Navigation – Plan du site
Histoires

Manuscrits de provenance yéménite donnés à la Bibliothèque nationale par Pierre Bardey en 1930

Marie-Geneviève Guesdon

Résumé

Pierre Bardey, l’un des principaux donateurs d’objets sudarabiques au Musée du Louvre a également donné en 1930 à la Bibliothèque nationale dix‑sept manuscrits qu’il avait acquis lors de son long séjour au Yémen. Onze de ceux‑ci sont datés, du XIVe au XIXe s. La plupart ont été copiés au Yémen. Leur observation montre la persistance à travers les siècles de caractéristiques propres au Yémen, notamment dans la graphie de certaines lettres arabes, accompagnée d’une évolution commune à l’ensemble du Moyen Orient  pour la fabrication des manuscrits.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une version courte de cet article se trouve en ligne, dans les Chroniques du manuscrit au Yémen 1 (fév. 2006), http://cy.revues.org. La Bibliothèque nationale (BN) est devenue la Bibliothèque nationale de France en 1994.

Texte intégral

1Le 24 juillet 1930, Marcel Cohen transmettait à la Bibliothèque nationale 17 manuscrits arabes de la part de Pierre Bardey. Quelques mois auparavant, ce dernier avait adressé au Directeur de la Bibliothèque nationale une lettre où il le priait d'accepter un don de vingt manuscrits qu'il lui avait « été possible de réunir au cours d'un long séjour en Arabie méridionale ». La lettre est accompagnée d’une liste qui comprend dix‑sept manuscrits et fait état de trois autres en mauvais état, qui n'ont finalement pas été donnés1.

2 Pierre Bardey demeurait alors à Pontoise où il devait mourir le 7 janvier 1938. Le récit de son frère Alfred, dont il fut le partenaire commercial au Yémen, nous fait connaître quelques moments de sa biographie. Né en 1856, il passa sa jeunesse à Lyon. Comme agent de la société commerciale « Mazeran, Vianney et Bardey. Lyon, Marseille, Aden », il se rendit à Zeila, Harar, puis Aden où il séjourna longtemps pour le compte de la société fondée sous son nom en 1884. Il quitta définitivement Aden en 1919.

3Les frères Bardey sont surtout connus pour avoir été les employeurs d'Arthur Rimbaud au Yémen et à Harar, mais ils contribuèrent aussi à une meilleure connaissance du Yémen en France. Alfred est l'auteur de plusieurs publications sur cette région dans des revues de géographie2 et Pierre participa de 1907 à 1919 au Comité des Travaux historiques et scientifiques du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux‑Arts. Entre 1885 et 1928, les deux frères donnèrent au total 110 objets au Musée du Louvre, dons qui constituent la plus grande partie de la collection sud‑arabique de ce dernier3. Pierre a peu écrit et ses notes sur les objets envoyés ont été publiées ou rapportées ou dans le Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques4.

4Dans une lettre à son frère Alfred, datée du 30 novembre 1982, Pierre Bardey évoque l'envoi de « 4 livres écrits à Harar en arabe très ancien. Celui relié en rouge et bien conservé est une histoire de la conquête de l’Abyssinie. Il paraît qu’il renferme des renseignements complètement inédits sur ce pays. Monseigneur voulait que je le lui laisse quelques jours en disant qu’il paierait les frais de traduction pour en avoir une copie. Je louvoie pour avoir le fameux livre dont je t’ai parlé, écrit sur des peaux de gazelles. Celui qui l’a jusqu’à présent ne veut s’en défaire à aucun prix mais j’espère y arriver » (Bardey, 1981)5. Alfred Bardey raconte aussi que Pierre avait acquis à Harar un manuscrit des Futûh al‑Habaša, une histoire de la conquête de l'Ethiopie par Ahmad al‑Ġâzî au xvie s. qui représente probablement l'ouvrage relié dont il est question dans la lettre. Alfred les prêta à la Bibliothèque‑Musée d’Alger en novembre 1883. Quand il les fit demander, on lui répondit qu’ils étaient catalogués et qu’il fallait alors les réclamer au Ministère. Un calendrier syriaque ancien aurait subi le même sort que les Futûh al‑Habaša, qui figurent au catalogue de E. Fagnan sous le numéro 1628, le numéro 1629 étant une copie exécutée à Alger en 1883 (Fagnan 1893, nº1628 et 1629). Plutôt que de syriaque, il s’agit plus probablement d’une écriture sud‑arabique. Quant au livre sur "peaux de gazelles", on ne sait si Pierre Bardey a pu l'obtenir, mais il ne figure pas parmi les manuscrits donnés à la Bibliothèque nationale.

