Navigation – Plan du site
Etudes

Esquisse du peuplement préhistorique au Yémen

Marie-Louise Inizan

Entrées d’index

Chronologique :

préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Le Yémen situé à l'extrême sud de l'Arabie est tout proche de l'Afrique orientale, berceau originel de l'humanité. Cette proximité confère donc au Yémen une place privilégiée pour la connaissance du cheminement de l'homme de l'Afrique vers l'Europe et l'Asie, les autres continents ayant été conquis par les seuls Hommes modernes.

2Puisque il est désormais admis qu' Homo Habilis de la famille des hominidés, a quitté l'Afrique il y a près de deux millions d'années, il reste à explorer les chemins de la conquête hors d'Afrique du genre humain. Le Yémen par sa position, si proche de l'Afrique orientale reste un territoire clé pour expliquer cette conquête. A quel moment et par quel chemin les premiers humains ont exploré le Yémen ?

Les principales régions géographiques du Yémen

3Le Yémen est géographiquement très diversifié puisqu'il borde et la mer Rouge et l'océan Indien, qu'un système montagneux isole une partie de son territoire des plaines maritimes et qu'il s'ouvre sur le grand désert d'Arabie, le Rub'al-Khali. Il peut ainsi être présenté conventionnellement en quatre régions qui présentent des entités géographiques permettant d'orienter la recherche des occupations anciennes :

4- le long de la mer Rouge, du nord au sud, la plaine de la Tihama, au niveau de la mer, semble naturellement tournée vers l'Afrique, son climat est tropical humide,

5- la chaîne montagneuse, qui traverse le Yémen, de l'Asir au nord, jusqu'au détroit du Bab al-Mandeb au sud, culmine à plus de 3000 mètres, c'est surtout un complexe volcanique et métamorphique, d'une très grande richesse en minéraux,

6- le plateau du Hadramaout, s'étend sur des centaines de kilomètres, à l'est du pays jusqu'au Dhofar ; c'est un vaste ensemble calcaire datant du début du Tertiaire, il y a plus de 60 millions d'années (Paléocène et Eocène) qui est entaillé par quelques wadis principaux et leurs nombreux affluents. Ce plateau qui culmine à quelques centaines de mètres est limité par des falaises de 100 à 200 mètres qui constituent au nord-ouest une impressionnante barrière naturelle,

7- au centre, un bassin intérieur, le Ramlat as-Sab'atayn, est actuellement totalement désertique, il présente en son centre des massifs dunaires sur des dizaines de kilomètres, il est donc difficile d'imaginer un passé où la présence de l'eau y permettait la vie. C'est dans ce bassin que viennent se perdre, lors de crues, les eaux des wadis le long desquels s'est développée la brillante civilisation sudarabique.

Les grandes périodes préhistoriques

8On admet universellement deux grandes périodes préhistoriques fondées actuellement d'une part sur le genre humain et d'autre part sur les modes de vie et non pas seulement caractérisées par les seuls outillages :

9Le Paléolithique ancien et supérieur se termine avec la fin du Pléistocène, période géologique qui couvre toute l'ère quaternaire sur environ 4 millions d'années. On admet qu'après la dernière glaciation qui a affecté tout le nord de l'hémisphère nord, c'est la fin du Pléistocène et alors commence une période beaucoup plus courte appelée Holocène.

10Le Paléolithique est caractérisé par la présence des chasseurs-cueilleurs, plutôt nomades mais pas forcément, c'est la plus longue période de la préhistoire. Il faut cependant garder en mémoire que l'être humain à son origine ne chassait sans doute pas, il se servait de la viande sur les animaux morts, c'est le temps du charognage qui précède vraisemblablement celui de la chasse. A côté des produits carnés, la cueillette des plantes et des fruits a longtemps dominé le régime alimentaire.

