Navigation – Plan du site
Histoires

L’Arabie du Sud antique vue de l’intérieur

Recherches archéologiques menées par les Yéménites
Ancient South Arabia as Seen from the Inside. The Archaeological Excavations of the Yemeni Researchers
Mounir Arbach et Rémy Crassard
p. 1‑14

Résumés

Le Yémen a vu se développer ces dernières années des programmes de prospections et fouilles menés exclusivement par les Yéménites, jusqu’alors réalisés par les missions étrangères en coopération avec les équipes du GOAM et des universités yéménites.
Parallèlement, une nouvelle génération de chercheurs formés aux universités de Sanaa et d’Aden ou aux universités étrangères s’est constituée. Nombreux ouvrages de recherches sur l’archéologie et l’histoire de Yémen préislamique, rédigés en langue arabe, ont vu le jour. Ces ouvrages font apparaître pour la première fois une approche de l’histoire du Yémen préislamique fondée, non pas sur les mythes et les légendes, mais sur l’archéologie et l’épigraphie.
Cette nouvelle vision de l’histoire proposée par les chercheurs Yéménites doit faire face à une école traditionnelle, bien ancrée dans la mentalité de la population, qui défend une lecture légendaire de l’histoire du Yémen avant l’Islam.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Arabie du Sud, YEM
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier ici MM. Aḥmad Shamsān et Khālid al‑Ḥājj de nous avoir fourni la liste des o (...)

1La recherche en archéologie préislamique au Yémen a vu se développer, ces dernières années, des programmes de prospection et de fouille menés par des équipes yéménites dans plusieurs régions1.

  • 2 GOAM : General Organization for Antiquities and Museums.

2Les travaux de terrain sont réalisés par des archéologues et des épigraphistes, membres du GOAM2 ou des départements d’archéologie des universités, et diplômés pour la plupart des universités de Sanaa et d’Aden. Ces équipes ont acquis, ces dernières années, de l’expérience, grâce à leur participation aux chantiers de fouille menés par des équipes étrangères — allemandes, françaises, italiennes, russes et américaines. Le noyau de l’équipe du GOAM est composé d’Aḥmad Shamsān (dir.), Khālid al‑Ḥājj (archéologue), Ḥusayn ‘Aydarūs (archéologue), ‘Ādil Sa‛īd (dessinateur) et Fahmī al‑Aghbarī (épigraphiste) de l’université de Sanaa, ainsi que les représentants des Antiquités des gouvernorats.

3En dépit de moyens souvent insuffisants, des fouilles et des prospections ont été réalisées. Elles ont donné lieu à des découvertes majeures, comme la mise en évidence du site de Maqwala, ou comme la mise au jour de plusieurs momies sur le site de Shibām al‑Ghirās et de al‑Maḥwīt, ou encore la découverte de l’antique ville côtière de Shuqra dans le gouvernorat d’Abyan, à l’est d’Aden.

4Nous présentons ici des prospections et des chantiers de fouille réalisés entièrement par les archéologues yéménites. L’objectif de cette synthèse est de faire connaître leurs travaux, certains des résultats obtenus et le rôle qu’ils jouent dans les nouvelles perspectives qu’offre une vision de l’histoire du Yémen préislamique refondée. Cette vision ne se base plus sur des légendes, mais désormais sur des données archéologiques et épigraphiques. Souvent rendue publique en arabe, elle présente donc un intérêt particulier du fait qu’elle est constituée par les Yéménites eux‑mêmes et qu’elle a donc d’emblée une certaine légitimité, en comparaison à celle proposée par les missions archéologiques étrangères, certes valide et vérifiable, mais plus difficile d’accès et moins légitime du fait de la publication dans des langues étrangères.

Les équipes impliquées et leurs travaux

I. Région de Sanaa

  • 3 Originaire de la région de Sanḥān, le président de la République yéménite ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ a fa (...)
  • 4 Cf. « Taqrīr a‘māl al‑masḥ wa‑t‑tanqīb al‑atharī fī mawqi‘ Maqwala”, al‑Musnad, 1, 2001, p. 52‑53.
  • 5 Cf. al‑Shar‛abī, 2005, p. 203‑205 et pl. p. 316‑221.

5I.1. Fouille d’al‑Maqwala, dans la région de Sanḥān (2002–2003) : cette fouille fut dirigée par l’équipe de l’université de Sanaa. Outre la découverte de plusieurs objets mobiliers comme des statues, des brûle‑parfums, des stèles, des janbiyya antiques3, l’équipe a mis au jour des soubassements de bâtiments, des silos à grains et des tombes4. Les quelques inscriptions fragmentaires, les têtes sculptées, les éléments d’architecture et les tables à libation dédiés à ‛Athtar Shāriqān sont de l’époque himyarite (Ier–IVe s. ère chr.)5. La présence des autels et tables à libation laisse supposer l’existence d’un temple, vraisemblablement dédié à la célèbre divinité sudarabique ‛Athtar Shāriqān « Vénus l’Orientale ».

6Récemment, des habitants ont trouvé des jarres remplies de textes inscrits sur des bâtonnets en bois. Cette découverte est intéressante à plusieurs titres. D’une part, c’est la première fois que des bâtonnets inscrits sont découverts sur un site des hautes‑terres, ce qui démontre que des lacunes subsistent dans la documentation archéologique et épigraphique. D’autre part, cette découverte importante offre l’opportunité rare d’obtenir des données sur la vie quotidienne des habitants de cette région dont la période de prospérité commença à partir du Ier siècle de l’ère chrétienne, date de la fondation de la dynastie himyarite.

  • 6 Cf. Arbach & al‑Halabī, 2005, p. 39‑44.

