculature, et sculpte le sexe, les pattes et le calcanéum. De plus, de simples lignes incisées soulignent le tracé du poil sur le ventre et le dos. Les ailes sont divisées en quatre compartiments par de légères incisions courbes, entre lesquelles les plumes, individualisées, sont représentées par de simples rectangles plus ou moins réguliers. De petits traits reproduisent les courtes plumes de la rangée interne. Le poil sous la gorge est représenté par des lignes ondulantes ; aux oreilles, il est stylisé par de petits traits ; à l’extrémité renflée de la queue, les poils sont suggérés par un motif en rectangle. La jonction entre le cou et la tête est matérialisée par un bourrelet. Les cornes, également compartimentées au moyen de lignes incisées, sont relativement courtes et trapues. Sur l’épais museau arrondi, la bouche et les naseaux sont rendus par de simples incisions.

20Le tronc de l’arbre de vie est orné d’un motif en écailles ; trois paires de sarments en jaillissent et se terminent tous par une sorte de fleur. Une cime stylisée couronne l’extrémité du tronc, elle est subdivisée par des lignes irrégulières - représentation probable du feuillage.

21La représentation des taureaux ailés devant l’arbre de vie est un thème emprunté à l’art du Proche-Orient ; il apparaît dès le IIe millénaire avant J.-C. dans l’art kassite et médio-assyrien. Ainsi, par exemple, deux taureaux flanquent un arbre de vie sur le polos du kudurru de Marduknasir36. En outre, ce thème est courant dans la tradition du bas-relief kassite37, ainsi que dans la glyptique de cette époque38. Dans le répertoire iconographique des sceaux médio-assyriens, ce thème ne se rencontre que très rarement39. D’autres genres artistiques, tels que l’ivoirerie, font figurer deux taureaux ailés disposés de part et d’autre d’un arbre de vie, comme l’illustre un exemple d’Assur40. Dans l’art néo-assyrien, c’est principalement dans l’ivoirerie de Nimrud41 qu’apparaissent les taureaux ailés, à l’exception d’une peinture polychrome dans laquelle un taureau est agenouillé devant une rosette42. Mais, dans ces représentations iconographiques, la queue pend habituellement entre les pattes arrières des taureaux43 et n’est que rarement représentée levée. Des régions provinciales néo-assyriennes, on connaît le relief sur orthostate de Shadikanni, dans la région du Khâbûr inférieur (fig. 7). Le taureau y est toutefois représenté seul devant un arbre de vie44. Entièrement sculpté de profil, l’animal ailé marche vers la gauche, la queue relevée. L’exécution de l’arbre de vie, très stylisée, fait abstraction du décor de rameaux, courant du reste dans l’art assyrien45. Cette stylisation de l’arbre de vie est plutôt répandue dans les régions de Syrie du nord et du Sud anatolien46 ; de là, elle influença l’art provincial assyrien47.

22Les taureaux ailés se retrouvent fréquemment dans l’art néo-babylonien et achéménide, tant dans la glyptique48 que dans les décors de palais49. Le rendu des animaux du point de vue iconographique et, en partie, d’un point de vue stylistique rappelle les taureaux du relief en bronze de Ma’rib. Si l’on cherche des parallèles dans l’art du Proche-Orient ancien, toute comparaison directe ne peut être établie qu’avec circonspection au regard des détails. À mon avis, même si le style est totalement différent, le relief en briques du palais achéménide de Suse, datant du Ve siècle av. J.-C., constitue le parallèle le plus proche (fig. 8)50 ; un taureau ailé y figure également avec la queue levée. Le relief de briques est réalisé avec bien plus de détails, tant du point de vue ornemental que de la plastique. Ceci s’explique en partie par la différence de nature du matériau employé. Dans le relief en bronze de Ma’rib, le façonnage des parties anatomiques se limite aux formes de base et est moins détaillé. Toutefois, quelques points communs observés permettent de supposer que le relief a été influencé par des modèles d’origines néo-babylonienne ou achéménide. Ainsi, dans les deux représentations, les animaux sont résolument reproduits de profil, en mouvement, sans que les différents membres se chevauchent. Les proportions anatomiques sont identiques. La hauteur des poitrails correspond, par exemple, à la longueur des pattes. Le rapport entre la longueur séparant les sabots antérieurs du museau et la longueur de la tête est de deux pour un. La queue est dans les deux cas redressée, son extrémité est à chaque fois épaissie et soulignée par des ornements particuliers. En revanche, les têtes sont dessinées différemment : sur le relief en bronze, les taureaux ont des formes trapues et un museau arrondi, alors que les cornes du taureau de Suse sont plus allongées et plus courbes. L’agencement des ailes est comparable : elles s’organisent en trois grandes rangées de plumes plus une petite rangée, dans laquelle les plumes sont suggérées par de courts traits. Dans l’œuvre achéménide, toutefois, l’extrémité des ailes s’ouvre en un très large éventail et les plumes ont leur extrémité arrondie. Cette caractéristique, typique de l’iconographie achéménide, n’est pas représentée sur les taureaux du relief de Ma’rib. Leurs ailes, à l’extrémité rectiligne, sont plutôt comparables aux exemples plus anciens de l’époque néo-assyrienne et néo-babylonienne. Partiellement indiquée dans le relief en briques par des rangs de boucles décoratives, la robe est également représentée dans le relief sudarabique, mais uniquement par de simples incisions ou des bourrelets. En résumé, si l’on observe le rendu stylistique des détails, on peut noter dans le relief en briques un intérêt bien plus manifeste pour le rendu des détails anatomiques, tant dans la restitution des muscles et des tendons que dans l’agencement de la robe. Le relief en bronze a, au contraire, une allure plus austère. Cette apparence austère de l’image résulte de l’utilisation de formes de base au détriment d’une exécution plus détaillée. En dépit des différences stylistiques, il est à mon avis possible de dater le relief en bronze du VIe siècle av. J.-C. ou, au plus tard, du début du Ve siècle av. J.-C. C’est à cette époque qu’a eu lieu la conquête de la Babylonie et de la Syrie-Palestine par les Achéménides, de sorte qu’un transfert de culture tel qu’il a été évoqué, par le commerce à longue distance, devient possible et même probable - il est d’ailleurs admis51.

