Navigation – Plan du site
Compte-rendus

A la recherche de manuscrits dans les bibliothèques privées du Yémen : première mission à zabid

Geneviève Humbert et Geneviève Simon

Entrées d’index

Mots-clés :

manuscrit
Haut de page

Texte intégral

1Première mission à Zabid

2Geneviève Humbert

3A l'origine du projet de sauvetage des collections de manuscrits privés de la ville de Zabid se trouve M. 'Arafat al-Hadrami, qui s'est fixé pour but de les protéger de la dispersion et de la mort lente, si possible en les réunissant dans une bibliothèque commune.

4En 1995, il parle de son projet à M. Mohammed al-Aroussi, professeur à l'Université de Sanaa et auteur d'une thèse sur les madrasas de Zabid, soutenue à Aix-en-Provence, qui propose de faire un catalogue, avec l'appui du Centre Français d'Etudes Yéménites.Tous deux prennent alors contact avec M. Franck Mermier, qui contacte à son tour la section arabe de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes (I.R.H.T.)1 La contribution de l'I.R.H.T. à la conservation des manuscrits de Zabid peut consister à mettre à la disposition des bibliothèques qui en feront la demande ses conpétences en matière d'étude et de description des manuscrits, à tenir à leur disposition un matériel photographique perfectionné, et enfin à assurer à des Yéménites qui le désireraient une formation spécialisée. Pour la section arabe de l'I.R.H.T., la perspective d'avoir un accès privilégié à des collections de manuscrits jamais inventoriées dans un pays aussi anciennement islamisé et dans une ville au passé aussi prestigieux que celui de Zabid représente une chance extraordinaire.

5Deux opérations sont alors décidées : un Yéménite viendra passer un mois à Paris pour recevoir un début de formation et la signataire de ces lignes, membre de la section arabe de l'I.R.H.T., se rendra ensuite à Zabid pour une première mission exploratoire. C'est ainsi que M. al-Aroussi est venu passer le mois de septembre 1995 à Paris, où il a suivi un stage de formation à la photocopie de manuscrits (texte et image) organisé par l'I.R.H.T. Pour ma part, je me suis rendue à Zabid (où j'ai retouvé M. al-Aroussi) en mars 1996.

6'Arafat al-Hadrami tenait à notre disposition l'inventaire de la bibliothèque de son père, 'Abd al-Rahman al-Hadrami, qui donne une description assez complète des manuscrits qui y sont conservés, avec titre et auteur, incipit, explicit, colophon, état de conservation du texte (complet ou non) ; date de copie, dimensions, nombre de lignes à la page, couvrure ou reliure, type d'écriture, encre ; possesseurs, notes marginales, grattage et corrections, remarques générales (portant par exemple sur l'épaisseur, l'état général du manuscrit, l'encadrement). Il proposait de nous montrer les manuscrits correspondants, de nous introduire dans quelques familles possédant une collection de manuscrits, ou encore d'examiner une collection de manuscrits constituée, sur son initiative, par des dons (en principe un par famille possédant des manuscrits). Cette collection, amorce de la première bibliothèque publique de la ville (mais privée par son statut) a été réunie dans une annexe de la mosquée al-Asha'ir. Pour des raisons pratiques, c'est cette dernière solution que nous avons retenue.

7La bibliothèque, attenante à la mosquée al-Asha'ir, comprend une salle de lecture donnant sur deux magasins. Le premier conserve les dons et compte une trentaine de manuscrits, ce qui donne une indication sur le nombre de collections privées à Zabid (qu'on peut estimer inférieure à trente toutefois, car j'ai pu constater que certaines familles avaient donné à la bibliothèque plus d'un manuscrit). Le deuxième magasin conserve des feuillets dépareillés ou des manuscrits en très mauvais état qui proviennent de trouvailles personnelles de 'A. al-Hadrami (parfois ramassées dans quelque poubelle).