7I.2. Prospection de la ville de Ḥadda et de ses environs 2004–2006, dirigée par Muḥammad al‑Ḥalabī et Khālid al‑Ḥājj (GOAM). Originaire de Ḥadda, M. al‑Ḥalabī a découvert une inscription réemployée dans la mosquée de ‘Aṭṭān (l’antique ‘Aḍḍn) et une autre gravée sur un rocher comportant des graffiti6. Cette dernière mentionne pour la première fois les noms de Ḥadda, Jabal Nuqum et ‘Aybān. Cette découverte l’a amené à lancer un programme de prospection dans la région, au moment où le chantier de construction d’une nouvelle route avait commencé. Pour ce faire, Le GOAM a constitué une équipe qui allait accompagner l’entreprise de construction. La région prospectée comprit Ḥadda, ‘Aybān, ‘Aṣr, Shu‘ayb et Sunayna (toutes ces localités font partie aujourd’hui de la ville de Sanaa). Des centaines de graffiti ont été relevés, ainsi que des inscriptions sudarabiques de l’époque himyarite, dont une mentionne un habitant de ‘Aṣr, ‘Aṣryn.

  • 7 Cf. Vogt & Gerlach, 2004, p. 64‑68 ; Gerlach & Hitgen, 2005, p. 445‑463. Pour l’étude de quelques i (...)

8I.3. Fouille de sauvetage Shu‘ūb (1999, 2003) : cette fouille de sauvetage a été menée conjointement par le GOAM, représenté par Muhannad al‑Sayyānī, directeur général des Antiquités du gouvernorat de Sanaa, et l’équipe allemande du DAI (Deutsches Archäologisches Institut), dirigée par Burkhard Vogt et Iris Gerlach7. L’actuel quartier de Shu‘ūb, situé au nord‑est de la vieille ville de Sanaa, abrite une ancienne nécropole de l’antique ville de Shu‘ūb. Cette nécropole a été découverte lors des travaux de construction menés par les habitants du quartier. Le GOAM a été averti de la présence de vestiges archéologiques, surtout des tombes, et il est intervenu immédiatement pour faire le relevé des premières tombes mises au jour et fouiller le reste de la nécropole. Non loin de cette nécropole antique se trouve le cimetière islamique moderne qui, d’après les habitants, comporte des tombes antiques.

Fig. 1 : Carte illustrant les actions menées par le GOAM et les universités

Fig. 1 : Carte illustrant les actions menées par le GOAM et les universités

9L’antique ville de Shu‛ūb a été fondée, d’après les inscriptions, vers le Ier siècle de l’ère chrétienne. Un temple consacré au dieu sabéen, Almqah, fut bâti. Cette fondation de la ville de Shu‘ūb intervint au moment où la ville antique de Sanaa prit de l’importance et devint progressivement la deuxième capitale du royaume de Saba’.

  • 8 Toutes ces momies sont actuellement déposées au musée de l’université de Sanaa, Département d’arché (...)

10Quatorze tombes construites en pierre et en terre ont été mises au jour. Les résultats les plus spectaculaires des fouilles furent la présence de momies qui ont été inhumées dans des tombes en pierre. La pratique de momification était déjà connue, notamment à Shibām al‑Ghirās et à al‑Maḥwīt, où plusieurs momies avaient été découvertes par l’équipe de l’université de Sanaa dans les années 19808. L’étude des objets funéraires — bijoux, céramiques, vaisselles — a montré que les tombes construites en pierre contenaient des défunts vraisemblablement de classes sociales élevées, alors que dans les tombes en terre, les objets qui accompagnaient les défunts étaient plus rares.

11Cette opération stigmatise l’évolution des types d’interventions du GOAM : de plus en plus de fouilles de sauvetage (ou préventives) sont mises en œuvre de par l’expansion des villes yéménites et les travaux d’aménagement du territoire en général. Il faut rappeler que la plupart des grandes découvertes dans les hautes‑terres sont fortuites ou dues aux habitants.

12I.4. Prospections dans la région de Banī Maṭar. Dans le cadre de l’inventaire des sites archéologiques du Yémen, Muhannad al‑Sayyānī mène, en collaboration avec l’équipe du GOAM, des prospections systématiques dans la région de Banī Maṭar. Une dizaine de petits sites antiques ont été relevés et localisés précisément. Il s’agit pour la plupart de vestiges de surface, de constructions, habitats ou bâtiments publics, et des restes de systèmes d’irrigation.

II. Gouvernorats de al‑Maḥwīt et Ḥajja

  • 9 Cf. Ṣāli, 2004, p. 22‑27.

13L’équipe du GOAM, en collaboration avec l’équipe de l’université de Sanaa, mène un programme de prospection et d’inventaire des sites archéologiques préislamiques dans la région de al‑Maḥwīt et de Ḥajja (années 1990). Un programme a été lancé en 2000 suite aux découvertes en 1984 de tombes creusées dans la roche contenant des momies9. Plusieurs sites du Néolithique et de l’âge du bronze ont été découverts. Ces sites ressemblent, par les objets trouvés, à ceux trouvés dans le wādī Ḍahr, dans le Ḥaḍramawt ou dans la région de Ṣa‘da.

14Dans la région de Ḥajja, l’équipe du GOAM a également relevé des dizaines de sites archéologiques des époques préislamiques. Il s’agit pour la plupart de sites sudarabiques et de quelques sites de l’âge du bronze.

III. Gouvernorat de Dhamār

  • 10 Voir Nu‘mān, 2005, p. 119‑147 ; Nu‘mān, 2004.

15III.1. Prospection dans la région de Dhamār‑Baynūn (2003–2007) : l’équipe de l’université de Dhamār, dirigée par Madīḥa Rashād et Khaldūn Nu‘mān, et composée de représentants du GOAM (‘Alī al‑Sanabānī), effectue des prospections dans la région de Dhamār et de Baynūn. Les archéologues y ont relevé, outre des sites d’habitats et d’irrigation, une cinquantaine de textes de l’époque himyarite (Ier–Ve s. ère chr.) d’une importance capitale pour la compréhension de cette période. Les textes ont été copiés par Khaldūn H. Nu‘mān10.

  • 11 Ces textes portent, en hommage à l’auteur, le sigle al‑Zubayrī‑Bashār 1‑4 ; ils ont fait l’objet d’ (...)

