Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Télédetection archéologique dans la Wadi Markha

Ueli Brunner

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L'Arabie du Sud constitue, à plus d'un titre, un terrain adapté à la télédétection. Ses vastes espaces rendent difficile au chercheur d'y acquérir une vue d'ensemble. L'accès à certaines régions reste malaisé. Il existe de surcroît des documents fournissant des indications sur la situation antérieure à la transformation considérable du paysage au cours des 20 dernières années.

2Trois niveaux d'observation peuvent être distingués en matière de télédétection :

31. d'un satellite à environ 300 km d'altitude,

42. d'un avion entre 1 et 10 km d'altitude,

53. du sol à environ 30 cm de hauteur.

6Avant d'appliquer ces méthodes il importe de connaître l'une des particularités de l'Arabie du Sud.

L'irrigation de crue dans l'Antiquité :

  • 1 Ueli Brunner, Die Erforschung der antiken Oase von Marib mit Hilfe geomorphologischer Untersuchun (...)

7L'irrigation de crue était la spécialité de l'Arabie du Sud. Les eaux de crue, produites par les violentes pluies de printemps et d'été, étaient conduites directement dans les champs qui étaient submergés par environ un demi-mètre d'eau. Chaque année plus d'un centimètre de fins sédiments était déposé. A Marib, on trouve aujourd'hui de monotones dépôts de limons de plus de 30 m de haut. Après l'abandon de l'irrigation, ces sédiments clairs furent érodés par l'eau et le vent le long des canaux et des murets des champs, de sorte qu'apparaît aujourd'hui un schéma d'érosion en quadrillage1. Les dépôts sédimentaires antiques dus à l'irrigation sont désormais l'élément géographique le plus frappant des grands wadis du Yémen.

Géo-images/ Images satellites :

  • 2 Ueli Brunner & Harold Haefner, "Altsüdarabische Bewässerungsoasen (oasis d'irrigation antique en (...)

8Une première approche de l'archéologie sudarabique est déjà possible par les géo-images. Les zones d'irrigation antique peuvent être reconnues grâce aux teintes claires et au schéma d'irrigation quadrillé. De grands tells peuvent également être localisés2. Il ressort de cette vue d'ensemble que :

9- il y avait à l'époque antique une oasis irriguée dans chaque grand wadi au pourtour du Ramlat as-Sabatayn,

10- le wadi Dana et le wadi Bayhan ne possèdent qu'un grand tell. Saba et Qataban semblent donc avoir été des états fortement centralisés. On trouve plusieurs tells dans les régions des anciens royaumes de Ma'in, Awsan et Hadramaout ce qui caractérise plutot des cité-états,

  • 3 Ueli Brunner, Besuch im Wadi Marcha (visite au wadi Markha), Jemen Report n° 2, (1992).

11- sur le plan archéologique, le wadi Markha est une véritable mine qu'il valait la peine d'explorer3.

Photographies aériennes :

12Des survols purent être effectués en janvier 1994, peu avant le début de la guerre civile. Des prises de vue aériennes de tout le wadi Markha, à l'échelle de 1:30.000, furent réalisées par la société MAPS Geosystem Gmbh grâce à un financement du musée ethnologique de Münich. Ces vues permettent de reconnaître les dépôts sédimentaires d'irrigation. Des tells, des barrages, des canaux, des murets et même des constructions telles que temple et répartiteur d'eau sont visibles.

13Un premier examen des photographies renforcé par une étude de terrain en janvier 1995 permit de confirmer l'hypothèse selon laquelle le paysage agraire antique du wadi Markha est resté conservé dans ses principaux traits. Les photographies aériennes permettront aux chercheurs à venir de connaître ce paysage, et ce, malgré les boulversements considérables que connaît actuellement le wadi.

14Les résultats les plus notables sont :

15- 6700 ha de dépôts sédimentaires d'irrigation sont visibles en surface,

16- dans la basse vallée un système étendu de canaux a pu être cartographié,

17- une douzaine de zones d'habitat antiques de plus d'1 ha ont été localisées,

18- Hagar Yahirr dépasse plusieurs fois par la taille tous les autres tells.

  • 4 Cette campagne de terrain a également été financée par le musée ethnologique de Münich (Prof. W. (...)

19C'est pourquoi notre campagne de terrain du 25-11 au 2-12-1995 s'est concentrée sur ce tell4.