8Dans le premier magasin, de 30 m2 environ, les manuscrits sont disposés dans des armoires métalliques basses vitrées. Ils sont posés à plat, sans chevauchement. Très peu d'entre eux sont reliés et les autres ont pour la plupart simplement une couverture en carton ; un manuscrit sans reliure est enveloppé dans une reliure de cuir étrangère au manuscrit ; dans certains manuscrits non protégés, les fils de couture des cahiers ont disparu. Les manuscrits n'étaient ni cotés ni foliotés : nous avons pu leur affecter une cote, mais ils ne sont toujours pas foliotés. Un seul manuscrit avait été paginé dès l'origine.

9Les manuscrits sont presque tous datés. Parmi les 14 que j'ai pu étudier, le plus ancien a été copié en 1676 (n° 25). Trois pièces datent du XVIIIe siècle : la dernière pièce du manuscrit n° 3 (1795), le manuscrit coté 10 (1765) et le manuscrit coté 19 (1744). Les autres sont du XIXe ou du XXe siècle. Le plus récent (cote 23) a été copié en 1931. Du XXe siècle également datent la première pièce du manuscrit 21 (1920), la troisième pièce du manuscrit 13 (1901) et le manuscrit 12 (1922). Un seul est localisé (la copie a été faite à Sanaa), mais plusieurs portent des noms d'auteur (ou de copistes) qui sont ceux des familles de Zabid.

10Il s'agit toujours de véritables manuscrits et non pas de brouillons ou de notes jetées sur des cahiers d'écolier : la plupart se présentent avec une page de titre, et la majorité d'entre eux commence, de façon traditionnelle, par la basmala, la hamdala puis les mots amma ba'd, et se terminent avec le colophon du copiste. Plusieurs contiennent des documents sur l'histoire du texte : on trouve en effet cinq attestations de collation. Voici la traduction de l'une d'elles, qui se trouve à la fin de la 4ème pièce du manuscrit 13 : "collation achevée, à la mesure de notre aptitude et de nos capacités, à la suite d'un grand nombre de séances, en dates du mois de rabi' I de l'année 1293". Les autres se lisent à la fin des manuscrits 4, 13, 21 (2ème pièce), 23 (deux fois). On trouve aussi (manuscrit 21, 2ème pièce et manuscrit 3) des certificats de lecture ou d'audition (ce qui signifie que le texte a été lu ou entendu lire par le copiste en présence d'un maître). Pour le contenu, on compte plusieurs manuscrits traitant de grammaire et de fiqh (jurisprudence), mais la plupart des textes sont d'inspiration religieuse.

11Parmi les traits qui paraissent spécifiques (ou du moins qui se trouvent dans plusieurs manuscrits) on remarquera les dal et les ta' qui s'opposent aux ‰al et aux úa' par le fait qu'ils sont ponctués2. Cette particularité se rencontre dans les manuscrits 1 (non daté), 3 (daté de 1795 et 1835) et 10 (1765). Du point de vue de la façon dont se terminent les manuscrits, on observe également (dans les manuscrits 3 et 13), entre la fin du texte et le colophon du copiste, la présence d'une khatima, qui semble destinée à accueillir un commentaire du transmetteur (ou de l'auteur au copiste) sur le texte qui vient de s'achever. On trouve souvent aussi, au bas de la première et de la dernière page des manuscrits une même formule pieuse à la gloire du Prophète, écrite en gros caractères. Enfin, deux manuscrits de la collection sont copiés sur un papier dont le filigrane, en écriture arabe mais en langue turque apparemment, donne le nom du fabricant sous la forme suivante, que je reproduis fidèlement : bayad Ab‚ °abbak [I]Stanb‚li ("papier d'Ab‚ °abbak d'Istanbul"). C'est un papier de qualité médiocre, souvent assez foncé, que j'avais déjà remarqué à Paris dans un manuscrit yéménite dont on m'avait demandé l'expertise3. On peut percevoir à certains signes que des techniques sont en train de se perdre (ou que les moyens ont fait défaut) : dans deux cas, le papier semble ne pas avoir été lissé du tout.