11Le Néolithique est désormais caractérisé par l'apparition des premiers agriculteurs et des premiers pasteurs. La domestication des plantes et des animaux s'est faite sur plusieurs millénaires, avec l'apparition des premiers villages, de la poterie, de la pierre polie : toutes ces inventions en fait très complexes s'accompagnent d'une sédentarisation de plus en plus importante. Elles favorisent aussi le développement démographique. Le (ou l'un des) foyer de néolithisation, il y a près de 10 000 ans se situe au Proche-Orient, du côté de la Syrie-Palestine. La chasse et la cueillette ne sont bien sûr pas exclues, pas plus que le nomadisme toujours vivant dans les sociétés contemporaines.

Histoire de la recherche préhistorique au Yémen

12La recherche systématique des premiers peuplements yéménites est toute récente, c'est-à-dire moins de 20 ans, néanmoins, il est important de reconnaître qu'il y a déjà plus de 50 ans, une prospection durant l'hiver 1937-38 dans la région du wadi Hadramaout a été menée par deux chercheurs, géologue et archéologue (Caton-Thompson et Gardner) qui ont posé l'existence d'une préhistoire ancienne au Yémen, à la fois sur des considérations géologiques et sur l'analyse d'industries lithiques : présence d'un Paléolithique dans un affluent du wâdî Hadramaout et celle d'un Néolithique d'après une industrie ramassée en surface dans les environs de Mukalla.

13Toujours dans la région du grand wadi Hadramaout, en 1952 une mission archéologique américaine a relevé de nombreux ateliers de taille préhistoriques, avec la présence de bifaces et d'un débitage particulier "le débitage Levallois" qui caractérise en principe des périodes anciennes de la préhistoire. Un abri néolithique a livré des pointes de flèche dont certaines en obsidienne, de cette mission on ne dispose que de simples résultats préliminaires.

Le problème fondamental de l'eau

14La péninsule Arabique a subi un climat très aride tout au long du quaternaire avec cependant des épisodes humides qui ont été mis en évidence dans le sud de la péninsule lors des derniers 50 000 ans, soit entre 33 000 et 21 000 ans et entre 8 000 et 5 000 ans. Un certain nombre d'anciens dépôts de lacs ont été repérés et datés dans le Rub' al-Khali ; on y retrouve très souvent en surface de leur bordure des occupations, surtout néolithiques. En effet l'eau permet le développement permanent de plantes et d'arbres offrant ainsi de la nourriture pour de nombreuses espèces animales qui ont souvent disparu lors de la désertification ; il existait donc, des wadis qui arrosaient le désert actuel du Ramlat as-Sab'atayn permettant l'établissement de groupes humains ayant à leur disposition un environnement végétal et animal favorable.

15Puis, les pluies diminuèrent, les lacs s'assèchèrent entraînant la disparition de la végétation et des animaux qui ont besoin d'eau ; le sable se substitua alors aux anciens espaces verdoyants, recouvrant les nombreux sites préhistoriques alors abandonnés. Cependant grâce à l'inaltérable conservation des roches, les outils préhistoriques en pierre sont pratiquement les seuls repères laissés par les hommes disparus. Mais si l'absence de couverture végétale dans les déserts offre un avantage pour retrouver en surface des occupations anciennes, elle permet aussi le ramassage actuel et la destruction définitive des modestes vestiges qui avaient eu la chance de nous parvenir.

16La conservation de charbons de bois brûlés dans les foyers a cependant permis de dater un certain nombre de sites préhistoriques essentiellement néolithiques.

17Au Yémen, le travail de la mission italienne (géologie et sédimentologie) a précisé l'existence du dernier épisode humide (entre 8 000 et 5 000 ans) en identifiant des dépôts alluviaux, caractérisés par une couleur brune foncée de la terre, riche en matériaux organiques et restes végétaux, et en les datant. Cette couche a été identifiée pour la première fois dans la zone de Yalâ et dans le bassin du wadi Adhna, mais on la retrouve en fait, sur tout le territoire yéménite. Cet épisode qui a puissamment marqué le Yémen a en effet été repéré le long des affluents du Jawf, dans la région de Saada en relation avec des occupations néolithiques, dans le wadi Markha, le wadi Harib etc.. Son existence a favorisé la présence de toute une flore et une faune qui a désormais disparu comme le grand bœuf (Bubalus) dont on a retrouvé les ossements lors d'une fouille près de Saada et qui a été gravé sur des rochers dans cette même région.