Mesures magnétométriques :

20MM. Becker et Fassbinder de L'Office Bavarois pour la Sauvegarde du Patrimoine à Münich ont mesuré une surface de 4 ha avec un magnétomètre au césium CS2/MEP720 à double censeur.

21Des lignes tirées tous les 50 cm permirent d'effectuer des mesures à intervalles de 25 cm.

  • 5 Helmut Becker, First report about magnetic prospection in Sabir and Hagar Yahirr in November 1995 (...)

22Les premiers traitements des 400.000 mesures avec Geoplot Software fournirent des résultats encourageants5. Ils font apparaître un plan quasiment complet du niveau supérieur de la cité de Hagar Yahirr avec mur d'enceinte et fondations de grands bâtiments qui furent détruits par un incendie.

23Les mesures magnétométriques nous permirent de collecter une information non-visible sans pour autant éveiller la curiosité des habitants qui aurait rapidement conduit à des fouilles de pillage, fréquentes dans cette région.

Hagar Yahirr, capitale du royaume de Awsan :

24M. Saad Ayoub a entrepris l'examen de la céramique. D'après ses premières impressions, elle date principalement de la période entre la fin du 2ème siècle et le début du 1er siècle av. J.C. Autour des 16 ha de la ville ceinte de remparts les fondations de maisons en briques de terre crue furent repérées sur de vastes surfaces. A 600 m à l'E.-N.E. de Hagar Yahirr se trouve un tell allongé, d'environ 5 ha appelé Hagar Asfal. Les premières datations au radio-carbone des sédiments d'irrigation aux alentours indiquent un abandon de l'irrigation dans la première moitié du 1er siècle av. J.C.

25Ces découvertes amènent à esquisser à titre encore provisoire l'hypothèse suivante : Hagar Yahirr était le centre d'une cité exceptionnellement grande avec temples et palais. Elle était entourée de demeures simples construites en briques de terre crue. Au-delà se trouvait peut-être un souk avec des caravansérails dans lesquels les caravanes de chameaux pouvaient entreposer leurs marchandises. La ville semble avoir été détruite et abandonnée au cours de la première moitié du 1er siècle av. J.C.

  • 6 Jean-François Breton, "Hagar Yahirr - La capitale d'Awsan ?", Raydan, vol. 6, pp. 41-46, (1994).

26Il est ainsi possible de répondre par l'affirmative à la question posée par J.F. Breton6. Hagar Yahirr était la capitale du royaume de Awsan. Son emplacement s'inscrit parfaitement dans la chaîne des capitales sudarabiques au débouché des grands wadis, avec Ma'in dans le wadi Jawf, Marib dans le wadi Dana, Timna dans le wadi Bayhan, Hagar Yahirr dans le wadi Markha et Shabwa dans le wadi Irma. Cette capitale florissante du royaume d'Awsan fut détruite au 7ème siècle av. J.C. par le roi sabéen Karib il Watar (RES 3946) et n'a jamais été reconstruite depuis.

Haut de page

Notes

1 Ueli Brunner, Die Erforschung der antiken Oase von Marib mit Hilfe geomorphologischer Untersuchungsmethoden (Étude de l'oasis antique de Marib à l'aide de méthodes d'investigation géomorphologiques), Archäologische Berichte aus dem Jemen, vol . 2, Mayence, (1983).
2 Ueli Brunner & Harold Haefner, "Altsüdarabische Bewässerungsoasen (oasis d'irrigation antique en Arabie du Sud)", Die Erde, pp. 135-153, (1990).
3 Ueli Brunner, Besuch im Wadi Marcha (visite au wadi Markha), Jemen Report n° 2, (1992).
4 Cette campagne de terrain a également été financée par le musée ethnologique de Münich (Prof. W. Raunig). L'Institut Archéologique Allemand à Sanaa (M. B. Vogt) nous a offert une amicale hospitalité.
5 Helmut Becker, First report about magnetic prospection in Sabir and Hagar Yahirr in November 1995 (inédit).
6 Jean-François Breton, "Hagar Yahirr - La capitale d'Awsan ?", Raydan, vol. 6, pp. 41-46, (1994).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ueli Brunner, « Télédetection archéologique dans la Wadi Markha », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 30 août 2005, consulté le 23 avril 2014. URL : http://cy.revues.org/108

Haut de page

Auteur

Ueli Brunner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique
  • Revues.org