16III.2. Prospection et fouille du site d’al‑Ḥadā’ (Jabal Bashār) : ce site a été prospecté entre 2000 et 2002 par ‘Alī al‑Sanabānī et le regretté Khalīl al‑Zubayrī. Un temple dédié à Wadd a été découvert, avec des tables et autels à libations. Plusieurs inscriptions datant du Ier au IIIe s. ont été également trouvées11.

17III.3. Fouille du site de Harrān dans la région de Baynūn (2003) : ‘Alī al‑Sanabānī et Aḥmad al‑‘Azīzī, en collaboration avec Christopher Edens, directeur de l’American Institute for Yemeni Studies, Sanaa.

IV. Région de Rayma

18Prospection dans la région de Rayma 2004–2006 : l’équipe du GOAM (Fu’ād al‑Qasham, Mahdī al‑Raymī, Ṣalāḥ al‑Manṣūrī, ‘Alī al‑Ḥazīzī) a relevé pendant trois campagnes de prospection des sites himyarites et islamiques. Une quantité de céramiques et textes fragmentaires d’époque himyarite a été ramassée en surface.

V. Gouvernorat d’Ibb

  • 12 Khalīl al‑Zubayrī nous a prématurément quittés suite à un accident de voiture en 2002. Il avait déj (...)
  • 13 Cf. al‑‘Ansī, 2005, p. 145‑182.

19V.1 Le site de Ḥirathī‑Jabal Ḥajjāj (2000–2004) : ce site, comme le précédent, a été signalé par les habitants de Jabal Ḥajjāj, à l’ouest de Ẓafār Yarīm, l’ancienne capitale de Ḥimyar, et au nord de wādī Banā’, dans le gouvernorat d’Ibb. L’équipe du GOAM (Khālid al‑‘Ansī, Aḥmad Shamsān, Khālid al‑Ḥājj, Khalīl al‑Zubayrī12) y a effectué quatre campagnes de fouille. Deux campagnes de fouille ont été effectuées sur le lieu‑dit al‑Ḥirathī. Un temple sudarabique (Ier–IVe s. ère chr.) a été mis au jour, avec des objets cultuels. Des structures d’habitat et d’irrigation, ainsi que des tombes y ont été retrouvées. Comme le site de Jabal al‑‘Awd, le site de Ḥirathī a fourni une céramique et des objets sculptés, en bronze ou en pierre, dont le style s’inspire de l’art romain13, alors qu’aucune inscription n’a été découverte lors de la fouille.

20V.2. Fouille à al‑‘Uṣaybiyya : région de Yarīm, Ibb : l’équipe du GOAM (Kh. al‑‘Ansī, Ṣāliḥ al‑Numayrī et A. Shamsān) a réalisé une fouille en 2004–2006 sur ce site himyarite, où un grand nombre de céramiques, quelques brûle‑encens, des tombes et des restes architecturaux ont été retrouvés.

21V.3. La même équipe a parallèlement mené trois campagnes de fouille à al‑Kitāb (2004–2006), près de Ẓafār Yarīm. Il s’agit également d’un site himyarite (Ier–IVe s. ère. chr.). Tous ces sites semblent avoir connu leur apogée avec la montée en puissance de Ḥimyar, entre le Ier et le IVe s. apr. J.‑C.

VI. Gouvernorat d’al‑Bayḍā’

22VI.1. Fouille de Hila, sous‑préfecture al‑Riyāshiyya, Radā‘ : à ce jour, trois campagnes de fouille ont été effectuées (2003–2006). L’équipe du GOAM (Aḥmad Shamsān, Yaḥyā al‑Nuṣayrī et Khālid al‑Ḥājj) a découvert un site qatabanite (deuxième moitié du Ier millénaire av. J.‑C.) devenu himyarite à partir du Ier s. de l’ère chrétienne. Ce site rappelle par sa céramique et son architecture le site himyarite de Jabal al‑‘Awd, fouillé par l’équipe allemande. Un texte trouvé in situ mentionne le nom de la ville antique, Ahlat, l’actuelle Hila.

VII. Région d’al‑Mukhā’

23Prospection dans la région d’al‑Mūkhā’‑Mawza‘ 2005–2006 : parallèlement aux travaux de la mission britannique, menés par Carl Phillips, l’équipe du GOAM, composée d’Aḥmad Shamsān, ‛Alī al‑Ḥababī, ‛Abd al‑Bāsiṭ Nu‘mān, Khālid al‑Ḥājj, Ṣalāh al‑Ḥusaynī, Muṣliḥ al‑Qubāṭī a prospecté durant deux compagnes les régions environnante du port d’al‑Mukhā’ et de Mawza‘.

VIII. Région d’Abyan

  • 14 Voir Shamsān, 2005, p. 65‑96 pour la partie arabe ; Sholan, Antonini & Arbach, 2005.

24VIII.1 Fouille du site d’al‑Ḥaṣma à Shuqra : cette fouille est entièrement financée par le GOAM (2000–2006). L’équipe, dirigée par Aḥmad Shamsān, est composée de Khālid al‑Ḥājj, Ṣalāḥ Ḥusaynī, Sālim al‑‘Amrī, Sālim Manṣūr (GOAM). Situé dans la partie orientale de la ville de Shuqra, le site d’al‑Ḥaṣma a été découvert par des habitants en 1999 qui ont retrouvé dans les champs une quantité importante de céramiques intactes de couleur jaune. Le GOAM a lancé une première campagne de fouille en 2000. Dès cette campagne de fouille, l’équipe a constaté qu’il s’agissait d’une nécropole importante, avec la présence de plusieurs tombes contenant, outre la céramique, un mobilier funéraire varié. La nécropole se situe au bord de la mer et l’architecture des tombes présente des caractéristiques propres. Ces particularités contrastent avec les nécropoles préalablement connues dans d’autres régions du Yémen. Les tombes, principalement collectives, sont pour la plupart couvertes d’une dalle de pierre non taillée. Les sondages effectués sur le site ont montré que cette nécropole a été utilisée à des périodes successives, si l’on se fonde sur la céramique14, vraisemblablement datée entre le Ier s. et le IVe siècle apr. J.‑C. Enfin, l’absence de construction des bâtiments et des lieux de stockage ne permet pas d’effectuer des comparaisons avec le site de Bi’r ‘Alī, l’antique Qāni‘. Al‑Ḥaṣma s’agissait donc vraisemblablement d’un petit port de pêche.