12Comme on le voit, il s'agit d'une collection modeste mais qui, par ses particularités paléographiques ou codicologiques, par le respect des techniques de copie traditionnelles, par la production originale d'érudits locaux contemporains4, intéresseront les spécialistes qui travaillent sur les manuscrits arabes modernes ou les historiens de la région. Les manuscrits sont assez éloignés de ceux sur lesquels travaille l'I.R.H.T., mais une exploration plus approfondie et patiente des bibliothèques privées de la ville de Zabid permettra sans doute de mettre au jour des manuscrits plus anciens, dont l'existence m'a d'ailleurs été signalée. La lecture du World Survey of Islamic Manuscripts (catalogue des collections de manuscrits arabes dans le monde, paru à Londres en 1994) montre bien aussi que les bibliothèques du Yémen (qui sont le plus souvent privées dans l'ex-Yémen du nord) peuvent être très riches en manuscrits "médiévaux".

13Une bibliothèque comme celle-ci est intéressante sous un autre aspect. Elle révèle, ce qui apparaît aussi à la lecture du World Survey, combien les bibliothèques du Yémen sont des organismes vivants, qui n'ont cessé (jusqu'à il y a une ou deux générations peut-être) de s'accroître : par achat, parfois mais aussi par copie (demandée à un professionnel ou faite par le propriétaire-même de la bibliothèque, pour faire œuvre pie ou par intérêt personnel) et même par production littéraire originale, à la manière traditionnelle. Le World Survey donne le nom de deux copistes yéménites bien connus au début du siècle et on trouve encore aujourd'hui à Zabid, m'a-t-on dit, un copiste professionnel.

14Ceci amène à prendre conscience du fait que l'intérêt des Yéménites pour les manuscrits n'est pas le même que celui d'un bibliophile ou d'un historien des textes, et que le mot "manuscrit" n'a pas le même sens dans les deux cas. La production littéraire actuelle, qui n'est souvent conservée que dans un manuscrit, produit de la réflexion personnelle et originale d'un érudit local légitimement célèbre dans sa ville, mérite tout autant d'attention et de respect, pour quelqu'un qui considère qu'elle est le prolongement naturel de la production d'une chaîne ininterrompue de savants, que nos manuscrits "médiévaux". La distinction entre ce que nous appelons "manuscrit d'auteur" et "livre manuscrit" semble, dans ce cas, dénuée de sens et il n'y a pas de différence essentielle dans l'usage du livre manuscrit et du livre imprimé.

15Deuxième mission à zabid

16Geneviève Simon

17C'est à l'invitation de Franck Mermier, Directeur du Centre Français d'Etudes Yéménites et en coordination avec la Section arabe de l'Institut de Recherche d'Histoire des Textes (CNRS) que je me suis rendue à Zabid (connue anciennement sous le nom de 'Usayb) du 27 août au 5 septembre 1996, afin de continuer la première mission exploratoire effectuée par Geneviève Humbert.

18Dans la perspective de poursuivre l'inventaire des bibliothèques privées conservant des collections de manuscrits et d'établir leur catalogue (expérience similaire en Mauritanie en 1991 et 1992), il m'a paru indispensable de m'équiper d'un ordinateur portable outillé pour le scannage et d'un magnétophone, et ce, pour gagner du temps et faire l'économie de certaines difficultés inhérentes au terrain.

19Outre la bibliothèque de Abd al-Rahman al-Hadrami et celle de la mosquée al-A·a'ir5, quatre autres bibliothèques privées m'ont très rapidement accueillie, attestant l'intérêt que portent les habitants de Zabid à leur patrimoine écrit et au projet de regroupement qu'ils ont initié. Trois d'entre elles ne figurent pas dans le dernier recensement publié dans le volume III du World Survey of Islamic Manuscripts édité par al-Furqan Islamic Heritage Foundation (éd. 1994) prouvant que le travail de recensement est loin d'être terminé mais aussi que le nombre de bibliothèques rapporté par la première mission oscille bien entre 20 et 30 (le chiffre de 20 étant généralement donné quand la question est posée).

