Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Mission archéologique islamique

Claire Hardy-Guilbert et Axelle Rougeulle

Entrées d’index

Mots-clés :

archéologie
Haut de page

Texte intégral

1La troisième mission exploratoire du programme de recherches archéologiques sur la période islamique au Yémen s'est déroulée du 1 au 22 décembre 1995, en collaboration avec le Dr Ahmad Bataya, et a porté sur la côte méridionale, entre Abyan et Sayhut. Outre une étude approfondie de la ville d'al-Shihr, les prospections ont porté sur les régions d'Abyan, Ahwar et Sayhut.

2Prospection de la côte :

3Si Aden-même, le plus grand port yéménite depuis le 10ème siècle, est aujourd'hui trop urbanisé pour pouvoir faire l'objet de recherches archéologiques, l'oasis d'Abyan, à une cinquantaine de kilomètres à l'est, représente un ensemble très intéressant dans le cadre de notre étude. Plus ancien que Aden selon Muqaddasi, Abyan est en effet mentionné comme l'un des quatre ports sous domination d'Ibn Ziyad à la fin du 10ème siècle, un port dont le déclin semble avoir été lié au développement d'Aden (Ibn al-Mujawir) ; l'oasis paraît cependant avoir joué un rôle économique majeur pendant toute la période médiévale, en particulier comme grenier d'Aden (Muqaddasi, Ibn al-Mujawir).

4Deux sites islamiques anciens, Jebelain (9-11èmes siècles) et Qaraw (9-14èmes siècles), avaient déjà été repérés dans la région au cours de la mission 1993 et deux autres, al-Quraya et al-Tariya, y ont été étudiés lors de la dernière campagne. Ces deux établissements présentent un matériel de surface assez similaire. Les pièces les plus anciennes peuvent être datées des 9-11èmes siècles et comprennent des céramiques abbasides classiques importées d'Iran et d'Iraq (jarres à glaçure bleue, sgraffiato, jaspé, egg-shell), ainsi que des importations chinoises (grès blancs et verts) et des productions yéménites bien connues dans les niveaux anciens de Zabid. Le matériel plus récent est caractérisé par la présence de nombreux tessons à glaçure jaune (Mustard ware), un type daté du 14ème siècle, ainsi que par quelques exemplaires d'époque ottomane ; plusieurs fragments de jarres extrême-orientales, ainsi que quelques pièces moulées en provenance de Minab (Iran-14ème siècle), peuvent également être attribués à cette dernière phase d'occupation du site.

5Deux autres sites ont été prospectés dans les environs immédiats d'Ahwar, à environ 220 km à l'est d'Aden. Le matériel d'Ahwar 1 est en majorité datable des 14-17èmes siècles, y compris plusieurs ratés de cuisson qui indiquent la présence d'ateliers dans ce secteur. Les importations sont toutes d'origine extrême-orientale et comprennent quelques tessons plus anciens (céladons, grès blancs) qui pourraient faire remonter l'occupation du site aux environs du 12ème siècle. Le site d'Ahwar 2 semble encore plus tardif, ottoman et récent.

6A l'est de al-Shihr, deux sites ont également été visités : Al-Hami al-Qadim, à environ 10km de al-Shihr, a livré du matériel en majorité ottoman, et notamment une grande quantité de verre, y compris des scories. Localisé dans un wadi, à environ 1km de la mer, cet établissement fut abandonné relativement récemment et transféré à l'embouchure du wadi sur la côte. Le second site est situé à quelques kilomètres à l'ouest de Sayhut et fut récemment étudié et publié par B. Vogt : le matériel de surface date des 15-17èmes siècles et cet établissement a été interprété comme étant "Hayrij", un port mentionné par Ibn Majid et les chroniques hadramies. La découverte cette année d'un fragment de céladon à décor de larges pétales de lotus gravés pourrait cependant faire remonter l'occupation de ce site aux environs du 12ème siècle, une hypothèse concordant avec le fait que ce port est déjà mentionné par Ibn al-Mujawir au début du 13ème siècle.

7Al-Shihr :

8Al-Shihr, connue à l'époque pré-islamique et au début de l'islam sous le nom de "al-'A'sa'", est mentionnée dans de nombreuses textes médiévaux comme un important établissement côtier entre l'Oman et Aden, et ce dès le 9ème siècle (Ibn Khordadhbeh). Comme Abyan, c'était l'un des quatre ports sous domination d'Ibn Ziyad à la fin du 10ème siècle, un port lié au commerce de l'encens (Kitab 'Aja'ib al-Hind), capitale de la région du Mahra (Muqaddasi, Ibn Hawqal) et "grandissime cité" (Marco Polo). Al-Shihr conserva son statut de porte de l'Hadramaout sur l'océan Indien jusqu'au 18ème siècle, période où elle fut supplantée par Mukalla. Si al-Shihr est bien connue par les textes, elle n'avait cependant jamais fait l'objet d'études archéologiques et sa localisation exacte n'était pas connue. L'objectif majeur de la mission 1995 était donc d'étudier l'agglomération actuelle et ses environs afin d'y repérer les traces de l'occupation médiévale. Cette agglomération est en pleine expansion et la ville ancienne, limitée par une enceinte des 18-19èmes siècles en grande partie ruinée, est aujourd'hui cernée de quartiers modernes en construction.

9Les recherches effectuées cette année ont permis de repérer, dans le quartier ancien d'al-Qariya près du rivage, un tell partiellement détruit au bulldozer et qui présentait donc une section, longue d'environ 50m, où des couches archéologiques étaient visibles. Contrairement au reste de l'agglomération intra muros qui est totalement urbanisé, cette zone est aujourd'hui vierge de construction sur environ 1ha mais des bornes indiquent que cinq bâtiments y sont prévus, qui détruiraient totalement le site. Un sondage-test a été pratiqué dans la section, sur 7m de hauteur. Les couches supérieures contiennent du matériel de la période ottomane, ainsi que des tessons plus anciens et notamment des productions abbasides classiques irano-irakiennes, remontés sans doute des niveaux inférieurs. La couche 8 a livré des pièces, locales et importées, qui peuvent être attribuées aux 11-13èmes siècles ; elle représente le niveau de destruction d'une structure massive (couches 9-11) en briques crues parementées de pierres. Ce bâtiment repose sur une épaisse couche de sable vierge qui scelle un niveau d'occupation préhistorique (charbons de bois, silex).

10Le sondage d'al-Qariya a donc livré les preuves d'une occupation remontant aux environs du 12ème siècle sous la ville actuelle de al-Shihr, ainsi que les traces d'une occupation d'époque abbaside. Du matériel de toutes ces périodes, y compris quelques tessons abbasides, a également été retrouvé en surface dans cette zone, comme dans les tranchées et déblais de construction repérés en plusieurs endroits dans la ville.

11Conclusion :

12Le site de l'ancienne al-Shihr, découvert lors de cette dernière mission exploratoire, correspond parfaitement à la problématique de notre programme : l'étude d'un site portuaire majeur et de sa région, couvrant l'ensemble de la période islamique et impliqué dans le commerce régional et international. Le choix de al-Shihr s'impose d'autant plus que le site est menacé de destruction, et des recherches archéologiques extensives, fouilles et prospections, devraient donc y être menées dès la campagne 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Hardy-Guilbert et Axelle Rougeulle, « Mission archéologique islamique », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 25 novembre 2002, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cy.revues.org/109 ; DOI : 10.4000/cy.109

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org