Navigation – Plan du site
Histoires

Une archéologie sans débats ?

A propos d’un livre récent : Im Land der Königin von Saba’. Kunstschätze aus dem antiken Jemen, W. Daum, W. W. Müller, N. Nebes et W. Raunig (éd.), Munich, Staatliches Museum für Völkerkunde München, 2000, 328 p.
Jean-François Breton

Entrées d’index

Mots-clés :

archéologie

Géographique :

Arabie, YEM, Hadramawt

Chronologique :

Antiquité
Haut de page

Texte intégral

1Délaissé dans les années 1970 et même tombé dans l’oubli auprès des plus jeunes étudiants, Mikhail Rostovtzeff a connu dans les années 1990 un retour remarqué. En témoigne, ces dernières années, la publication de cinq ouvrages dont Per la storia del colonato romano (Paideia, 1994) et Scripta varia. Ellenismo e imperi romano (Edipuglia, 1995), à quoi on peut ajouter les éditions françaises de l’Histoire économique et sociale de l’Empire romain (Bouquins, 1988) et de l’Histoire économique et sociale du monde hellénistique (Bouquins, 1989). En mai 2000, un colloque international lui a même été consacré à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris).

2Que retenir des idées maîtresses de cet historien de l’Antiquité, sinon qu’il convient d’étudier les structures dans leur logique interne et non par rapport à leur genèse, de se pencher sur l’histoire agraire, sur les progrès techniques, sur les relations entre Etats et individus, et donc, d’une façon générale, sur le rôle de l’économie dans les sociétés antiques ? Certes, les débats concernant le rôle joué par l’économie sont beaucoup plus vifs qu’ils ne l’étaient il y a vingt ans, à l’époque où M. I. Finley, notamment, publiait ses œuvres1. Cela devrait conduire aujourd’hui à réexaminer en profondeur la façon dont on a expliqué les phénomènes antiques, une entreprise qui n’est pas sans danger puisque les conclusions de Rostovtzeff ne peuvent être adoptées sans qu’on se livre à un examen critique fort poussé et sans qu’on prenne une certaine distance vis-à-vis de ses grands schémas sur le rôle de l’Etat ou sur la notion de déclin.

3S’il y a quelque risque à utiliser les schémas de M. Rostovtzeff à propos de l’histoire du Yémen à l’époque sudarabique, l’étude de la logique à laquelle obéissent les structures des Etats antiques peut toutefois paraître stimulante, étant donné la relative pesanteur des débats en cours. Les raisons de cette atonie sont multiples. Des mythes tels que le commerce caravanier, les parfums d’Arabie, l’unification du Yémen antique, le barrage de Ma’rib, sans compter l’inévitable reine de Saba’, pèsent sur la recherche et ont pour conséquence une certaine rigidité des cadres conceptuels depuis plusieurs années. La découverte d’inscriptions a certes permis de préciser de nombreux points d’histoire événementielle et sociale, mais leur classification n’est pas toujours source de débats nouveaux, notamment dans les ouvrages généraux. L’orientation de certains travaux archéologiques, enfin, les conduit dans une certaine mesure à ne pas s’attacher en priorité à la résolution de problèmes historiques généraux.

4Le dernier volume de synthèse, Im Land der Königin von Saba’, qui rassemble quarante contributions et de nombreuses illustrations, témoigne dans une certaine mesure de cette pauvreté des débats. Ce volume tente en effet, à la lumière des recherches archéologiques récentes, d’établir un bilan des connaissances sur le Yémen antique tout en faisant, au moins en partie, l’impasse d’une réflexion historique, notamment sur les origines de la culture sudarabique, sur les grands empires et sur le rôle des villes, trois thèmes que j’ai retenus ici parmi d’autres2. Ce qui faisait la richesse et constituait la logique interne du catalogue précédent, Yemen. Kunst und Archäologie im Land der Königin von Saba’, paru à Vienne en 1998, se trouve ici relativement occulté.

Quelles origines pour le Yémen intérieur ?