Un réseau fluviatile unique Jawf-Hadramaout

18La recherche de la mission française a porté essentiellement sur le bassin du Ramlat as-Sab'atayn et ses bordures afin de poser les jalons d'une première synthèse sur le peuplement préhistorique de cette région. En effet, les premières prospections systématiques complétées par des observations géologiques et géomorphologiques avaient montré l'importance numérique des sites préhistoriques de la région de Shabwa : l'industrie lithique (à bifaces et à débitage Levallois) témoignait d'une occupation paléolithique ancienne -non datée- et d'une occupation néolithique.

19L'interprétation d'images satellite (Landsat, Spot et Soyouz) et de photographies aériennes par B. Marcolongo a montré que lors des derniers épisodes humides les deux wadis indépendants, le Jawf et le Hadramaout ne faisaient qu'un seul et unique fleuve. Ce dernier prenait sa source dans les montagnes du nord-ouest alimenté par les chutes de pluie et se jetait au sud dans l'océan Indien. Durant les phases humides et pluvieuses qui correspondent aux débits les plus élevés, les eaux convergeaient de l'amont vers la vallée du Jawf et elles possédaient une énergie suffisante pour traverser la zone actuellement sableuse du Ramlat as-Sab'atayn et poursuivre leur trajet jusqu'à la mer via le wadi Hadramaout. On remarquera donc que la plupart des magnifiques dunes du Ramlat as-Sab'atayn se sont formées après le déclin de la dernière phase humide.

20La vérification sur le terrain de l'existence de cet ancien fleuve a eu lieu en 1993 ; sur les bordures du fleuve existent encore de très nombreux sites préhistoriques en surface, avec parfois des foyers qui peuvent être datés (il y a environ 7 500 ans pour l'un d'entre eux).

21Une dépression lacustre fossile très importante a été repérée à l'ouest d'al-'Abr montrant deux états de remplissage. Le plus vaste et le plus profond pourrait appartenir à un épisode humide antérieur à 20 000 ans, ce qui expliquerait la présence d'une faune fossilisée en surface tout à fait inédite en Arabie comme la présence du cheval. Le deuxième état de moindre envergure est bordé par de nombreux foyers et par des vestiges divers, il s'est formé entre 8 000 et 5 000 ans, car les vestiges de surface sont caractéristiques du Néolithique (meules pour broyer, haches polies, pointes de flèche, parures en coquillage etc.).

La richesse minérale du Yémen

22En faveur d'une occupation préhistorique dense, cette région possède donc l'eau de l'ancien fleuve Jawf-Hadramaout et de ses affluents, souvent profonds et encore verdoyants, mais aussi une richesse en matière première. Le sol yéménite offre une variété remarquable de roches pouvant se tailler ou se polir, par là-même propices à la fabrication d'un outillage varié. Le silex est abondant, de grain homogène, il se présente en nodules et en plaquettes, par exemple, soit encore emprisonné dans la falaise calcaire du Hadramaout, soit libéré par l'érosion en surface des entablements. Les grès et les quartzites sont présents dans de nombreuses régions. Le volcanisme a favorisé la formation d'une roche vitreuse, l'obsidienne qui a un fil tranchant remarquable, cette roche sera recherchée par les néolithiques comme certaines roches vertes pour le façonnage de petites haches. Pour les parures, le Yémen dispose de pierres dures comme toutes les variétés de calcédoine et de cornaline mais aussi d'amazonite, de néphrite etc. pierres plus tendres à travailler.

Le Paléolithique

23Aucune occupation paléolithique n'a encore été réellement datée au Yémen. En 1984 des industries de type archaïque ont été identifiées dans un abri effondré à al-Guzah dans le wadi Du'an, affluent de rive droite du wadi Hadramaout. K. Amikhanov ferait remonter à 700 000 ans l'occupation de l'abri ce qui pose alors le problème suivant : homo erectus avait-il déjà colonisé le Yémen ? Rappelons qu'aucun vestige d'homme préhistorique n'a encore été découvert.

