Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Epigraphie islamique

Solange Ory

Entrées d’index

Mots-clés :

épigraphie
Haut de page

Texte intégral

1Cette mission comprend deux volets. Le premier, de nature pédagogique, s'est déroulé à l'Université de Sanaa, au cours de trois conférences, dans le Département d'Histoire et d'Archéologie, à l'intérieur du cycle de cours de Muhammad al-Arousi, maître-assistant à l'Université de Sanaa. La première conférence a concerné la méthodologie à utiliser pour étudier l'histoire de l'art et faire des recherches dans ce domaine.

2La seconde a été une application de cette méthodologie, à partir de l'étude de la mosquée al-'Abbas (à Asnaf, 40 km., au S.E. de Sanaa). La structure de l'étude, le développement de la problématique, les analyses et comparaisons des décors avec ceux des autres monuments du Yémen, puis des pays islamiques, et les résultats de ces analyses leur ont été expliqués.

3La troisième conférence a concerné l'épigraphie arabe : les différentes parties d'une étude épigraphique, les diverses analyses à effectuer pour extraire des inscriptions, toutes les informations susceptibles d'intéresser les chercheurs dans des domaines variés.

4Chaque conférence a été illustrée de diapositives et suivie d'une discussion, à laquelle quelques étudiants, parmi la cinquantaine qui étaient présents, ont participé avec intérêt, parfois même avec vivacité, lorsque la question touchait, de près ou de loin, à un problème religieux.

5Le second volet de la mission a consisté dans une prospection dans le Hadramaout avec Muhammad al-Arousi, maître-assistant à l'Université de Sanaa, afin de commencer l'inventaire des monuments islamiques de cette région (en particulier des monuments funéraires) et des inscriptions arabes. Les sites visités ont été : Say'‚n avec la mosquée al-Riyad, le cimetière et les mausolées "al-ºib·i". Au musée du palais al-Kaûiri, a été relevée et photographiée une inscription datée de 360 / 970-71 qui, jusqu'alors n'était pas publiée. Sur la route de Say'‚n à Tarim, nous avons visité et photographié le tombeau et la mosquée de 'Isa b. Ahmed al-Muhagir, célèbre lieu de pélerinage ; à Tarim même, la mosquée al-Mihdar (de fondation la plus ancienne, entre 375 et 402 / 985 et 1012), celles 'Abd al-Rahman Ba Ya'q‚b (708 / 1309), d'al-Nur et de Zuhra et celle des Bani 'Alawi ; le mausolée du wali Mawli al-'Arad, lieu de pèlerinage pour les femmes. Nous avons également photographié les superbes maisons des familles ºamt‚t 'Aydar‚s b. Sa'id al-Kaf et Mini ­‚ra. A 'Inat, le cimetière et les huit beaux mausolées du soufi Ab‚ Bakr b. Salim et des membres de sa famille ont été visités et photographiés. Le village est doté de nombreuses mosquées dont la plus ancienne est la mosquée al-Qibli. Plusieurs autres mosquées ont été repérées (la grande mosquée, la mosquée al-Zahir).

6Sur la route de Say'‚n à °ibam, nous avons visité le cimetière et le mausolée de Sayyid 'Abd al-Rahman (1037 / 1627-28) et un peu plus loin, dans le village de º‚ta, ceux de Ahmad b. Zayn et de 'Ali b. Zayn. Peu avant d'arriver à °ibam, le superbe mausolée de 'Aydar‚s al-ºib·i entouré de plusieurs tombes, dont l'une est datée de 1294 / 1877. A °ibam, nous avons contacté le directeur des monuments historiques et photographié la grande mosquée et les habitations (dans chaque ville nous avons photographié des détails des portes et fenêtres en bois sculpté et des décors peints).

7Dans le wadi Du'an, nous avons vu les mosquées des villages de qaryat ¹arat S‚dan et de Khiraykhir. Leurs décors peints s'harmonisent avec ceux ds habitations. Les petites digues construites avec des galets pour empêcher les eaux du wadi d'emporter les maisons, en période de crue, ont également retenu notre attention.

8Nous sommes restés peu de temps à Mukalla, et n'avons pas repéré beaucoup de mausolées aux alentours de la ville. Nous avons photographié de beaux décors de maisons et des fenêtres en bois.

9A l'instar des habitations, les monuments religieux de l'Hadramaout sont construits en terre crue. Leur architecture est simple, mais très harmonieuse. Tous les minarets sont également en terre crue, même le célèbre minaret de Tarim, de hauteur impressionnante ; il est composé d'une superposition de troncs parallélépipédiques dont le volume décroît jusqu'au sommet. Les autres minarets ofrent généralement une base carrée, un peu massive, surmontée d'un fût cylindrique. Ils sont ornés de jolies balustrades ajourées, en briques crues. Une couche de n‚ra, chaux épaisse fabriquée sur le bord des routes, où les fours jouxtent des installations de fortune, revêt presque tous les monuments religieux et également certaines habitations, en particulier dans le wadi Du'an où les arêtes des murs et les encadrements des fenêtres sont ornés de motifs géométriques ou floraux, peints de couleur vert-turquoise et saumon pouvant aller jusqu'au rouge foncé.

10Les mausolées du Hadramaout, où l'on décèle une influence indienne, méritent une étude approfondie. Parfois agrémentés d'un petit porche couronné d'une coupolette, ils sont composés d'une ou de plusieurs salles carrées de hauteurs différentes, surmontées d'un ou de deux balconnets ajourés en brique crue, parfois peints en turquoise et saumon. Une coupole, de forme ovoïde, de dimensions adaptées aux volumes couvre la salle principale et les petites salles adjacentes. Elles sont souvent décorées à mi-hauteur d'une ou de deux frises géométriques, parfois peintes de la même teinte que celle des balconnets. A l'intérieur de ces mausolées se trouve souvent un cénotaphe en bois, plus ou moins décoré, devant lequel une stèle précise l'identité du défunt. Des tombes, celles de la famille du "saint", sont disposées tout autour, le long des murs.

11Vu les difficultés qu'ont actuellement les étrangers pour pénétrer dans les monuments religieux et les cimetières, il est souhaitable que nous aidions les étudiants yéménites qui se consacreront à l'étude de ces monuments. Il y a là plusieurs sujets de maîtrise et de DEA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Ory, « Epigraphie islamique », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 25 novembre 2002, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cy.revues.org/110 ; DOI : 10.4000/cy.110

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org