5Un grand débat avait animé les années 1960-1980, celui de l’origine de la civilisation sudarabique. Aux tenants d’une chronologie courte, qui supposaient que les emprunts à la civilisation grecque classique avaient donné lieu à un essor qualifié d’« aube de la civilisation monumentale » vers le Ve siècle avant notre ère, s’opposaient les défenseurs d’une chronologie longue, considérant que les premières inscriptions étaient à placer vers les XIIe-XIe siècles avant notre ère et que l’originalité de la culture sudarabique provenait de ses propres racines. Les recherches archéologiques amenèrent dans les années 1990 des éléments nouveaux, mais non décisifs : la fouille du temple de ‘Athtar à al-Sawdâ’ par l’auteur de ces lignes livrait des textes monumentaux du VIIIe siècle avant notre ère, et celle de Yalà, par A. de Maigret, des fragments de tessons inscrits datant des Xe-IXe siècles avant notre ère. Ces découvertes clôturaient très provisoirement le débat.

6Quelques années auparavant, les recherches menées à Raybûn, dans le wâdî Daw‘an, avaient montré que des niveaux remontant à la fin du second millénaire et au début du premier se caractérisaient par une céramique décorée ou peinte, différente de la production sudarabique, qui ne pouvait appartenir qu’à des immigrants venus de Palestine ou d’Arabie du Nord-Ouest3. A Shabwa, où cette céramique peinte est absente, et à Yalà, où la première occupation ne semble pas remonter au-delà du début du Ier millénaire avant J.C., les archéologues, constatant une certaine continuité culturelle, préféraient privilégier l’hypothèse d’une évolution interne, suggérant ainsi une régionalisation des cultures pré-sudarabiques qui reste encore à démontrer4. Entre facteurs endogènes et exogènes, la controverse est vive ; l’étude de Ma’rib aurait pu fournir un élément de référence important, mais ce ne fut pas totalement le cas pour la période concernée. Certes, la tâche n’est pas facile, et la confrontation d’une société sans écriture avec les vestiges archéologiques apparaît très problématique, mais il est à craindre, pour un certain nombre de raisons, que des réponses même partielles à ces questions ne soient pas apportées avant longtemps.

Saba’ : un Empire ex nihilo ? (VIIIe-VIIe siècles avant notre ère)

7L’Empire sabéen, qui constitue vers le VIIe siècle avant notre ère un événement marquant de l’histoire de l’Arabie du Sud, est principalement connu par la grande inscription de Sirwâh, mais aussi par quelques textes rédigés en langue sabéenne disséminés dans diverses régions. Si l’historiographie de la naissance de cet Empire et l’hagiographie de son fondateur Karib’îl Watar, qualifié de « Grand » à l’exemple d’Alexandre ou de Cyrus, semblent à peu près assurées, elles n’expliquent pas ce qui a permis l’émergence de son Empire. Certains espéraient peut-être que les recherches archéologiques aideraient à répondre, au moins partiellement, à cette question fondamentale. Or, force est de constater que les deux contributions présentées dans Im Land der Königin von Saba’, synthèses de nombreuses années de travaux dans l’oasis de Ma’rib, l’abordent peu5. L’expansion sabéenne fut-elle la conséquence endogène d’une longue période de prospérité agricole, entraînant un essor démographique et permettant à ce souverain d’entreprendre des conquêtes régionales, ou bien, hypothèse moins vraisemblable, d’une diminution de la population qui expliquerait le transfert de nombreux prisonniers afin de réaliser de grands travaux hydrauliques à Ma’rib, ou encore fut-elle la résultante d’autres facteurs ? On ne peut invoquer comme seul motif le contrôle de la « route de l’encens » ni comme unique raison une soudaine supériorité militaire sabéenne face à des ennemis divisés. Sans vouloir parler « d’énigme et presque de scandale historique6 », suivant les termes employés par P. Garelli pour dénoncer l’insuffisance des explications avancées à propos de l’effondrement de l’Empire assyrien, on ne peut que s’interroger sur les raisons de telles lacunes méthodologiques. Certes, les réponses peuvent être malaisées et incomplètes ; on sait qu’il est difficile de dégager une chronologie de l’étude des sédiments des champs antiques. Encore eût-il fallu rechercher une explication globale. Entre les sources écrites, c’est-à-dire les textes relatifs à l’irrigation, et les résultats des travaux de terrain, on ne trouve qu’une discussion timide à propos de la fonction du « barrage » et de sa date, U. Brunner n’en proposant aucune par prudence. Il n’est que trop facile, et donc un peu limité, de rechercher une histoire du développement de Ma’rib dans la seule chronologie des dédicaces de construction de sa muraille, sans avoir procédé à quelques sondages7.