24Dès 1983, dans la région de Shabwa, sur les entablements du plateau, une dizaine de concentrations de bifaces associés à du débitage "Levallois" et à un gros outillage montrait l'importance d'un Paléolithique au Yémen. En effet, ce sont des ensembles de pierres taillées qui possèdent les mêmes caractères que des industries européennes et proche-orientales qui sont datées du Paléolithique moyen qui se situe entre 200 000 et 50 000 ans. En 1989, une industrie taillée identique a été repérée dans le wadi Hirab, affluent du Jawf, confirmant cette occupation paléolithique sans qu'aucune datation n'ait encore pu être réalisée : le matériel uniquement lithique a été retrouvé en surface.

25En octobre 1993, le repérage de débitage "Levallois" dans les industries en quartzite trouvées au nord de Shabwa et sur le plateau du Jol, permet d'élargir cette notion d'occupation paléolithique à toute l'entrée du Hadramaout. Cette reconnaissance laisse surtout espérer la conservation de gisements enfouis datables. Ces industries à débitage Levallois, avec de grandes lames, sont associées à des bifaces et des outils comme les racloirs ou les denticulés. Le percuteur dur (marteau de pierre) est la seule technique utilisée. Lors de ces occupations, l'exploitation de la matière première est toujours directement liée à l'environnement immédiat, qu'il s'agisse de silex ou de quartzite.

26Les caractères techniques et typologiques des industries lithiques et osseuses du Paléolithique supérieur habituellement observés dans l'Ancien monde, en particulier le débitage de lames, ne semblent pas exister dans toute l'Arabie : il est donc nécessaire de dater des gisements entre 30 000 et 10 000 ans afin d'identifier les industries et les modes de vie de cette période.

27Si les vestiges humains font totalement défaut au Yémen, l'homme paléolithique reste aussi inconnu dans toute l'Arabie.

Le Néolithique

28Lors de recherches pétrolières dans le grand désert du Rub' al-Khali, de nombreux indices témoignaient en faveur d'une occupation "néolithique", puis les découvertes se sont multipliées avec les prospections archéologiques systématiques en Arabie Saoudite, sur les rives du Golfe et dans la péninsule d'Oman. Les guillemets à "néolithique" sont de rigueur pour une dénomination chronologique fondée essentiellement sur la présence d'armatures de flèche de formes et de dimensions très variées, tandis qu'en l'absence de toute donnée sur le mode de vie, c'est à la chasse et la cueillette qu'il est a priori fait référence.

29Ces armatures traduisent cependant une évolution technique dans le domaine des armes de jet, et donc dans les modes d'acquisition du gibier, tant dans leur forme que dans leur technique.

30Les techniques de taille sont caractérisées par l'utilisation fréquente du percuteur dur (marteau de pierre) pour le débitage d'éclats qui sont les supports les plus fréquents, et de la pression pour le façonnage final de certaines pointes de flèches, pédonculées ou non, avec ou sans aileron. Ces observations valent aussi pour les industries du Rub' al-Khali. Les armatures sont généralement de dimensions réduites bien qu'il existe dans la région de Shabwa quelques pièces bifaciales de type "poignard" dont la longueur peut atteindre 12 cm .

31On peut élargir cette notion de "Néolithique" à l'apparition de phénomènes techno-économiques nouveaux comme le broyage, la circulation de matières premières comme l'obsidienne ou celle de coquillages marins qui se retrouvent à des centaines de kilomètres de leur lieu d'origine.

32Avec les prospections dans le wadi Harib sont récemment venues les premières données bio-archéologiques qui confirment l'importance de la chasse (gazelles et sans doute l'âne).

33Les datations obtenues sur des charbons de foyers se sont multipliées : en octobre 1992, dans le wadi Khamuma, affluent de rive gauche du wadi Markha, une fosse et deux foyers associés à la couche brune holocène, situés à plus d'un mètre au-dessous du sol actuel ont pu être datés d' il y a près de 9 000 ans.

34Dans le wadi al-Jubah, les charbons d'un foyer associé à la couche brune holocène ont été datés de plus de 6 000 ans.

