Navigation – Plan du site
Etudes

Nur al-Din et al-Muzaffar : la construction de l'Etat rasoulide au Yémen

Mohammed Abdelrahim Jazem et Brigitte Marino

Entrées d’index

Mots-clés :

rasūlide
Haut de page

Texte intégral

Fondements économiques et orientations politiques d'une dynastie

Les origines des Rasûlides

1Un examen attentif de la lutte pour le pouvoir au sein de la famille rasûlide au Yémen montre sans conteste que les Rasûlides, dès le début de leur accession au pouvoir1 mais également par la suite,2 par les pratiques qui leur sont propres, présentent des points communs avec les Ottomans, d'origine turque comme eux et qui gouvernèrent, plus tard, une vaste partie du monde au début du quinzième siècle3. Dans les deux cas, la lutte pour le pouvoir et l'accession au trône furent semblables. Si les pratiques des Rasûlides furent moins sanglantes4 que celles des Ottomans, ils adoptèrent les mêmes méthodes que ces derniers : éloignement, par la violence5, des membres concurrents d'une même fratrie et rôle joué dans ce domaine par les complots des femmes du palais royal6 pour attiser la compétition entre les frères rivaux.

2Ces souverains semi-bédouins, qui dirigeaient, dans leurs déplacements, un grand nombre de leurs suivants dans les plaines d'Asie, avaient une pratique singulière du pouvoir et véhiculaient leurs traditions dans ce domaine où qu'ils aillent7. Les chefs de la tribu d'origine turque de Ghuzz (ou d'Ughûzz)8, qui commença à quitter les plaines de Turkménie en direction de l'ouest au neuvième siècle, servirent dans les palais abbasside et fatimide de Bagdad et du Caire9 et jouèrent un rôle important dans les relations diplomatiques entre le palais abbasside de Bagdad et le palais ayyûbide du Caire10. Leur remarquable compétence dans la maîtrise des affaires militaires et politiques apparut au Yémen quand ce pays fut occupé par les armées ayyûbides à la recherche d'un refuge pour leurs souverains, inquiets quant à leur destin en Egypte11.

3Les chefs de la tribu d'Ughûzz, que les circonstances avaient contraints à servir divers groupes de la société civile en Iraq, en Syrie et en Egypte, purent mettre leur compétence politique et militaire au service de leurs maîtres ayyûbides au Yémen et ce, malgré les réserves qu'ils éprouvaient à leur égard12. La première chose qui attire l'attention dans les comportements de ces chefs disposant de forces militaires et de pouvoir diplomatique est qu'ils accomplirent leur devoir avec dévouement, abnégation et solidarité au service des Ayyûbides et de leurs représentants au Yémen et ce, jusqu'à ce qu'ils accèdent au pouvoir dans ce pays. A cette étape importante de l'histoire des Rasûlides, tout prétendant au pouvoir s'efforçait de se débarrasser des autres membres rivaux de sa famille, appliquant ainsi une tradition héritée des pratiques tribales turques. Ainsi, les bateaux et les armées ayyûbides qui quittèrent définitivement le Yémen en direction de l'Egypte et de La Mekke n'emportèrent pas seulement les biens et les butins mais emmenèrent aussi, enchaînés, les membres de la famille rasûlide sur la demande du plus jeune de leurs fils, Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl13, qui en fit de même pour quelques chefs yéménites lui ayant accordé son allégeance14. Et l'éviction mutuelle des fils du sultan rasûlide pour l'accession au trône se perpétua pendant toute la durée de cette dynastie, c'est-à-dire plus de deux siècles15.

La politique suivie par Nûr ad-Dîn pour réaliser son indépendance au Yémen

4Nûr ad-Dîn fut d'abord le substitut (nâ'ib) des Ayyûbides au Yémen16 mais cela ne l'empêcha pas de se livrer à une série d'opérations militaires réussies contre ceux que les Ayyûbides avaient nommés, avant leur départ, dans diverses régions (iqtâ'ât) à l'intérieur du pays, et il les remplaça par des gens qui lui étaient fidèles17. Par l'intermédiaire des Banû Hâtim, des chiites ismaéliens18, il put conclure un accord avec les Ashrâf Hamzites, puissants leaders zaydites, en fit ses substituts et les installa dans les places fortes et les régions qui étaient soumises à leur chefs spirituels19. A la suite de cet accord, les Ashrâf l'incitèrent à réaliser l'indépendance du Yémen en prenant ses distances vis-à-vis des Ayyûbides qui étaient leurs plus grands ennemis20.

5Ceci permit à Nûr ad-Dîn d'assurer, sous son pouvoir, l'unité intérieure du Yémen. Fort de cela, il fit une tentative diplomatique auprès du calife abbasside de Bagdad afin que celui-ci le reconnaisse comme substitut dans ce pays. Cette démarche, purement formelle, lui fut nécessaire pour s'affranchir des Ayyûbides. Dès que le calife abbasside le reconnut comme substitut au Yémen21, il entreprit une série d'opérations militaires et de violentes attaques contre la présence ayyûbide au Hijâz, en particulier à La Mekke22. Il profita de la lutte entre les membres de la dynastie ayyûbide dans le Bilâd ash-Shâm et en Egypte, des révoltes et des troubles qui s'étaient répandus au sein de leur Etat, et de la menace des Croisés qui avait recommencé à se manifester et qui se concrétisait par de nouvelles avancées grâce aux différends des Ayyûbides23. Ces circonstances lui permirent de retirer aux Ayyûbides leur suprématie sur La Mekke : parfois, il étendait sa domination sur cette ville, parfois il la leur laissait provisoirement.

6Dans les circonstances difficiles et complexes que traversaient les Ayyûbides dans le Bilâd ash-Shâm et en Egypte, l'occasion fut donnée à Nûr ad-Dîn de se défaire de leur influence sur La Mekke et le Hijâz ; il conduisit lui-même une grande expédition militaire qui lui permit de conquérir La Mekke et Médine et de saccager le port de Yanbu' ; celui-ci était une base de stationnement stratégique pour les forces ayyûbides car y parvenaient, d'Egypte, les bateaux transportant les armées ayyûbides, les équipements militaires et les provisions permettant leur présence au Yémen et au Hijâz. Par la démolition et la destruction de ce port, qui ne pouvait plus désormais accueillir les bateaux de guerre, Nûr ad-Dîn empêcha, pendant longtemps, les Ayyûbides d'Egypte d'intervenir dans les affaires du Hijâz et du Yémen24. Ainsi, il assura son indépendance au Yémen et étendit son pouvoir sur tout le Hijâz et sur le Yémen, posant les premières fondations de la dynastie rasûlide qui constitua un Etat indépendant, au véritable sens du mot.

7Très tôt, Nûr ad-Dîn réussit à dominer les villes et les ports importants du Yémen et du Hijâz et il lança une expédition pour consolider son pouvoir sur les côtes du Hadramawt où se trouvait le port d'ash-Shihr25 accueillant les bateaux en provenance du Golfe et de l'Asie du sud-est ; ainsi fut garantie une partie des revenus financiers qui étaient versés dans le Trésor de l'Etat à partir de divers prélèvements effectués sur les produits commerciaux, les terres agricoles et les activités urbaines26. Mais Nûr ad-Dîn dut se livrer à une nouvelle lutte violente à l'intérieur du Yémen après qu'il s'en fut déclaré le maître indépendant. Il y avait là de nombreux chefs locaux qui imposaient leur souveraineté aux citadelles et aux places fortes insoumises qui les entouraient(27. Il dut donc les combattre sans pitié et les soumettre à son pouvoir : il fit tomber plusieurs de ces chefs et se contenta de la fidélité absolue des autres, ayant recours à eux lors de ses guerres contre les villes et les tribus se dressant contre lui28. Ces guerres, qui ne se calmaient dans un endroit que pour reprendre dans un autre, constituaient un gouffre dans lequel était dilapidée une grande partie des ressources financières de l'Etat29.

8La plus dangereuse, la plus violente et la plus dure de ces guerres fut sans doute la confrontation entre Nûr ad-Dîn et les Ashrâf zaydites. Dès que ceux-ci tentèrent de faire un mouvement hors du cadre de leur région30, tel qu'il avait été fixé par un accord conclu entre les deux parties, Nûr ad-Dîn les pourchassa avec toute la force militaire dont il disposait, leur retirant les terres, les citadelles et les places fortes dont ils étaient considérés, en fonction de cet accord, les gouverneurs. Dans ce combat, il utilisa contre eux l'arme de l'argent -qu'il dépensait sans compter-31 et les forces militaires locales et tribales, comme cela était le cas au temps de la présence ayyûbide. Après qu'ils eurent à peu près tout perdu, ils s'en retournèrent et envoyèrent des délégués s'excuser auprès de lui de ce qu'ils avaient commis. Un nouvel accord fut conclu entre les deux parties, accord selon lequel les Ashrâf reconnaissaient sa souveraineté sur les terres et les places fortes qu'il leur avait retirées et, avec toute l'assurance d'un souverain, il les installa comme substituts dans les régions mêmes où il les avait combattus32. Par la suite, il leur demanda aussi de l'aider dans ses guerres contre d'autres chefs yéménites33.

9Après cet accord, la région dans laquelle étaient installés les Ashrâf ne demeura pas stable longtemps. Un conflit se produisit en effet entre Nûr ad-Dîn et le fils de son frère, Asad ad-Dîn Muhammad b. al-Hasan b. Rasûl, qui était muqatti'' de Sanaa depuis longtemps34; il aboutit au déclenchement d'une guerre entre les deux parties car Asad ad-Dîn refusa de renoncer à l'iqtâ' de Sanaa. Il commença à prendre contact avec les nouveaux chefs des Ashrâf, représentant l'imam Ahmad b. al-Husayn, pour constituer un pacte contre son oncle paternel, Nûr ad-Dîn35. Dès qu'il sentit le danger qui le menaçait, celui-ci s'empressa de conduire son armée vers Sanaa. Fakhr ad-Dîn Abû Bakr b. Hasan b. Rasûl déploya de gros efforts pour empêcher son frère Asad ad-Dîn de ratifier son pacte avec l'imam. Ses efforts furent couronnés de succès. Leur oncle paternel, Nûr ad-Dîn, se rapprocha de Sanaa par le sud36. Une guerre sans merci se produisit dans les régions des Ashrâf, provoquant de nombreux dégâts dans les terres agricoles et d'importantes destructions dans les places fortes. La guerre entre les deux parties se poursuivit sans répit durant une année entière. Nûr ad-Dîn, qui la dirigeait depuis la ville de Sanaa, n'en retira pas un résultat profitable37.

10Dès que Nûr ad-Dîn eut quitté Sanaa en direction de Taez pour suivre d'autres affaires concernant la vie intérieure de l'Etat, les Ashrâf lancèrent, pour prendre la ville de Sanaa, une attaque qui se solda par un échec38. Pour cette raison, et pour d'autres encore, la guerre se déplaça au sein même de leur front et ils commencèrent à se combattre entre eux ; ils se scindèrent alors entre partisans de l'imam Ahmad b. al-Husayn d'une part, et Ashrâf Hamzites d'autre part39. La même chose se produisit entre les membres de la famille rasûlide même si, dans ce cas, la confrontation se réalisa par l'espionnage politique et non par la guerre. Tout ceci aboutit à la chute de Nûr ad-Dîn, assassiné par ses Mamelouks dans la ville d'al-Janad, proche de la capitale de l'Etat, Taez40.

Al-Malik al-Muzaffar et les bases de la dynastie Rasûlide au Yémen

11Al-Muzaffar41, tout comme les autres chefs, fut surpris par l'assassinat de son père, Nûr ad-Dîn, et il demeura d'abord perplexe devant le trouble qui secoua fortement les bases du nouvel Etat. Il dut affronter les membres de la famille rasûlide qui lui résistaient et qui ambitionnaient le pouvoir au Yémen : les deux fils de son oncle paternel, Asad ad-Dîn à Sanaa et Fakhr ad-Dîn dans la Tihâma ; son frère, al-Mufaddal, et sa mère, Bint Jawzâ', à Taez. Et du centre de son iqtâ', la ville d'al-Mahjam, il commença à se mouvoir pour prendre le pouvoir, poussé à cela par certains chefs locaux. Il commença à prendre contact avec les chefs de clans de la Tihâma qui lui répondirent favorablement42. Avec l'aide de quelques fidèles, sa sœur, ad-Dâr ash-Shamsî, réussit à dominer la ville de Zabîd et à la défendre contre les tentatives de Fakhr ad-Dîn pour la conquérir après que ses hommes lui eurent accordé leur allégeance et tué Nûr ad-Dîn43. Ses lettres poussèrent son frère, al-Muzaffar, à s'empresser de marcher sur la ville de Zabîd avec ses troupes tribales et militaires. Dès qu'il s'en approcha, Fakhr ad-Dîn s'enfuit en tentant de rejoindre Sanaa mais il fut capturé44. Al-Muzaffar pénétra dans la ville de Zabîd sans combat. De là, il envoya, de toute urgence, des lettres dans les autres villes et régions. Puis, il se livra à une rapide action militaire vers la ville d'Aden dans laquelle il entra pacifiquement, coupant ainsi le chemin à son frère, al-Afdal. De là, il étendit sa domination sur Abyan et Lahj. Puis, il se mit en mouvement vers les places fortes et les régions situées au sud et au sud-ouest de Taez, parvenant jusqu'à Jibâ, capitale de la région d'al-Ma'âfir45. Par ces avancées, il réussit à circonscrire al-Afdal et lui ôter toute possibilité de mouvement hors de la région dans laquelle il s'était retranché. Al-Muzaffar Yûsuf n'était pas violent dans ses actions militaires : il préférait utiliser les démarches diplomatiques pacifiques. Ainsi, il poursuivit sa progression, détournant de plus en plus de fidèles de son frère, leur conservant leur position, ce qui lui permit, au mois d'août 1250, de prendre la capitale de l'Etat, Taez, après une courte période de siège46. Après cela, il assiégea la citadelle d'ad-Dumlu'a47, lieu de retraite d'al-Mufaddal et de sa mère, Bint Jawzâ'.