5Les manuscrits donnés par Pierre Bardey ont été reliés à la Bibliothèque nationale et portent maintenant les cotes Arabe 6784 à Arabe 6800. Le lot comprend onze manuscrits datés et six non datés. Certains portent des traces d'une production au Yémen, soit parce que le copiste a indiqué le lieu de son travail, soit parce que des caractéristiques paléographiques le laissent penser. D’autres semblent avoir été produits ailleurs, en particulier en Iran.

6Deux manuscrits sont datés du XIVe s. : ce sont deux parties du Kaššâf ‘an haqâ’iq al‑tanzîl d'al‑Zamahšarî6. Arabe 6791 est un troisième juz' d’une série de huit, dont la copie a été achevée en dhû l‑hiğğa 727/octobre‑novembre 1327, tandis qu'Arabe 6796 est un premier juz'  d’une série de quatre, achevé en rabî‘ I 726/février‑mars 1326 pour la bibliothèque de l’imâm yéménite ‘Imâd al‑Islâm Yahyâ b. Hamza b. Rasûl Allâh7. Il porte plusieurs marques de possession : l’une de ‘Abd Allâh b. Ismâ‘îl al‑Hawhî al‑Husaynî est datée de 1194/17798 ; une autre de son fils est datée de 1244/1829 ; une troisième d’Ahmad b. ‘Alî b. Muhammad b. ‘Alî b. ‘Abd al‑Rahmân al‑Hattârî est datée d’Aden, 1280/1863. Des marques dont le nom a été effacé sont datées de 1253/1839 et Aden, 1280/1863.

7Dans ces deux manuscrits du XIVe s., les dâl‑s et les tâ'‑s sont sous‑ponctués. On remarque aussi des caractères communs du point de vue de la codicologie, et le fait que les volumes soient constitués de quaternions numérotés en toutes lettres confirme les observations d’Arianna d’Ottone sur la composition des manuscrits yéménites (d’Ottone 2003). Parmi d’autres caractères communs, dont on ne sait pour l’instant s’ils sont plus fréquents au Yémen qu’ailleurs, on peut signaler la ponctuation faite de nûn‑s stylisés rehaussés de rouge, la mise en valeur de certains mots par le repassage d’une partie des lettres à l’encre rouge, l’absence de réclames, la transcription des mots à rubriquer dans la pliure des feuillets, les colophons écrits sur des lignes courtes et égales. Arabe 6796 est copié sur un papier à vergeures et fils de chaînette groupés par deux et trois, Arabe 6791 sur un papier où aucune trace n'est perceptible, semblant correspondre à la description de papiers de fabrication yéménite par Arianna d'Ottone (d’Ottone, 2004, p. 44‑45).

8Les manuscrits copiés au XVe s. sont aussi au nombre de deux : Arabe 6800 contient un commentaire des ‘Aqâ’id d'al‑Nasafî par al‑Taftâzânî9, commencé en šha‘bân 805/février‑mars 1403 et terminé en šha‘bân 807/février‑mars 1405. Les cahiers sont des quinions, et l'écriture ne présente aucune des caractéristiques des deux manuscrits précédents, si ce n'est la forme du colophon. Le papier est de fabrication orientale, avec des vergeures et des fils de chaînette difficilement visibles. Le style d’écriture, la présence de notes en persan, un format très vertical, 23 x 10 cm, évoquent une origine iranienne plutôt que yéménite. Le volume porte des marques d’achat, l’une avec les noms de Muhammad b. Šaraf b. al‑Maqdisî et Ibrâhîm b. Yahyâ al‑husaynî, datée de šha ‘bân 1165/juin‑juillet 1752, et l’autre de Muhammad Mûsâ Sûmâr, datée de šawwâl 1319/janvier 1902. Le manuscrit est probablement entré au Yémen entre ces deux dates.