8La question de la finalité de l’édification de cet Empire aurait pu être soulevée : colonisation, transfert de populations, acquisitions de terres ou simples butins, visées commerciales ? De même que celle de l’organisation politique, administrative et militaire. Ne faudrait-il pas rechercher des explications réalistes jouant sur la longue durée ? La question rhétorique « l’Empire sabéen a-t-il existé ? » a fait l’objet d’approches variées, fondées sur une étude des modes et des degrés de la colonisation sabéenne, par exemple en Hadramawt. Mais, paradoxalement, le problème des structures de cet Empire, qui lui permirent de traverser au moins un siècle de vicissitudes avant d’éclater pour des raisons encore obscures, n’a jamais été clairement posé. Formellement, on assimile une dédicace à Almaqah, rédigée en sabéen, à la présence de Sabéens, alors qu’on ignore s’il s’agit de marchands, de militaires ou de colons, et si cette dédicace implique une appartenance politique et des relations commerciales étroites. L’alternative entre vision d’une organisation « lâche » de pays à peine assujettis ou alliés conservant leurs traditions régionales, et vision « dure8 », impliquant une unification des règles administratives et d’exploitation économique, ne peut être facilement tranchée à partir de quelques inscriptions. Mais on peut supposer que de nouveaux documents modifieront les directions de recherche. A partir des inscriptions mises au jour à Raybûn, les archéologues russes concluent à une importante présence d’immigrants sabéens, confortant une simple hypothèse formulée en 19829. Quant à Shabwa, l’hypothèse d’une installation permanente et décisive de Sabéens n’est pas encore solidement prouvée, malgré l’opinion inverse de J. Pirenne10.

Himyar : un Empire sans commerce ?

9En l’absence d’une présentation, même succincte, de l’Empire himyarite dans  Im Land der Königin von Saba’, le seul site présenté, Jabal al-‘Awdh dans la région de Ibb, apparaît hors de tout contexte : il n’est pas replacé dans une continuité chronologique et, sur le plan culturel, aucune comparaison n’est faite avec la statuaire mise au jour et datée de cette époque. Certes, cet Empire ne pose pas les mêmes problèmes que la construction politique sabéenne ancienne, mais cela ne dispense pas de s’interroger sur ses origines. Faut-il réduire les conditions de l’émergence de Himyar à l’introduction du cheval à partir du Ier siècle avant notre ère, qui assura à ses armées l’avantage décisif de la cavalerie ? Ne faudrait-il pas supposer avant toute chose une mise en valeur des Hauts-Plateaux liée à un progrès des méthodes agraires ? Les recherches menées par T. J. Wilkinson et C. Edens autour de Dhamâr apporteront sans doute quelques nuances à cette idée grâce à une étude approfondie du nombre, de la densité et de l’importance relative des divers sites de cette micro-région ; en tout cas la prudence semble guider leurs premières conclusions : aucune densification rapide du territoire ne se confirmerait à l’époque himyarite11. La confrontation méthodique souhaitable entre les nombreuses sources écrites relatives aux travaux agricoles et les résultats des fouilles pourrait donner lieu à quelques débats, notamment sur le rôle économique des chefs des tribus, les qayl ou « barons », qui constituaient le seul pouvoir réel en l’absence d’un Etat centralisé. Avec les distances qui s’imposent pour la période concernée, une relecture de M. Rostovtzeff conduirait à évaluer le rôle de l’économie agricole et de la constitution d’un capitalisme tant agricole que commercial, afin de pouvoir déterminer l’évolution de cette société originale des Hauts-Plateaux.

10Les quelque deux-cents pièces de bronze découvertes au Jabal al-‘Awdh impliquent un développement des relations commerciales avec l’Empire romain aux deux premiers siècles de notre ère. Or, dans cet ouvrage, l’étude des sources classiques, qui concernent essentiellement le commerce caravanier, semble exclure, notamment dans les cartes proposées, l’intégration des Hautes-Terres dans le maillage de ces routes et le passage du livre consacré aux voies maritimes ne suffit pas vraiment à resituer les influences artistiques dans leur contexte historique12. Si l’on admet en effet que celles-ci sont liées au développement de la navigation à partir de la fin du Ier siècle avant notre ère, on pourrait émettre quelques doutes sur les datations hautes proposées pour le buste d’Athéna ainsi que pour la statue de femme, deux œuvres qui pourraient être raisonnablement datées du Ier siècle ap. J.C. et non du IIIe siècle avant J.C.13.