12Al-Muzaffar préféra utiliser la ruse pour prendre, sans pertes, cette citadelle située sur une montagne rocheuse difficile d'accès. Après en avoir intensifié le siège, il accepta la demande de pacte que lui proposait al-Afdal48. La mère d'al-Afdal, Bint Jawzâ', négocia avec al-Muzaffar et obtint qu'il assure la paix à ses deux frères, al-Afdal et al-Fâ'iz ; le premier aurait l'iqtâ' d'Abyan et le second celle de Mawza' et Hays. Al-Muzaffar accepta cela. Pour rassurer davantage la femme de son père, il envoya avec elle ses deux enfants, al-Ashraf 'Umar et sa sœur, al-Tawâshî Yâqût, comme otages auprès d'elle dans la citadelle. Ensuite, il accueillit ses deux frères et les envoya comme gouverneurs dans les régions sur lesquelles ils s'étaient entendus49. Al-Muzaffar leva le siège de la citadelle d'ad-Dumlu'a et commença à étendre son influence au nord, dans le mikhlâf de Ja'far (Ibb, actuellement), soumettant par des moyens militaires et diplomatiques les villes et les places fortes à son influence50. Pour plusieurs raisons, il devait exécuter des actions rapides afin d'assurer son pouvoir. Il laissa donc la question de la chute de la citadelle d'ad-Dumlu'a se résoudre grâce au temps et aux trois otages. Il devait affronter le danger de l'expansion des Ashrâf zaydites, conduite par l'imam Ahmad b. al-Husayn, hors du cadre qui leur avait été assigné après l'assassinat de son père. Ils avaient trouvé l'occasion de créer un Etat ; ils rassemblèrent leurs troupes et s'empressèrent de marcher sur Sanaa au mois d'août 1250, obligeant Asad ad-Dîn et Muhammad b. Hasan b. Rasûl à abandonner la ville et à se retrancher à Barrâsh, dans le Jabal al-Nuqum. Puis, ils poursuivirent leur avancée vers le sud de Sanaa et prirent la ville de Dhamâr51.

13Dans leur progression vers le sud, les Ashrâf ne purent réaliser plus de conquêtes et ce, pour plusieurs raisons dont les plus importantes sont les suivantes :

141 - Les revenus économiques et agricoles de l'espace que contrôlaient les Ashrâf ne leur procuraient pas les possibilités financières leur permettant d'engager des dépenses pour des campagnes militaires qui se seraient étendues au-delà des régions du Yémen auxquelles ils étaient parvenus.

152 - La fragilité de leur front intérieur. Les Ashrâf Hamzites étaient opposés à l'imam Ahmad b. al-Husayn et désiraient nommer l'un d'entre eux à sa place ; ils ne voulaient donc pas le poursuivre afin de ne pas renforcer davantage sa position.

163 - La région où s'exerçait l'influence des Ashrâf n'était pas entièrement sous leur domination ; certains chefs tribaux étaient en révolte contre eux et, par ailleurs, les régions de Mârib et d'al-Jawf n'étaient pas du tout soumises à leur influence. De plus, la deuxième force chiite importante au Yémen, les ismaéliens, était engagée aux côtés des Rasûlides et jouait un rôle actif pour réduire l'espace des Ashrâf qui s'étendait du nord est au nord ouest de Sanaa, à partir de la place forte de Dhî Marmar jusqu'à Harâz, en passant par Hamdân (Dulâ', Zahr).

174 - Leur impossibilité de faire tomber la place forte de Barrâsh, proche de Sanaa ; Asad al-Dîn s'y trouvait toujours et cela leur faisait craindre, s'ils poussaient au sud, après Dhamâr, que celui-ci profite de cette occasion pour mettre la main sur Sanaa.

18Après la conquête de Dhamâr, l'imam Ahmad b. al-Husayn recula et concentra ses efforts sur la place forte de Barrâsh, tentant de la faire tomber pour assurer la sécurité de Sanaa. Il tenta de réaliser cela pendant une période qui dura environ une année52, durant laquelle il entreprit plusieurs campagnes punitives contre les tribus qui étaient en révolte contre lui ; il se livra au pillage et imposa des taxes financières aux révoltés, ce qui augmenta les revenus de son Trésor53.

19Al-Malik al-Muzaffar réalisa des victoires rapides, notamment la domination des ports d'Aden et d'ash-Shihr, et celle de la plupart des terres agricoles fertiles du Yémen et des villes qui s'y trouvaient. Par ailleurs, les trois otages purent jouer de leur ruse envers Bint Jawzâ', la faire sortir de la citadelle d'ad-Dumlu'a, mettre la main sur celle-ci et s'emparer de l'argent de l'Etat qui y était conservé. Tout ceci plaça d'importantes possibilités financières de l'Etat sous le pouvoir d'al-Muzaffar et lui permit d'engager des campagnes militaires pour reprendre Dhamâr et Sanaa54. La diplomatie des Ashrâf Hamzites et des Banû Hâtim joua un rôle dans le rapprochement qui s'opéra entre al-Muzaffar et le fils de son oncle paternel, Asad ad-Dîn. Celui-ci fit mine de se rapprocher de l'imam et conclut avec lui un pacte contre al-Muzaffar. Ensemble, ils firent des incursions dans les régions qui étaient sous l'influence d'al-Malik al-Muzaffar. Celles-ci n'eurent pas beaucoup d'influence mais provoquèrent la déroute des troupes de l'imam, ce qui l'obligea à accepter un accord avec al-Muzaffar55. Ensuite commença une série d'opérations diplomatiques et militaires qui aboutirent finalement à la reprise de Sanaa par al-Muzaffar56 qui put ainsi étendre son influence au nord, dans les régions des Ashrâf. Asad ad-Dîn dirigea cette expansion jusqu'à Saada, siège du chef des Ashrâf zaydites57.

20Sous l'impulsion des Banû Hâtim et avec un financement d'al-Muzaffar, les Ashrâf Hamzites se livrèrent, dans le Wâdî Shawâba, dans la région d'al-Jawf, à une confrontation militaire avec l'imam Ahmad b. al-Husayn qui fut assassiné en 125858. Les régions qui constituaient le cadre traditionnel de l'influence des Ashrâf furent ainsi soumises à l'influence d'al-Muzaffar après qu'il eut acquis l'amitié des chefs les plus importants, notamment les Banû Hamza. Ensuite, al-Muzaffar se débarrassa d'Asad ad-Dîn ; il l'arrêta et l'emprisonna dans la citadelle de Taez après qu'il se fut révolté contre lui pour des raisons financières59.

21Par la suite, quelques chefs des Ashrâf, parmi les imams60, tentèrent de se regrouper pour retrouver leur domination sur leur espace traditionnel, notamment les citadelles, les places fortes et les territoires, parvenant jusqu'à Sanaa et Dhamâr. Mais, tantôt la diplomatie d'al-Malik al-Muzaffar, tantôt l'utilisation des forces militaires, les faisaient osciller entre l'expansion et le retrait au sein de leur espace sans que cela ait une grande influence sur le destin de la dynastie rasûlide. Les guerres et les accords qui les suivaient constituaient la base des relations entre les deux parties.

22Al-Malik al-Muzaffar conserva au sein de l'Etat rasûlide la région du Hijâz, notamment les Lieux Saints de La Mekke et de Médine et ce, malgré les luttes qui se produisaient entres les Ashrâf de La Mekke. Leurs gouverneurs se référaient tantôt au Yémen, tantôt à l'Egypte, tantôt au Bilâd ash-Shâm, tantôt à l'Iraq mais les circonstances que connurent l'Iraq, le Bilâd ash-Shâm et l'Egypte -des luttes internes aux attaques mongoles qui détruisirent la plus grande partie de leurs territoires- permirent à al-Muzaffar de consolider sa domination sur La Mekke, Médine et la plus grande partie du Hijâz. Le signe de sa domination résidait non seulement dans le voile de la Ka'ba, qu'il envoyait chaque année à La Mekke, mais aussi dans le maintien de quelques forces militaires yéménites et dans les dépenses financières qu'il effectuait pour les gouverneurs de cette ville, Ashrâf ou autres61.

23L'examen des événements qui se produisirent au cours de cette période montre qu'al-Malik al-Muzaffar put consolider les bases de son Etat entre 1250 et 1260. Ensuite, en sa qualité de sultan administrant toutes les affaires de l'Etat, il traita tous les événements avec sagesse, patience et astuce, aidé en cela par sa compétence et son expérience personnelles, et celles de son entourage. Par ailleurs, son Etat disposait d'énormes potentialités car il avait organisé les affaires économiques intérieures selon un système remarquable se fondant sur une série de lois financières et administratives régissant toutes les affaires publiques. Ses compétences personnelles et ces possibilités économiques et financières lui permirent non seulement de conserver l'unité et l'indépendance du Yémen mais aussi de protéger les forces maritimes de l'Etat dans la mer Rouge, l'océan Indien et le golfe Persique. Il constitua une flotte de guerre et d'importantes infrastructures dans le port d'Aden du fait des menaces que le Sultan d'Oman, Sâlim b. Idrîs al-Habûdî, exerçait sur quelques territoires appartenant à l'Etat yéménite62, et sur quelques bateaux commerciaux yéménites transportant des marchandises ainsi que des cadeaux envoyés par al-Muzaffar au gouverneur de la région de Perse63. Cela poussa al-Muzaffar à envoyer une armée terrestre et d'importantes forces transportées par la flotte pour s'emparer d'Oman, ce qui fut fait en 1279/ère chrétienne64. Avec le succès de cette opération militaire, al-Malik al-Muzaffar put instaurer les frontières de l'Etat rasûlide nouvellement constitué et qui s'étendaient de Yanbu', au nord, jusqu'à Aden, au sud, et de l'île de Dahlak65, dans la mer Rouge, à l'ouest, jusqu'au détroit d'Ormuz, dans le Golfe, à l'est.

L'économie et l'organisation financière et administrative du Yémen au début de la dynastie rasûlide

24Lorsque Nûr ad-Dîn fonda un pouvoir indépendant au Yémen, il s'appuya, pour la gestion des affaires économiques, sur des bases administratives et financières qu'avaient introduites les Ayyûbides dans ce pays. Les sources yéménites indiquent que Tughtakîn b. Ayyûb fut le premier à introduire au Yémen les lois et principes administratifs qui étaient en vigueur en Egypte. Il tenta notamment de soustraire les terres agricoles yéménites à leurs propriétaires pour les intégrer aux biens de l'Etat afin de les louer et d'en profiter pour alimenter le Trésor de l'Etat66. Mais son assassinat mit un terme à cette initiative qui avait d'ailleurs rencontré une forte opposition67. Un gouverneur ayyûbide, Sunqur al-Atâbek68, se préoccupa quant à lui des poids et mesures et certains d'entre eux demeurèrent liés à lui jusqu'à la période rasûlide69. Par ailleurs, les sources historiques yéménites de l'époque rasûlide évoquent de nombreuses institutions administratives et le titre des fonctionnaires, civils et militaires, qui les dirigeaient et qui correspondent à ce que l'on trouve en Egypte et dans le Bilâd ash-Shâm aux époques ayyûbides et mamelouke.