25VIII.2. Prospection archéologique dans la région d’Abyan 1999–2007 : dans le cadre du projet d’inventaire et de la réalisation de la carte antique du Yémen, l’équipe du GOAM (Aḥmad Shamsān, Khālid al‑Ḥājj, Sālim al‑‘Amrī, Sālim Manṣūr, Ṣāliḥ Ḥusaynī) mène depuis 1999 des campagnes de prospection dans la région d’Abyan. Près de 80 sites ont été localisés. Il s’agit de sites préhistoriques, de l’âge du bronze, himyarites, et de l’époque islamique.

26Une fouille a été réalisée sur le petit site de Mawdya, à Jabal Marrān en 2004 et 2007, où un temple a été découvert. Parmi les objets trouvés figure une couronne en bronze.

  • 15 L’équipe qui a réalisé la découverte du site de Bura‘ a aimablement invité en 2005 Christian Robin, (...)
  • 16 Ces textes feront l’objet d’une publication dans la prochaine livraison de Raydān, n° 8, par Fahmī (...)

27Dans cette région d’Abyan, les découvertes dans le wādī Bura‘ (2004–2005) sont certainement les plus spectaculaires. Ce site qui dépend de la sous‑préfecture de Lawdar15 a fourni, outre des structures d’irrigation et des tombes de l’âge de bronze, des inscriptions historiques datées du IVe s. de l’ère chrétienne16. Si la date proposée s’avérait exacte (vers 355 ap. J.‑C.), nous aurions ici le plus ancien texte monothéiste découvert au Yémen. La date de 355 apr. J.‑C. coïncide avec la date de la conversion de l’Éthiopie au christianisme.

IX. Gouvernorat d’Aden

28IX.1. Prospection et fouille à Bi’r al‑Na‘āma en 2006 : une quantité importante de céramiques a été retrouvée par Aḥmad Bāṭāyi‘ et des étudiants de l’université d’Aden.

29IX.2. Le département d’archéologie de l’université d’Aden, dirigé par Aḥmad Bāṭāyi‘, effectue également des prospections dans la région d’Aden, d’Abyan, de Ḍāli‘, de Yāfi‘ et de Shabwa.

X. Gouvernorat du Jawf

  • 17 Un seul projet a été lancé 2004 pour la protection des sites du Jawf, conjointement par le GOAM‑UNE (...)
  • 18 Malheureusement, excepté le site de Barāqish qui est protégé par l’armée et la police, les autres s (...)

30Bien que la région du Jawf soit la plus riche en sites archéologiques, mais aussi la plus menacée par des fouilles clandestines, peu d’actions y sont menées par le GOAM pour sauver et protéger ces sites17. Ceci s’explique par la difficulté d’accès aux sites, en raison des conflits tribaux. La seule action menée ces dernières années concerne une région protégée par l’armée et la police. Il s’agit de Barāqish et de ses environs, dans la « mudīniyya » (directorat) d’al‑Majzir (2005 et 2007). Suite à la découverte fortuite de tombes contenant des momies, le GOAM a envoyé une équipe (Aḥmad Shamsān, Khālid al‑Ḥājj, Ṣalāḥ al‑Ḥusaynī, ‘Abd al Bāsiṭ Nu‘man, Aḥmad Ṣalīh al‑Sharīf) pour sauver ces tombes18. Une prospection à al‑Majzir a été menée lors de laquelle l’équipe a relevé, entre autres, des structures d’irrigation.

XI. Gouvernorat de Shabwa

31Trois campagnes de prospections archéologiques ont été effectués en 2005–2006 dans le wādī ‘Abadān, le wādī Ḥaṭīb et le wādī Ḍurā’, par une équipe composée de Aḥmad Bāṭāyi‘, Khayrān al‑Zubaydī, Aḥmad Shamsān.

XII. Prospection dans le Ḥaḍramawt

32Depuis 2004, ‘Abd al‑‘Azīz b. ‘Aqīl, directeur général des Antiquités à al‑Mukallā mène avec Ḥusayn ‘Aydarūs, ‘Abd al‑Raḥmān al‑Saqqāf des prospections et des fouilles dans la région d’al‑Ghuraf. Outre leur participation aux missions archéologiques françaises et américaines dans le Ḥaḍramawt, cette équipe a contribué, avec le soutien de la Banque Mondiale, en coopération avec le GOAM, à l’élaboration de l’inventaire des sites archéologiques préislamiques et islamiques de la région.

XIII. L’île de Socotra

  • 19 Les données archéologiques ont été localisées sur la carte de Socotra au 1/200.000e : al‑Masḥ al‑mī (...)

33Le GOAM a lancé en 2001 un programme de prospection archéologique sur l’île de Socotra. Une équipe composée d’Amat al‑Bārī, Ḥusayn ‘Aydarūs et un représentant local du GOAM a effectué un premier inventaire archéologique19.

34Il nous est difficile d’être exhaustifs et d’énumérer toutes les actions menées actuellement par le GOAM en matière de protection et de sauvegarde des sites archéologiques, qu’ils soient islamiques ou préislamiques.

35Il faut souligner le rôle important joué par les directeurs des Antiquités des gouvernorats qui mènent, avec des moyens d’intervention limités, des opérations ponctuelles. C’est à eux que nous devons la découverte de la plupart de nouveaux sites dans des régions encore inexplorées. Souvent, les directeurs des Antiquités installés dans les gouvernorats occupent également le poste de directeur du musée de la région. Là aussi, ils jouent un rôle de mise en valeur de ce patrimoine et font en sorte que les découvertes fortuites des vestiges, souvent réalisés par les habitants, soient déposées dans les musées. Les représentants des Antiquités jouent également un rôle décisif dans la sensibilisation des autorités locales et de l’opinion publique pour la protection du patrimoine archéologique du Yémen. Ils participent également aux travaux des missions archéologiques étrangères.