35En octobre 1993, la prospection le long de l'ancien fleuve Jawf-Hadramaout a permis de dénombrer de nouveaux sites "néolithiques" de surface dont le matériel était constitué par des grattoirs, de petites haches, de l'obsidienne taillée, des coquillages marins, des meules et des fragments taillés d'œuf d'autruche, etc. (un foyer a été daté de plus de 7 000 ans).

36On note dans tous les cas, la présence de matière première exogène, jamais observée dans les sites paléolithiques, l'obsidienne vient en tête, mais les éléments de parure en amazonite apparaissent ainsi que la "roche verte" (variété de néphrite) pour fabriquer de petites haches et la chlorite pour la vaisselle de pierre. Ces matières premières, bien qu'appartenant au sol yéménite témoignent cependant en faveur de réseaux de circulation à longue distance confirmés également par la présence de coquillages marins provenant de l'océan Indien ou de la mer Rouge, collectés sur les sites du wadi Harib et dans la région du Ramlat as-Sab'atayn.

37Le matériel de broyage est associé à la plupart des sites et dans les sites du wadi Harib des fragments d'objets en chlorite, en quartzite ou en albâtre et des fragments de perles en amazonite (de couleur turquoise) à divers stades d'élaboration montrent les débuts d'un artisanat.

38Hors de la zone centrale ouvrant sur le Ramlat as-Sab'atayn la mission italienne a aussi reconnu des sites attribués au Néolithique, en amont des vallées du Khawlan at-Tiyal qui, à l'est de Sanaa, à l'altitude de 2200-2000 mètres, entaillent profondément la partie orientale des hautes terres yéménites avant de former les wadis affluents du Jawf-Hadramaout. La domestication des animaux y a été mise en évidence. A jabal Qutran, il y a 6 000 ans, une industrie lithique comparable à celle décrite plus haut, est associée à des ossements d'aurochs mais aussi à du bœuf et des chèvres et moutons domestiques. A at-Tayyilah 3, les sondages ont révélé deux phases dont la plus récente, datée entre le VI° et le IV° millénaire avant J.C., présente une économie pastorale fondée sur l'élevage de bœufs.

39Plus au nord, en amont du bassin du Jawf-Hadramaout dans la dépression de Saada, des sondages ont été effectués sur trois sites associés à des représentations rupestres de bovidés. A jabal Makhroug 2, il y a plus de 6 000 ans, la faune recueillie inclut buffle et aurochs, ce qui correspond sans doute à une économie de chasse spécialisée dont témoigne aussi leur présence dans le répertoire de l'art rupestre. Il y a près de 5 000 ans à wadi Robia 3, la présence de l'aurochs atteste de la persistance de la chasse, parallèlement à l'élevage des bœufs.

40Enfin, une des originalités de la préhistoire yéménite réside dans la multitude de ses structures de pierres aux formes très variées allant des mégalithes, aux pierres dressées et aux empilements de pierres.

41Bien qu'il soit encore difficile de les dater et d'en connaître l'origine, on a pu démontrer qu'un certain nombre était des sépultures. Les empilements de pierre souvent installés sur les hauteurs, si remarquables lorsqu'ils se détachent sur le ciel bleu ont été dénommés "dirm", ce terme local semble préférable à celui de "cairn" dénomination celtique signifiant "tas de pierres". On peut raisonnablement leur supposer une origine néolithique comme le phénomène mégalithique de la façade occidentale de l'Europe qui a pris naissance à la période néolithique pour s'amplifier à l'Age du Bronze.

42Quant à l'art, surtout l'art rupestre, il s'est remarquablement développé au Yémen à partir du Néolithique, il a fait l'objet d'une étude systématique en particulier dans la région de Saada.

43Toutes ces informations ont été établies à partir des résultats des missions en préhistoire, américaine, française, italienne, soviétique et yéménite.

Haut de page

Bibliographie

K.A. Amirkhanov, "Kharakteristike achelia juzhnoï Arabii", Sovetskaja Arkheologija, 4, (1987), pp. 11-23.

K.A. Amirkhanov, "Research on the Palaeolithic and Neolithic of Hadramaut and Marha", Arabian Archaeology and Epigraphy,5, 4, (1994), pp. 217-228.