25Les mentions, rares et dispersées, que l'on trouve dans les sources, manuscrites et imprimées, et qui abordent l'aspect économique et administratif de l'Etat lorsqu'elles traitent de Nûr ad-Dîn ou d'al-Muzaffar indiquent l'existence d'une organisation financière et administrative gérant l'économie intérieure du Yémen. Parmi ces quelques allusions, figure la critique qu'adressèrent le soufi Ahmad b. 'Alwân, le voyageur Ibn al-Mujâwir et le cadi al-Bahâ' al-Janadî sur les méthodes adoptées par Nûr ad-Dîn pour prélever les revenus financiers sur les paysans70 et les commerçants71 et sur le nouveau prélèvement qu'il instaura et qui fut appelé ma'ûna72. Un appareil administratif organisait, à des périodes précises, le prélèvement sur les récoltes agricoles, les produits commerciaux importés ou exportés par le port d'Aden et prélevait également la ma'ûna.

26A travers les nominations de princes ou de commandants militaires effectuées par Nûr ad-Dîn et al-Muzaffar, apparaît l'existence d'une division administrative du Yémen en plusieurs régions (jihât ou iqtâ'ât)73, division facilitant l'administration et le contrôle des affaires économiques. Dans ces régions, les souverains nommaient aussi d'autres fonctionnaires comme les responsables des places fortes et des citadelles, les gouverneurs des villes et des ports et les personnes exerçant une activité dans les campagnes. Certaines indications suggèrent par ailleurs l'existence d'un appareil juridique indépendant dans le cadre duquel la justice était rendue, dans les diverses régions, par des juges appliquant la loi musulmane et qui étaient nommés par le souverain.

27Les nombreuses autres informations consignées dans les sources historiques montrent que les guerres et les affrontements militaires qui se produisirent à l'époque de ces deux personnages ne représentaient pas l'essentiel de la vie yéménite. Ils furent accompagnés par un début de renaissance culturelle reflétant un développement économique qui porta ses fruits localement et internationalement.

I - Le port d'Aden, carrefour du commerce international

28A cette époque, le port d'Aden, par sa position privilégiée sur l'océan Indien et sa proximité de l'accès méridional à la mer Rouge, constituait un important carrefour pour les échanges commerciaux entre les pays riverains du Golfe et de l'océan Indien et ceux riverains de la mer Rouge et du bassin méditerranéen. Au début de l'époque rasûlide, ce fut un site très important en raison de l'anarchie et de la déstabilisation causés par les attaques mongoles contre les centres urbains des riches pays de l'Orient musulman situés au nord et au nord est de la péninsule arabique, attaques qui parvinrent à menacer l'Egypte et qui portèrent préjudice aux routes du commerce international, terrestres et maritimes. Par ailleurs, les croisades, dans le Bilâd ash-Shâm et en Egypte, constituèrent une autre entrave sur la route du commerce international vers les rivages de la Méditerranée. Ainsi, la plupart des routes du commerce international se tournèrent vers les régions méridionales donnant sur l'océan Indien et le sud de la péninsule arabique. L'importance du port d'Aden apparut au cours de cette période trouble : il constituait un point de rencontre des routes commerciales internationales entre les pays du sud-est et du sud-ouest asiatique, les pays riverains de la mer Méditerranée et les pays d'Afrique orientale.

29Les fondateurs de l'Etat rasûlide, notamment al-Malik al-Muzaffar pouvaient s'occuper sérieusement des affaires politiques et économiques de la région. La flotte (de guerre et de commerce) que constitua al-Muzaffar dans le port d'Aden, et l'utilisation qu'il en fit pour attaquer Oman74, lui permit d'étendre sa domination sur tous les ports situés au sud de la péninsule arabique et qui accueillaient les bateaux en provenance d'Inde, de Chine, de Perse et d'Iraq. Il l'utilisa également pour assurer la sécurité des routes commerciales maritimes dans l'océan Indien et dans la mer Rouge, et pour transporter les marchandises et les commerçants du port d'Aden vers différents ports situés dans d'autres pays. Dans un document juridique, parmi les lois régissant le transport maritime entre le port d'Aden et les ports égyptiens riverains de la mer Rouge, il est dit que la priorité dans le transport des commerçants égyptiens et de leurs marchandises vers leur pays revenait aux embarcations liées au dîwân de l'Etat yéménite. Ils devaient payer un droit compris entre 400 et 600 dinars par embarcation75. Si les bateaux commerciaux liés à l'Etat n'étaient pas entièrement loués, ils pouvaient louer ceux qui se rendaient en Egypte. De fermes instructions du sultan adressées aux capitaines des bateaux de l'Etat transportant les commerçants en Egypte stipulent que, s'ils étaient contraints de transporter des forces militaires d'Egypte au Yémen, ils devaient les couler sans qu'on leur en fasse supporter la responsabilité76.

30On prenait par ailleurs des précautions pour empêcher les Mamelouks d'Egypte d'intervenir dans les affaires du Yémen et, dans les circonstances difficiles qu'ils traversaient, on faisait pression sur eux en menaçant leurs intérêts commerciaux dans la mer Rouge. Cela explique les menaces qu'envoyèrent certains de leurs souverains à al-Malik al-Muzaffar qui entretenait avec eux des relations diplomatiques. Celui-ci chercha par ailleurs à connaître77 les difficultés auxquelles l'Egypte devait faire face à cette époque en l'absence de flotte de guerre mamelouke dans la mer Rouge pour protéger ses intérêts commerciaux. Les marchands arrivant à Aden en provenance d'Egypte (les marchands kârimî) n'étaient pas autorisés à acheter les cargaisons des bateaux commerciaux indiens et à les acheminer vers l'Egypte78. On voulait ainsi empêcher les bateaux indiens de commercer directement avec l'Egypte en les obligeant à décharger leurs cargaisons dans le port d'Aden pour permettre à la flotte commerciale de l'Etat yéménite de profiter de l'opération de transport79. On voulait également empêcher les bateaux commerciaux indiens à grosse capacité de se rendre dans les ports égyptiens (Tur, Qusayr et 'Aydab) afin qu'ils ne soient pas utilisés pour transporter des forces militaires au Yémen80. Dans une certaine mesure, on permettait à quelques commerçants égyptiens -ou à leurs proches (fils ou frères seulement)- qui possédaient des bateaux commerciaux et qui jouissaient d'une estime particulière de la part des souverains du Yémen, de transporter leurs marchandises personnelles achetées dans le port d'Aden. Mais, d'une manière générale, on interdisait formellement aux commerçants égyptiens d'embarquer leurs marchandises avec eux81. Autrement dit, les bateaux commerciaux égyptiens débarquaient leur cargaison à Aden et retournaient quasiment vides en Egypte. Parallèlement, on autorisait certains commerçants d'Inde à voyager vers les ports égyptiens en petite jallâb Shâmiyya dont la capacité ne leur permettait de transporter ni soldats ni chevaux82.

31Par ces mesures, et d'autres, comme nous le verrons plus loin, les Rasûlides purent, très tôt, mettre la main sur le commerce international et intervenir dans ce domaine à partir du port d'Aden dont ils organisèrent les affaires financières et administratives de manière remarquable. Cela donna à cette ville une envergure s'accordant avec son rôle de grand carrefour commercial international et de grande place financière alimentant les caisses de l'Etat.

32Le responsable des affaires de la ville d'Aden, et de son port, était le wâlî ; il était secondé par le 'âmil awwal ou nâzir, premier responsable exécutif des diverses opérations commerciales qui se réalisaient dans le port (al-furda); il était aidé dans sa tâche par le 'âmil thânî lequel était suivi, dans la hiérarchie, par le nâ'ib al-furda ; venaient ensuite les mashâyikh al-furda. Ils disposaient de nuwwâb qui les remplaçaient en cas de maladie ou en d'autres circonstances qui les obligeaient à s'absenter. A la suite des mashâyikh venaient les mufattishûn83. Cet appareil administratif œuvrait sous le contrôle du wâlî et du nâzir. La fonction des mufattishûn résidait dans l'inspection des marchandises : ils criaient le nom des marchandises et celui de leurs propriétaires. Les mashâyikh (ou leur nuwwâb) consignaient la nature des marchandises et le nom de leur propriétaire dans des registres particuliers et fixaient le montant des taxes douanières ('ushûr) devant être payé pour chaque marchandise. La criée et l'enregistrement étaient supervisés par le 'âmil thânî, le nâ'ib ou le nâzir84.

33A la fin de chaque mois, on vérifiait les registres des mashâyikh et on les corrigeait. Puis, on inventoriait et on calculait les revenus douaniers qui y étaient enregistrés et l'ensemble des responsables (les nuwwâb des mashâyikh, les mashâyikh, le nâ'ib al-furda et le 'âmil thânî) apposaient leur signature sur le document. La vérification des registres était supervisée par le nâzir qui assurait la correction de la comptabilité et signait le document. Puis, il transmettait celui-ci au wâlî85 qui le signait et le conservait jusqu'à ce que l'on prélève les taxes douanières pour le Trésor public de l'Etat. Avant le versement de celles-ci au Trésor, le document était présenté au souverain qui l'authentifiait et ordonnait le versement en signant et inscrivant "sommes reçues" (wusûlât)86.

34Aux côtés de ces principaux responsables du port, se trouvaient des fonctionnaires qui se livraient, selon leur spécialité, à diverses tâches sous le contrôle du 'âmil ou du nâzir. Les kuttâb as-sundûq encaissaient les taxes douanières et autres revenus destinés aux services financiers du port ; ils se livraient aussi, avec l'argent de cette caisse, à des dépenses exigées par les opérations commerciales de l'Etat87. Les kharrâsûn déterminaient le montant des taxes à prélever sur les marchandises qui se trouvaient en petite quantité ou qui étaient légères88. Les kuttâb al-matjar étaient chargés de l'enregistrement de toutes les marchandises achetées pour les magasins de l'Etat et de toutes celles qui, de là, étaient vendues aux commerçants. D'autres surveillaient la pesée qui était opérée avec une balance (qabbân)89 afin de fixer les taxes de certaines marchandises. D'autres, selon les ordres que leur donnait le nâzir, autorisaient ou interdisaient la sortie des diverses marchandises après l'acquittement des taxes et des droits financiers ; ils tamponnaient les marchandises sortantes avec un tampon portant la marque du port. D'autres surveillaient les accès du port et enregistraient les différentes marchandises qui y entraient ou qui en sortaient90.

35En ce qui concerne le prélèvement des taxes douanières ('ushûr) sur les marchandises dans le port, toutes les marchandises étaient classées dans des listes particulières où l'on indiquait leur désignation, leur nombre, leur poids, leurs caractéristiques ; on indiquait également la somme qui était due en fonction de la nature des taxes (mukûs) exigées91. Les marchandises qu'apportaient les bateaux du Golfe et de l'océan Indien étaient soumises à une taxe d'importation ('ushûr al-wârid) de la manière suivante : 'ushr + dilâla, samsara (courtage) + shawânî (taxe de protection des bateaux de guerre)92. Les taxes douanières sur les marchandises venant d'Egypte et d'Abyssinie par la mer Rouge étaient seulement les suivantes : 'ushr + dilâla93. Quant aux marchandises qui étaient réexportées, elles étaient seulement taxées par le 'ushr, que l'on appelait alors 'ushûr as-sâdir (taxe d'exportation)94. Les marchandises qui entraient dans le port depuis la ville d'Aden ou depuis toute autre région du Yémen étaient soumises à une taxe d'importation ('ushr + dilâla) et, lorsqu'elles étaient vendues au sein du port, on prélevait sur elles une taxe de vente et d'achat (damân al-bay' wa-sh-shirâ')95.

36Il existait un autre système de prélèvement des taxes, la muqâsama, qui concernait le fer indien, le bois de platane, la laque, le bois de campêche et en vertu duquel on prélevait le quart de la quantité comme taxe pour le dîwân de l'Etat. Si l'Etat n'avait aucun besoin de ces produits, on évaluait le prix du quart de la quantité et on le vendait avec une augmentation de cinq dinars pour chaque buhâr. Le commerçant propriétaire de la marchandise avait le droit de l'acheter et de payer son prix, avec l'augmentation qui avait été fixée, au service concerné dans le port96. Il existait un autre système, celui du tathmîn, qui fixait la valeur de certaines marchandises et en fonction duquel on prélevait les taxes douanières ('ushûr) selon le prix du moment et du lieu ; les marchandises concernées par ce système étaient les perles, le corail, le verre alépin, les objets manufacturés en fer quels qu'ils fussent, de l'aiguille au fer, etc.97.

37Le bois, à l'exception du bois de platane, était exempté des taxes douanières. L'Etat faisait face à ses besoins en bois en l'achetant aux commerçants à sa valeur réelle et payait son prix avec l'argent de la caisse du port. De même, les marchandises qui étaient exportées du port d'Aden et qui ne rencontraient aucun succès dans les pays de destination, étaient exemptées des taxes douanières lorsqu'elles retournaient au port98.

38Lorsque des propriétaires devaient vendre de gros bateaux commerciaux dans le port, cela ne pouvait se faire secrètement mais devait être annoncé publiquement et les commerçants organisaient une vente aux enchères. Si l'Etat en avait besoin, il les achetaient au plus haut prix99. Si l'acheteur était un commerçant, on prélevait une taxe équivalant au dixième du prix d'achat100.