9Arabe 6795 contient le Kitâb šarâ’i‘ al‑Islâm fî masâ’il al‑halâl wa al‑harâm de Ja‘far b. hasan al‑hillî10, dans une copie achevée le 14 jumâdâ I 862/30 mars 1458 par ‘Umar (ou Muhammad ?] b. hasan b. [… ?] al‑‘Âmilî. Ce manuscrit constitué de quinions à l'époque où les quaternions sont les plus fréquents ne présente aucun autre indice laissant supposer une origine yéménite. Le papier est dépourvu de traces de vergeures, sauf à quelques feuillets, mais il ne présente pas le caractère « chaotique » décrit par Ariana d'Ottone pour les papiers de fabrication yéménite. Les marques de possession sont aux noms de Muhammad b. Ishâq, ‘Abd al‑Qâdir b. Ahmad (marque datée de 1178/1764‑65), hasan b. Sa‘îd (datée de 1178/1764‑65), Muhammad b. ‘Abd Allâh al‑Wašalî (datée de 1179/1765‑66). Le dernier f. porte une iğâza au nom de Muhammad b. Muhammad b. hasan al‑Mahîrî, écrite par Muhammad b. Ahmad b. Muhammad b. Ya‘qûb (f. 217) (Vajda 1956, p.60).

10Il n'y a parmi les manuscrits donnés par Pierre Bardey aucun manuscrit daté du XVIe s., mais deux du XVIIe s. : Arabe 6789 : al‑Itqân fî ‘ulûm al‑Qur’ân d'al‑Suyûtî11, dans une copie achevée le 20 muharram 1042/7 août 1632. On y trouve plusieurs marques, dont celle d’une lecture commencée le 19 j (jumâdâ ?) 1265 dans une mosquée de San‘â’ devant le šayh al‑Mu‘îd b. Hasan b. ‘Uthmân al‑Wazîr12 et une marque de possession de ‘Alî b. Salâh al‑Sûrî (Mûrî ?), des marques d’achat, l’une de Muhammad b. Mûsâ, datée de 1319/1901‑1902, l’autre de Muhammad b. Zayd b. ‘Alî al‑Akwa‘, datée de 1128/171613. Le premier pourrait être Muhammad ibn Mûsâ Sûmâr qui fut le possesseur de trois autres manuscrits de ce lot. L'écriture est dense, mais agrémentée de mots écrits en rouge ou de couleur ocre. Elle ne présente pas de caractéristiques de ponctuation qui permettraient de localiser le manuscrit au Yémen, mais rien ne s’oppose à cette localisation. On relève quelques ponctuations de petits points rouges. Le manuscrit est constitué de quinions. Le papier de fabrication italienne porte divers filigranes en forme de trois croissants, d'ancre et de couronne.

11Arabe 6786 contient la recension alphabétique du Dîwân d'al‑Mutanabbî (Segzin, 1967), dans une copie anonyme achevée le mercredi 18 safar 1061/10 février 1651, contenant une note d’al‑Murtahâ b. Sa‘d b. Hasan b. ‘Alî indiquant qu’il a acheté le volume à un courtier appelé Hâdî b. Husayn Fâhir de San‘â’ en 1157/1744. Les dâl‑s  et les tâ'‑s  sous‑ponctués, comme la proximité entre la date de copie et une marque au nom de Sâlih b. Ibrâhîm b. Muhammad b. ‘Abd Allâh al‑Muhallâ, datée de San‘â’, 1064/165414, laissent présumer une origine yéménite. Les cahiers sont des quaternions, pour lesquels la préférence semble donc avoir perduré bien au delà de la période étudiée par Arianna d'Ottone. Quelques‑uns sont numérotés en chiffres, puis en lettres. Tous les milieux des cahiers sont marqués par un petit rond au coin supérieur externe du recto de leur 5e feuillet. Les lignes de vers sont agrémentées de points rouges, et parfois de points noirs ou jaunes rehaussés de rouge. Le colophon a été inséré sur des lignes diagonales entre la fin du texte et une formule religieuse. Le papier est de fabrication européenne, mais les filigranes diffèrent de ceux du manuscrit précédent, puisqu'ils sont en forme de main ou de croix inscrite dans un cercle.