20Les bibliothèques sont dans l'ordre chronologique des visites : celles de Ahmad Muhammad Abd al-Latif Ga'far, de Abd al-Karim Sulayman al-Nu'mi, de Ahmad Muhammad Abd al-Galil al-Guzi, de Ahmad ibn Abd al-Qadir al-Ahdal. Deux de ces bibliothèques possèdent des listes sommaires et incomplètes de leurs fonds dont une qui nous fut remise par A.M. Abd al-Latif Ga'far. Le manuscrit le plus ancien est daté de 975 H et le plus récent de 1393 H. On y trouve essentiellement le nom de l'auteur, le titre, le nombre de folios et la date de la copie (les recueils : magm‚' y sont détaillés). Les domaines couverts sont très divers (nahw, fiqh, tasfir, tawhid, tasawwuf, ansab, riyadiyyat, shi'r, 'ilm al falak ...).

21Tous les manuscrits que j'ai vus se trouvent généralement réunis dans la salle de réception, sur des étagères avoisinant les imprimés et les nombreuses photocopies de manuscrits, la photocopie de manuscrits étant couramment pratiquée.

22Des armoires ou coffres en métal servent aussi à leur "empilement". Signalons cependant une exception pour des coffres de bois sur pieds contenant des manuscrits et imprimés du Coran. Ces derniers conservés dans une réserve de la mosquée al-Asha'ir (qui me fut ouverte par hasard alors que je sortais, par un responsable qui voulait me sensibiliser sur leur situation) sont des biens waqfs reçus sous forme de dons faits par les familles lors de décès (tradition assez courante). Les acquisitions se font par héritage, cependant les achats se pratiquent toujours (deux propriétaires continuent à augmenter leurs bibliothèques ainsi).

23Sans soins particuliers, manipulés, recouverts de poussière, attaqués par les agents microbiens et de multiples insectes... les conditions de conservation ne sont certes pas idéales ce qui rend l'état des manuscrits critique (si certains sont dans un bon état, ceux qui nécessitent une protection urgente l'emportent en nombre). Ajoutons à ce constat que les reliures sont les premières affectées et donc en très mauvais état.

24C'est toujours accompagnée de 'Arafat al Hadrami que ces visites se sont effectuées. La reconnaissance et l'estime que lui portent ses concitoyens, son dévouement ont facilité mes contacts. Les débats autour de la question d'une bibliothèque collective montrent leur connaissance de l'histoire de la région, des sciences, des lettrés, savants, notables, et des fonds qui y sont conservés.

25Très attachés à leurs collections, attentifs à leur avenir, les possesseurs de ces manuscrits ont tous manifesté leur volonté de les regrouper à Zabid, craignant qu'ils ne soient dispersés dans la capitale ou dans des pays étrangers (depuis quelques années, ils reçoivent de plus en plus souvent les sollicitations de démarcheurs convoitant les manuscrits les plus précieux). Les appels à l'aide des habitants dans la presse, les visites aux responsables locaux, les demandes officielles à l'aide internationale (une lettre suivie d'une cinquantaine de signatures me fut remise...) manifestent cette conscience et volonté commune de sauvegarder un patrimoine collectif lié à l'histoire illustre de cette ville du Yémen.

26Afin de reporter l'étude, dans de meilleures conditions, de certains manuscrits qui m'étaient signalés pour leur intérêt (ancienneté : 9ème et 10ème siècle de l'Hégire, de la main de l'auteur, contenant des commentaires dans les marges, n'ayant pas été édités...), j'ai scanné les premières et dernières pages des manuscrits présentés contenant les incipits et explicits, notes en marge et cachets.

27La visualisation sur le champ des folios scannés, les opérations d'agrandissement et d'orientation des textes pour le confort de la lecture ainsi que l'impression sur papier présentent des avantages évidents. Ils suscitèrent l'attrait pour les techniques actuelles capables de donner "vie" à ces supports du passé.

28Le scannage n'a nullement la prétention de vouloir se substituer au microfilmage et à la numérisation des documents. Il rend des services d'où l'intérêt qu'il y a à l'employer comme instrument facilitant les actions du chercheur travaillant dans l'urgence et dans des conditions matérielles assez difficiles.