39Des mesures particulières étaient prises pour certaines marchandises qui se caractérisaient par leur qualité ou leur rareté, et les objets qui présentaient une certaine originalité101 : ils étaient confisqués, retirés des échanges commerciaux et remis en circulation uniquement sur ordre du souverain. Toutes ces marchandises, dont certaines étaient importées d'Inde, de Chine ou d'ailleurs, étaient destinées au Trésor de l'Etat. Ainsi, la commercialisation des tapis indiens n'était autorisée que si leur longueur était inférieure à 10 dhirâ'102 ; il en était de même pour les perles dont le poids était situé entre 20 et 25 mithqâl103 et les grosses pièces de poterie chinoise comme les assiettes et différentes sortes de récipients104. La vente du bois de santal et d'encens était autorisée aux commerçants venant d'Egypte et d'Abyssinie seulement après que, dans le port d'Aden, les gros bâtons eurent été coupés en petits morceaux d'une longueur inférieure à un empan105. Les restrictions touchaient également les bois importés d'Inde qui étaient utilisés pour la fabrication des flèches ; ils étaient achetés pour le dîwân de l'Etat et leur vente aux commerçants d'Egypte et d'ailleurs était formellement interdite. On fouillait scrupuleusement les bateaux commerciaux, à la recherche des marchandises exportées ; les commerçants avaient le droit d'acheter des quantités supplémentaires seulement après que les responsables du port eurent supervisé le découpage de ce qui pouvait être utilisé comme arme106. De même, les marchands d'Abyssinie et d'Inde n'avaient pas le droit de pratiquer le commerce du verre égyptien doré ; il était destiné au Trésor de l'Etat et offert comme présent au Sultan de Tâna ou à d'autres sultans107.

40Le déchargement des bateaux commerciaux qui arrivaient dans le port d'Aden était effectué par ordre d'arrivée ; il ne pouvait se faire que l'un passe avant l'autre sauf sur ordre du Sultan ou en cas de risque de naufrage. En dehors de ces deux cas, un bateau ne pouvait passer avant un autre. Le déchargement de ces bateaux se faisait en ordre et les taxes douanières étaient prélevées une fois que les cargaisons avaient touché terre. Après cela, elles étaient transportées dans les dépôts et, si l'Etat devait acheter des marchandises après avoir prélevé les taxes, il les achetait au prix auquel les vendait le commerçant à n'importe quel autre commerçant désireux de les acheter108.

41Plusieurs indications nous permettent de dire que les Rasûlides purent, dès les débuts de leur Etat, maîtriser le commerce international et l'orienter en fonction de leurs intérêts à partir du port d'Aden. Ils obligèrent les partenaires du commerce international à faire de ce port leur principal et seul point de rencontre. L'interdiction faite aux bateaux venant de l'océan Indien de pénétrer dans la mer Rouge et l'interdiction faite aux bateaux venant de la mer Rouge de se rendre dans les ports des pays riverains de l'océan Indien constituent la trace la plus tangible de la place fondamentale des Rasûlides dans le commerce international. Ceci obligeait les bateaux à accepter l'achat obligatoire en vue du stockage annuel de garance que contrôlait l'Etat. Ils devaient en outre accepter la priorité des bateaux yéménites appartenant à l'Etat pour le transport des marchandises. Les Rasûlides allèrent encore plus loin en obtenant des informations précises sur toutes les transactions commerciales qui étaient réalisées dans les autres pays ; cela leur assurait une bonne connaissance des diverses monnaies qui étaient utilisées en Egypte, dans le Bilâd ash-Shâm, en Iraq, en Abyssinie et dans les différents sultanats d'Inde ; ils connaissaient les divers cours de ces monnaies, les mesures de capacité, les poids, les mesures de longueur, les prix des diverses marchandises dans chaque pays, les habitudes et les traditions de certains d'entre eux dans les opérations de vente, d'achat et d'échange109.

42Il faut noter ici que les monnaies qui étaient utilisées dans toutes les transactions commerciales internationales de cette époque étaient le dinar d'or kâmîlî et le dirham d'argent kâmîlî110, frappées en Egypte selon une quantité précise d'or, d'argent et de cuivre. Elles recueillaient la confiance des pays qui les utilisaient et, parmi eux, le Yémen. Pour assurer leur indépendance au Yémen, les Rasûlides frappaient des dinars d'or et des dirhams d'argent, comme les dinars muzaffariyya et les dirhams muzaffariyya111, mais le titre de ces monnaies était absolument identique à celui de la monnaie égyptienne ; elles étaient seulement utilisées au sein de l'Etat yéménite, de La Mekke et Médine, au nord, jusqu'à Aden, au sud, et jusqu'à Zufâr et Oman, à l'est112. A La Mekke, on frappait une monnaie particulière, appelée qaysiyya, et que l'on utilisait seulement pendant la période du pèlerinage113. Malgré l'existence de la monnaie muzaffariyya, la monnaie kâmîliyya demeura la monnaie principale dans les échanges commerciaux internationaux avec le Yémen, l'Inde et d'autres pays limitrophes ainsi qu'avec l'Abyssinie qui comprenait le Soudan, l'Erythrée, l'Ethiopie et la Somalie. L'Etat yéménite achetait de grandes quantités d'or égyptien aux changeurs d'Aden au moment de l'arrivée saisonnière des commerçants égyptiens ; l'or se trouvait en abondance à ce moment-là et l'on désirait l'acheter car la présence de nombreux commerçants venus d'Inde en faisait monter le cours114.

43Afin que les Rasûlides préservent la continuité de l'apport commercial dans les ports du Yémen, notamment à Aden, les relations diplomatiques ne s'interrompaient jamais : elles se manifestaient sous la forme d'onéreux présents, de lettres aimables adressées aux divers sultans et gouverneurs de différents pays115, de vêtements d'apparat offerts aux capitaines des bateaux qui assuraient le transport des marchandises116. On envoyait également de l'argent, des vêtements, des céréales, de l'or et autres biens aux juges, aux jurisconsultes et aux imams des mosquées et des oratoires situés dans des îles et des pays proches de l'Inde117. Parallèlement, nous voyons 500 cavaliers Mamelouks se préparant, en Egypte, à participer à la défense de ce pays contre les attaques croisées et se procurant tous leurs besoins du Yémen118. Ceci en plus de tous les précieux cadeaux effectués sur le compte du Trésor public et qui étaient offerts à certains sultans Mamelouks jouissant du respect et de la considération d'al-Malik al-Muzaffar en raison de leur rôle dans la crise mongole et de leur combat continu contre les Croisés119.

44Tout ce qui précède montre que les Rasûlides purent valoriser le site du port d'Aden de manière remarquable, ce qui leur permit de jouer un rôle important dans le contrôle du commerce international au profit du Yémen. Par ailleurs, l'organisation financière et administrative de ce port leur permit de drainer de grandes quantités d'argent dans le Trésor public120. Afin d'accroître les bénéfices qu'ils tiraient du commerce international, ils s'intéressèrent aussi aux port d'ash-Shihr, dans le Hadramawt, et de Zafâr, dans la région d'Oman. Ces deux ports étaient surtout fréquentés par les commerçants de Chine et de Perse ; par leur intermédiaire, l'Etat se procurait l'or qu'apportaient les commerçants de Chine121. Il en était de même avec les bateaux qui transportaient les marchandises du Soudan, d'Erythrée et d'Ethiopie ; ils passaient par l'île de Dahlak, où ils payaient des taxes douanières appelées maks Dahlak122, et se dirigeaient ensuite vers les petits ports yéménites situés sur le rivage oriental de la mer Rouge.

II - Le commerce intérieur

45Au début de leur règne, les Rasûlides s'intéressèrent autant au commerce intérieur qu'au commerce extérieur. Les marchandises qui étaient déchargées dans les ports trouvaient un chemin vers les différentes villes yéménites qui commencèrent à être florissantes au cours de cette période. Dans les lois régissant le commerce intérieur, nous trouvons des informations sur le coût du transport -par chameaux, mulets, chevaux et ânes- des marchandises depuis Aden vers d'autres villes ou des villes intérieures vers d'autres villes ou régions123.

46Les corporations de métiers participèrent au développement des échanges commerciaux intérieurs entre les différentes villes et les campagnes en fournissant de nombreuses marchandises produites sur place et fort appréciées des consommateurs locaux. Ces corporations se manifestaient dans tous les domaines de la production artisanale. A travers le prélèvement, par les représentants de ces corporations, de quelques taxes financières pour le compte de l'Etat, nous pouvons connaître les lois et les traditions qui régissaient tous les domaines de la production artisanale ; tout ce qui se rattachait à elle était consigné avec précision et soin afin que le souverain puisse, à ce qu'il semble, s'y référer. Ces abondantes informations montrent que ces corporations étaient capables d'organiser le travail selon une division précise des tâches ; elles nous renseignent aussi sur les différentes produits, leurs dénominations, les matières entrant dans leur composition, le temps nécessaire à leur production124 et leur prix. Parmi les métiers, activités et produits qui, mentionnés dans ces sources, attestent l'essor économique du pays, citons : le forgeron, le menuisier, le tourneur sur bois, les métiers du cuir, le tissage des vêtements, l'artisanat de l'or et de l'argent, la cornaline, la poterie de luxe et ordinaire, le verre, l'argile, les tapis, la laine, la teinturerie, les chaudrons en pierre, le papier, la reliure, les instruments de musique (à corde et à vent), les armes, les cordes, les douceurs, etc.. Il existait en outre tout une série de métiers exercés par un grand nombre de gens, qui relèvent du secteur privé et que l'on trouve dans plusieurs villes du Yémen (Zabîd, Taez, Sanaa, Jibla, Dhamâr, Aden, Lahj, Zufâr, ash-Shihr, al-Mahjam, al-Kadrâ', al-Munaskiyya, al-Hâdith, al-Mansûriyya, Hays, Radâ', al-Janad, Jadda, Makka, et autres).

47A côté du secteur privé, il existait des productions relevant du secteur public et qui étaient pratiquées dans des ateliers ou des fabriques appartenant à l'Etat. Ceux-ci étaient remarquablement organisés comme cela est le cas des ateliers de tissage (dûr ad-dîbâj) de Zabîd et d'Aden125, des raffineries de sucre (masâbik as-sukkar) de Jibla et de Mur, dans la Tihâma126, de l'armurerie d'Aden127, des pressoirs à huile dans la Tihâma, des moulins, et des arsenaux du port d'Aden128. Dans ces ateliers, où les ouvriers recevaient un salaire journalier, la production reposait sur une organisation comptable et administrative précise. Ils étaient équipés de magasins où l'on vendait les matières brutes et les produits manufacturés à la population et aux commerçants. Ils recevaient aussi des demandes de production de la part de la population129 et certaines informations nous permettent de penser qu'une partie d'entre eux produisaient des objets de luxe pour les souverains, les membres de leur cour, les émirs et les gros commerçants130.

48Par ailleurs, la culture très répandue de la garance rapporta de gros revenus financiers aussi bien dans le cadre du commerce intérieur que du commerce extérieur. Cette plante colorante n'occupait pas seulement une main d'œuvre importante pour sa culture ; de nombreux commerçants, qui l'achetaient sur les lieux de production, employaient un grand nombre de personnes pour la transporter vers le principal port de l'Etat, Aden131. Ce produit alimenta les caisses de l'Etat de sommes importantes. Les représentants de l'Etat prélevaient sur les agriculteurs qui le cultivaient une somme équivalant au dixième ('ushr), c'est-à-dire un buhâr sur dix buhâr, le prix du buhâr de garance étant de douze dinars132. De même, lors de l'arrivée de la garance dans le port d'Aden, on prélevait sur le commerçant ou sur le cultivateur une somme composée des éléments suivants : khars + manfa'a + damân + 'ushûr133. Le montant du khars était de six dinars pour dix buhâr ; celui de la manfa'a, au moment de la vente, était d'un quart de dinar ; celui du damân, au moment de la pesée, était d'un quart de dinar et deux dirhams ; le prélèvement des 'ushûr s'opérait sur les buhâr (dont le poids équivalait à 300 ratl de Bagdad) et était de douze dinars134.

49Les commerçants vendaient la récolte de garance dans le port d'Aden et alimentaient le Trésor de l'Etat ; ainsi, les revenus que celui-ci tirait de la récolte de garance remplaçaient les prélèvements en espèces. La récolte de garance cultivée sur les terres sultaniennes (as-sawâfî) était transportée à Aden et destinée obligatoirement aux commerçants et aux capitaines des bateaux qui l'achetaient et l'exportaient vers l'Egypte, l'Abyssinie et l'Inde avec un supplément par rapport au prix fixé. Il ne leur était permis de partir qu'après s'être acquitté auprès du service compétent dans le port afin que la somme soit versée dans la caisse des biens sultaniens135. Les commerçants et les capitaines qui arrivaient au port en début de saison étaient dispensés de cette obligation136.