12Trois manuscrits sont datés du XVIIIe s., dont deux semblent avoir été copiés au Yémen. Arabe 6797 est une seconde recension alphabétique du Dîwân d'al‑Mutanabbî, achevée le 7 rabi‘ II 1159/30 mars 1746, avec une marque d’achat de ‘Alî b. Muhammad au sayyid al‑Husayn b. ‘Abd al‑Karîm dont était témoin le faqîh Ahmad b. ‘Alî al‑Akwa‘ datée de 1286/1869‑7015. Dâl‑s, et tâ'‑s sont sous‑ponctués. La surface écrite est encadrée de filets rouges et verts, les lignes de vers sont ornées de points rouges ou verts, parfois de petits ronds entourés de point rouges. Le rouge et le vert sont aussi utilisés pour les passages entre les poèmes. Le colophon occupe toute la largeur de la surface écrite. Le papier présente des filigranes en forme de trois croissants, dont l’un avec la contremarque AZ, et de soleil à face humaine inscrit dans un cercle.

13Arabe 6793 est une copie des ‘Ağâ’ib al‑malakût16 de Muhammad b. ‘Abd Allâh al‑Kisâ’î17, achevée le 14 muharram 1188/27 mars 1774 par Sâlih b. Hasan Nâhir b. Ahmad Šarîf b. ‘Alî, habitant de Našamah, un village proche de Taez18, et chaféite, à la demande d'un certain Ahmad, dont le nom du père a été laissé en blanc. Un encadrement de deux filets noirs tracé à main levée donne une impression peu soignée, mais l'écriture est néanmoins régulière, quoique sans réglure. Le colophon en grands caractères occupe deux pages. Les dâl‑s  et les tâ'‑s sont sous‑ponctués. On ne peut pas discerner la composition des cahiers. Le papier porte des traces de filigranes en forme d’armoirie et trois croissants. Arabe 6784 contient une autre copie anonyme datée de 1204 h/1789‑90 du commentaire des ‘Aqâ’id d'al‑Nasafî par al‑Taftâzânî suivie d'une glose d’Ahmad b. Mûsâ al‑Hiyâlî19. L’écriture, le format, les notes en persan font pencher pour une origine iranienne. Une marque d’achat est datée de 1322/1903. Le premier feuillet a été refait par la même main qui a inscrit cette marque, celle de Muhammad Mûsâ b. Mûsâ b. Sûmâr. Un cachet ovale est au nom de Abû l‑Baqâ Khûja Mukhlisî.

14Deux manuscrits sont datés du xixe s. Arabe 6798, de grand format, contient un fragment du Kitâb al‑Aġhânî d'Abû l‑Farağ al‑Isfahânî20, dont une partie a été achevée le 5 ramadân 1220/27 novembre 1805 par Yahyâ b. Muhammad b. ‘Abd al‑Wâsi‘  pour lui‑même et une autre le mercredi 29 rağab 1220/24 septembre 180521. Les dâl‑s  et les tâ'‑s sont sous‑ponctués. La plus grande partie est encadrée, l’écriture est soignée mais sans réglure. Les cahiers sont des quaternions non numérotés. Les lignes de vers sont ornées de points rouges, parfois groupés par trois, de petits ronds jaunes rehaussés de rouge et de vert. La surface écrite est encadrée d’un filet noir, sauf à certains feuillets probablement refaits. Le colophon est en triangle. Le papier présente des filigranes en forme de croissant isolé ou de trois croissants, et les lettres FV.