36Le patrimoine archéologique du Yémen est en partie menacé par le pillage et la destruction. Le GOAM, en raison d’un champ d’action limité, n’est aujourd’hui ni en mesure de lutter contre ce fléau, ni en mesure d’avoir le pouvoir nécessaire pour intervenir et mettre fin aux pillages et au trafic des antiquités. Il faudrait une volonté politique du gouvernement yéménite pour protéger les sites qui sont en péril, notamment ceux de la région du Jawf et du wādī Ḥarīb. Cette volonté politique ne peut se faire qu’en accord avec les autorités locales et les habitants des régions concernées. Cela supposerait une politique globale ayant trait non seulement aux vestiges archéologiques, mais surtout à tout ce qui fait vivre une région, dont les infrastructures nécessaires pour le développement tant matériel que culturel.

37Les actions menées conjointement par le GOAM et les équipes des universités yéménites illustrent bel et bien que cette nouvelle génération d’archéologues et d’historiens yéménites est consciente de l’importance du patrimoine de son pays. C’est sur cette génération que le pays doit compter et c’est elle qui fait et fera entendre la voie de la raison. Nul ne pardonnera le fait que la richesse culturelle du Yémen antique soit détruite sous nos yeux. Le moment est plus que jamais venu pour que les institutions yéménites compétentes, les organisations internationales et les missions archéologiques étrangères au Yémen coopèrent toutes ensemble pour protéger et sauver ce patrimoine.

Deux visions de l’histoire du Yémen préislamique

  • 20 Voir Bāsalāma, 1990 ; al‑Shar‘abī, 2004.
  • 21 Ces mémoires de master et de doctorat ont été publiés à l’occasion de « Sanaa 2004 Capitale culture (...)
  • 22 Voir par exemple, sur la période himyarite (IVe‑VIe s. apr. J.‑C.), les deux ouvrages de Ḥamūd al‑S (...)
  • 23 Voir par exemple l’ouvrage sur la comparaison entre les textes juridiques dans les deux royaumes de (...)
  • 24 Voir surtout Abd al‑Raḥmān al‑Saqqâf : al‑Saqqāf, 2004.

38Le fait que des équipes yéménites mènent des programmes de prospection et de fouille a fait paraître ces dernières années une production accrue de travaux scientifiques sur l’histoire de la civilisation du Yémen préislamique, fondée cette fois‑ci et pour la première fois non pas sur les mythes et les légendes, mais sur les données archéologiques et épigraphiques. Des monographies sur des sites préislamiques ont vu le jour20. Plusieurs thèses de master et de doctorat en histoire et en archéologie ont été également soutenues aux universités de Sanaa et d’Aden et ont été publiées21. On a vu également apparaître des ouvrages scientifiques traitant d’une période précise de l’histoire du Yémen préislamique22, ou d’un thème de la civilisation sudarabique23, ou encore des synthèses sur l’état de la recherche en archéologie et histoire préislamique24.

  • 25 Voir à titre d’exemple, ‘Abdallāh, 1990 ; Bāfaqīh, 1993.

39Cette nouvelle vision, les Yéménites la doivent à deux chercheurs yéménites qui sont le regretté Muḥammad ‘Abd al‑Qādir Bāfaqīh (1928–2002) et Yūsuf Muḥammad Abdallāh, fondateurs des départements d’archéologie et d’histoire antique aux universités respectivement d’Aden et de Sanaa. Ces deux auteurs, formés aux écoles allemande et française, sont de véritables pionniers, puisqu’ils ont contribué à poser les jalons d’une nouvelle école de l’histoire du Yémen préislamique, comme l’illustrent leurs ouvrages25.

  • 26 al‑Shayba,1999‑2000 ; al‑Garw, 2002.
  • 27 Voir al‑Iryānī, 1990.

40Trente ans après la création des enseignements universitaires, de nouveaux spécialistes ont trouvé leur place au sein de cette nouvelle école, qui nous fournit des travaux de recherches de référence26. Muṭahhar ‘Alī al‑Iryānī a également, par ses publications des textes antiques27, joué un rôle dans la manière d’étudier les sources arabes à la lumière des inscriptions sudarabiques.

  • 28 Il nous est difficile d’énumérer ici les ouvrages qui traitent de l’histoire mythique du Yémen préi (...)

41Mais cette nouvelle vision de l’histoire du Yémen préislamique a encore du mal à trouver son chemin et à s’affirmer auprès de la population. Face à une autre école de l’histoire du Yémen, en grande partie mythique, qui est présentée encore aujourd’hui par des spécialistes de la littérature et des pseudo historiens28, la lecture objective de l’histoire du Yémen, qu’elle soit préislamique ou islamique, ne peut être prise en considération qu’avec un changement de mentalité et d’éducation. En effet, la légende de la reine de Saba’, dont aucune preuve archéologique et textuelle ne nous est parvenue à ce jour, reste une figure emblématique qui constitue un des piliers de l’identité yéménite et ne cesse d’inspirer aussi bien les historiens que les écrivains et les artistes.

Perspectives des études du passé par les Yéménites

  • 29 Cf. Arbach, Crassard, Hitgen & Khalidi, 2006.

42Un survol rapide des actions menées ces dernières années par le GOAM et les équipes des universités, montre que leurs interventions sont caractérisées par l’urgence ; elles entrent donc dans le cadre d’une archéologie préventive, à vrai dire encore peu organisée29. Dans les prochaines années, l’un des objectifs majeurs du GOAM sera donc vraisemblablement de mettre en place des protocoles de recherche et d’étude selon une approche préventive plus rigoureuse. La quasi‑absence du GOAM et des équipes des universités dans les zones les plus touchées par la destruction et le pillage, c’est‑à‑dire le Jawf, la région de Ma’rib et le wādī Ḥarīb, est un problème majeur que les responsables politiques et institutionnels ne pourront pas éviter.