S. Bökönyi, "Preliminary report on the animal remains of Gabal Qutrân (GQi) and al-Masannah (MASi)", A. de Maigret (ed.), The Bronze Age Culture of Hawlân at-Tiyâl and al-Hadâ (Republic of Yemen), Memoirs and Reports XXIV, IsMEO, Rome, (1990).

G.M. Bulgarelli, "Archaeological activities in the Yemen Arab Republic, 1986. 4. Palaeolithic culture", East and West, (1989).

G. Caton-Thompson et E.W. Gardner, "Climate, irrigation and early man in the Hadramaut", Geographical Journal, 93/1, (1939), pp. 18-38.

S. Cleuziou, M.-L. Inizan et B. Marcolongo, "Le peuplement pré- et protohistorique du système fluviatile unique Jawf-Hadramawt au Yémen (d'après l'interprétation d'images satellite, photographiques et de prospections)", Paléorient, vol. 18/2, (1992), pp. 5-29.

A. de Maigret (éd.), The Sabean archaeological complex in the Wadi Yala, a preliminary report, Reports and Memoirs XXI, IsMEO, Rome, (1988).

A. de Maigret, C. Azzi, B. Marcolongo et A.M. Palmieri, "Recent pedogenesis and neotectonics affecting archaeological sites in north Yemen", Paléorient, vol. 15 n° 1, (1989), pp. 239-243.

F. Dimario, "The Western ar-Rub' al-Khâlî "Neolithic" : New Data from the Ramlat Sab'atayn (Yemen Arab Republic)", Annali dell'Istituto Universitario Orientale di Napoli,vol. 49 n° 2, (1989), pp. 109-148.

C. Edens, "Towards a Definition of the Rub'al-Khali "Neolithic"", Atlal, 6, (1982), pp. 109-124.

C. Edens,."Archaeology of the Sands and Adjacent Portions of the Sharqiyah", Journal of Oman Studies, Special Reports n° 3, (1988), pp. 113-130.

F. Fedele, "Animal Remains, in di Mario (F.) : The Western ar-Rub' al-Khâlî "Neolithic" : New Data from the Ramlat Sab'atayn (Yemen Arab Republic)", Annali dell'Istituto Universitario Orientale di Napoli, vol. 39 n° 2, (1989), pp. 141-145.

F. Fedele, "Man, land and climate : Emerging interactions from the Holocene of the Yemen Highlands", S. Bottema, G. Entjes-Nieborg & W. Van Zeist (eds.) : Man's Role in the Shaping of the Eastern

Mediterranean Landscape, Balkema, Rotterdam, (1990), pp. 31-42.

F. Fedele, "Radiocarbon dates", A. de Maigret (ed.) : The Bronze Age Culture of Hawlân at-Tiyâl and al-Hadâ (Republic of Yemen), Reports and Memoirs XXIV, IsMEO, Rome, (1990), pp. 205-212.

F. Fedele, "Bronze Age faunal collections from North Yemen", A. de Maigret (ed.), The Bronze Age Culture of Hawlân at-Tiyâl and al-Hadâ (Republic of Yemen), Memoirs and Reports XXIV, IsMEO, Rome, (1990), pp. 149-186.

H. Field, "Carbon 14 Date for a 'Neolithic' site in the Rub'al-Khali", Man, (1960), p. 172, note 214.

H. Fields, "Paleolithic implements from the Rub' al-Khali", Man, (1961), p. 22, note 9.

M. Garcia, M. Rashad, D. Hadjouis, M.-L. Inizan et M. Fontugne, "Découvertes préhistoriques au Yémen. Le contexte archéologique de l'art rupestre de la région de Saada", Comptes Rendus de l'Académie des Sciences de Paris, t. 313 série II, (1991), pp. 1201-1206.

W. Herberg, "Vorläufiger Bericht über Baugeschichtliche Untersuchungen der Bauanlage A im Wâdî Dana", J. Schmidt (ed.), Archäologische Berichte aus dem Yemen, IV, Philip Von Zabern, Mayence, (1987), pp. 98-120.