15Arabe 6794 contient un commentaire de Mulhat al‑i‘râb d’al‑Qâsim b. ‘Alî al‑Harîrî par ‘Abd Allâh b. Ahmad al‑Fâkihî intitulé Kašf al niqâb ‘an mukhaddarât al‑i‘râb22, dont la présentation n’est pas très soignée. La copie a été achevée le 4 dû l‑hiğğa 1244/7 juin 1829 par Yahyâ b. Ismâ‘îl b. Muhammad b. Hasan b. Muhammad b. hamza. Le texte a été lu devant le faqîh Qâsim b. Sâlih al‑Harîzî en muharram 1245/1829 et devant al‑Sayyid al‑Khalîl b. Muhammad b. ‘Alî al‑ [… ?] en jumâdâ II 1245/1829, à une date inconnue devant al‑sayyid b. ‘Abd al‑Rahmân b. ‘Abd Allâh b. ‘Abd al‑ [… ?]. Il a été en possession de ‘Abd al‑Nâhir b. Ismâ‘îl (1264/1848) et de Muhammad Mûsâ Sûmâr (1291/1874). Les dâl‑s  et les tâ'‑s  sont sous‑ponctués. La surface d’écriture et les marges sont encadrées d’un filet noir, ocre ou brun, dans une présentation qui rappelle celle de Arabe 6793 et 6798. Les mots mis en valeur sont écrits en caractères gras, avec des parties repassées à l’encre rouge. Le papier présente des filigranes en forme de trois croissants.

16Les manuscrits non datés sont au nombre de six. Il s'agit de copies du XIXe s., à l'exception d'Arabe 6787 que l'on peut situer au XVIIIe s. Il contient des gloses sur les ‘Aqâ’id al‑‘Adudiyya d’al‑Îğî par Mîrzâ Jân23. Les dâl‑s et les tâ'‑s ne sont pas ponctués. L’encadrement de la surface écrite et des marges est soigneusement réalisé et l’écriture très régulière, suivant une réglure à la mistara. Un cahier manque au début, et on peut supposer qu’il s’agissait d’un manuscrit de luxe comportant un décor de frontispice. Il porte à plusieurs feuillets un cachet en forme de cartouche où l’on peut lire « waqf … Darwîš … muftî …b. ‘Abd al‑‘Azîz ». Le format est vertical. Les cahiers de 8 f. portent des traces d’une numérotation en chiffres orientaux et en toutes lettres24. Le papier très fin est de fabrication orientale. Ce manuscrit n’est probablement pas copié au Yémen, mais plutôt en Iran ou en Turquie.

17À l'exception de Arabe 6799, les manuscrits du XIXe s. ont en commun un papier portant un filigrane avec croissant à profil humain. Dans Arabe 6788, le filigrane n'est pas visible dans sa totalité. La partie supérieure ressemble à une armoirie avec fleur de lys au sommet. Le manuscrit contient trois textes : Al‑fawâkih al‑badriyya fî l‑‘aqdiya al‑hukmiyya de Muhammad b. Muhammad Ibn al‑Ġars25 , Al‑sirâğiyya fî ‘ilm al‑farâ’id de Muhammad b. Muhammad al‑Sağâwandî26 ; Nafhat al‑azhâr šarh muhtasar al‑manâr de Qâsim b. Qutlûbuġâ al‑Misrî al‑Hanafî (802‑879/1399‑1474). La fin du texte est en pointe et bordée de deux filets noirs. Le manuscrit porte une marque de possession d’Abû l‑Ma‘âlî Muhammad ‘Umar (al‑Sindî ?) datée de 1296/1878. C'est l'un des deux seuls manuscrits à décor de l'ensemble. Chacun des textes est précédé d'un frontispice où figurent le nom de l'auteur et le titre dans des bandeaux et des motifs centraux en forme de losange à huit lobes ou de cercle, de couleur ocre, bleue, mauve, noir. La surface écrite est encadrée de filets mauves, rouges, bleus ou noirs et les marges sont bordées d’un filet rouge. Le papier ne présente pas de filigrane. Les dâl‑s  et les tâ'‑s ne sont pas ponctués. Les cahiers sont des quinions. Arabe 6785 est un recueil de prières de petit format, fait de copies de plusieurs mains et sur des papiers différents. L'un d'eux porte un filigrane en forme de deux croissants à profil humain, avec une contremarque rognée, dont seule est visible la pointe d'un V ou d'un A. Un autre présente deux croissants, et un autre un écu avec croissant à profil humain et une lettre rognée qui pourrait être un G. Il pourrait s'agir dans ce cas d'un papier accompagné généralement d'une contremarque au nom de Andrea Galvani, Pordenone, produit à partir de 1836 et resté en usage jusqu’au début du XXe s27. Cependant, un autre du même type, avec les lettres VG et non AG, est attesté en 181028. Le manuscrit comprend aussi quelques feuillets de papier non filigrané. Une marque au nom de Hamîd b. ‘Umar Dâwar est datée de 1307/1889‑1890, une autre au nom de Muhammad ‘Umar Mu‘în de 1295/1878.