Une société sans villes ?

11Parmi les thèmes absents de cet ouvrage figure notamment celui des villes. Pourtant, le fait urbain a suscité pendant longtemps de vigoureux débats, avec – paradoxalement – une mise en question de l’existence même des villes en Arabie antique. Dès 1938, R. A. B. Hamilton n’avait-il pas qualifié Shabwa de « nécropole », suite à une interprétation erronée de la nature des hauts soubassements en pierre intra-muros ? En 1971, au terme d’une analyse succincte des textes et du terrain, A. F. L. Beeston avait privé un certain nombre d’établissements, et non des moindres, comme Naqab al-Hajar, Tamna‘ et Shabwa, du statut de « villes », ceux-ci ne servant, selon lui, que d’abris provisoires en cas d’attaque. Le problème de la nature et de la fonction des villes fut repris, à propos du Jawf, par C. Robin : de leurs dimensions restreintes, de leur urbanisme sans quartiers distincts et de l’absence d’un terme désignant la « ville », il concluait à l’existence de « cités » (terme qui n’est pas interchangeable avec celui de ville) ou d’agglomérations abritant des « cellules sociales autonomes14 ». La question de la distinction entre village et ville se pose effectivement dans certaines régions comme le wâdî Markha ou le Hadramawt. Toutefois, la présence de fortifications en pierre, outre un appareil régulier, apparaît comme un trait distinctif des villes et, dans l’Orient ancien en général, comme la marque de l’Etat. Par ailleurs, les recherches conduites à Najrân, à Shabwa et secondairement à Tamna‘ montrent bien à la fois la spécificité de l’urbanisme et ses corrélations avec le monde « arabe »15. Ma’rib doit être considérée comme une ville, bien qu’aucune étude méthodique de l’espace intra-muros n’ait jamais été publiée dans les ABADY. On peut aussi regretter que les recherches menées par des moyens électromagnétiques à Hajar Yahir, la capitale d’Awsân, dans le wâdî Markha, n’aient concerné que des secteurs fort restreints, ne permettant pas d’entrevoir l’organisation générale de la ville. Finalement, seul le plan de l’antique Qanâ’, la moderne Bi’r ‘Alî, a récemment permis d’enrichir un peu notre approche de l’urbanisme sudarabique.

12Le fait urbain doit être apprécié sous l’angle de l’économie. Il permet en effet d’intégrer certaines activités économiques dans le tissu social et de relier clairement entre eux les éléments fondamentaux de la société : institutions, classes ou groupes tribaux, organisations diverses, selon un concept sociologique cher à A. Touraine. Deux types d’activités peuvent être distingués : la production agricole au sein de l’oasis et le commerce. S’il est banal d’affirmer que l’oasis nourrit la population urbaine, il est probable, pour ne pas dire évident, qu’elle livre aussi des produits nécessaires à l’organisation des caravanes : fourrage, vivres, dattes, sans oublier l’indispensable sel, les convois rythmant sans doute plusieurs fois par an une activité commerciale importante, mais qui reste toutefois difficile à apprécier en raison de l’absence de documents comptables ; les premiers textes sur bois publiés montrent en tout cas que les livraisons de produits agricoles faisaient l’objet de contrats précis. Il est difficile aussi de déterminer des cycles de production agricole. Toutefois, certains sont tentés d’établir un lien entre le déclin agricole et financier des villes et les difficultés du commerce caravanier au tournant de notre ère.