M.-L. Inizan et L. Ortlieb, "Préhistoire dans la région de Shabwa au Yemen du sud (R.D.P. Yemen)", Paléorient,vol. 13/ 1, (1987), pp. 5-21.

B. Marcolongo et A.M. Palmieri, "Environmental modification and settlement conditions in the Yalâ area", A. de Maigret (ed.) : The Sabean Archaeological Complex in the Wâdî Yalâ. A preliminary report, Memoirs and reports XXI, IsMEO, Rome, (1988), pp. 45-53.

B. Marcolongo et A.M. Palmieri, "Paleoenvironment history of Western al-A'rûs", A. de Maigret (ed.), The Bronze Age Culture of Hawlân at-Tiyâl and al-Hadâ (Republic of Yemen), Memoirs and Reports XXIV, IsMEO, Rome, (1990), pp. 137-144.

H. Kallweit, Neolitische und Bronzezeitliche Besiedlung im Wadi Dhahr, Republik Jemen. Eine Untersuchung auf der Basis von Geländebegehungen und Sondagen, Inaugural-Dissertation, Albert-Ludwigs-Universität zu Freiburg i.br., (1996).

A.H. Masry, Prehistory in Northeastern Arabia, the Problem of Interregional Interaction, Field Research Projects, Coconut Grove, Miami, (1974).

H.A. Mac Lure, "Radiocarbon chronology of Late Quaternary Lakes in the Arabian Desert", Nature, 263, (1976), pp. 755-756.

J.C. Orchard, "Finding the ancient sites in Southern Yemen", Journal of Near eastern Studies, vol. 41, n° 1, (1982), p. 21.

W.C. Overstreet et M.J. Grolier, "Reconnaissance geology of the al-Jubah quadrangle, Yemen Arab Republic", W.C. Overstreet, M.J. Grolier et M.R. Toplyn (eds.), Geological and archaeological reconnaissance in the Yemen Arab Republic, 1985, The Wadi al-Jubah archaeological project vol. 4, The American Foundation for the Study of Man, Washington DC,(1988), pp. 155-288.

M. Rashad, L'art rupestre et son contexte préhistorique au Yémen dans la région de Sâdaa et Radâ (R.Y.), thèse de doctorat, Université de Paris-I-Sorbonne, 2 vol., (1994).

P. Sanlaville, "Changements climatiques dans la Péninsule arabique durant le Pléistocène supérieur et l'Holocène", Paléorient, vol. 18/1, (1992), pp. 5-26.

M. Toplyn, "The excavated burial cairn (site F56C) at al-Faraah", W.C. Overstreet, M.J. Grolier et M.R. Toplyn (eds.),Geological and archaeological reconnaissance in the Yemen Arab Republic, 1985, The Wadi al-Jubah archaeological project vol. 4, The American Foundation for the Study of Man, Washington DC, (1988), pp. 5-37.

M. Toplyn, "Equus africanus in Arabia", R. Meadow et H.-P. Uerpmann (eds.), Equids in the Ancient World, volume II, Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe A, 19/2, Ludwig Reichert Verlag, Wiesbaden, (1991), pp. 12-33.

N. Whalen, J.S. Siraj-Ali et W. Davis, "Excavation of acheulean sites near Saffaqah, Saudi Arabia, 1403 AH/1983", Atlal 8, (1984), pp. 9-24.

J. Zarins, "Archaeological and chronological problems within the greater southwest Asian arid zone, 13 000 - 1 800 BC", R.W. Ehrich (ed.), Chronologies in Old World Archaeology, The University of Chicago Press, Chicago, à paraître.

J. Zarins, A. Rahbini et S. Kamal, "Preliminary Report on the Archaeological Survey of the Riyadh Area", Atlal 6, (1982), pp. 25-38.

J. Zarins et A. Zahrani, "Recent Archaeological Investigations in the Southern Tihama Plain (including Athar 217-108 and Sihi 217-107), 1404/1984", Atlal 9, (1985), pp. 65-107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Louise Inizan, « Esquisse du peuplement préhistorique au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/114 ; DOI : 10.4000/cy.114

Haut de page

Auteur

Marie-Louise Inizan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org