43Pour faire face aux menaces qui touchent les sites archéologiques, qu’ils soient islamiques ou préislamiques, les projets de coopération entre les institutions yéménites compétentes et les missions scientifiques étrangères seront encore longtemps les seuls à garantir des actions durables permettant de protéger les sites en péril, de les étudier et de les faire connaître auprès de la population. Cependant, ces derniers développements de l’archéologie yéménite augurent bien de la reconnaissance par l’opinion publique locale de l’importance de ce patrimoine qui appartient aussi à toute l’humanité.

Haut de page

Bibliographie

‘Abdallāh Y., Awrāq fī ta’rīkh al‑Yaman wa‑āthārih. Buḥūth wa‑maqālāt, Bayrūt, Dar al‑fikr al‑mu‘āṣir, 1990.

Abū al‑Ghayth ‘A., Al‑‘Alāqāt al‑siyāsiyya bayna janūbi al‑Jazīra al‑Arabiyya wa‑shamālihā mina al‑qarn al‑thālith ḥatta al‑qarn al‑sādis li‑l‑mīlād, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

al‑‘Amrī H. Ṣ. N., Ṭarīq Najrān ilà al‑Batrā’ wa‑āthār al‑Yaman al‑iqtiṣādiyya alay‑h, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

al‑‘Ansī Kh., « Natā’ij ḥafriyyat mawqi‘ al‑Ḥirathī », in Amida Sholan, Sabina Antonini & Mounir Arbach (eds), Dirāsāt sab’iyya. Dirāsāt fī al‑āthār al‑nuqūsh wa‑t‑tā’rīkh muhdāt ilà Yūsuf Muḥammad ‘Abdallāh, Alessandro de Maigret, Christian Robin bi‑munāsabat bulūghi‑him al‑sitīn ‘āman, Ṣan‛ā’‑Napoli, 2005, p. 145‑182.

Arbach M., « Nuqūsh musnadiyya jadīda min mudīriyyat al‑Ḥadā’ fī muḥāfaẓat Dhamār », Majallat Jāmi‘at Dhamār li‑l‑dirāsāt wa‑l‑buḥūth, 1, 2005, p. 17‑33.

Arbach M. & al‑Halabī M., « Awwal naqsh sab’ī yadhkur madīnat Ḥadda fī ḥawālī al‑qarn al‑thānī qabl al‑mīlād », Adumatu, 12, 2005, p. 39‑44.

Arbach M., Crassard R., Hitgen H. & Khalidi L., « Vers une archéologie préventive au Yémen », Chroniques yéménites, 13, 2006, p. 1‑12.

al‑Ashbat ‘Alī, Al‑A‘rāb fī ta’rīkh al‑Yaman al‑qadīm. Dirāsa min khilāl al‑nuqūsh min al‑qarn al‑awwal q.m. wa‑ḥattà al‑qarn al‑sādis m., Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

Bāfaqīh M. ‘A.‑Q., Fī al‑‘Arabiyya al‑Sa‘īda. Dirāsāt ta’rīkhiyya qaṣīra, Markaz al‑dirāsāt wa‑l‑buḥūth al‑yamanī, Ṣan’ā’, 1978 (t. 1) ; 1993 (t. 2).

Bāfaqīh M. ‘A‑Q., Tawḥīd al‑Yaman al‑qadīm. al‑Ṣirā‘ bayna Saba’ wa‑Ḥimyar wa‑Ḥaḍramawt min al‑qarn al‑awwal ilà al‑qarn al‑thālith, ‘Alī Muḥammad Zayd (trad. du français), Muḥammad Ṣālīḥ Bal‘afīr (murāja‘at) & Mounir Arbach (taqdīm wa‑tadqīq), CEFAS, 2007, Silsilat Ta’rikh al‑Yaman, 2.

Bāsalāma M. ‘Abd., Shibām al‑Ghirās, Ṣan‛ā’, Mu’assasat al‑Afīf al‑thaqāfiyya, 1990.

al‑Farah M. Ḥ., Al‑Jadīd fī ta’rīkh dawlat wa‑ḥaḍārat Saba’ wa‑Ḥimyar, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004, 2 vol.

Gerlach Ir. & Hitgen H., « ‘Ādāt al‑dafn fī al‑fatra al‑ḥimyariyya al‑mubakkira. Ḥafriyyat maqbarat Sha‘ūb (Ṣan‛ā’) », in al‑Mu’tamar al‑duwalī al‑khāmis li‑l‑ḥaḍāra al‑yamaniyya, Ṣan‛ā’ al‑ḥaḍāra wa‑l‑ta’rīkh, vol. 1, Ṣan‛ā’, 2005, p. 445‑463.

al‑Garw Asm., Muwjaz al‑ta’rīkh al‑siyāsī al‑qadīm li‑janūb shibih al‑Jazīra al‑Arabiyya, ‘Adan, Dār jami‘at ‘Adan li‑l‑ṭibā‘a, 2002.

al‑Githām F., Muṭāraḥāt ḥimyariyya fī urūbat al‑thaqāfa al‑yūnāniyya, ‘Adan, al‑Maktaba al‑waṭaniyya, 2005.

abtūr Ṣ. Y., Al‑Yazaniyyūn. Mawṭinu‑hum wa‑dawru‑hum fī ta’rīkh al‑Yaman al‑qadīm, ‘Adan, Dār al‑thaqāfa al‑‘arabiyya‑Jāmi‘at ‘Adan, 2002.

al‑Iryānī M. ‘Alī, Fī ta’rīkh al‑Yaman. Nuqūsh musnadiyya wa‑ta’līqāt, Ṣan‛ā’, Markaz al‑dirāsat wa‑l‑buḥūth al‑yamanī, 1990.

al‑Jindārī ‘A‑‘Az., al‑Hādī Ibr., Mukrid F. & al‑Dālī Ḥ. (eds), Katālūj al‑quṭa‘ al‑muhdā’t min fakhāmat al‑ra’īs ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ ra’īs al‑Jumhūriyya li‑l‑matḥaf al‑Waṭanī., Sanaa, Musée national de Sanaa, 2006.