50Par ailleurs, le fait que les commerçants d'Inde désiraient acheter de grandes quantités de chevaux poussa les maîtres de l'Etat et la population du Yémen à élever et à commercialiser ces animaux. L'Etat organisa la vente et l'achat des chevaux aux enchères dans un lieu réservé à cela et appelé al-Halqa137, situé à proximité du port, sur le rivage de Huqqât à Aden. Là, étaient amenés les chevaux de toutes les régions du Yémen. La loi concernant les chevaux interdisait en effet aux commerçants d'Inde de voyager à l'intérieur du Yémen pour acheter ces animaux sur leurs lieux d'élevage. Par ailleurs, le sultan n'avait pas le droit d'acheter les chevaux venant de Sanaa, de Dhamâr et de la Tihâma lorsqu'il les passait en revue au moment de leur passage dans la capitale de l'Etat, Taez, alors qu'ils étaient en chemin pour Aden138. S'il voulait en acheter, il devait décrire leurs caractéristiques dans une lettre adressée au gouverneur (wâlî) d'Aden qui assisterait aux enchères à al-Halqa et qui les achèterait avec l'argent du Trésor public139. L'Etat organisa la vente aux enchères des chevaux à al-Halqa de la manière suivante : d'abord, les chevaux du Sultan ; puis, ceux du muqatti' de Sanaa ; puis, ceux des commerçants de Sanaa, ceux des commerçants de Dhamâr, ceux des commerçants de Hûsî, dans le 'Asîr ; puis, ceux des émirs, fils du Sultan ; puis, ceux des notables du Yémen et enfin ceux du reste de la population. Tout cheval acheté après la vente aux enchères publique était taxé d'un prélèvement équivalant au dixième ('ushr) de son prix et destiné au dîwân de l'Etat ou aux magasins de l'Etat (al-hilâlî)140.

51Le commerce intérieur portait aussi sur les animaux et les oiseaux, les produits agricoles comme les céréales, les fruits, les légumes, les produits agro-alimentaires comme le sucre, l'huile et les boissons faites à partir du raisin et des dattes. Les pressoirs appartenant à l'Etat étaient placés sous la responsabilité de garants (dâminîn) qui se chargeaient de leur mise en valeur en contrepartie d'une somme d'argent qui était versée annuellement au Trésor de l'Etat ; ils s'occupaient des prélèvements effectués en argent sur le raisin et les dattes et une partie de la récolte était destinée aux magasins de l'Etat (al-hilâlî)141.

III - Les terres agricoles au Yémen au début de la dynastie rasûlide

52On peut classer les terres agricoles au Yémen à la période qui nous intéresse en trois catégories :

1 - Les petites propriétés privées

53C'étaient les plus répandues au Yémen. Elles comprenaient des terres dont la superficie était distincte selon les propriétaires (souverains, émirs, cheikhs, notables, agriculteurs). Les propriétaires des terres plus vastes constituaient leur richesse foncière par voie d'héritage ou en les achetant à des gens en difficulté contraints de vendre une partie de leurs biens pour faire face à divers besoins. Ces terres étaient divisées entre les fils du propriétaires après la mort de celui-ci selon les règles de l'héritage édictées par la loi musulmane. On ne pouvait les agrandir que par l'achat de nouvelles terres ou par la mise en valeur de terres en jachère142.

2 - Les terres waqf

54C'étaient les terres dont les propriétaires avaient consacré le revenu, ou une partie du revenu, aux pauvres ou à une œuvre de bienfaisance et dont profitaient un grand nombre de gens, comme les mosquées, les oratoires et les fontaines. Ces terres étaient de deux sortes :

55a - Les terres waqf d'intérêt général, constituées en waqf dans les villes et les campagnes par des hommes et des femmes appartenant à la classe des souverains et des émirs, et ayant nommé des personnes chargées d'assurer leur gestion et d'exécuter leurs volontés143.

56b- Les terres waqf privées dont les revenus étaient, dans une certaine mesure, utilisés pour l'intérêt général et qui étaient gérées par les descendants du fondateur144.

573 - Les terres sultaniennes appartenant à l'Etat (al-amlâk as-sa'îda) :

58Ces terres agricoles étaient considérées comme la propriété de l'Etat et étaient acquises par diverses voies :

59a - Confiscation des terres agricoles dont les propriétaires étaient incapables de payer les impôts annuels à l'Etat. La dynastie rasûlide bénéficia des terres confisquées par les Ayyûbides et qui étaient connues sous le nom d'as-sawâfî145 ; elles étaient assignées au Trésor car leurs propriétaires étaient incapables de s'acquitter de leurs charges auprès du dîwân de l'Etat.

60b - Confiscation des terres de certains hauts fonctionnaires de l'Etat ayant tiré profit de leur position et dont la richesse était illégale car constituée à partir de l'argent de l'Etat et du peuple146.

61c - Les terres hashariyya : c'étaient les terres qui, en l'absence d'héritier, revenaient à l'Etat147.

L'organisation administrative et financière du prélèvement sur les terres agricoles

62Dès ses débuts, la dynastie rasûlide s'intéressa à ces trois types de terres agricoles. On continua à respecter les petites propriétés agricoles et l'Etat ne chercha nullement à mettre la main dessus tant que leurs propriétaires s'acquittaient, auprès des fonctionnaires de l'Etat, des prélèvements qui y étaient liés. Al-Malik al-Muzaffar entreprit d'acheter quelques terres situées dans le Jabal Sabir selon les voies légales en vigueur dans ce domaine148. Ces terres, et d'autres, parmi celles qu'achetaient les souverains rasûlides avec leur propre argent, étaient partagées entre les membres de la famille à la mort de leur propriétaire, en fonction de la part que chacun méritait selon la loi musulmane. Ils étaient en cela semblables aux autres propriétaires, pauvres ou riches. En dépit d'une différence évidente entre les deux types de terres, certains chercheurs ont établi une confusion entre les terres que les souverains achetaient à titre privé et celles qui relevaient des biens sultaniens appartenant à l'Etat149.

63Les fondateurs de la dynastie rasûlide, Nûr ad-Dîn et al-Muzaffar, tinrent à poursuivre les prélèvements d'argent sur les diverses récoltes agricoles des terres possédées par les gros propriétaires et les petits paysans. Mais le type de prélèvement opéré sortait du cadre légal, ce dont souffraient beaucoup les petits paysans et les propriétaires terriens. Cela poussa le cheikh soufi, Ahmad b. 'Alwân, à adresser à Nûr ad-Dîn une violente lettre de critique dans laquelle il montrait que ces prélèvements ne convenaient pas à la terre yéménite et que ses propriétaires ne s'en acquitteraient pas, en plus des prélèvements légaux sur les cultures qui concernaient les terres 'ushriyya. Car ceci revenait à les considérer comme des terres kharajiyya pour lesquelles le sultan ou le souverain décidait du montant des prélèvements qui devaient être opérés. Il semble que ceci constitue un prolongement des systèmes de prélèvement introduits par les Ayyûbides au Yémen depuis l'Egypte. Nûr ad-Dîn ne se contenta pas d'opérer de lourds prélèvements sur les propriétaires des terres agricoles ; il instaura un nouveau prélèvement qu'il appela ma'ûna150 et qui était destiné à drainer davantage d'argent afin de financer les nombreuses guerres qu'il entreprenait. L'instauration de ce nouveau prélèvement provoqua une violente colère dans les milieux cultivés car il s'agissait d'un prélèvement illégal imposé à la population du Yémen151.

64Les prélèvements opérés sur les terres agricoles concernaient tout ce que celles-ci produisaient : les différentes sortes de céréales et les productions marchandes (garance, coton, raisin, sésame, amandes, fruits, dattes, légumes, animaux et miel).

65Les prélèvements financiers étaient organisés avec précision et application pour toutes les récoltes agricoles dans les diverses régions du Yémen (chaudes, tempérées et froides) et selon les cultures effectuées à chaque saison de l'année. On connaissait le moment de leur semence et celui de leur récolte. A l'époque d'al-Malik al-Muzaffar, on pouvait ainsi estimer la quantité de récolte annuelle de céréales et de paille pour certaines terres de Taez et d'Ibb152. L'Etat s'appuya sur un système de mesure des terres agricoles pour établir une estimation des prélèvements qui seraient opérés ; des spécialistes, les massâhûn153, effectuaient cette tâche. Il semble que ce système concernait les vastes terres agricoles qui se trouvaient dans la plaine de la Tihâma et dans son prolongement, Lahj et Abyan, et les vastes terrains du plateau du Yémen (al-Bawn, Sanaa, Dhamâr, al-Janad, Khadîr et Radâ'). Ces terres étaient mesurées selon l'allure de la bête154 que montaient les massâhûn, et leur longueur et leur largeur étaient définies en jours. On enregistrait le nom des terres et le type de culture qui y était pratiqué. Les récoltes des terres montagneuses en terrasses (al-masâtib) étaient estimées et évaluées par des spécialistes qui les inspectaient avant leur maturité155.

66Les résultats des travaux de mesure et d'évaluation étaient transmis au service administratif chargé de suivre le prélèvement sur les récoltes agricoles dans les différentes régions. Ce service était composé d'un mustawfî, d'un 'âmil istîfâ' et de mushârif ; ils étaient liés au dîwân de l'Etat, placé sous les ordres du souverain. Au moment voulu, le mustawfî ordonnait l'exécution du prélèvement à un comité spécialisé qui se composait d'un mushidd, d'un nâzir, d'un 'âmil, de mushârif, d'un amîn sundûq et d'un kâtib156. Ceux-ci procédaient au prélèvement en fonction des documents concernant les surfaces et les évaluations ; ils étaient assistés dans leur tâche par quelques fonctionnaires de l'Etat résidant dans les centres de chaque région. Lorsqu'ils avaient terminé leur travail, ils apposaient leur signature sur le document et envoyaient ces prélèvements, en espèces ou en nature, au service chargé de les recevoir157, c'est-à-dire soit le Trésor public, soit le hilâlî. Les responsables de ces deux services réceptionnaient alors le document établi par les personnes chargées de cette opération (jâbî/jubât) en considérant le nom de la région de provenance et la signature, et ils le transmettaient au mustawfî, puis au souverain après que celui-ci l'eut signé ; le souverain apposait également sa signature, ordonnant le transfert au Trésor ou au hilâlî158.

67Le type de prélèvement sur les productions agricoles s'opérait selon l'estimation de la quantité totale de la récolte agricole ; celle-ci était évaluée et l'on en prélevait le dixième ('ushr). Comme le signale le cheikh Ahmad b. 'Alwân159 dans sa critique, les personnes chargées de cette tâche (jâbî/jubât) opéraient parfois une augmentation qui pouvait atteindre le double. Puis, on estimait la valeur de la récolte en dinars et l'on effectuait le paiement, qui était désigné sous le terme de mablagh. Ensuite, on prenait un pourcentage sur chaque dinar de la somme payée ; cela s'appelait asl ad-dînâr et constituait un "prélèvement sur le prélèvement". On prélevait aussi les frais de marché (sûq) et une indemnité de déplacement (mishya) pour le comité ; puis, on payait une somme (qîmat ghâlla) qui était payée sur la paille160. Au cours de son travail, le massâh ou le muthammin prenait à chaque propriétaire terrien une somme d'argent appelée manfa'a et qui était destinée à faciliter sa tâche161. Ainsi, le prélèvement sur la propriété privée des terres agricoles se composait des éléments suivants : ('ushr + asl ad-dînâr + sûq + mishya + qîmat ghâlla) sans compter la manfa'a qui était versée au massâh ; à l'époque d'al-Malik Nûr ad-Dîn, on prenait en plus la ma'ûna.

68Au moment de son accession au pouvoir, al-Malik al-Muzaffar supprima la ma'ûna mais il maintint toutes les autres taxes qu'avaient critiquées le soufi Ahmad b. 'Alwân. A l'époque d'al-Muzaffar, elles sont mentionnées dans une loi définissant les prélèvements à effectuer auprès des propriétaires de terres agricoles dans la région d'al-Ma'âfir/al-Hujariyya située au sud-ouest de la ville de Taez162. Nous ignorons si cela concernait d'autres propriétaires de terres agricoles dans les différentes régions du Yémen. Mais il est clair que les propriétaires de palmeraies, notamment ceux de la Tihâma et de Lahj, subissaient des prélèvements sur la récolte de dattes163 ; il en était de même pour les propriétaires des champs de coton situés dans la Tihâma, al-Janad, Lahj et Abyan164. Ils ne furent exemptés du poids de ces prélèvements que plus tard165. Parallèlement, si leurs cultures subissaient des dégâts résultant par exemple du débordement des cours d'eau, les propriétaires de terres agricoles avaient le droit d'en informer l'Etat ; les deux parties (l'Etat et le propriétaire) déléguaient alors des personnes chargées d'estimer l'importance des dégâts et, à la lumière de leur expertise, on réduisait le montant du prélèvement ou on l'annulait entièrement166.