13La question des investissements mérite elle aussi d’être posée, même si elle ne peut être résolue, faute de documents. Comment les bénéfices du commerce international étaient-ils placés ? En vertu d’une logique propre au capitalisme antique, ils pourraient avoir été réinvestis dans les moyens de production, achat de terres ou mise en eau de nouveaux champs, acquisition d’esclaves, à défaut d’encourager un improbable progrès technique. Mais ils pouvaient aussi servir à d’autres dépenses, soit privées – construction ou embellissement de maisons – soit collectives – édification d’ouvrages défensifs ou religieux – selon le système bien attesté des « liturgies ». Le schéma inverse, celui du réinvestissement des bénéfices agricoles dans le commerce caravanier, ne peut être vérifié en l’état de la documentation. En réalité, il est à craindre qu’on ne puisse jamais apprécier à leur juste valeur le flux des échanges sous forme de monnaie, de troc ou autre, l’une des seules réalités visibles demeurant la réalisation d’enceintes urbaines à l’appareil très soigné et de grands sanctuaires16.

14En posant ainsi le problème, on peut mieux apprécier le rôle des villes, selon une vision élaborée en partie par M. Weber : dans certains cas tout à la fois centres de consommation, de production et d’exportation, et dans d’autres cas centres limités à une seule activité. Dans l’état actuel de nos connaissances, les villes sudarabiques demeurent de modestes centres de consommation – celle-ci ne dépassant pas le seul approvisionnement quotidien – et elles n’apparaissent pas capables de vendre à l’extérieur leurs produits d’artisanat en grandes quantités. A en croire les sources classiques, le commerce que certaines animent se réduirait à organiser la collecte de plantes aromatiques poussant hors de leur oasis. La classification inspirée de M. Weber est sans doute trop rigide. Elle amènerait cependant à distinguer – avec une part d’artifice peut-être – les villes dites « caravanières » et celles qui ne le sont qu’un peu ou pas du tout. Elle pourrait éventuellement servir à évaluer le rôle des villes, en tenant compte de l’estimation de la population. C’est ce qu’a notamment tenté de faire, non sans risque, G. Van Beek pour le tell de Ma’rib : avec 150 maisons environ abritant chacune cinq personnes, on parvient à 750 habitants seulement17. A Shabwa, entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère, on suppose que le nombre de maisons intra-muros approche 180-200. Si chacune d’entre elles abrite entre dix et douze personnes, d’après la moyenne du nombre d’occupants d’une maison-tour contemporaine, la population compterait entre 1800 et 2400 personnes. A Ma’rib, tant qu’on ne connaîtra pas précisément la superficie cultivée à une période donnée, on ne pourra pas valider les modalités de calcul qui ont conduit à estimer la population des quelque 9600 hectares de l’oasis entre 30 000 et 50 000 personnes, soit 330 à 520 hab./km2 18. A titre de comparaison, cela représente plus du double de la densité de population de la vallée du Nil au second millénaire avant notre ère, estimée à 150-180 hab./km; celle-ci n’était encore que d’un peu plus de 240 hab./km2 au second siècle avant notre ère, période de forte expansion démographique19. Certes, une estimation des surfaces cultivées à Ma’rib a bien été timidement tentée, mais pour les six premiers siècles de notre ère seulement, et sans résultats probants, il faut le reconnaître20. Il semble qu’on doive se résigner à ne proposer aucun chiffre tant les incertitudes sont grandes ; mais on se prive ainsi d’une estimation du poids des villes dans l’économie.

Des sociétés segmentaires ?

15Finalement, le débat sur l’économie antique, ainsi réactualisé sur les traces de Rostovtzeff, revient à poser la question de l’évolution de la société. Or, Im Land der Königin von Saba’ ne s’attache guère à décrire la société des grands systèmes hydrauliques du Yémen intérieur à l’époque archaïque. A quel type d’organisation sociale les oasis pouvaient-elles donner naissance ? M. Rostovtzeff aurait dit, en intégrant épigraphie, numismatique et archéologie, qu’il faut d’étudier les mécanismes des transformations sociales ; M. I. Finley qu’il convient d’évaluer le rôle des différents acteurs sociaux, en premier lieu celui des élites. En Arabie du Sud, peu nombreux sont les spécialistes de l’irrigation qui ont souligné l’importance d’une collectivité bien organisée, seule capable de gérer l’utilisation de crues violentes sur des superficies de plusieurs milliers d’hectares comme c’est le cas à Raybûn, Shabwa, Hajar Yahir, Tamna‘ ou Ma’rib. La notion de « sociétés hydrauliques » a subi bien des variations : ces sociétés ont été parfois qualifiées de « sporadiques » dans la mesure où « l’agriculture hydraulique, sans posséder la supériorité économique, est suffisante pour assurer à ses dirigeants l’hégémonie organisationnelle et politique absolue », ou de « discontinues », à l’échelle de chacun des principaux réseaux d’irrigation21. Mais, bien que vieillie, cette notion ne pourrait-elle pas être encore pertinente ? J. Pirenne, s’appuyant sur l’analyse d’inscriptions provenant essentiellement des Hauts-Plateaux, a conclu à un « corporatisme hydraulique commerçant », et non à un « despotisme oriental », reconnaissant toutefois qu’en bordure du désert les mukarrib, souverains fédérateurs des VIIe-VIe siècles avant notre ère, pouvaient avoir une « autorité et une volonté » suffisantes pour entreprendre de grands travaux hydrauliques22. La position minimale consisterait à reconnaître l’existence d’un ensemble de décisions collectives prises au sein d’assemblées tribales, impliquant malgré tout une cohésion sociale importante.