23Dans l’art sudarabique, à l’exception de l’exemple présenté ici, les animaux ailés sont relativement tardifs ; ils ne sont connus qu’à partir du Ier siècle av. J.-C. Par ailleurs, il s’agit la plupart du temps de griffons, de sphinx ou d’autres êtres hybrides52. Au cours de ces phases tardives, l’influence de motifs du Proche-Orient ancien dans l’art sudarabique ne s’exerce plus qu’à travers la création artistique hellénistique et romaine. La reprise et l’adaptation de thèmes orientaux à travers l’art « de la Méditerranée » ne peuvent être expliqués plus en détail mais, encore une fois, l’art méditerranéen est un modèle pour de nombreuses œuvres d’art sudarabiques à partir de l’époque médio-sabéenne, au Ier siècle av. J.-C.

24À cette époque, au Yémen, aucune autre représentation d’un taureau ailé ne peut être identifiée sans ambiguïté. Seul un relief en bronze fragmentaire de Shabwa53, capitale du royaume du Hadramaout, peut être interprété comme un taureau ailé - malgré son mauvais état de conservation54 (fig. 9). On distingue nettement les sabots du taureau et le calcanéum. La proposition des fouilleurs d’y voir un cheval ailé ne peut être valable : la queue, dressée vers le haut, va clairement à l’encontre de cette interprétation. Cependant, il n’est pas possible de spécifier clairement si la tête était celle d’un taureau. Les plumes sur la poitrine plaident plutôt en faveur d’un être hybride. Il pourrait, par exemple, correspondre à ce que l’on nomme lamassu dans l’art néo-assyrien et achéménide55. L’objet provient du bâtiment dit « château royal » et est daté des Ier-IIe siècles56. Le fragment doit être interprété comme celui d’une grande plaque servant d’applique. Les motifs isolés ne formaient pas une frise mais étaient plutôt agencés sur un même plan, bordés d’un cadre et isolés les uns des autres57.

25Si l’on considère isolément les éléments composant la scène du relief en bronze de Ma’rib, sans tenir compte de leur élaboration, et si l’on cherche dans l’art sudarabique une composition avec des personnages se faisant face, hommes ou animaux de part et d’autre d’un arbre de vie, on s’aperçoit que les exemples demeurent encore une fois extrêmement rares et qu’ils sont, à l’exception de quelques sceaux, datés des deux derniers siècles avant et du Ier siècle après J.-C. Une frise en calcaire provenant de Tamna‘ (IIe-Ier siècles av. J.-C.) présente des êtres hybrides ailés (fig. 10) qui se dressent contre un arbre de vie stylisé ayant l’apparence d’un palmier et semblent manger ses fruits58. La stylisation de ces êtres hybrides, avec leur visage humain, trouve des antécédents dans l’art hellénistique et romain. Dans la glyptique, le thème des bouquetins à proximité d’un arbre de vie se retrouve fréquemment59. Dans le domaine de la sculpture en bronze, le site archéologique himyarite du jabal al-‘Awd60, dans les hautes terres yéménites61, en a livré un exemplaire (fig. 11) : une scène brisée, réalisée en bas-relief, couronne la tête d’un taureau exécuté en ronde-bosse. Les analyses du noyau d’argile permettent de dater l’objet du IIIe siècle ap. J.-C.62.

Le cortège processionnel

26Une procession composée de six guerriers figure au-dessous de la scène mythologico-religieuse aux taureaux ailés. La manière de représenter les hommes est stéréotypée, tous les détails sont à peu près reproduits à l’identique (fig. 12). Les petites différences résultent plus de la réalisation technique que d’un souhait d’« individualité ». Le mouvement de marche est représenté par un pli du genou droit. La jambe arrière est en revanche presque tendue. Les hommes sont vêtus de courts pagnes striés de lignes verticales, s’arrêtant au-dessus du genou et maintenus par une large ceinture. Une chemise à manches courtes et col en V couvre le torse. Aucune indication relative aux chaussures n’est figurée. Les personnages, glabres, se caractérisent par un nez relativement long ; leur tête est représentée de profil, côté gauche. Une ou deux petites incisions signalent les lèvres ; de même, l’œil est caractérisé par une simple ligne de contour. Sur quelques têtes, on discerne une oreille. Les cheveux sont représentés par une sorte de bonnet ; l’arrangement de la coiffure en petites boucles n’est suggéré que par quelques retouches secondaires.

27À leur droite, les guerriers tiennent une main tenue vers le bas à l’oblique ; cette main coupée est reproduite plus grande que nature. De la main gauche, ils tiennent un arc composite et le tendent vers le haut en marque de triomphe. Alors que l’arc est sculpté en relief, sa corde est représentée par une simple ligne incisée. L’artiste a renoncé à représenter le carquois.