18Arabe 6790 contient le Tafsîr al‑Ğalâlayn d'al‑Mahallî et al‑Suyûhî29, incomplet de la fin. La date de muharram 1201/octobre‑novembre 1786 a été ajoutée aux f. 1 et 156, mais le manuscrit est postérieur. Le filigrane en forme d’écu avec croissant à profil humain est accompagné d'une contremarque au nom de Andrea Galvani, Pordenone30 et le manuscrit ne peut donc être antérieur à 1836. Il est composé de quinions numérotés en chiffres arabes orientaux surlignés. Les dâl‑s  et les tâ'‑s ne sont pas sous‑ponctués.

19Arabe 6792 contient les Lubâb al‑i‘râb ‘an luġat al‑A‘râb de Ğibrâ’îl Farhât31. Les dâl‑s et les tâ'‑s ne sont pas sous‑ponctués, les cahiers sont des quinions. Le filigrane en forme d’écu contenant un croissant à profil humain et la lettre A est associé à un oiseau bicéphale avec les lettres EGA. Le manuscrit est probablement tardif, car il présente des caractéristiques du livre imprimé, telles que la pagination et l'indication des rubriques dans la marge supérieure. On pense à une origine plus centrale : Egypte, Syrie ou Liban.

20Le copiste de Arabe 6799, qui contient le Dîwân de Zuhayr al‑Muhallabî32, a utilisé un papier continu. Le volume porte des marques de possession de Muhammad b. Muhammad ‘Umar Šâra et deux empreintes de pièces de monnaie, l’une de l’Empire britannique, portant à l’avers « Victoria Empress » et au revers « Two annas India 1887 » (f. 105v) et la seconde en caractères arabes, avec tuġra à l’avers (f. 1) et au revers « ‘azza nahrahu huriba fî Qusanhîniyya sana 1277 ». Les dâl‑s et les tâ'‑s ne sont pas sous‑ponctués. La composition des cahiers n'est pas perceptible. Ce manuscrit est le second manuscrit orné du lot. La surface écrite est encadrée et compartimentée par un filet rouge. Les indications autres que les vers eux‑mêmes dont données dans des bandeaux en lettres de couleurs (rouge, vert, bleu, noir pailleté) dans des bandeaux, parfois sur fond jaune. La première page est ornée d'un frontispice avec motif triangulaire et encadrement sur trois côtés à décor végétal en réserve avec points rouges sur fond bleu.

21Ces dix‑sept manuscrits semblent avoir circulé au Yémen, surtout à San‘â’ et Aden. Muhammad ibn Muhammad Mûsâ Sûmâr, dont le nom figure à quatre reprises parmi ceux des anciens possesseurs, pourrait être l‘une des personnes auprès desquelles Pierre Bardey s’est directement procuré les ouvrages33. Nous pouvons estimer que sept d’entre eux (Arabe 6791, 6796, 6786, 6797, 6793, 6798, 6794) ont été de manière certaine copiés au Yémen, et quatre dans d’autres régions (6800, 6784, 6787, 6792). Le lieu de copie est indéterminé pour six manuscrits (Arabe 6795, 6789, 6788, 6785, 6790, 6799), les quatre derniers étant copiés au XIXe s. et non datés. On observe la persistance jusqu’à une époque tardive de caractères particuliers aux manuscrits yéménites, comme la sous‑ponctuation des dâl‑s  et des tâ'‑s et l’usage des quaternions. Toutefois, il ne s’agit pas là de critères absolus permettant une localisation : certains manuscrits yéménites ne sont pas sous‑ponctués et tous les quaternions n’ont bien sûr pas été fabriqués au Yémen ! Parallèlement à ce conservatisme, les manuscrits yéménites semblent avoir connu une évolution commune à tous ceux du Proche‑Orient, notamment dans la forme des colophons, l’usage des réclames, l’encadrement des surfaces écrites.