16Après tous les volumes qu’ABADY a consacrés à l’oasis de Ma’rib, on ne peut que regretter la vigueur des débats sur le rôle de l’Etat, comme ceux qui ont eu lieu, par exemple, à propos de la Bactriane antique. Dans ce même champ d’étude, al-Andalus fournit un autre exemple : alors que la notion de « despotisme oriental » semblait s’adapter à sa civilisation hydraulique, les recherches d’A. Maass à l’échelle des communautés d’irriguants ont montré que celles-ci n’obéissaient pas aux règles et aux lois du pouvoir central23. De ces sociétés segmentaires, le meilleur exemple ne serait-il pas curieusement représenté par les Arabes qui se sont installés en bordure du désert, puis dans les vallées yéménites à partir du IIe siècle avant notre ère, mais dont on ne connaît pas la capacité propre à faire fonctionner de grands réseaux d’irrigation ? Ainsi, entre sociétés segmentaires et structures de pouvoir hiérarchiques, il reste à trouver toutes les nuances possibles, dans le temps et dans l’espace, du modèle de la société des oasis sudarabiques.

17Je dirai, en conclusion, qu’en dépit de la présentation de matériel nouveau et de qualités évidentes d’illustration, on ne peut que regretter que la publication d’Im Land der Königin von Saba’ n’ait pas été l’occasion de développer les vues novatrices d’une certaine archéologie historique et qu’on n’y trouve pas la mise en perspective qu’ont tentée des ouvrages généraux comme  L’Archéologie historique de la Grèce antique24 ou Des Oppida aux métropoles : archéologues et géographes en vallée du Rhône25.

Haut de page

Bibliographie

ABADY : Archäologische Berichte aus dem Yemen, Mayence, P. von Zabern.

L. Badre, 1991 : « Le sondage stratigraphique de Shabwa », Fouilles de Shabwa II, p. 229-316.

A. F. L. Beeston, 1971 : « Functional Significance of the old South Arabian "Town" », PSAS, p. 26-28.

J.-F. Breton, 1982 : « Notes d’histoire et d’archéologie relatives au Hadhramawt », Le wâdî Hadhramawt, Aden, p. 1-15.

J.-F. Breton, 1994 : « Les fortifications d’Arabie méridionale du VIIe au Ier siècle avant notre ère », ABADY, Band VIII, Mayence.

J.-F. Breton, sous presse : « Shabwa, traditions sémitiques, influences extérieures (IIIe siècle av. J.-C.- IIIe siècle apr. J.-C.) », CRAIBL.

P. Briant, 1996 : Histoire de l’Empire perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard.

K. W. Butzer, 1976 : Early Hydraulic Civilization in Egypt. A Study in Cultural Ecology, Chicago.

F. Durand-Dastès et al., 1998 : Des oppida aux métropoles : archéologues et géographes en vallée du Rhône, Paris, Anthropos.

R. Etienne (éd.), 2000 : Archéologie historique de la Grèce antique, Paris.

M. I. Finley, 1973 : The Ancient Economy, Berkeley, Los Angeles.

P. Garelli et V. Nikiprowetzky, 1974 : Le Proche-Orient asiatique. Les empires mésopotamiens. Israël, Paris, Nouvelle Clio.