28Les mains coupées semblent être les trophées de guerre pris aux ennemis vaincus. Des parallèles mésopotamiens montrent des représentations analogues de processions de guerriers, qui portent cette fois non pas la main, mais la tête tranchée de leurs adversaires. Le défilé militaire de Tell Taynat, du milieu du VIIIe siècle avant J.-C., en constitue un bon exemple (fig. 13)63. Comme dans les exemples du cœur de l’Assyrie64, les guerriers tiennent simultanément un arc et les extrémités coupées de leurs ennemis en signe de victoire, même si, dans les représentations assyriennes, l’arc est toujours associé aux flèches et au carquois correspondant. Une représentation analogue des signes de victoire peut ainsi être envisagée en Arabie du Sud - avec, à la place des têtes, les mains tranchées des adversaires. Le thème de la « main coupée » apparaît sur un autre objet yéménite, un sceau-cylindre qui peut, sur une base stylistique, être considéré comme une importation65 (fig. 14) : un personnage apportant deux mains y est représenté dans un contexte sacrificiel. En outre, des mains sont apposées au contenu textuel d’inscriptions en guise d’illustration66. Au contraire, sur un relief en argile de Yalâ, une main semble avoir été insérée comme simple motif de remplissage67. Les mains sont des membres dont la signification varie fortement suivant la gestuelle ou le contexte scénographique. Ce thème a déjà été discuté à plusieurs reprises - citons avant tout les travaux de Brentjes, Schroer et Mittmann68 - de sorte que l’on peut se dispenser d’un examen approfondi du sujet dans le cadre de cet article. Le pouvoir magique et apotropaïque, les symboles divins et les trophées de guerre sont des variantes sémantiques illustrant le large spectre des interprétations possibles. Les mains sur le relief en bronze sudarabique de Ma’rib doivent être perçues comme le dernier des éléments mentionnés ci-dessus : des trophées de guerre. Dans l’art égyptien, l’amoncellement de mains coupées tient le même rôle que l’amoncellement de têtes coupées chez les Assyriens69. La mention d’un cortège processionnel dans l’inscription du relief en bronze et la fonction supposée de ce fragment comme revêtement d’autel replacent la représentation dans la sphère cultuelle. Soit la main coupée est dédiée aux divinités pour s’attirer la victoire sur les adversaires70, soit la victoire sur les adversaires est signifiée aux dieux par le cortège processionnel et la présentation des trophées de guerre.

29On ne compte jusqu’à présent au Yémen qu’une seule représentation comparable à la composition de cette procession, avec des individus marchant l’un derrière l’autre. Elle date de la première moitié du Ier millénaire avant J.-C. Celle-ci figure sur un fragment de relief en pierre du temple des Banât ‘Âd d’as-Sawdâ’ et date des VIIIe-VIIe siècles av. J.-C. (fig. 15)71 : les hommes en marche tiennent respectivement à la main un bâton et un instrument de musique ou un vase avec une palme. Le caractère narratif de la représentation, très peu courant en Arabie du Sud, est exceptionnel, tant sur ce bas-relief que sur notre relief en bronze. La conception statique de l’art - « ornementale » - usitée habituellement a été abandonnée au profit d’une composition narrative dans laquelle subsistent toutefois des éléments de décor typiquement sudarabiques, tels que les frises de bouquetins latérales et le principe de l’organisation symétrique des motifs. Sur le site d’as-Sawdâ’, les personnages sont représentés de profil, comme sur le relief en bronze, et non de face. Ce principe d’organisation, autant que les représentations narratives, n’arrivent dans le répertoire des formes sudarabiques qu’avec les influences méditerranéennes.

Le palmier aux serpents

30Jusqu’à présent, le thème du palmier aux serpents fortement stylisés qui en jaillissent en ondoyant ne connaît aucun parallèle dans l’art sudarabique (fig. 3 et 4). La partie supérieure de la cime est encore visible ; elle est structurée en trois gerbes de feuilles s’ouvrant en éventail et disposées symétriquement. Les gerbes sont composées de cinq nervures de palmes individualisées au centre, de quatre à droite et de quatre à gauche. Les feuilles entourant les nervures sont individualisées et soulignées par des lignes doubles disposées en arêtes. Les chevauchements de feuilles sont ainsi totalement évités. De chaque côté de la partie centrale du palmier, un serpent élancé ondule en forme de S. La tête de l’animal n’est conservée que sur le côté droit, elle se termine en pointe et un trait perpendiculaire y dessine la bouche. Les yeux ne sont pas disposés frontalement, ils se trouvent sur le côté de la tête. La perspective - plus exactement la profondeur de champ - ainsi engendrée contraste par ailleurs avec le rendu plutôt plan des autres éléments. Sur le relief, les dimensions du palmier sont frappantes en regard du reste de la scène.

31Les deux serpents sortent, pour ainsi dire, du tronc du palmier, d’où émergent habituellement les panicules. À la place du fruit, la tige se termine par une tête de serpent. Celle-ci peut être comparée, de par sa forme étroite et pointue, avec celle des serpents du relief en pierre du temple des Banât ‘Âd déjà mentionné72. Les serpents, représentés par deux, comme toujours, sont dans ce dernier exemple reproduits enlacés l’un avec l’autre de manière symétrique. Les palmiers, représentés sur une autre partie du décor en relief, présentent des panicules sur lesquels des oiseaux sont posés, y picorant les fruits73. Dans ce décor de temple, les palmiers ont un caractère plus ornemental ; par leur intégration régulière dans la composition iconographique, ils se répètent à plusieurs reprises et ne présentent pas le caractère dominant du palmier du relief en bronze.

32Dans l’art sudarabique, les serpents sont, en règle générale, perçus comme apotropaïques74 et sont représentés, entre autres, sur des objets de culte75. Cette interprétation peut être appliquée aux serpents figurant sur le relief en bronze.

Les animaux du registre supérieur

33Le registre supérieur a presque entièrement disparu ; il présente sur son côté gauche les sabots et le départ des pattes d’un taureau en mouvement vers la droite (fig. 3). Un autre animal semble s’être trouvé en face de lui ; nous n’en conservons que deux pattes griffues. La partie intermédiaire du panneau est brisée jusqu’à la bordure inférieure du cadre, abstraction faite d’une étroite bande. Sur la portion conservée, on ne trouve aucun autre départ de patte ou de sabot, si bien que l’animal de droite devait se tenir dressé sur les pattes arrières, à moins qu’il n’ait possédé que deux pattes. Il s’agissait probablement d’un griffon ou d’un être hybride. Si l’on restitue l’animal du registre supérieur et que l’on s’appuie sur l’organisation axiale marquée de la composition de l’image, aucun motif séparateur - tel qu’un arbre de vie par exemple - ne peut être restitué.

La frise de bouquetins

34Les registres conservés sont bordés, sur le côté gauche, d’une frise sur laquelle figurent des bouquetins vus de profil et couchés sur des podiums. Leurs têtes sont tournées vers le centre du panneau (fig. 3 et 4).