69L'attention de nombreux chercheurs contemporains a été attirée par la fréquente occurrence du terme muqatti' comme titre donné à certains émirs et personnalités importantes nommés par le souverain pour gérer les affaires des diverses régions de l'Etat. Certains établissent un lien entre cette fonction, qui est purement administrative, et la notion d'iqtâ', très répandue dans d'autres pays, et qui fait référence au fait qu'un souverain dotait une personne d'une terre qui devenait une propriété agricole dont il disposait comme il l'entendait. Or, les documents administratifs de cette époque indiquent que le muqatti', au Yémen, correspondait à une réalité autre : c'était un simple fonctionnaire chargé par l'Etat d'administrer et de protéger une région. On lui attribuait, ainsi qu'à ses assistants, un salaire mensuel payé par le Trésor et il disposait, pour faire face à ses besoins, de denrées alimentaires et d'autres produits. Ce muqatti' n'avait pas le droit d'occuper sa fonction indéfiniment et le souverain pouvait, quand il le voulait, le remplacer par quelqu'un d'autre. De même, en cas de décès, le souverain nommait à sa place une personne n'appartenant pas à la famille du défunt167.

70A cette époque, la gestion et toutes les affaires des terres waqf publiques étaient confiées à des juges légaux (hukkâm ash-shar'). Ni Nûr ad-Dîn, ni al-Malik al-Muzaffar ne tentèrent de s'en arroger les revenus. Al-Malik al-Muzaffar refusait catégoriquement que l'on discute avec lui de la question des terres waqf et de leur annexion au dîwân de l'Etat168. Je n'ai trouvé, dans les documents de cette époque, aucune information indiquant que les revenus financiers des waqf étaient versés au Trésor public.

71Quant aux terres sultaniennes appartenant à l'Etat (al-amlâk as-sa'îda), qui étaient dispersées dans diverses régions du Yémen, elles étaient mises en valeur selon le type de culture qui y était pratiqué, le système du damân étant le plus fréquent : le dâmin payait chaque année une somme d'argent déterminée en échange de la terre qui lui était remise. A partir du recensement des biens sultaniens appartenant à l'Etat dans la Tihâma169, on peut connaître le nom des terrains et, pour chacun d'entre eux, le nombre de palmiers dattiers, le nombre de palmiers improductifs et les nouvelles plantations ; pour chaque terrain est indiquée la somme annuelle payée par le dâmin. Dans ces listes sont également indiquées, sous le terme musâmaha, les exemptions de taxes annuelles octroyées par le souverain. On trouve par ailleurs des références sur les biens de l'Etat situés à Dhî-s-Sufâl : on y cultivait la garance que l'on vendait à Aden. Les sommes d'argent étaient versées dans la caisse sous la rubrique "argent des biens" (mâl al-amlâk)170. A partir d'une législation organisant les revenus financiers du Trésor de l'Etat, il apparaît que les revenus financiers propres aux "biens" étaient versés dans des caisses particulières, loin des revenus financiers du Trésor public : cela indique une séparation entre l'argent public et l'argent privé des "biens", concernant le souverain et lui seul. Le souverain examinait les revenus des "biens" et les dépensait selon une opération comptable précise comme bon lui semblait171.

72Cette législation organisait toutes les affaires concernant les revenus du Trésor de l'Etat, issus de prélèvements sur les terres agricoles privées ou des biens appartenant à l'Etat en la personne du souverain ou du sultan, des revenus des ports et de diverses transactions commerciales, ou du travail effectué dans les ateliers artisanaux de l'Etat. Elle concernait aussi la gestion de l'argent qui était dépensé à partir du Trésor public selon une série d'opérations administratives qui commençaient par le mukhtass et se terminaient par le souverain. Elle désignait également les services administratifs de l'Etat, civils ou militaires, et en précisait les responsables. Elle mentionnait les salaires de chaque fonctionnaire, les retraits qui y étaient opérés chaque année, leur destination et les petits fonctionnaires qui en seraient les bénéficiaires172.

73Il existait par ailleurs une série de lois et de règlements financiers et administratifs fixant les indemnités des membres de la cour et des hauts personnages de l'Etat (muqatti', hukkâm et responsables des places fortes). Pour chacun d'eux, des feuilles spéciales étaient prévues, indiquant, de manière détaillée, les sommes d'argent qui étaient dépensées pour eux chaque année : vêtements, denrées alimentaires et autres173. Ces listes indiquaient aussi ce qui était dépensé pour les Mamelouks174 travaillant au service du souverain et qui veillaient à toutes ses affaires, les dépenses qui étaient engagées pour le palais du souverain et les autres palais, comme celui où était accueillis les ambassadeurs et tous ceux qui se rendaient auprès du souverain (dâr ad-dayf)175. Y étaient également définies les responsabilités de ceux qui surveillaient ou exécutaient diverses tâches dans les cuisines du souverain, ceux qui surveillaient les diverses maisons et les étables, etc.176. Tout ceci nous donne une image précise du vif intérêt accordé à l'argent public et la manière dont il était dépensé selon les divers besoins : tous les services de l'Etat travaillaient de manière naturelle et constante sans aucune entrave.

Conclusion

74Toutes les données politiques et économiques que nous avons extraites de diverses sources et références, anciennes et récentes, et que nous avons exploitées de manière à cerner le rôle de deux souverains rasûlides, fondateurs de cette dynastie, Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl et al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar b. 'Alî b. Rasûl, nous conduisent à dégager les fondements et les règles sur lesquels ils construisirent l'Etat rasûlide au Yémen et qui restèrent en vigueur après eux sans interruption pendant une période qui dura 232 ans. Ces fondements et ces règles sont les suivants :

751 - Préservation de l'indépendance de l'Etat et interdiction faite aux pays de la région, notamment l'Egypte, gouvernée par les Ayyûbides, puis les Mamelouks, d'intervenir dans les affaires intérieures du Yémen.

762 - Utilisation des voies diplomatiques les plus fines pour vivre en harmonie avec l'environnement international dans le but d'assurer la paix à l'Etat et éviter d'exposer au danger ses intérêts ainsi que ceux de son peuple.

773 - Démembrement des forces d'opposition intérieures par des voies diplomatiques accompagnées d'une utilisation efficace de la force militaire.

784 - Utilisation, dans la gestion des affaires de l'Etat, de fonctionnaires très compétents chargés de l'administration de tous les services de l'Etat.

795 - Volonté d'augmenter les revenus de l'Etat par la mise en valeur des sites concernés par les échanges maritimes internationaux et par les prélèvements opérés sur les terres agricoles et sur le commerce intérieur.

806 - Orientation des dépenses publiques en se fondant sur des principes légaux permettant la réalisation des objectifs fixés.

81Ces fondements dotèrent l'Etat d'une machine parfaite fonctionnant remarquablement bien. De ce fait, les événements qui se produisirent à l'intérieur et à l'extérieur du pays ne menacèrent pas sérieusement ses règles et ses fondements. Tous les événements politiques passèrent sans provoquer ni la chute de l'Etat ni sa dépendance vis-à-vis d'un autre Etat. Sa puissance fut continue pendant une longue période, peut-être la plus longue de l'histoire yéménite depuis l'apparition de l'islam jusqu'à nos jours.

Haut de page

Bibliographie

'Abd al-'Al, Banû Rasûl wa Banû Tâhir wa 'alâqât al-Yaman al-khârijiyya fî 'ahdihimâ, Muhammad b. 'Alî b. al-Husayn al-Akwa', éd., Markaz ad-dirâsât wa-l-buhûth al-yamanî, Sanaa ; Beyrouth, Dâr al-âdâb, 1983.

Abû Hâshim, Sharaf ad-Dîn Yahyâ b. Qâsim b. Yahyâ b. Hamza , Makhtûta, 1066h., Bibliothèque de la grande mosquée de Sanaa, n° 31.

'Alwân, Ahmad b., Dîwân wa kitâb al-futûh, 'Abd al-'Azîz Sultân Tâhir al-Mansûb, éd., Markaz ad-dirâsât wa-l-buhûth al-yamanî, Sanaa, 1992 (Wasiyya ilâ al-malik al-Mansûr 'an ar-ra'iyya fî Jabal Dhakhr wa Jabal Sabir).

Anonyme, Târîkh ad-dawla ar-rasûliyya fî-l-Yaman, 'Abd Allâh Muhammad al-Hibshî, éd., Sanaa, Dâr al-jîl, 1984.

al-Janadî, Bahâ' ad-Dîn Muhammad b. Yûsuf b. Ya'qûb, as-Sulûk fî tabaqât al-'ulamâ' wa-l-mulûk, Muhammad b. 'Alî b. al-Husayn al-Akwa', éd., Sanaa, Wizârat al-i'lâm wa-th-thaqâfa, 1989.

al-Hamdânî, Husayn b. Fayd Allâh, as-Sulayhiyyûn wa-l-haraka al-fâtimiyya fî-l-Yaman, Sanaa, Wizârat al-i'lâm wa-th-thaqâfa, s.d.

al-Khazrajî, 'Alî b. al-Hasan, al-'Asjad al-masbûk fî-man walâ al-Yaman min al-mulûk, manuscrit photocopié, Sanaa, Wizârat al-i'lâm wa-th-thaqâfa, 1401/1981.

al-Khazrajî, 'Alî b. al-Hasan, al-'Uqûd al-lu'lu'iyya fî târîkh ad-dawla ar-rasûliyya, Muhammad b. 'Alî b. al-Husayn al-Akwa', éd., Sanaa, Markaz ad-dirâsât wa-l-buhûth al-yamanî, 1983.

al-Husayn, Yahyâ b., 'Aqîlat ad-damn al-mukhtasar min anbâ' az-zaman fî akhbâr al-Yaman, Manuscrit en possession de l'auteur.

al-Husaynî, al-Hasan b. 'Alî, Mulakhkhas al-fitan wa-l-albâb wa misbâh al-hudâ li-l-kitâb, Bibliothèque Ambrosianne, n° 13, Italie.

Ibn Battûta, Muhammad b. 'Abd Allâh at-Tanjî, Rihla (Tuhfat al-anzâr fî gharâ'ib al-amsâr wa 'ajâ'ib al-asfâr), ash-Shaykh Muhammad 'Abd al-Mun'im al-'Aryân, éd. , revu par Mustafâ al-Qassâs, Beyrouth, Dâr ihyâ' al-'ulûm, 1412/1992.

Ibn Hâtim, Badr ad-Dîn Muhammad, as-Simt al-ghâlî ath-thaman fî akhbâr mulûk al-Ghuzz bi-l-Yaman, G. Rex Smith, éd., (E.J.W. Gibb memorial, XXVI), Londres, 1974.

Ibn al-Mujâwir, Yûsuf b. Ya'qûb, Sifat Bilâd al-Yaman wa Makka wa ba'd al-Hijâz (Târîkh al-Mustabsir), Oscar Löfgren, éd., Beyrouth, Dâr at-tanwîr, 1407-1986.

'Imâd ad-Dîn, Idrîs, Nuzhat al-afkâr, Alexandrie, al-Hay'a al-misriyya al-'âmma li-l-kitâb, 1980.

Makhtûta dîwâniyya, Muhammad 'Abd al-Rahîm Jâzim, éd., en cours de publication.

al-Maqrîzî, Taqî ad-Dîn Ahmad b. 'Alî, Khitat (Kitâb al-mawâ'iz wa-l-i'tibâr bi-dhikr al-khitat wa-l-athar), Bûlâq, Dâr at-tahrîr li-t-tab' wa-n-nashr.

al-Munda'î, Dâwud 'Abd al-Hâdî, az-Zirâ'a fî-l-Yaman fî 'asr dawlat Banî Rasûl, Mémoire de magistère, Faculté des lettres, Université de Yarmûk, Jordanie, 1412/1992.

al-Qalqashandî, Ahmad b. 'Alî, Subh al-a'shâ fî sinâ'at al-inshâ, Le Caire, al-Hay'a al-misriyya al-'âmma li-l-kitâb, 1985.

Wutaywit, Husayn b. Ismâ'îl, Târîkh, manuscrit constitué en waqf par l'imam Yahyâ Hamîd ad-Dîn, Bibliothèque de la grande mosquée de Sanaa, copie achevée le 17 rajab 1333 h. (Ce manuscrit ne figure dans aucun des catalogues de la mosquée).