29Les problèmes posés par le scannage ont déjà été abordés dans le cadre de l'UNESCO. "Le scannage ne rend pas les méthodes traditionnelles de conservation utilisées pour maintenir les documents en état de servir, caduques. Cependant, il se substituera aisément et à coût faible à l'original constituant ainsi un exemplaire (multipliable) acceptable pour une majorité d'utilisateurs, réduisant les facteurs d'usure de l'original. Les copies de consultation sous la forme de microfilms et de photographies demeureront nécessaires dans le cas où la technologie numérique n'est pas entièrement suffisante pour effectuer des reproductions d'une grande qualité". (Programme Mémoire du Monde, UNESCO-réf. 4061 NT 61).

30Cette action pilote réalisée à Zabid (50 disquettes de folios scannés) corrobore ce constat d'experts ; l'intérêt d'un travail préalable sur le "terrain", rend évident l'avantage de la collecte de matériaux (listes d'inventaires "parlants") servant ultérieurement aux chercheurs pour l'étude et la sélection de documents à explorer en priorité6.

31Le microfilmage doit intervenir pour consolider cette étape préliminaire constituant ainsi une première sauvegarde (la restauration constituant l'autre volet de la conservation). En réduisant les risques de perte par dégradation progressive, destruction, voire disparition, le catalogue et le microfilmage garantissent une survie à ces documents ayant chacun une valeur particulière (contenant et contenu).

32L'idée de rassembler dans un même lieu les livres pour les mettre à la disposition de la communauté est une inspiration ancienne et constante de l'homme. Les habitants de Zabid voyant qu'une suite était donnée à leur demande gardent l'espoir de la voir aboutir un jour. Un programme d'action en faveur du regroupement et en vue du catalogage, microfilmage et formation de personnel est très attendu. La recherche et l'étude (histoire des textes, codicologie...), s'enrichiront très certainement de découvertes livrées au cours de la sauvegarde de ces fonds, jamais inventoriés dans un des pays les plus anciennement islamisés et qui par le peu de contact avec l'extérieur se présente aujourd'hui comme une sorte de "conservatoire".

33La ville de Zabid offre la passionnante opportunité de participer à un sauvetage en empêchant qu'un pan de la mémoire collective ne sombre dans l'oubli et de transmettre l'héritage légué par les anciens aux hommes de demain.

Haut de page

Notes

1 L'institut des textes, laboratoire propre du C.N.R.S., a pour but de conserver (sous forme de microfilms) et d'étudier la production littéraire, antérieure à la génération de l'imprimerie, des civilisations du pourtour de la Méditerranée. Ses chercheurs se consacrent à l'étude et à la critique des textes contenus dans les mansuscrits, à leur transmission, et aux techniques de fabrication du livre "médiéval" (ce dernier adjectif, assez difficile à utiliser lorsqu'il s'agit de manuscrits orientaux, limite généralement aux environs du XVIe siècle le champ d'études de la section arabe).
2 Particularité "yéménite" qui a déjà été signalée dans le catalogue Blochet de la Bibliothèque nationale de France : voir par exemple la notice des manuscrits arabes 6516 ou 6738.
3 Ce papier a paru très banal à M. 'Abd Allah al-Hibshi, que j'ai eu la chance de rencontrer à Sanaa.
4 A titre d'exemple, le manuscrit 23 de la Bibliothèque al-Asha'ir contient trois pièces (la plus récente datée de 1931) sur la question de savoir si l'utilisation de la radio (al sandûq al-nâtîq) est licite ou non.
5 Mosquée al-Asha'ir ou al-Asha'iriya : les deux appellations sont employées dans les textes écrits, la première étant plus usitée.
6 L'étude des matériaux rapportés (suite de la bibliothèque de la mosquée al-Asha'ir, documents scannés dans les quatre bibliothèques) se fera ultérieurement.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Humbert et Geneviève Simon, « A la recherche de manuscrits dans les bibliothèques privées du Yémen : première mission à zabid », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 18 décembre 2002, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/115 ; DOI : 10.4000/cy.115

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org