35Une bordure latérale composée de bouquetins superposés est un motif d’encadrement typique des reliefs sudarabiques, comme nous l’avons déjà vu sur le revêtement en bronze d’un autre autel de Ma’rib76. Enfin, dans la sculpture en pierre, ce motif apparaît très fréquemment dans les sanctuaires77.

Conclusion

36Ce relief en bronze est une œuvre jusqu’ici unique en son genre dans l’art sudarabique et qui témoigne avec complexité d’une influence du Proche-Orient ancien. En premier lieu, mentionnons le choix du thème des taureaux figurant de part et d’autre d’un arbre de vie et de celui du défilé militaire avec consécration ou présentation des trophées de guerre. Par ailleurs, le caractère narratif et la représentation des personnages de profil sont également typiques de l’influence proche-orientale, tout comme l’agencement de la scène en registres isolés et superposés. Le rôle annexe de l’inscription, enfin, est plutôt singulier : elle se place, en effet, en retrait de la représentation iconographique, contrairement à d’autres œuvres sudarabiques.

37Ce relief constitue certes l’un des rares exemples de l’adoption d’influences étrangères dans l’art sudarabique vers le milieu du Ier millénaire avant J.-C. mais l’on peut s’attendre à ce que d’autres œuvres soient découvertes dans l’avenir, permettant d’éclaircir la relation entre l’Arabie du Sud et le Nord, tant en ce qui concerne le commerce que les échanges culturels. Toutefois, ceci n’est pas seulement valable pour les nouvelles découvertes. Un examen systématique des collections des musées nous aiderait sûrement à éclaircir l’image - jusqu’ici encore trop imprécise - que donnent les fouilles archéologiques des relations interculturelles de l’Arabie du Sud avec ses voisins à l’apogée des royaumes caravaniers.

Haut de page

Bibliographie

Albright (F. P.)

1958 : « Excavations at Mârib in Yemen », in R. L. Bowen & F. P. Albright (éds), Archaeological Discoveries in South Arabia, Publications of the American Foundation for the Study of Man II, Baltimore, p. 215 sq.

‘Alî ‘Aqîl (A.)

1991 : Les bronzes d’Arabie méridionale à la période sudarabique, thèse non publiée, Paris.

Antonini (S.)

1996 : « Una tavoletta-portafortuna in terracotta dagli scavi di Yalâ/Ad-Durayb/Repubblica dello Yemen », in I. Gajda & C. Robin (éds), « Arabia Antiqua, Early Origins of South Arabian States », Proceedings of the First International Conference on the Conservation and Exploitation of the Archaeological Heritage of the Arabian Peninsula Held in the Palazzo Brancaccio, Rome, IsMEO on 28-30th May 1991, Rome, p. 143 sq.

Audouin (R.)

1991 : « Sculptures et peintures du château royal de Shabwa », Syria, n°68, p. 165 sq.

1996 : « Étude du décor des temples des Banât ‘Âd », in I. Gajda & C. Robin (éds.), « Arabia Antiqua, Early Origins of South Arabian States », Proceedings of the First International Conference on the Conservation and Exploitation of the Archaeological Heritage of the Arabian Peninsula Held in the Palazzo Brancaccio, Rome, IsMEO on 28-30th May 1991, Rome, p. 121 sq.

Audouin (R.), Breton (J.-F.) & Robin (C.)

1987 : « Städte und Tempel - Die Entstehung der südarabischen Zivilisation », in Daum 1987, p. 74 sq.

Barnett (R. D.)

1957 : A Catalogue of the Nimrud Ivories with Other Examples of Ancient Near Eastern Ivories in the British Museum, Londres.

Barnett (R. D.) & Falkner (M.)

1962 : The Sculptures of Tiglath-Pileser III, Londres.

Bartl (K.)

1995 : « Siegel aus Südarabien », in U. Finkbeiner, R. Dittmann & H. Hauptmann (éds), Beiträge zur Kulturgeschichte Vorderasiens, Festschrift für Rainer Michael Boehmer, Mayence, p. 5 sq.

Bowen (R.)

1958 : « Ancient trade routes in South Arabia », in R. Bowen & F. Albright (éds), Archaeological Discoveries in South Arabia, Publication of the American Foundation for the Study of Man II, Baltimore, p. 35 sq.

Brentjes (B.)

1968 : « Altorientalisches zur Geschichte des Handsymbols », Wissenschaftliche Zeitschrift der Universität Halle 17, Heft 6, p. 1 sq.

Casson (L.)

1989 : The Periplus Maris Erythræi, Text with introduction, translation and commentary, Princeton.

Cavigneaux (A.) & Ismail (B. K.)

1990 : « Die Statthalter von Sukhu und Mari im 8. Jh. v. Chr. anhand neuer Texte aus den irakischen Grabungen im Staugebiet des Qadissiya-Damms », Baghdader Mitteilungen, n° 21, p. 321 sq.

Cleveland (R. L.)

1963 : « Cherubs and the “Tree of Life” in Ancient South Arabia », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, n° 172, p. 55 sq.

de Contenson (H.)

1962 : « Les monuments d’art sud-arabe découverts sur le site de Haoulti (Éthiopie) en 1959 », Syria, n° 39, p. 64 sq.

Curtis (J. E.) & Reade (J. E.) éds

1995 : Art and Empire. Treasures from Assyria in the British Museum, Londres.

Daum (W.)

1987 : Jemen. 3000 Jahre Kunst und Kultur des glücklichen Arabien, Francfort-sur-le-Main.

Delbauwe (F.)

1991 : « Old South Arabian trade routes », Orientalia Lovaniensia Periodica, n° 22, p. 133 sq.

Dolce (R.) & Nota Santi (M.)

1995 : Dai palazzi assiri. Immagini di potere da Assurnasirpal II ad Assurbanipal (IX-VII sec. a. C.), Rome.

Eph‘al (I.)