Haut de page

Notes

1 Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl demanda à al-Malik al-Mas'ûd Yûsuf b. al-Malik al-Kâmil al-Ayyûbî, lorsqu'il lui proposa de devenir nâ'ib du Yémen à sa place pendant son voyage en Egypte, de le débarrasser de ses frères qui se trouvaient au Yémen en les emmenant avec lui en Egypte ; cf. al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 538-539 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 46-47 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl wa Banû Tâhir, p. 86-87. Cf. également Ibn Hâtim, as-Simt ; 'Imâd ad-Dîn, Nuzha.
2 Jusqu'à la fin de l'époque rasûlide, des luttes se produisirent entre les divers membres de cette famille qui ambitionnaient de prendre le pouvoir et de monter sur le trône ; nombre d'entre eux furent victimes de cette situation.
3 Parmi ces pratiques, signalons la grande place accordée aux femmes de la famille régnante et l'intervention de certaines d'entre elles dans les affaires de l'Etat. Elles construisaient des madrasa, participaient activement à la vie politique et occupaient des fonctions administratives.

Certaines femmes, épouses de souverains et mères de leurs enfants, étaient turques ; il en est ainsi pour l'épouse d'al-Malik al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar, mère de son fils al-Mu'ayyad Dâwud b. Yûsuf ; cf. Wutaywit, Târîkh, f. 44, et Noha Sadek, "In Queen's Sheba's Footsteps : Women Patrons in Rasulid Yemen", Asian Art, vol.6, n°2, printemps 1993, pp.14-27.