Haut de page

Bibliographie

Bardey (A.)

1981 : Barr‑Adjam : souvenirs d’Afrique Orientale, 1880‑1887, précédé de « Le Patron de Rimbaud » par Joseph Tubiana, Paris, Éditions du CNRS

Brockelmann (C.)

1937‑1942, 1943‑1948 : Geschichte der Arabischen Literatur, Supplément

Brockett (A.0

1987 : « Aspects of the physical transmission of the Qur’ân in 19th century Sudan: script, decoration, binding and paper”. Manuscripts of the Middle East, ii, p. 45‑67

Calver (Y.) & Robin (Ch.)

1997: Arabie heureuse, Arabie déserte : les Antiquités arabes du Musée du Louvre, Paris, Réunion des Musées nationaux (Notes et documents des Musées de France)

Fagnan (E.)

1893 : Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Départements xviii, Paris

Guidi (I.)

1895‑1900 : Tables alphabétiques du Kitâb al‑Aghâni, rédigées avec la collaboration de R. E. Brünnow, S. Fraenkel, H.D. van Gelder, W. Guirgass, E. Hélouis, H.G. Kleyn, F. Seybold t G. van Vloten, Leiden

Guyard (S.)

1883 : Le Divan de Beha ed‑din Zoheir. Variantes au texte arabe, Paris

Hezwodd (E.)

1950 : Watermarks mainly of the 17th and 18th centuries, Monumenta chartae papyraceae illustrantia, Hilversum

 

Nassau Lees (W.), Husayn (Hadim) & Al‑Hady (‘Abd) (éd.)

1856: The Coran, with the commentary of the imam Aboo al‑Qasim Mahmood ibn ‘Omar al‑Zamakhsjari entitled the Kashshaf’an Hqaiq al‑Tanzil, Calcutta

Nikolaev (V.)

1954: Vodyanye Ottomanskoï imperii, Vodianye znaki na burnage srednevekovyh dokumentov bolgarskih knigohranilic, i, Sofia

d’Ottone (A.)

2003: “Les manuscripts arabes du Yémen (IVe‑IXe/XIIe‑XVe siècles) : quelques remarques codicologiques », Chroniques yéménites, 11, [.66‑67]

2004 a : « La produzione ed il consumo della carta in Yemen (secoli XIe‑IXe H./A.D. XII‑XV) » Gazette du livre médiéval, 44, p. 39‑49

2004 b : « La carta in Yemen : osservazioni sulle provienze e i materiali », Gazette du livre médiéval, 45, p. 56‑58

Palmer (E.H.)

1876 : The poetical works of b.Z. of Egypt with metrical English translation, notes and introduction, Cambridge

Regourd (A.)

2006: Catalogue des manuscrits de la collection ‘Abd al‑Rahman al‑Hadhrami, Zabid, 1, CEFAS, Sanaa

Sezgin (F.)

1967 : Geschichte des arabischen Schrifttums, Leiden

Vajda (G.)

1956: Les Certificats de lecture et de transmission dans les manuscrits arabes de la Bibliothèque nationale de Paris, Paris, p. 60

Zabàra (Muhammad ibn Muhammad)

 [197] : A’immat al‑Yaman bi‑‘l‑qarn al‑râbi’ ’ashar, Le Caire

1388 H. : Nayl al‑watar min tarajim rijal al‑Yaman fî al‑qarn al‑thâlith ‘ashar, Le Caire

Ziriki (H.D.)