Al‑Mawsū‘a al‑yamaniyya, 4 tomes, Ṣan‛ā’, Mu’assasat al‑‘Afīf al‑thaqāfiyya, 2003 (2e éd.).

al‑Nāshirī Alī, Dhī Jura wa‑dawru‑hum fī ḥukm dawlat Saba’ wa‑dhī‑Raydān, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

Nebes R., « Ein beschrifteter Goldanhänger aus dem Friedhof von Sha‘ūb », ABADY, IX, 2002, p. 227‑233.

Nu‘mān Kh., Al‑Awḍā‘ al‑siyāsiyya wa‑l‑iqtiṣādiyya wa‑l‑ijtimā‘iyya fī ‘ahd al‑milk Shammar Yuhar‘ish, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

Nu‘mān Kh., « Dhamār al‑Qarn mawqi‛ Dhamār al‑qadīm », in al‑Mu’tamar al‑duwalī al‑khāmis li‑l‑ḥaḍāra al‑yamaniyya. Ṣan‛āal‑ḥaḍāra wa‑t‑ta’rīkh, al‑mujallad al‑awwal, Ṣan‛ā’, 2005, p. 119‑147.

Sa‘īd N. Aḥm, Al‑Qawānīn al‑‘arabiyya al‑qadīma fī mamlakatay Qatabān wa‑l‑Haḍar. Dirāsa ta’rīkhiyya muqārana, al‑Iskandariyya, al‑Maktab al‑jāmi‘ī al‑ḥadīth, 2004.

ṢāliḤ Aḥm. Ṣ., « Mūmyā’ min Jabal Malḥān », al‑Musnad, 2, 2004, p. 22‑27.

al‑Saqqāf, A.‑R. ‘U., Taṭawwur al‑ma‘rifa al‑ta’rīkhiyya ‘an ḥaḍārat al‑Yaman qabla al‑Islām, San‛ā’, Maktabat al‑dirāsāt al‑fikriyya wa‑l‑naqdiyya, 2004.

al‑Saqqāf Ḥ., Aḍwā’ jadīda ‘alà al‑ta’rīkh. Tabābi‘a wa‑mulūk al‑Yaman, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

al‑Saqqāf Ḥ., Mulūk Saba’ wa‑dhī Raydān wa‑Ḥaḍramawt wa‑Yamnat, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑diyāḥa, 2005.

Shamsān Aḥm., « Al‑tanqībāt al‑athariyya fī mawqi‛ al‑Hasma – Shuqra – muhāfaẓat Abyan », in Amida Sholan, Sabina Antonini & Mounir Arbach (eds.), Dirāsāt sab’iyya. Dirāsāt fī al‑āthār al‑nuqūsh wa‑t‑tā’rīkh muhdāt ilà Yūsuf Muhammad ‘Abdallāh, Alessandro de Maigret, Christian Robin bi‑munāsabat bulūghi‑him al‑sitīn ‘āman, San‛ā’‑Napoli, 2005, p. 65‑96.

al‑Shar‘abī ‘A.‑Gh. ‛Alī S., Madānat al‑Sawā’. Dirāsa ta’rīkhīyya athariyya, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

al‑Shar‘abī ‘A.‑Gh.‛Alī S., « Manhūtāt wa‑nuqūsh min Maqwala mahfūza bi‑mathaf Qism al‑āthār bi‑kulliyyat al‑ādāb jāmi‛at Sanaa », in al‑Mu’tamar al‑duwalī al‑khāmis li‑l‑ḥaḍāra al‑yamaniyya, Ṣan‛ā’al‑ḥaḍāra wa‑t‑ta’rīkh, t. 1, San‛ā’, 2005, p. 203‑205 et pl. p. 316‑221.

al‑Shayba ‘Abd. H., Dirāsāt fī ta’rīkh al‑Yaman al‑qadīm, Ta‘izz, Maktabat al‑wa‘iy al‑thawrī, 1999–2000.

al‑Shayba ‘Abd. H., « Taqrīr a‘māl al‑masḥ wa‑t‑tanqīb al‑atharī fī mawqi‘ Maqwala”, al‑Musnad, 1, 2001, p. 52‑53.

Sholan Am., Antonini S. & Arbach M., Sabaean Studies. Archaeological, Epigraphical and Historical Studies in honour of Yúsuf M. Abdallāh, Alessandro de Maigret and Christian J. Robin on the occasion of their 60th birthdays = Dirāsāt sab’iyya. Dirāsāt fī al‑āthār al‑nuqūsh wa‑t‑tā’rīkh muhdāt ilà Yūsuf Muhammad ‘Abdallāh, Alessandro de Maigret, Christian Robin bi‑munāsabat bulūghi‑him al‑sitīn ‘āman, San‛ā’‑Napoli, 2005.

al‑‘Ubādī Aḥm. S. M., Al‑Yaman fī al‑masādir al‑qadīma, al‑yūnāniyya wa‑l‑rūmāniyya, Ṣan‘ā’, Wazārat al‑thaqāfa wa‑l‑siyāḥa, 2004.

Vogt B. & Gerlach Ir., « Bericht über die Notgrabungen im Friedhof Sha‘ūb », ABADY, IX, 2002, p. 185‑204, pl. 1‑22 ; traduction en arabe, « Sha‘ūb. Hafriyyāt tāri’a fī maqbara himyariyya qadīma b‑Sanaa », al‑Musnad, 2, 2004, p. 64‑68.

al‑Zubayrī Kh., Al‑Ilāh ‘Athtar fī diyānat Saba’. Dirāsa min khilāl al‑nuqūsh wa‑l‑āthār, sous presse, CEFAS‑Université d’Aden, 2008.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier ici MM. Aḥmad Shamsān et Khālid al‑Ḥājj de nous avoir fourni la liste des opérations de prospections et de fouilles menées par le GOAM.