4 Les Rasûlides éloignaient ou emprisonnaient leurs frères au lieu de les tuer. Ainsi, al-Malik al-Mansûr Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl éloigna ses frères en Egypte (al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 538-539 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 46-47 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 86-87). Al-Malik al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar b. 'Alî b. Rasûl plaça en résidence forcée à Hays ses frères et leur mère, Bint Jawzâ', la femme de son père. Il emprisonna dans la citadelle de Taez deux de ses oncles paternels revenus d'Egypte. Dans cette même citadelle, il emprisonna deux des fils de son oncle paternel, Asad ad-Dîn Muhammad b. Hasan b. 'Alî b. Rasûl et son frère Fakhr ad-Dîn Abû Bakr b. Hasan b. 'Alî b. Rasûl. Tous y moururent. Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 284, 285, 343, 344, 345 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 546, 548, 549 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 90, 95, 96, 122, 123 ; al-Qâsim, 'Aqîla, f. 95.
5 Parmi ces confrontations militaires, rappelons celle qui se produisit entre al-Muzaffar et al-Mufaddal et qui se solda par l'éloignement de ce dernier, avec son frère et sa mère, en résidence forcée dans la Tihâma, à Hays, pendant toute la durée du règne d'al-Muzaffar. Rappelons de même la confrontation militaire entre les deux fils d'al-Malik al-Muzaffar qui se produisit immédiatement après la mort de leur père et qui se solda par la victoire, lors de la bataille de Darb ad-Da'îs, d'al-Malik al-Ashraf 'Umar b. Yûsuf b. 'Umar ar-Rasûlî sur son frère al-Mu'ayyad Dâwud b. Yûsuf b. 'Umar ar-Rasûlî qui fut emprisonné dans la citadelle de Taez. L'année suivante (Wutaywit, Târîkh, f. 44) al-Malik al-Ashraf fut assassiné et al-Malik al-Mu'ayyad prit le pouvoir. Il s'opposa à son frère, al-Mas'ûd, remporta la victoire sur lui et l'envoya en résidence forcée à Hays.
6 Ainsi, l'épouse d'al-Malik Nûr ad-Dîn 'Umar s'efforça de faire accéder au pouvoir son fils al-Mufaddal après la mort de son père en écartant al-Muzaffar ; par la suite, elle s'opposa à al-Muzaffar lorsqu'il commença à vouloir prendre en charge les affaires de l'Etat. La sœur d'al-Malik al-Muzaffar, ad-Dâr ash-Shamsî, s'illustra également en participant à l'accession de son frère au pouvoir : elle défendit la ville de Zabîd qui constitua la clef de sa mainmise sur tout le Yémen.
7 Dans la première moitié du huitième siècle de l'hégire, le voyageur Ibn Battûta décrit de manière détaillée la vie des tribus turques des plaines d'Asie situées à l'est du plateau d'Anatolie ; cf. Ibn Battûta, Rihla, p. 330-344.
8 Sur cette tribu, cf. al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 37 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, f. 190, 191 ; al-Qalqashandî, Subh, III, p. 378 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 49 ; al-Maqrîzî, Khitat, II, p. 288-290.
9 al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 37 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, f. 190, 191 ; al-Qalqashandî, Subh, III, p. 378, 504.
10 Sur les Ghûzz, au Caire, après l'année 600 de l'hégire, cf. al-Qalqashandî (Subh, III, p. 352). Al-Khazrajî (al-'Uqûd, I, p. 37) indique qu'après l'accession des Ayyûbides au pouvoir en Egypte, les Banû Rasûl occupèrent une position importante à leurs côtés ; ainsi, ils furent envoyés au Yémen avec Tûrân Shâh b. Ayyûb.
11 Bien que la présence des Rasûlides au Yémen fut antérieure à cette date, leur rôle dans ce pays fut important après 612 de l'ère chrétienne (1215-1216), date de l'arrivée d'al-Malik al-Mas'ûd Salâh ad-Dîn Yûsuf b. al-Malik al-Kâmil Muhammad b. al-Malik al-'Adil Abî Bakr b. Ayyûb. Sur cette période, cf. al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 41-46 ; Anonyme, Târîkh, p. 17, 18 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 158.
12 Ainsi, au cours de l'absence d'al-Malik al-MAs'ûd en Egypte en 619-624 de l'ère chrétienne (1222-1227), les Rasûlides n'entreprirent aucune tentative d'indépendance au Yémen : ils demeurèrent fidèles aux Ayyûbides.
13 Cf. note 1.
14 Ainsi, il tua 'Ammâr b. as-Sibâhî qui était chef (za'îm) de quelques places fortes d'al-Ma'âfir ; il était soumis à Nûr ad-Dîn mais refusait de céder les places fortes de Munîf, de Yamîn et d'as-Sawâ ; cf. al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 68, 69.
15 Cf. notes 4 et 5.
16 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 201-206 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 52-58 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 194 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 59, 60, 61.
17 al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 52 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 149.
18 Sur les soutien que les chi'ites ismaéliens apportèrent à l'Etat rasûlide à ses débuts, cf. Ibn Hâtim, as-Simt ; al-Hamdânî, as-Sulayhiyyûn, p. 291-295 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 401-406.
19 Ces régions et places fortes étaient situées entre Barâqish, dans le Jawf, à l'est, et Sa'da, à l'ouest ; au sud, entre Hajja et Kawkabân, à l'ouest de Sanaa ; elles englobaient une partie de Hâshid et d'Arhab.
20 Sur cette question, cf. Ibn Hâtim, As-Simt, p. 203 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 53 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 194 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 94, 95.
21 En 631 de l'ère chrétienne (1233-1234), Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl envoya un cadeau au calife abbasside à Bagdad al-Mustansir bi-l-lâh, lui demandant de le nommer sultan du Yémen. En 632 de l'ère chrétienne (1234-1235), l'envoyé du calife arriva avec le décret de nomination de Nûr ad-Dîn comme sultan ; cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 206, 207 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 58, 59 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 195, p. 196 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 99, 100.
22 La lutte entre Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl et les Ayyûbides pour la maîtrise du Hijâz et de La Mekke dura au cours de la période 632-639 de l'ère chrétienne (1234-1235) ; cette région fut ensuite annexée au Yémen ; cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 207-220 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 65-70 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 196-201 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 99, 100, 101.
23 Au cours de cette période, après la mort d'al-Malik al-'Adil Abû Bakr, la famille ayyûbides se divisa. Ses divers membres luttaient pour accéder au trône : une partie d'entre eux étaient aux côtés d'al-Malik al-Kâmil b. al-'Adil et l'autre aux côtés d'al-Malik al-Mu'azzam b. al-'Adil. Il en résulta un déchirement intérieur de l'Etat en Egypte et dans le Bilâd ash-Shâm. Sur cette question, cf. 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 90-61.
24 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 220 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 70 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 200 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 100, 101.
25 En 636 de l'ère chrétienne (1238-1239), Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl put prendre le port d'ash-Shihr aux Banû Iqbâl ; il y nomma un gouverneur nommé Burayq b. ash-Shihâb al-Jazarî ; cf. Ibn Hâtim, as-SImt, p. 217-218.
26 Cf. infra "L'économie et l'organisation financière et administrative du Yémen au début de la dynastie rasûlide".
27 Les sources font référence aux combats continuels menés par Nûr ad-Dîn pour soumettre les citadelles et les places fortes militaires.
28 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 201, 202, 205 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 73 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 202 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 194, 195, 196, 197 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 108.
29 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 211 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 63 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 198.
30 Ceci se produisit en 632/1235 quand les Ashrâf Hamzites, sous la conduite de Yahyâ b. Hamza, tentèrent de mettre la main sur la place forte de Kawkabân ; ils avaient aussi la mainmise sur la place forte de Manâbir, contrôlant une partie des terres de Nûr ad-Dîn dans la Tihâma ; cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 208-209 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 62 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 196-197.
31 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 211, 212 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 63 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 197.
32 Cf. al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 64 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 198.
33 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 214.
34 Nûr ad-Dîn nomma le fils de son frère, Asad ad-Dîn Muhammad b. Hasan b. 'Alî b. Rasûl, muqatti' de Sanaa au début de son règne au Yémen et il ne tenta pas de l'envoyer dans une autre iqtâ' ou de nommer quelqu'un d'autre à sa place jusqu'en 645 de l'ère chrétienne (1247-1248) ; à ce moment-là, l'épouse de Nûr ad-Dîn insista pour qu'il nomme son fils, Qutb ad-Dîn, muqatti' de Sanaa à la place d'Asad ad-Dîn ; il répondit favorablement à sa demande et convoqua à ce sujet Asad ad-Dîn dans sa capitale, Taez ; mais Asad ad-Dîn quitta Taez pour Sanaa et se révolta contre la décision de son oncle paternel ; cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 123, 124 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 75 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 203 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 91 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 110-111.
35 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 225 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 76 ; al Khazrajî, al-'Asjad, p. 203 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 111, 112.
36 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 225-226 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 76 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 203 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 91 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 112.
37 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 225, 226, 227 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 77, 78, 79 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 203, 204, 205 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 91, 92 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 113, 114.
38 Les Ashrâf profitèrent de l'absence de Asad ad-Dîn de Sanaa, accompagnant son oncle paternel le sultan Nûr ad-Dîn vers Taez, pour tenter de mettre la main sur Sanaa ; mais les partisans de Asad ad-Dîn purent les mettre en déroute en direction de Wâdî Zahr ; cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 232 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 80 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 206 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 92 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 114.
39 Les différends entre les Banû Hamza et l'imam Yahyâ b. al-Husayn commencèrent dès le début de son imamat, mais ils s'intensifièrent et aboutirent à une confrontation militaire au mois de shawwâl 647 de l'ère chrétienne (1250) dans la région de Qârin ; l'imam remporta la victoire sur les Banû Hamza : certains furent tués et d'autres capturés ; cf. al-Husayn, 'Aqîla, f. 92 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 80 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 206 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 114.
40 Certaines sources rasûlides tardives évoquent le complot d'Asad ad-Dîn et de son frère, Fakhr ad-Dîn, contre leur oncle paternel, Nûr ad-Dîn, mais cela ne prouve pas leur responsabilité dans son assassinat.
41 Il s'agit d'al-Malik al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar b. 'Alî b. Rasûl, deuxième souverain de l'Etat rasûlide au Yémen. Il naquit en 619/1222, accéda au pouvoir en 647/1250 et le conserva jusqu'à ce qu'il meurt à Taez en 694/1295. Il est l'auteur de nombreux ouvrages.
42 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 245, 246 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 88, 89 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 212 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 120.
43 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 247, 248, 249, 250, 251 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 87, 88 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 211 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 119, 120.
44 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 252, 258, 259 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 89, 90 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 212, 213 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 544, 545 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 92 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 121, 122.
45 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 265-272 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 545 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 91, 92 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 214, 215 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 122. Jibâ se trouve à l'ouest de Taez.
46 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 272, 273 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 545 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 92, 93 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 215 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 123-125.
47 Cette citadelle, qui a été décrite voici plus de mille ans par Hamdânî dans Sifat Jazîrat al-'Arab, se trouve au sud de Taez. Elle est aujourd'hui négligée et l'on ne peut y accéder ; de la montagne qui lui fait face, on peut voir ses ruines.
48 Sur le siège d'ad-Dumlu'a, cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 290-298 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 120 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 97, 98, 99.
49 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 296 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 120 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 97 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 126, 127.
50 Sur la soumission de ces diverses places fortes, cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 275, 285, 286, 288, 289 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 214, 215, 221 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 93, 98, 100, 101, 102.
51 Cf. al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 93 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 216 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 129, 130.
52 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 276 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 216 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 93 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 130.
53 Cf. Abû Hâshim, Makhtûta.
54 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 279, 280 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 217 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 94 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 132.
55 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 286, 287 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 220, 221 ; al-Khazrajî al-'Uqûd, I, p. 97, 98 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 134, 135.
56 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 303, 304 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 223 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 102 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 136.
57 Les armées d'al-Malik al-Muzaffar prirent Sa'da en 652/1254 ; cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 306, 307 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 224 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 106 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 93.
58 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 323-331 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 231 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 116, 117 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 94 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 139, 140, 141.
59 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 335-345 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 234, 235 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 121, 122, 123 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 95 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 141-146.
60 Comme l'imam al-Hasan b. Wahhâs, l'imam Yahyâ b. Muhammad as-Sirâjî, l'imam Ibrâhîm b. Tâj ad-Dîn, l'imam al-Mutahhar b. Yahyâ et l'imam Yûsuf b. Ibrâhîm.
61 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 317, 318, 319, 320, 321, 346, 347, 348, 349, 350, 351 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 223, 224, 230, 238, 242 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 109, 112, 124, 125, 130, 152, 163.
62 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 505, 506 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 252 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 181.
63 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 506, 507, 508 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 252, 253 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 181, 182 ; 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 391, 392.
64 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 508-523 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 252-257 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 182-187.
65 Sur les taxes payées sur les marchandises à Dahlak, cf. Jâzim, Makhtûta, à paraître ; al-Husaynî, Mulakhkhas, à paraître.
66 Cf. al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 532 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 186 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 46.
67 Cf. al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 530, 532 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 169, 170 ; al-Husayn, 'Aqîla, f. 46 ; Ibn al-Mujâwir, Sifa, p. 166, 167.
68 Il s'agit de Sayf ad-Dîn Sunqur b. 'Abd Allâh, un des émirs de l'Etat ayyûbides ; il gouverna le Yémen en tant que nâ'ib d'al-Malik an-Nâsir b. Tughtakîn en raison du jeune âge de celui-ci ; cette situation dura jusqu'à ce qu'il meurt dans la place forte de Taez en 607 de l'ère chrétienne (1210-1211) Sa biographie a été établie, entre autres, par Ibn Hâtim (as-Simt), al-Janadî (as-Sulûk), al-Khazrajî (al-'Asjad) et al-Husayn ('Aqîla).
69 Parmi eux, le zabadî sunqurî, utilisé par l'Etat rasûlide ; cf. al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 136 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 178, 179 ; al-Munda'î, az-Zirâ'a, p. 228, 229. Dans le manuscrit dont nous préparons l'édition, et qui date de l'époque d'al-Malik al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar ar-Rasûlî, on indique annuellement la taille de quelques sortes de bois vendus aux menuisiers afin de fixer leur prix. Ainsi, Sayf ad-Dîn Sunqur déclare que le cyprès (sarw), une variété de bois local, dont la circonférence est d'un dhirâ' et demi, ou d'un dhirâ' et quart, vaut trois dinars ; celui dont la circonférence est d'un dhirâ' vaut deux dinars, ou un dinar et demi ; cf. Makhtûta, f. 6.
70 Cf. 'Alwân, Dîwân, p. 494-501 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 544.
71 Cf. la critique que formule Ibn al-Mujâwir à l'encontre de Nûr ad-Dîn au sujet du prélèvement des taxes sur les transactions commerciales et la vente obligatoire, aux négociants se trouvant dans le port, de certaines marchandises appartenant à l'Etat ; cf. Ibn al-Mujâwir, Sifa, p. 143, 147, 148.
72 Ce prélèvement financier imposé par al-Malik Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl servait à financer les guerres ; il s'agissait d'un prélèvement supplémentaire opéré sur le peuple et qui fit réagir les lettrés en raison de son illégalité ; cf. 'Alwân, Dîwân, p. 501 ; al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 544 ; Wutaywit, Târîkh, f. 43 ; al-Munda'î, az-Zirâ'a, p. 212.
73 Sur ces nominations, cf., pour l'époque de Nûr ad-Dîn, Ibn Hâtim, as-Simt, p. 222, 223, 233 ; pour l'époque d'al-Muzaffar, cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 262, 274.
74 Cf. Ibn Hâtim, as-Simt, p. 509-529. D'autres historiens, notamment al-Janadî, al-Khazrajî, ad-Dayba' et al-Husayn, ont utilisé les propos d'Ibn Hâtim.
75 Cf. Makhtûta, f. 122, 123.
76 Cf. Makhtûta, f. 123.
77 Cf. 'Abd al-'Al, Banû Rasûl, p. 396-400.
78 Cf. Makhtûta, f. 122.
79 Cf. Makhtûta , f. 122.
80 Cf. Makhtûta, f. 122, 123.
81 Cf. Makhtûta, f. 123.
82 Cf. Makhtûta, f. 123.
83 Cf. Makhtûta, f. 127, 129.
84 Cf. Makhtûta, f. 127.
85 Cf. Makhtûta, f. 127, 129.
86 Cf. Makhtûta, f. 173.
87 Cf. Makhtûta, f. 128, 129.
88 Cf. Makhtûta, f. 128.
89 Cf. Makhtûta, f. 128, 131.
90 Cf. Makhtûta, f. 127.
91 Cf. Makhtûta, f. 97-122.
92 Ces informations sont tirées des références citées ci-dessus. Ibn al-Mujâwir (Sifa) indique les taxes ('ushûr) prélevées sur les marchandises dans le port d'Aden.
93 Cf. Makhtûta, f. 97-122.
94 Cf. Makhtûta, f. 124.
95 Cf. Makhtûta, f. 123.
96 Cf. Makhtûta, f. 125.
97 Cf. Makhtûta, f. 125.
98 Cf. Makhtûta, f. 125.
99 Cf. Makhtûta, f. 125.
100 Cf. Makhtûta, f. 125.
101 Cf. Makhtûta, f. 124.
102 Cf. Makhtûta, f. 124.
103 Cf. Makhtûta, f. 124.
104 Cf. Makhtûta, f. 124.
105 Cf. Makhtûta, f. 124.
106 Cf. Makhtûta, f. 124.
107 Cf. Makhtûta, f. 124.
108 Cf. Makhtûta, f. 125.
109 Cf. Makhtûta, f. 62-65, 85-87, 117-119.
110 Cf. Makhtûta, f. 65, 84.
111 Cf. Makhtûta, f. 84.
112 Cf. Makhtûta, f. 84.
113 Cf. Makhtûta, f. 84.
114 Cf. Makhtûta, f. 123.
115 Ceci apparaît dans les ouvrages d'Ibn Hâtim et d'al-Khazrajî.
116 Cf. Makhtûta, f. 129, 130.
117 Cf. Makhtûta, f. 130.
118 Cf. al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 552 ; al-Khazrajî, al-'Asjad, p. 274 ; al-Khazrajî, al-'Uqûd, I, p. 235.
119 Idem.
120 Cf. Makhtûta, passim
121 Cf. Makhtûta, f. 123.
122 Cf. Makhtûta, f. 110.
123 Cf. Makhtûta, f. 110, passim.
124 Cf. Makhtûta, f. 1-84.
125 Cf. Makhtûta, f. 9, 10, 23, 24, 36.
126 Cf. Makhtûta, f. 189, 190.
127 Cf. Makhtûta, f. 36.
128 Cf. Makhtûta, qui comporte de nombreuses références sur ce point.
129 Cf. Makhtûta, passim.
130 Cf. Makhtûta, f. 168.
131 Cf. Makhtûta, f. 37, 38.
132 Cf. Makhtûta, f. 37.
133 Cf. Makhtûta, f. 37, 38.
134 Cf. Makhtûta, f. 37, 38.
135 Cf. Makhtûta, f. 124, 125.
136 Cf. Makhtûta, f. 125, 126.
137 Cf. Makhtûta, f. 126.
138 Cf. Makhtûta, f. 126.
139 Cf. Makhtûta, f. 126.
140 Cf. Makhtûta, f. 126.
141 Cf. Makhtûta, f. 90 ; al-Munda'î, az-Zirâ'a, VII, p. 249.
142 Cf. al-Munda'î, az-Zirâ'a, II, p. 51.
143 Cf. al-Munda'î, az-Zirâ'a, II, p. 54.
144 Ces terres appartenant à des waqf dhurrî (familial) existent encore de nos jours.
145 Cf. al-Munda'î, az-Zirâ'a, II, p. 52.
146 Les auteurs de l'époque rasûlide, notamment al-Janadî et al-Khazrajî, évoquent les hauts fonctionnaires de l'Etat rasûlide qui furent punis et spoliés pour avoir profité de leur position.
147 Cf. Makhtûta, f. 174.
148 Ceci est mentionné dans la biographie d'al-Malik al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar b. 'Alî b. Rasûl établie par al-Hâtim (as-Simt) et al-Khazrajî (al-'Uqûd, al-'Asjad).
149 al-Munda'î (az-Zirâ'a, II, p. 52, 53) a commis cette erreur.
150 Cf. note 7.
151 Le prélèvement légal sur les revenus des terres agricoles yéménites était le 'ushr car les habitants de ce pays s'étaient soumis pacifiquement au pouvoir musulman, à la différence d'autres pays comme l'Iraq, le Bilâd ash-Shâm et l'Egypte qui, après leur conquête, durent s'acquitter du kharâj, dont le montant était nettement supérieur à celui du 'ushr. C'est pour cette raison que les milieux cultivés considéraient illégal, à l'époque d'al-Malik Nûr ad-Dîn 'Umar b. 'Alî b. Rasûl, le prélèvement de la ma'ûna, assimilé en quelque sorte au kharâj. Après son accession au pouvoir au Yémen, al-Malik al-Muzaffar Yûsuf b. 'Umar s'empressa de supprimer, sous la pression des milieux cultivés, la ma'ûna en raison de son illégalité.
152 Cf. Makhtûta, f. 87-89. Ces données ont été utilisées par al-Munda'î (az-Zirâ'a, II, p. 76-97).
153 Cf. Makhtûta, f. 174.
154 Cf. Makhtûta, f. 174.
155 Cf. 'Alwân, Dîwân, p. 500 ; al-Munda'î, az-Zirâ'a, V, p. 212.
156 Cf. Makhtûta, f. 169-176 ; al-Husaynî, Mulakhkhas.
157 Cf. Makhtûta, f. 171, 173.
158 Cf. Makhtûta, f. 171.
159 Cf. 'Alwân, Dîwân, p. 499, 500, 501.
160 Cf. Makhtûta, f. 152, 153.
161 Cf. Makhtûta.
162 Cf. note 95.
163 Ibn al-Mujâwir (Sifa) évoque les prélèvements effectués sur les palmiers dans la Tihâma à l'époque ayyûbides. Al-Khazrajî (al-'Asjad, al-'Uqûd) indique que les prélèvements abusifs sur les palmiers durèrent jusqu'à l'époque du troisième souverain rasûlide, al-Malik al-Ashraf 'Umar b. Yûsuf b. 'Umar ar-Rasûlî ; celui-ci tint compte du nombre de palmiers pour estimer les revenus financiers. Cf. également Makhtûta, f. 96-97.
164 Cf. al-Munda'î, az-Zirâ'a, V, p. 209.
165 Ceci fut réalisé à partir du troisième souverain rasûlide ; cf. al-Janadî (as-Sulûk), al-Khazrajî (al-'Uqûd, al-'Asjad), Wutaywit (Târîkh).
166 Cf. Makhtûta, f. 91, 92.
167 On peut connaître les diverses personnes nommées à ces fonctions à l'époque de Nûr ad-Dîn et d'al-Muzaffar à travers les ouvrages d'al-Hâtim (as-Simt) et d'al-Khazrajî (al-'Uqûd, al-'Asjad).
168 Cf. al-Janadî, as-Sulûk, II, p. 552 ; al-Munda'î, az-Zirâ'a, II, p. 58.
169 Cf. Makhtûta, f. 124, 125.
170 Cf. Makhtûta, f. 168, 169.
171 Cf. Makhtûta, f. 168-176.
172 Cf. Makhtûta, f. 132-151.
173 Cf. Makhtûta, f. 132-151.
174 Cf. Makhtûta, f. 146-149.
175 Cf. Makhtûta, f. 154-210.
176 Cf. Makhtûta, f. 154-210, 92-95.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammed Abdelrahim Jazem et Brigitte Marino, « Nur al-Din et al-Muzaffar : la construction de l'Etat rasoulide au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/104 ; DOI : 10.4000/cy.104

Haut de page

Auteurs

Mohammed Abdelrahim Jazem

Articles du même auteur

Brigitte Marino

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org