1984 : The Ancient Arabs. Nomads on the Borders of the Fertile Crescent, 9th-5th Centuries B. C., Jérusalem.

Faszination der Antike

1996 : Faszination der Antike. The George Ortiz Collection, Staatliche Museen zu Berlin, Berlin.

Fondazione Memmo éd.

2000 : Yemen. Nel paese della Regina di Saba, Rome.

Galter (D. H.)

1993 : « „... an der Grenze der Länder im Westen“. Saba’ in den assyrischen Königsinschriften », in A. Gingrich & al. (éds), Studies in Oriental Culture and History. Festschrift für Walter Dostal, Francfort-sur-le-Main, p. 29 sq.

Gerlach (I.)

1999 : Zur provinzialassyrischen Kunst Nordsyriens und Südostanatoliens. Eigenständigkeit und Abhängigkeit künstlerischen Schaffens im neuassyrischen Einflussgebiet, Berlin.

2000 : « Zur Übernahme altorientalischer Motive in die Kunst Südarabiens. Eine reliefierte Bronzeplatte aus dem Jemen », Baghdader Mitteilungen, n° 31, p. 259 sq.

Grohmann (A.)

1914 : « Göttersymbole und Symboltiere auf südarabischen Denkmälern », Denkschriften der Österreichischen Akademie der Wissenschaften in Wien, n° 58.1, Vienne.

1958 : « Arabici preislamici, centri e tradizioni », Enciclopedia Universale dell’Arte I, p. 499 sq.

Groom (N.)

1981 : Frankincense and Myrrh. A Study of Arabian Incense Trade, Londres/New York.

Haines (R. C.)

1971 : Excavations in the Plain of Antioch. II: The Structural Remains of the Later Phases: Çatal Hüyük, Tel al-Judaidah, and Tell Ta’yinat, Oriental Institute Publications 95, Chicago.

Helck (W.)

1975 : « Abgeschlagene Hände als Siegeszeichen », Göttinger Miszellen, n° 18, p. 23 sq.

Hitgen (H.)

1999 : « Jabal al-‘Awd - Ein Fundplatz der Spätzeit im Hochland des Jemen », in Staatliches Museum für Völkerkunde München 1999, p. 247 sq.

2000 : « Jabal al-‘Awd - Ein qatabanisch-himyaritischer Fundplatz in den Bergen von Ibb », in B. Vogt, I. Gerlach & H. Hitgen, « Die Erforschung Altsüdarabiens. Das Deutsche Archäologische Institut Sana‘a auf den Spuren des Sabäerherrschers Karib’il Watar », Nürnberger Blätter zur Archäologie, n° 15, 1998-99, p. 144 sq.

2002 : « Magnesiumhydroxicarbonat - Ein wiederentdeckter Werkstoff in der altsüdarabischen Kunst », Archäologische Berichte aus dem Yemen, n° 9, Mayence, p. 165 sq.

Institut du monde arabe éd.

1997 : Yémen, au pays de la reine de Saba’, catalogue de l’exposition présentée à l'IMA du 25 oct. 1997 à fév. 1998, Paris, Flammarion.

King (L. W.)

1915 : Bronze Reliefs from the Gates of Shalmaneser, King of Assyria, 860-25 B. C., Londres.

Koch (H.)

1992 : « Es kündet Dareios der König… Vom Leben im persischen Großreich », Kulturgeschichte der Antiken Welt, n° 55, Mayence.

Kühne (H.)

1984 : « Tall Šêh Hamad/Dûr-Katlimmu : The Assyrian Provincial Capital in the Muhafazat Deir Az-Zor », Les Annales archéologiques arabes syriennes, n° 34, p. 160 sq.

Legrain (L.)

1925 : The Cultures of the Babylonians from their Seals in the Collections of the Museum, Publications of the Babylonian Section 14, Philadelphie.

Lemaire (A.)

1996 : « Histoire du Proche-Orient et chronologie sudarabique avant Alexandre », in I. Gajda & C. Robin (éds), « Arabia Antiqua, Early Origins of South Arabian States », Proceedings of the First International Conference on the Conservation and Exploitation of the Archaeological Heritage of the Arabian Peninsula Held in the Palazzo Brancaccio, Rome, IsMEO on 28-30th May 1991, Rome, p. 35-48.

Liverani (M.)

1992 : « Early caravan trade between South-Arabia and Mesopotamia », Yemen, n° 1, p. 111 sq.

Loud (G.)

1936 : Khorsabad I, Excavations in the Palace and at a City Gate, Oriental Institute Publications 38, Chicago.

MacDonald (M.)

1997 : « Trade routes and trade goods at the northern end of the “Incense Road” in the First Millennium B. C. », in A. Avanzini (éd.), Profumi d’Arabia, Rome, p. 333 sq.

Mahmoud (A.) & al.

1988 : « Die Ausgrabung auf dem Tell ‘Agaga/Šadikanni 1982 », Damaszener Mitteilungen, n° 3, p. 141 sq.

de Maigret (A.)

1994 : « Alcune considerazioni sulle origini e lo sviluppo dell’arte sudarabica », in N. Nebes (éd.) « Arabia Felix. Beiträge zur Sprache und Kultur des vorislamischen Arabien », Festschrift Walter W. Müller zum 60. Geburtstag, Wiesbaden, p. 142 sq.

1997 : « The Frankincense Road from Najrân to Ma‘în: A hypothetical itinerary », in A. Avanzini (éd.), Profumi d’Arabia, Rome, p. 315 sq.

1999 : « The Arab nomadic people and the cultural interface between the “Fertile Crescent” and “Arabia Felix” », Arabian Archaeology and Epigraphy, n° 10, p. 220 sq.

Marfoe (L.)

1982 : A Guide to the Oriental Institute Museum, Chicago.

Matthews (D. M.)

1990 : Principles of Composition in Near Eastern Glyptic of the Later Second Millenium B. C., Göttingen.

Mittmann (S.)

1997 : « Das Symbol der Hand in der altorientalischen Ikonographie », in R. Kieffer & J. Bergmann (éds), La Main de Dieu. Die Hand Gottes, Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament 94, Tübingen, p. 19 sq.