2 GOAM : General Organization for Antiquities and Museums.

3 Originaire de la région de Sanḥān, le président de la République yéménite ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ a fait don au Musée national de Sanaa d’une dizaine d’objets en bronze trouvés lors de la fouille de Maqwala. Cf. Katālūj al‑quṭa‘ al‑muhdā’t min fakhāmat al‑ra’īs ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ ra’īs al‑Jumhūriyya li‑l‑matḥaf al‑Waṭanī, 2006. Les autres objets trouvés in situ sont déposés au musée de l’université de Sanaa.

4 Cf. « Taqrīr a‘māl al‑masḥ wa‑t‑tanqīb al‑atharī fī mawqi‘ Maqwala”, al‑Musnad, 1, 2001, p. 52‑53.

5 Cf. al‑Shar‛abī, 2005, p. 203‑205 et pl. p. 316‑221.

6 Cf. Arbach & al‑Halabī, 2005, p. 39‑44.

7 Cf. Vogt & Gerlach, 2004, p. 64‑68 ; Gerlach & Hitgen, 2005, p. 445‑463. Pour l’étude de quelques inscriptions trouvées in situ, voir Nebes, 2002, p. 227‑233.

8 Toutes ces momies sont actuellement déposées au musée de l’université de Sanaa, Département d’archéologie et histoire antique.

9 Cf. Ṣāli, 2004, p. 22‑27.

10 Voir Nu‘mān, 2005, p. 119‑147 ; Nu‘mān, 2004.

11 Ces textes portent, en hommage à l’auteur, le sigle al‑Zubayrī‑Bashār 1‑4 ; ils ont fait l’objet d’une publication par Mounir Arbach, cf. Arbach, 2005, pp. 17‑33.

12 Khalīl al‑Zubayrī nous a prématurément quittés suite à un accident de voiture en 2002. Il avait déjà soutenu brillamment, à l’université d’Aden, un mémoire de Master sur le culte de ‘Athtar dans la religion du royaume de Saba’. Cf. Zubayrī, sous presse.

13 Cf. al‑‘Ansī, 2005, p. 145‑182.

14 Voir Shamsān, 2005, p. 65‑96 pour la partie arabe ; Sholan, Antonini & Arbach, 2005.

15 L’équipe qui a réalisé la découverte du site de Bura‘ a aimablement invité en 2005 Christian Robin, Mounir Arbach et Fahmī al‑Aghbarī à voir les inscriptions historiques découvertes, ainsi que les vestiges archéologiques relevés dans la région avoisinante.

16 Ces textes feront l’objet d’une publication dans la prochaine livraison de Raydān, n° 8, par Fahmī al‑Aghbarī, maître de conférences à l’université de Sanaa.

17 Un seul projet a été lancé 2004 pour la protection des sites du Jawf, conjointement par le GOAM‑UNESCO‑FSD, et attend toujours d’être mis en oeuvre.

18 Malheureusement, excepté le site de Barāqish qui est protégé par l’armée et la police, les autres sites de la région du Jawf font ces dernières années l’objet d’un pillage systématique. Un projet de protection de ces sites a été lancé, en coopération avec l’UNESCO, le FSD et le GOAM. À ce jour, des centaines d’objets provenant du Jawf ont été sauvés et sont déposés au Musée national de Sanaa, mais aucune initiative de protection des sites n’a vu le jour.

19 Les données archéologiques ont été localisées sur la carte de Socotra au 1/200.000e : al‑Masḥ al‑mīdānī al‑atharī li‑jazīrat Suquṭra (al‑mawsim al‑awwal), ed. Amat al‑Bārī, GOAM, s.d.

20 Voir Bāsalāma, 1990 ; al‑Shar‘abī, 2004.

21 Ces mémoires de master et de doctorat ont été publiés à l’occasion de « Sanaa 2004 Capitale culturelle du monde arabe ». Cf. Abū al‑Ghayth, 2004 ; al‑‘Amrī, 2004 ; al‑Ashbat, 2004 ; Ḥabtūr, 2002 ; al‑Nāshirī, 2004 ; Nu‘mān, 2004.

22 Voir par exemple, sur la période himyarite (IVe‑VIe s. apr. J.‑C.), les deux ouvrages de Ḥamūd al‑Saqqâf : al‑Saqqāf, 2004 ; 2005.

23 Voir par exemple l’ouvrage sur la comparaison entre les textes juridiques dans les deux royaumes de Qatabān (Arabie du Sud) et de Ḥadar (Arabie du Nord). Sa‘īd, 2004.

24 Voir surtout Abd al‑Raḥmān al‑Saqqâf : al‑Saqqāf, 2004.

25 Voir à titre d’exemple, ‘Abdallāh, 1990 ; Bāfaqīh, 1993.

26 al‑Shayba,1999‑2000 ; al‑Garw, 2002.

27 Voir al‑Iryānī, 1990.

28 Il nous est difficile d’énumérer ici les ouvrages qui traitent de l’histoire mythique du Yémen préislamique et qui remplissent le marché ; le plus célèbre est sans doute al‑Farah, 2004. On trouve également des ouvrages qui essaient de montrer que tout vient du Yémen, à commencer par la civilisation hellénistique et romaine. Voir par exemple, al‑‘Ubādī, 2004.

29 Cf. Arbach, Crassard, Hitgen & Khalidi, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte illustrant les actions menées par le GOAM et les universités
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mounir Arbach et Rémy Crassard, « L’Arabie du Sud antique vue de l’intérieur  », Chroniques yéménites, 14 | 2007, 1‑14.

Référence électronique

Mounir Arbach et Rémy Crassard, « L’Arabie du Sud antique vue de l’intérieur  », Chroniques yéménites [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 18 mars 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/1364 ; DOI : 10.4000/cy.1364

Haut de page

Auteurs

Mounir Arbach

LÉSA‑CNRS, Collège de France, Paris

Articles du même auteur

Rémy Crassard

CEFAS, Sanaa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org