1979: Al‑A’Lâm, Beyrouth

Haut de page

Notes

1 Lettres de Marcel Cohen et Pierre Bardey : BNF, Département des manuscrits, archives modernes, 528.
2 Notamment dans les Comptes‑rendus des séances de la Société de Géographie, Bulletin de géographie historique et descriptive, Bulletin de la Société de Géographie commerciale, La bibliographie d’Alfred Bardey se trouve dans Bardey, 1981, p. LI‑LVII.
3 Mes remerciements vont à M.J. Castor, Musée du Louvre, pour les informations qu’elle m’a fournies sur Pierre Bardey.
4 Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques du Ministère de l’Instruction publique et des beaux‑Arts, 1907, p.  CLXI ; 1908, p. CXXXI ; 1909, p. XXXIX, p. IX.
5 « Monseigneur » est certainement Monseigneur Taurin Cahagne, évêque qui accompagna Alfred Bardey dans une expédition de Aden à Zeilah, cf. Bardey, 1981, p. 241‑242 et index . 
6 Brockelmann, I² p. 345, Supplément I p. 507 ; Le Caire, 1935, 1966 ; Lees, Husayn et al‑Hayy, 1856.
7 Connu sous le nom d’al‑Mu’ayyad (669/1270‑747/1346). Cf. Brockelmann I² p. 237, Supplément II p. 507 ; Ziriklî, 1979, VIII, p. 143.
8 Résidait à San’â’, mort en 1243/1827‑28. Cf. Zabâra, 1388 H., II, p. 67, 275. Une bibliographie des ouvrages permettant l’identification des noms propres yéménites figure dans Regourd, 2006.
9 Brockelmann, I² p. 548, Supplément I p. 758 ; Claude Salâma (éd.), Damas, 1974.
10 Brockelmann, I² p. 514, Supplément I p. 711 ; M. Ğawâd Muġniya (éd.), Beyrouth, 1930.
11 Brockelmann, II² p. 181, Supplément II p. 179 ; Muammad Abû l‑Fahl Ibrâhîm, Le Caire, 1967.
12 Sur le père de ce personnage, voir Zabâra, 1388 h., I, p. 342, n° 164.
13 D’autres marques sont moins indicatives : marques de possession de Muhammad b. ‘Abd al‑Karîm, au nom de Muhammad (le reste du nom a été effacé), cachet au nom de Muhammad b. ‘Abd [... ?].
14 Le manuscrit porte d’autres marques de possession moins explicites aux noms de Ismâ‘îl […] al‑Qâsim b. Muhammad b. ‘Alî et Jamâl al‑Dîn.
15 Autre marque de possession de Muhammad b. Ġunaym.
16 Brockelmann, I² p. 429, Supplément I p. 592.
17 Ibid.
18 Cette indication m’a été donnée par Anne Regourd.
19 Brockelmann I² p. 548, Supplément I p.  559.
20 Brockelmann, I² p.153, Supplément I p. 225‑226; Sezgin 1967, i, p 381‑382; Impr. Bûlâq 1285 H. Éd M. Abû al‑Fadl Ibrâhum, Le Caire, 1938‑1974; Guidi, 1895‑1900.
21 Peut‑être en relation avec la famille al‑Wâsi'î, cf. Ziriklî, 1979, IV, p. 178.
22 Brockelmann, I² p. 329, Supplément I p. 489. Impr. s.l., [1932].
23 Brockelmann, Supplément II p. 292.
24 Le f. 16 est le début du quatrième cahier.
25 Brockelmann, Supplément II p. 424. Impr. Le Caire, 1908.
26 Brockelmann, I² p. 470 ; éd. Al‑Serajiyah with english transl. and cmt, by W. Jones, Calcutta, 1792.
27 À comparer à Heawood, 1950, 860 ; Brockett, 1987, p. 45‑67.
28 Nikolaev, 1954, 959.
29 Brockelmann, II² p. 196, Supplément. II, p. 179., Le Caire, 1934‑35, 1970, 1978.
30 Voir note 22.
31 Brockelmann,, Supplément. II, p.389 ; impr. Rušayd Dahdah, Marseille, 1849.
32 Brockelmann, I² p. 307‑308, Supplément I p. 465‑466 ; The poetical works of b.Z. of Egypt  with metrical English translation, notes and introduction by E. H. Palmer, Cambridge, 1876.
33 Manuscrits Arabe 6789, 6793, 6794, 6800. Il est peut‑être un membre de la famille « Mûsâ » mentionnée par Zabâra, II, p. 237.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Geneviève Guesdon, « Manuscrits de provenance yéménite donnés à la Bibliothèque nationale par Pierre Bardey en 1930 », Chroniques yéménites [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 08 octobre 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cy.revues.org/1177 ; DOI : 10.4000/cy.1177

Haut de page

Auteur

Marie-Geneviève Guesdon

Bibliothéque nationale de France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org