Moortgat (A.)

1967 : Die Kunst des alten Mesopotamien, Cologne.

Müller (W. W.)

1978 : « Weihrauch. Ein arabisches Produkt und seine Bedeutung in der Antike », Realencyclopädie von Pauly-Wissowa, Supplement-Band XV, p. 701 sq.

Muscarella (O. W.)

1988 : Bronze and Iron. Ancient Near Eastern Artefacts in the Metropolitan Museum of Art, New York.

Nebes (N.)

2000 : « Zu den Inschriften auf einer reliefierten Bronzeplatte aus dem Jemen », Baghdader Mitteilungen, n° 31, p. 297 sq.

O’Neill (J. P.) éd.

1987 : The Metropolitan Museum of Art. Egypt and the Ancient Near East, Tokyo.

von der Osten (H. H.)

1956 : Die Welt der Perser, Stuttgart.

Pickworth (D.)

1998 : « Die Glyptik Südarabiens », in Seipel 1998, p. 202 sq.

1999 : « Die Glyptik Südarabiens », in Staatliches Museum für Völkerkunde München 1999, p. 144 sq.

Pirenne (J.)

1955 : La Grèce et Saba. Une nouvelle base pour la chronologie sud-arabe, Paris.

1990 : Fouilles de Shabwa I. Les témoins écrits de la région de Shabwa et l’histoire, Bibliothèque archéologique et historique 84, Paris.

Potts (D. T.)

1988 : « Trans-Arabian Routes of Pre-Islamic Periods », in J. F. Salles (éd.), L’Arabie et ses mers bordières, Travaux de la Maison de l’Orient 16, 1988, p. 127 sq.

Radt (W.)

1973 : Katalog der staatlichen Antikensammlung von San‘a’ und anderer Antiken im Jemen, Berlin.

Rathjens (C.)

1950 : « Kulturelle Einflüsse in Südwest-Arabien von den ältesten Zeiten bis zum Islam, unter besonderer Berücksichtigung des Hellenismus », Jahrbuch für Kleinasiatische Forschung, n° 1.

1955 : Sabaeica II. Bericht über die archäologischen Ergebnisse seiner zweiten, dritten und vierten Reise nach Südarabien, Mitteilungen aus dem Museum für Völkerkunde in Hamburg 24, Hambourg.

Schmidt (E.)

1957 : Persepolis II. Contents of the Treasury and other Discoveries, Oriental Institute Publications 69, Chicago.

Schroer (S.)

1983 : « Zur Deutung der Hand unter der Grabinschrift von Chirbet el Qôm », Ugarit-Forschungen, n° 15, p. 191 sq.

Sedov (A.) & Davidde (B.)

1998 : « Das südarabische Münzwesen », in Seipel 1998.

Segall (B.)

1955 : « The Arts and King Nabonidus », American Journal of Archaeology, n° 59, p. 315 sq.

1956 : « Problems of copy and adaption in the second quarter of the First Millennium B. C. », American Journal of Archaeology, n° 60, p. 165 sq.

1957 : « Sculptures from Arabia Felix: The earliest phase », Ars Orientalis II, p. 35 sq.

Seipel (W.) éd.

1998 : Jemen. Kunst und Archäologie im Land der Königin von Saba’, Vienne.

Sima (A.)

2000 : Tiere, Pflanzen, Steine und Metalle in den altsüdarabischen Inschriften. Eine lexikalische und realienkundliche Untersuchung, Akademie der Wissenschaften und Literatur. Veröffentlichungen der Orientalischen Kommission 46.

Staatliches Museum für Völkerkunde München éd.

1999 : Im Land der Königin von Saba. Kunstschätze aus dem antiken Jemen, Munich.

Strommenger (E.) & Hirmer (M.)

1962 : Fünf Jahrtausende Mesopotamien, Munich.

The Epigraphic Survey éd.

1930 : Medinet Habu I, Earlier Historical Records of Ramses III, Oriental Institute Publications 8, Chicago.

Vogt (B).

1999 : « Im Reich der Düfte: Weihrauch und Weihrauchhandel in und um das Glückliche Arabien herum », in Staatliches Museum für Völkerkunde München 1999, p. 205 sq.

Will (E.)

1998 : « Die Kunst Südarabiens unter dem Einfluß Griechenlands und Roms », in Seipel 1998, p. 281 sq.