T. F. Glick, 1996 : Irrigation and Hydraulic Technology : Medieval Spain and its Legacy, Aldershot.

P. Guichard, 1977 : Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris.

P. Guichard, 1991 : Les Musulmans de Valence et la reconquête (XIe-XIIIe siècles), Damas, IFEAD.

B. Hehmeyer, 1991 : « Die Bewässerungslandbau auf der antiken Oase von Mârib », ABADY, Band V, Mayence.

A. Maass, 1962 : Design of Water-Resources Systems ; New Techniques for Relating Economic Objectives, Engineering Analysis and Governmental Planning, Cambridge, Harvard.

A. de Maigret, 1997 : « L’aube de l’histoire dans le Yémen intérieur », Yémen, au pays de la reine de Saba, Paris, Flammarion, p. 50-52.

A. de Maigret, 1999 : « The Arab Nomadic People and the Cultural Interface between the "Fertile Crescent" and "Arabia Felix" », Arab. Arch. Epigr., p. 220-224.

J. Pirenne, 1982 : « La juridiction de l’eau en Arabie du Sud antique d’après les inscriptions », L’Homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, tome II, Lyon, p. 81-102.

J. Pirenne, 1991 : « Les témoins écrits de Shabwa et l’histoire », Fouilles de Shabwa I, Paris.

C. Robin, 1995 : « Des villes dans le Jawf du Yémen », Semitica, 43-44, p. 141-161.

M. Schaloske, 1995 : « Untersuchungen der Sabäischen Bewässerungsanlage in Mârib », ABADY, Band VII, Mayence.

A. V. Sedov, 1996 : « On the Origins of the Agricultural Settlements in Hadhramawt », Arabia Antiqua, Early Origins of South Arabian States, Rome, p. 67-86.

G. Van Beek, 1982 : « A Population Estimate for Marib : A Contemporary Tell Village in North Yemen », BASOR, n° 248, p. 61-67.

T. J. Wilkinson et C. Edens, 1999 : « Survey and Excavation in the Central Highlands of Yemen : Results of the Dhâmar Survey Project, 1996 and 1998 », Arab. Arch. Epigr., n° 10, p. 1-33.

K. Wittfogel, 1957 : Le Despotisme oriental, Paris, Editions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 En particulier M. I. Finley, 1973.
2 Seule l’époque sudarabique et particulièrement le Ier millénaire avant notre ère sont traités dans cet article.
3 A. V. Sedov, 1996, p. 72-83.
4 L. Badre, 1991, p. 234 sq. ; A. de Maigret, 1997 et 1999.
5 B. Vogt, « Ma’rib und die "zwei Gärten" von Saba’ », Im Land der Königin von Saba, p. 84-89 et U. Brunner, « Ein technisches Weltwunder der Antike : der Grosse Damm von Ma’rib », op. cit., p. 100- 105.
6 P. Garelli et V. Nikiprowetzky, 1974, p. 239-240.
7 Im Land der Königin von Saba, p. 88-89.
8 Cette expression est employée à propos de l’Empire achéménide dans P. Briant,1996.
9 A. V. Sedov, 1996 ; J.-F. Breton, 1982.
10 J. Pirenne, 1991.
11 T. J. Wilkinson, 1999.
12 B. Vogt, « Im Reich der Düfte : Weihrauch und Weihrauchhandel in und um das Glückliche Arabien herum », Im Land der Königin von Saba, p. 212-214.
13 Im Land der Königin von Saba, catalogue n° 65 M et n° 76 M.
14 C. Robin, 1995.
15 J.-F. Breton, sous presse.
16 J.-F. Breton, 1994.
17 G. Van Beek, 1982.
18 Ibid., p. 86 et 102.
19 Selon K.W. Butzer, 1976, p. 81-98.
20 B. Hehmeyer, 1991, p. 75-95.
21 K. Wittfogel, 1957, p. 204.
22 J. Pirenne, 1982, p. 100-102.
23 Voir la contribution d’A. Maass dans T. F. Glick, 1996 et les recherches de P. Guichard sur les Arabes d’Espagne, 1977 et 1991.
24 R. Etienne (éd.), 2000.
25 F. Durand-Dastès et al., 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Breton, « Une archéologie sans débats ? », Chroniques yéménites [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 06 septembre 2007, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cy.revues.org/1 ; DOI : 10.4000/cy.1

Haut de page

Auteur

Jean-François Breton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org