Haut de page

Notes

1 Iris Gerlach est au Deutsches Archäologisches Institut, Sanaa. Cet article est une version abrégée et remaniée d’un article publié en allemand dans la revue Baghdader Mitteilungen, n° 31, 2000, 259-295 (Gerlach 2000). Je remercie le Pr Yûsuf ‘Abd Allâh, président de l’Organisation générale des antiquités de Sanaa, pour m’avoir permis de publier la plaque en bronze. Les dessins ont été réalisés par Mmes Cornelie Wolff et Marianne Manda, que je remercie également, tout comme le Pr Raunig, qui m’a aimablement laissé réaliser les clichés du relief au cours de l’exposition « Im Land der Königin von Saba » du Staatliches Völkerkunde Museum de Munich. Cet article a été traduit de l’allemand par Jérémie Schiettecatte (CEFAS). Le traducteur tient à remercier Astrid Emery et Tomislav Klaric pour leur collaboration.
2 Voir par exemple : Bowen 1958, p. 35 sq. ; Groom 1981 ; Potts 1988, p. 127 sq. ; Müller 1978, p. 701 ; Delbauwe 1991, p. 133 sq. ; de Maigret 1997, p. 315 sq. ; de Maigret 1999, p. 220 sq. ; Vogt 1999, p. 205 sq.
3 Ephal 1984, p. 88 sq. et 227 sq. ; Liverani 1992, p. 111 sq. ; Galter 1993, p. 29 sq. ; Lemaire 1996, surtout p. 37 sq.
4 Ptolémée nommait les trois parties de l’Arabie « Arabia Felix », « Arabia Petræa » et « Arabia Deserta » (Ptolémée, Géographie, VI, 7, 1).
5 « Les Sabéens vivent en Arabie heureuse, […ils] ont tant de baume, de cassiers, de cannelle, de sang-dragon, d’encens, de myrrhe, de palmiers et d’autres plantes aromatiques que le pays tout entier est imprégné d’un parfum réellement divin » (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, II, 49), voir Vogt 1999, p. 205.
6 Nombre de travaux antérieurs ont entre-temps été dépassés par l’avancée de la recherche archéologique sudarabique : voir, par exemple, Segall 1955, p. 315 sq. ; 1956, p. 165 sq. ; 1957, p. 35 sq. ; Pirenne 1955 ; Rathjens 1950, p. 1 sq. ; 1955 ; Grohmann 1958, p. 499 sq. Cf., en comparaison, des travaux récents, tels que Bartl 1995, p. 5 sq. : traitant des pièces aux motifs et au style syro-palestiniens et perses achéménides, l’auteur ne précise pas clairement si les pièces ont été réalisées en Arabie du Sud d’après des modèles étrangers ou si l’on doit parler d’importations. Les recherches de Pickworth 1998, p. 102 sq. ; 1999, p. 144 sq., montrent, entre autres, qu’à côté d’importations évidentes, il existe certainement une glyptique sudarabique produite en Arabie du Sud, influencée par des motifs orientaux ou égyptiens.
7 Cf. notamment Will 1998, p. 281 sq. et les travaux de H. Hitgen concernant les recherches archéologiques récentes dans le sanctuaire qatabano-himyarite du jabal al-‘Awd : Hitgen 1999, p. 247 sq. ; 2000, p. 144 sq.
8 Cavigneaux & Ismail 1990, p. 351 sq. ; MacDonald (1997, p. 333 sq.) suppose que la caravane avait déjà échangé sa cargaison sudarabique sur la côte méditerranéenne contre des textiles mentionnés dans les inscriptions et se dirigeait alors vers l’Assyrie avec cette nouvelle cargaison.
9 Galter 1993, p. 29 sq.
10 Galter 1993, p. 32 sq.
11 Galter 1993, p. 34 sq.
12 Par les « tributs » que Saba’ versait à Tiglath-Phalazar et Sargon II, il faut peut-être voir, comme l’a fait Audouin & al. 1987, p. 74, non la preuve d’une dépendance politique de l’Arabie du Sud vis-à-vis de l’Assyrie, mais plutôt une taxe commerciale. Par ailleurs, l’inscription de fondation de Sennachérib parle de nâmurtu, « cadeaux », qui étaient remis au cours de l’audience des monarques assyriens. La fin de la route de l’encens vers le nord était sous contrôle assyrien. Ces « présents » ou plus exactement ces « tributs » ont certainement dû être versés comme une sorte de droit de passage pour la sécurité de la caravane.
13 Cf. Vogt 1999, p. 212.
14 On pourrait certes être enclin à expliquer ce manque par l’état actuel de la recherche, mais il est frappant qu’alors que les œuvres d’art influencées par le Proche-Orient - telles que le Ma‘dikarib de Ma’rib (Seipel 1998, n° 139) - apparaissent de façon sporadique, les influences hellénistique et romaine sont très fréquemment attestées dans l’art de la fin du Ier millénaire av. J.-C.
15 Pour le rôle des nomades arabes dans le commerce caravanier, se reporter à de Maigret 1999, p. 220 sq.
16 Groom 1981, p. 213 : parcours du Dhofar à Gaza en supposant un trajet direct de Shabwa à Ma’rib par le wâdî Markha et la passe de Mablaqa.
17 Cf., en revanche, la mention d’une ambassade indienne dans une inscription rupestre de Shabwa du iiie siècle ap. J.-C. : Pirenne 1990, p. 108.
18 Voir Seipel 1998, n° 457 : sur une statue datant soit du iie, soit du ive siècle ap. J.-C., à côté d’une inscription sudarabique mentionnant un artisan, une inscription grecque nomme un artisan étranger : « Phokas a réalisé [ceci] ».
19 Casson 1989.
20 Voir les illustrations de l’objet dans : Faszination der Antike 1996, n° 117 et Daum 1987, figure p. 91.
21 Seipel 1998, n° 164 [RES 3579].
22 Sedov & Davidde 1998, p. 195.
23 Le relief en bronze a été publié dans les catalogues des expositions consacrées au Yémen, visibles dans différents pays d’Europe depuis 1997. Voir, par exemple, Institut du monde arabe 1997, p. 121 ; Seipel 1998, p. 308, n° 208 ; Staatliches Museum für Völkerkunde 1999, p. 288, n° 28 M ; Fondazione Memmo 2000, 330, n° 199.
24 Il n’y a plus lieu de prouver que ce relief provient réellement de ce temple. La mention du nom du temple Nu‘mân sur la plaque en bronze prouve le contraire.
25 Nebes 2000.
26 Cf., par exemple, les plaques en albâtre des sanctuaires : Seipel 1998, n° 231, p. 232, p. 237, ou Radt 1973, n° 39 a-b.
27 Nebes 2000.
28 Albright 1958, p. 225 ; voir également Seipel 1998, n° 254. À côté des sanctuaires, d’autres bâtiments ont également pu être revêtus de bronzes : voir Sima 2000, p. 308 sq., réf. 31 et 41 ainsi que p. 319, réf. 276.
29 Ceux-ci sont connus dans le temple Awâm de Ma’rib, par exemple, et illustrés dans Albright 1958, fig. 165-166 et 179.
30 La combinaison d’une inscription et d’un motif figuré sur des plaques en bronze ­- dans laquelle l’inscription prédomine toujours dans la composition d’ensemble - n’apparaît fréquemment qu’à partir du ier siècle av. J.-C. : ceci est illustré, par exemple, par une inscription de dédicace trouvée à Tamna‘, dans le tiers inférieur de laquelle est inséré un dromadaire (Seipel 1998, n° 425). Sur une autre inscription provenant de ‘Amrân, la partie supérieure se termine par une frise sur laquelle figurent deux sphinx flanquant un arbre de vie (Grohmann 1914, fig. 181). Deux dattiers encadrent l’ensemble. L’influence du monde hellénistique et romain est sensible sur cet objet. L’ajout de motifs comme simples compléments à l’inscription, sans qu’ils se réfèrent forcément à son contenu, est caractéristique de ces plaques tardives.
31 Nebes 2000, p. 298 sq.
32 Sima 2000, p. 310, réf. 45 : « … sie haben ausgeführt und erneuert für die beiden Türflügel und die Fassade ihres Hauses die Dekorelemente (?) aus Bronze und die Winkelbänder aus Eisen », « … ils ont exécuté et rénové, pour les deux battants de porte et la façade de leur maison, les éléments de décor (?) en bronze et les pièces d’angle en fer ».
33 Radt 1973, n° 79, pl. 31 ; Seipel 1998, n° 172.
34 Par exemple Seipel 1998, n° 240.
35 Les précisions relatives aux techniques de fabrication de ce relief m’ont été données par Peter Im Obersteg. Je tiens à lui faire part de mes sincères remerciements.
36 Strommenger & Hirmer 1962, fig. 271.
37 Strommenger & Hirmer 1962, fig. 269 (au centre).
38 Cf. par exemple Matthews 1990, n° 162-167.
39 Matthews 1990, n° 425. Voir aussi le taureau ailé sur l’empreinte de sceau de Tell Shâh Hamad : Kühne 1984, figure p. 180.
40 Moortgat 1967, fig. 245.
41 Barnett 1957, n° 122, 123 et 127.
42 Dolce & Nota Santi 1995, fig. 24.
43 Barnett 1957, n° 125.
44 Mahmoud 1988, pl. 29 b.
45 Cf. par exemple les bas-reliefs muraux d’Assurnasirpal II à Nimrud, Curtis & Reade 1995, n° 9.
46 Gerlach 1999, p. 56. Des arbres de vie représentés de manière semblable se retrouvent dans l’art hittite dit « tardif », par exemple à Karatepe et Malatya. Mais cette représentation de l’arbre de vie est également courante dans l’art achéménide. Voir O’Neill 1987, p. 138, n° 101.
47 Pour un aperçu de l'art provincial assyrien, voir Gerlach 1998, p. 18 sq.
48 Voir par exemple Schmidt 1957, pl. 14, n° 69 ; Legrain 1925, pl. xxxvii, n° 832.
49 Par exemple O’Neill 1987, p. 138, n° 101.
50 Voir von der Osten 1956, pl. 42 (en bas).
51 Le transfert de culture se manifeste également à travers l’apparition croissante de sceaux néo-babyloniens et achéménides au Yémen. Cf. Bartl 1995, p. 9 sq. et comm. pers. de Diana Pickworth, qui a rédigé un Corpus de glyptique sudarabique jusqu’ici inédit.
52 Voir par exemple Seipel 1998, n° 186.
53 Audouin 1991, p. 177, fig. 13.
54 La hauteur conservée est de 10,5 cm, la longueur de 9 cm et l’épaisseur de 0,4 cm.
55 Koch 1992, pl. 18 ; O’Neill 1987, p. 107 n° 74.
56 Comm. pers. de J.-F. Breton, à qui je témoigne ma reconnaissance pour m’avoir transmis une photographie et de précieux renseignements.
57 À côté du taureau ailé subsistent non seulement un fragment d’un lion à la tête retournée mais aussi un fragment d’un cheval et d’un archer. Ali Aqil 1991, n° A 6 et comm. pers. de J.-F. Breton.
58 Cleveland 1963, p. 55 sq., fig. 1.
59 Par exemple Bartl 1995, p. 11 n° 5 : sur ce sceau, l’une des faces représente les deux caprinés dressés l’un face à l’autre, sur l’autre l’arbre de vie. Voir également, dans le domaine du bas-relief, un exemplaire provenant de Houalti (Éthiopie), où deux bouquetins flanquent un arbre de vie (de Contenson 1962, fig. 7).
60 Seipel 1998, p. 416. Voir note 8.
61 Voir également Seipel 1998, n° 414 et n° 415.
62 Hitgen 2002, p. 167.
63 Haines 1971, p. 60 ; Marfoe 1982, n° 32.
64 Cf. par ex. King 1915, pl. xliv ; Barnett & Falkner 1962, pl. xlix, lix, lxxviii ou Loud 1936, fig. 79.
65 Le sceau-cylindre provient du marché de l’art, nous avons seulement été autorisée à faire une empreinte de l’objet. Je remercie B. Vogt de nous avoir laissé cette empreinte pour publication. Les dimensions de l’objet sont : h. : 2,1 cm, diam. : env. 0,9 cm.
66 Grohmann 1914, p. 44, fig. 103.
67 Antonini 1996, p. 159, fig. 6.
68 Brentjes 1968 ; Schroer 1983 ; Mittmann 1997, p. 19 sq.
69 Voir The Epigraphic Survey 1930, pl. 23 et 54 A ; Helck 1975, p. 23 sq.
70 Jusqu’à présent, la consécration d’une main en bronze comme ex-voto en Arabie du Sud est attestée à une seule reprise (Seipel 1998, n° 37).
71 De Maigret 1994, p. 158, fig. 6 ; Audouin 1996, p. 129, fig. 6.
72 Cf. note 72. Pour une illustration des serpents, voir Audouin 1996, fig. 3.
73 Cf. Audouin 1996, fig. 4.
74 Daum 1987, figure p. 113.
75 Muscarella 1988, n° 476.
76 Voir la note 33.
77 De nombreux panneaux en relief du temple Bar’an, par exemple, portent ce motif typique de la sculpture sudarabique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iris Gerlach, « Un relief en bronze sabéen d’inspiration proche-orientale », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 10 septembre 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/159 ; DOI : 10.4000/cy.159

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org